AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

the pain is there, in the middle of our heart – (l)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: the pain is there, in the middle of our heart – (l) Ven 23 Jan - 23:47

nothing but you
lysa & xavier

C'est étrange, mystérieux. Un événement. Une nuit. Il suffit de peu pour briser une vie, pour anéantir tout espoir. Le cœur lourd, la main encore tremblante, Xavier regarde la belle endormie sur son lit d'hôpital. Son regard se porte sur son visage, encore tiré par les pleurs, son maquillage qui coule comme un panda, la douceur de ses yeux emprisonnés sous ses paupières bleutés. En d'autre circonstance, il aurait tout fait pour réveiller la belle au bois dormant et aller profiter du soleil et du beau temps à la plage. Mais ce n'était pas possible. Pas aujourd'hui, ni demain et encore moins plus tard. Le deuil. Les pleurs. L'envie de mourir tellement la vie vous retirait une à une chaque chose qui vous donnait un sourire. Et c'est d'ailleurs une vie qui était partie aussi précipitamment qu'elle était apparue. Ce petit être qui avait vécu, bien au chaud dans le ventre de sa mère. Un être qui avait tellement à apporter et dont l'existence était déjà en péril avant même de venir au monde. Xavier regarda Lysa avec un regard triste, mélancolique. Il posa sa main valide sur le ventre de la jeune femme, l'autre ayant été broyée par des débris du Pavillon Hillebrand. Il devrait faire de la rééducation, ayant des nerfs et des tendons touchés. Son bras lui faisait donc horriblement mal mais une bonne dose de morphine et quelques cachetons qu'il avait gardé d'une soirée avaient fait passé la douleur. Du moins, la douleur physique. Car si son bras était dorénavant hors service, son cœur lui avait été broyé de la pire manière qui soit. Un enfant, à peine un fœtus, toujours au stade embryonnaire. Une vie arrachée par ses erreurs et des disputes à répétitions. Il se sentait si coupable, et si triste. Voir le résultat de ses erreurs lui avait donné un grand coup de poing dans l'estomac. Un coup de poing qui le mit KO, hors jeu pendant des années à venir sans doute, anesthésiant son esprit de tout esprit rebelle, le rendant aussi faible que l'enfant qu'il avait été autrefois. Son esprit qui était d'ailleurs en train de se battre afin de rester au mieux de sa forme étant donné les circonstances pour Lysa. Il ne voulait pas l'abandonner une nouvelle fois. Il avait déjà fait dans ce registre et ne comptait pas recycler de vieux tours. Elle serait sa priorité à présent. Il serait là, avec elle. Présent. Ses choix seraient aussi les siens, il supporterait son envie de danser jusqu'à pas d'heure et ne lui enlèverait pas le choix de décider de son futur. Lui, il suivrait, il hocherait de la tête. Il ne voulait pas perdre plus qu'il n'avait déjà perdu. Son avenir de grandeur, il l'aurait, mais il le voulait avec Lysa à ses côtés. Pas seul. Un futur seul était misérable, hors d'intérêt. Il savait que son, désormais, ex-meilleur ami n'en avait rien à faire d'être seul dans le futur, mais lui aspirait à plus. Il voulait l'amour, la famille, l'argent, un bonheur. Il voulait construire ce que ses parents avaient eut il fut un temps. Une famille qui serait ensemble, heureuse. Pas un théâtre de faux sentiments et de regrets d'une vie non vécue pleinement. Sa jeunesse, aussi éphémère soit-elle, il la vit à fond, sans restriction. Mais si il pouvait connaître un amour véritable, il serait comblé. Posant sa tête sur le lit à côté de la petite blonde enfouis sous des tonnes de couvertures, il ferma les yeux, rien qu'un instant. flashback Le costume parfait, la soirée parfaite. Xavier avait décidé de tout prendre en main, de ne pas laisser son envie de paternité – bon gré mal gré – prendre le dessus. Il voulait que Lysa garde l'enfant, mais il ne voulait pas perdre Lysa. Et si pour avoir celle qu'il aime, il devait abdiquer sur ce point, il le ferait. Il donnerait tout pour garder