AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Tu te trompes ce n'est pas un simple jeu + OLIVIA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Tu te trompes ce n'est pas un simple jeu + OLIVIA Jeu 5 Fév - 17:14

TU TE TROMPES CE N'EST PAS UN SIMPLE JEU
Olivia Fitzgerald & N. Adrian Browning

Peu de temps après l’attaque de la seven society Leyna avait décidé de partir, si bien qu’aujourd’hui Adrian se retrouvait seul dans son appartement et il s’ennuyait. Les premières semaines après son départ Anastasia passa pas mal de temps chez lui ou bien ils sortaient si bien qu’il ne se sentait pas seul seulement Anastasia aussi est partie… Finalement les deux personnes auxquels il tenait le plus on fichu le camp de sa vie sans qu’il ait un seul mot à dire. Bien sûr il n’en voulait pas à sa meilleure amie et ils se parlent toujours, non la vraie perte c’était celle de Anastasia… Elle a décidé de partir, sans prévenir, de le quitter alors que tout allait bien. L’alpha a toujours revendiqué être un solitaire, quelqu’un aime passer du temps tout seul, pour penser, réfléchir, seulement la, la solitude commençait à lui peser. Il ne supportait plus d’être seul dans son appartement, à se morfondre, alors depuis quelques semaines, tous les soirs il sort, va dans des bars, pas vraiment pour s’amuser mais plus pour se morfondre en étant entouré. Les barmen commencent même à devenir ses amis, ce qui est une première pour lui mais qui n’est pas forcément bon signe non plus, car quand tu commences à connaître le prénom de chaque serveur de chaque bar c’est que tu y a passé un peu trop de temps. Enfin quoi qu’il en soit ce soir le jeune homme avait enfilé le premier t-shirt qu’il avait sous la main, un jean et après avoir rangé son portefeuille dans sa poche il attendit que son taxi arrive et lui demanda de l’emmener jusqu’à l’Absinthe bar. Bien sur une fois à l’intérieur son premier réflexe fut de se rendre jusqu’au comptoir et de commander un verre. Quelques minutes plus tard, son verre en main il se mit à regarder les gens autour de lui, soupirant en regardant les couples, et souriant en voyant des gars complètement ivres qui renversait leur verre sur la fille en face d’eux. Soudain une chevelure blonde attira son attention, il la fixa pendant quelques secondes avant de se mettre à rire lorsqu’il la reconnu enfin, Olivia. Il but son verre d’une traite, cela faisait des mois qu’il ne l’avait pas vu, elle était en train de parler à un garçon mais le brunet eu envie de s’incruster alors il s’approcha d’elle, se plaçant juste derrière elle et chuchota à son oreille tandis qu’elle ne l’avait pas vu «Cap ou pas cap de dire à ce gars qu’il put de la bouche et de lui proposer un chewing-gum ? » Il espérait qu’elle le reconnaisse, juste au son du Cap ou pas cap et surtout il espérait qu’elle allait réaliser son défis car le gars en face d’elle n’avait déjà pas l’air très sûr de lui alors cette remarque allait certainement l’achever. Comme le gars regarda Adrian avec curiosité celui-ci ajouta voix haute « Ah bonsoir, non je venais juste dire bonsoir à mon amie, mais ne vous inquiétez pas je vous la laisse » En vérité voir Olivia ce soir lui faisait plaisir et il comptait bien passer le reste de la soirée avec elle, au moins à ces côtés il oublierait ce pourquoi il est venu boire.
copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Tu te trompes ce n'est pas un simple jeu + OLIVIA Lun 9 Fév - 0:17


Tu te trompes ce n'est pas un simple jeu
adrien & olivia

J'avais envie de me changer les idées et de sortir de la maison pour profiter d'un verre avec quelques amis, tout ça en étant loin du cocon familial. Je suis lasse de me couvrir d'une polaire, de m'effondrer dans le gros fauteuil du salon, et de regarder des films à répétition tout en mangeant le saladier de pop-corn qui se trouve sur mes jambes –ça donne l'impression d'être une forte dépressive. Ce soir, sans avoir été prévenu, je me suis retrouvée seul. Gar, Mack, Jake avaient déserté sans laisser un mot –là c'est déprimant comme situation. Ce n'est pas parce que ma famille m'a délaissé que je vais rester seule ici. Enfilant des talons, je file prendre mon sac à main pensant qu'il était préférable de faire de nouvelles rencontre et pourquoi pas ne pas rentrer seule au passage. Ainsi sous une pluie battante, je cours à ma voiture pour me rendre à l'Absinthe Bar. Confortablement assise dans la voiture, je hisse sur mon nez mes lunettes de vue afin de mieux percevoir la route entre ces gouttes qui s'écrasent comme des balles sur mon pare-brise. Il fait déjà nuit, et les rues sont désertes. On dirait que personne n'a le courage de braver ce mauvais temps et préfère, contrairement à moi, rester bien au chaud chez soi. Le temps est peut-être déprimant, mais il ne faut pas pour autant se laisser abattre. De plus, c'est toujours les soirées imprévues qui sont les meilleures. Pourquoi ? Je ne sais pas, certainement parce qu'on ne s'attendait pas à passer une telle nuit, ou alors que tout est une surprise. Alors que celle que tu prévois depuis x temps et que tu te dis que ça va être quelque chose de grandiose, est, contrairement à l'idée que tu t'en étais faite, un raté. Rien ne se passe comme tu veux, et au final, tu rentres avant même qu'elle ne se soit achevée, bref un désastre total. Comme ce soir par exemple. J'avais prévu de parler avec Garrett, et de passer ma nuit dans son lit en train de lui parler de la pluie et du beau temps, afin de me vider l'esprit. Mais comme la plupart de ces derniers jours, il était nommé aux absents. Comment oublier tous ces soucis quand on est seul ? Boire ? Hm ouais, mais ça fait un peu ivrogne quand tu le fais seule dans ta chambre. Boire un verre –aller soyons fou deux- dans un bar en charmante compagnie, ça fait nettement moins alcoolique d'un coup. Pendant que je me perds dans mes pensées, Fitz ans th Tantrums passer à la radio. Je monte le volume, tout en remuant la tête de droite à gauche, puis de gauche à droite ... Oh, here we go. Feel it in my soul. Really need it, need it, so go. Gotta feel it, body takes control. Really need it, need it ...
Finalement, il n'y a pas tant de monde que ça, autant même dire que le bar n'est pas rempli. Il doit y avoir en tout une quinzaine de personnes, rien d'affolant. En entrant, je me suis même demandée si finalement, je n'étais pas mieux à la maison. Après deux minutes de réflexions, je me suis dirigée vers le bar pour demander une bière bien fraiche –pas très féminin, i know. Assise sur le tabouret du bar, je regarde tout un tour de moi, histoire de voir qui est-ce petit monde réfugié de la pluie. Il se trouve que malgré ce que j'ai pu penser en passant la porte d'entrée, il y a quelques jeunes gens de mon âge, dont la plupart des hommes. Il ne me semble pas que je les connaisse déjà. À une table près d'une fenêtre se trouve une bande de cinq amis composée de quatre garçons et d'une fille. Celle-ci semble s'ennuyer royalement, et fait tourner sa paille dans son diabolo comme pour faire passer le temps plus vite. Elle fait vraiment de la peine à regarder. L'un des garçons, se tourne vers moi, et me fait signe de venir à leur table. Tous me regardent avec insistance, je bois une bonne gorgée de ma bière et me dirige vers eux. Si je me retrouve dans le même état que leur ami, je file sans même me poser de question, il est hors de question que je fasse pitié.