la jeune femme. La voir en larme dans ses bras il y a peu de temps lui avait fait comprendre ça. Et le coup de poing d'un certain ami avait remis ses idées en place aussi. Son œil encore bleuté par le crochet du droit d'un certain Roman avait été le début de la fin pour Xavier. Prenant le carton avec le nom de sa cavalière, son cœur fit un bond. Il avait cru que le destin lui aurait joué un mauvais tour en le mettant avec la fille qui avait faillit tout faire capoter, la Rosenbitch en chef comme elle se faisait appeler, mais c'est le nom de Lysa Dickens qui était écrit en italique sur son carton. Partant à la recherche de la jeune femme, il prit une première coupe de champagne sur un plateau d'un serveur sous payé et débraillé avec son costume bon marché et ses baskets aussi usées que le bas de son pantalon. « Donne moi ça, et va m'en chercher d'autre, tu veux. » Son œil au beurre noir ne lui enlevait pas son caractère de merde au Xavier. Le ton condescendant à l'anglaise et le faux sourire en prime. Finissant la coupe d'une traite, il déposa la coupe sur une table qui était sur son chemin, ne voyant même pas qu'il renversait un peu de liquide doré sur la robe d'une étudiante qui passait par là. Voyant une traînée de cheveux blond reconnaissable entre tous, il se dirigea vers Lysa avec un sourire un peu timide. Elle le rendait nerveux, fébrile. C'était ça qu'il aimait en elle. La manière qu'elle avait de le rendre faible, de le faire descendre de son piédestal qu'il ne connaissait que trop bien. Elle le remettait à sa place sans soucis. « Si mademoiselle veut bien se donner la peine, votre cavalier est arrivé. » dit-il avec un accent britannique bien trop prononcé, même pour lui. Il mit sa main à disposition de Lysa. Son corps à sa disposition. Elle pourrait faire ce qu'elle voulait avec lui cette nuit. « Avant que tu ne pestes contre le destin qui nous a mis ensemble, accorde moi au moins une danse. S'il te plait. » Son regard bleu vert la suppliant, un sourire en coin en prime. Il voulait pour une fois qu'ils soient juste Lysa et Xavier, deux meilleurs amis. Le temps d'une danse. Il prendrait tous ce qu'elle voudrait lui donner. Cette petite femme qui lui arrivait à peine au menton savait comment le contrôler. C'était effrayant et excitant à la fois. fin flashback Une larme qui roule sur le tissu blanc. Une main qui serre l'autre. Ses paupières fermées. Il rêve. Ou se remémore plutôt. Des petits instants. Une soirée qui tourne au cauchemar. Xavier revoit toute cette nuit avec une tristesse profonde. Son cœur de jeune homme amoureux saigne en sentant le corps fragile de sa bien aimée à ses côtés. Sans défense. Même contre lui même. Une seule et unique larme. Car même dans ses rêves, même lorsqu'il est inconscient, il reste Xavier Cavendish. Un russe macho et fort qui ne laisse pas ses émotions paraître, maniaque du contrôle. Il reste le jeune homme qui avait mit son meilleur ami à dos car il avait couché avec sa cousine. Il reste celui qui avait poussé un ami proche à lui mettre un pain en pleine tête. Il reste celui qui était sortie avec son autre meilleure amie, si bien qu'elle avait préféré fuir le continent plutôt que de rester près de lui. Il reste un affreux bâtard qui recherche l'approbation et la colère de ses parents. Alors oui, il pleure. Mais c'est une unique larme qui prouve que malgré tout, il a un cœur. Un cœur qui a souffert plus qu'il n'aurait du. Un cœur qui s'est complètement brisé le jour où son enfant est mort avant même de voir le jour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the pain is there, in the middle of our heart – (l) Ven 20 Mar - 23:53

:out:
Revenir en haut Aller en bas

the pain is there, in the middle of our heart – (l)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Pain de mie son Jacquet
» Pain & pouding
» Quelle machine à pain choisir ?
» Recyclage de pain dur
» Recettes pour votre machine à pain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-