Assez rapidement, je comprends pourquoi cette brune préfère faire mumuse avec son verre plutôt que d'avoir une conversation intéressante avec ces amis. Tout bonnement parce qu'ils n'ont pas de conversations intéressantes, ils me font juste penser à des lycéens. J'ai beau avoir y eut demandé leur âge, je n'arrive pas à me faire à l'idée qu'ils sont à peu près le même âge que moi. Vraiment pas. Mais l'un d'eux et plutôt mignon, et je suis certaine que je vais pouvoir rentrer avec lui sans aucun souci. Il n'est pas bavard, à dire vrai, il ne sait même pas s'y prendre avec les filles. On dirait même que c'est la première fois qu'il en voit une en chair et en os. Il me regarde d'un air béat comme si j'allais le dévorer tout cru sans hésiter une seule seconde l'empêchant ainsi de formuler une seule phrase concrète. J'ai envie de lui donner un bon coup de jus, mais là, je me dis que je m'abaisse vraiment très bas. Je le regarde d'un air assez moqueur avec ce sourire qui veut dire : vas-y finit ta phrase, mais oui, tu vas y arriver, c'est bien, continu comme ça ; lorsque quelqu'un me chuchote à l'oreille. Je n'ai pas besoin de me retourner pour comprendre qui sait. Le simple fait de dire cap ou pas cap me rappelle de bons –en quelque sorte- souvenirs d'une fin d'année scolaire. Cette voix qui me demande si je suis cap de dire au blondinet qu'il pue de la bouche tout en lui proposant de prendre un chewing-gum me fait rire tout me mordant les lèvres. Je ne me pose même pas la question, je sais que j'en suis capable. Mais l'un d'eux et plutôt mignon, et je suis certaine que je vais pouvoir rentrer avec lui sans aucun souci. Le blond regarde très étrangement mon ami qui se trouve derrière moi, ça présence le perplexe plus qu'autre chose. Adrian lui donne une excuse à deux dollars et s'en va lentement. Je me mets à me racler à la gorge tout en faisant rouler les yeux de haut en bas, et me frotte le nez, tout en cherchant dans mon sac à une main un chewing-gum à la menthe, je lui dis tout doucement « Excuses-moi, mais, ce n'est plus tenable. » Je sors ce qui rend l'haleine fraiche, le tend. « Tu n'en veux pas un ? Je ne t'oblige pas, mais, je te le conseille vivement, ton haleine sent vraiment très fort. » Le blond, se stoppe me regardant avec de grands yeux, prend un chewing-gum et s'en va d'un pas rapide en direction de la porte qui mène à l'extérieur. Finalement, ça ne s'est pas trop mal passé, c'est même assez rigolo comme situation. Lui qui n'était pas à l'aise avec moi, ne le sera certainement plus du tout avec aucune autre fille de mon genre. Je me retourne et retrouve Adrian qui s'est assis à une table pas très loin de là. Il n'a pas changé d'un pousse, toujours aussi taquin. Cela faisait quelque temps que je ne l'avais pas revu, et ça me fait un bien fou de la revoir ici. Quelle était la probabilité que l'on se retrouve le même soir dans le même bar ? Quasi-nul, surtout avec ce temps. « Cap. » lui dis-je à l'oreille, tout en posant mon verre sur la table. Je m'assois en face de lui, et lui fait un grand sourire. Que fait-il là tout seul ? Normalement, ce sont les déprimés comme moi qui viennent se morfondent ici pour boire et essayer de faire passer le temps. « Que fais-tu là Browning ? Ne me dis pas que tu fais partie du clan des déprimés, car, ça ne te va pas au teint. » Je n'ai pas pour habitude de le voir dans un état de déprime, mais plus dans un état à faire pitié –quand moi-même, je fais pitié- jusqu'au point de lui proposer un chewing-gum –avec raffinement, bien entendu. C'est à ce moment-là, lors de leur première rencontre au fond d'un jardin qu'on a fait connaissance tout en lançant ce jeu qui perdure depuis. « Je suis contente de te voir, et j'espère que je ne vais pas avoir besoin de te proposer un chewing-gum à ton tour. Pour la deuxième fois en plus. »

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Tu te trompes ce n'est pas un simple jeu + OLIVIA Sam 14 Fév - 17:14

TU TE TROMPES CE N'EST PAS UN SIMPLE JEU
Olivia Fitzgerald & N. Adrian Browning

Adrian a toujours trouvait ça déprimant d’aller boire un verre tout seul dans un bar mais maintenant il comprend mieux pourquoi, c’est tout simplement parce que les personnes qui vont boire seule sont déprimés donc forcément ça à un aspect pas très joyeux. Sa théorie se confirma lorsqu’il se mit à regarder les gens autour de lui, le bar n’était pas remplit et au moins la moitié des personnes était venue seule et à part un gars un peu relou qui essayait d’aller draguer un groupe de filles tous les autres étaient avachis, à boire leur verre sans un seul regard autour d’eux. La plupart étant des garçons d’ailleurs, ce qui lui fit penser que c’était peut-être un truc de mec de faire ça, c’est vrai les filles déprimés vont rarement dans les bars, non elle reste chez elle à regarder des films romantique en pleurant et en mangeant de la glace. Des clichés vous dîtes ? Peut-être bien mais pour qu’il y est clichés il faut bien qu’il y a des personnes qui agissent comme ça donc ce n’est pas totalement faux.

Le brunet fini par reconnaître une de ses connaissances et décide d’aller l’embêter ou peut être bien de la sauver vu à quel point le gars qui est en face d’elle a l’air amorphe. Il lui lance alors un défi et tandis qu’il retourne s’asseoir il écoute la conversation d’une oreille en se retenant pour ne pas rire. Il a le sourire aux lèvres lorsqu’elle vient le voir après avoir réussi son défi. « Je pourrais te poser la même question Fitz à moins que tu sois venue la pour draguer en bonne beta que tu es » Il préféré détourner la question plutôt que d’y répondre, il se tourna finalement vers le comptoir commanda deux nouveaux verres un pour elle et un pour lui et décida finalement de dire la vérité au lieu de tourner autour du pot «Comme surement la moitié des mecs de ce bar je viens parce que je me suis fait prendre pour un con, j’ai décidé de tomber amoureux et je me suis fait larguer » Une brève image de Anastasia apparu dans son esprit avant qu’il ne la chasse rapidement en reposant son regard sur elle. Il passe une main dans ses cheveux et rit à sa dernière remarque, c’est vrai que leur rencontre c’était faîte grâce à ça, il venait de vomir et c’était assis à côté d’elle, et surement qu’il avait dû l’assommer avec son haleine alors elle lui proposa un chewing-gum après en avoir pris un elle aussi car elle était dans le même état. Quand il repense aux circonstances dans lesquels ils se sont rencontrés finalement il ne peut s’empêcher de sourire. «Non t’inquiète pas je dois juste sentir l’absinthe pour l’instant donc ça va tiens regarde » Il se mit alors à lui souffler à la figure pour qu’elle ait une preuve et il se mit finalement  à rire. En temps normal il n’aurait surement jam ais fait ça à une Beta car tout le monde sait qu’elles sont soit disant trop belle, classe, etc… Mais vu comme elle était la première fois ou il l’a vu et bien il a vite fait abstraction du fait que c’était une Beta car elle était moins superficielle que la plupart de celle qu’il a rencontré ou qu’il voit se balader dans l’université.
copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Tu te trompes ce n'est pas un simple jeu + OLIVIA Dim 8 Mar - 22:00


Tu te trompes ce n'est pas un simple jeu
adrien & olivia

Normalement, quand je commence à me sentir un peu seule, je prends mon unique paire de baskets et me revête de mes vêtements de sports fluorescent ainsi que de mes écouteur et d'une bonne musique pour aller serpenter les pistes spécifiquement faites pour les joggeurs du jour. Courir sans savoir où aller jusqu'à ne plus sentir son cœur battre au niveau de sa poitrine et d'avoir envie de vomir ses tripes. Se dépenser, c'est aussi un moyen de s'échapper pour ne plus penser à quoi que ce soit. C'est ma dernière année à Berkeley, et je me rends finalement compte que je vais bientôt prendre mon envol et prendre à nouveau un nouveau départ. J'avais quitté Sydney pour reprendre mes études et reprendre surtout un nouveau départ pour oublier surtout les mauvais choix. En arrivant ici, j'ai su trouver ma place et en quelque sorte repartir sur de bons pieds. Alors afin de ne pas penser à tout ça, je me dépense coûte que coûte dans mes études, dans mes passions ... Si le temps avait été plus clément avec moi ce soir, je suis certaine que je serais partie courir jusqu'à plus souffle. J'aurais pu aussi me mettre à cuisiner, mais seule ce n'est pas vraiment intéressant. Quand je commence à m'y mettre, je n'arrive plus vraiment à m'arrêter. J'aurai pu aussi dessiner quelques modèles de vêtements ou me mettre à la couture, mais j'avais nullement envie de me mettre à réfléchir, je voulais tout simplement souffler sans vraiment penser. Au départ, je voyais une soirée de déprime, seule sur mon canapé, puis enfin l'idée de sortir dans une bar m'est venue à l'esprit. Contrairement à ce que je pensais, je suis très heureuse que ce soit le déluge dehors, car, sans ça, je ne serais pas tombée sur Adrian qui se lamente seul dans son tout petit coin. Jamais je n'aurais pensé le voir ici, et encore moins ce soir. Les deux déprimés sont de sortie, et sont prêt à mener le jeu. Alors quelle était la raison de sa venue en solo dans ce bar, il détourna la conversation sur ma propre venu, malin le singe. Tout en fronçant les sourcils, je lui dis « Je me rends, tu m'as démasqué. » tout en levant les mains comme pour véritablement me rendre. Puis, reprenant mon sérieux d'un regard, je fais signe que j'attends la réponse à ma question d'origine. Il se retourne pour demander deux verres, ce qui veut dire, je pense que ce n'est pas quelque chose de facile. Contre à moi, ces problèmes sont beaucoup plus sérieux que les miens. J'espère seulement que ce n'est pas quelque chose d'insurmontable, car, s'est vraiment quelqu'un de bien et s'est rare de nos jours. Sans réellement penser qu'il allait véritablement me dire ce qu'il n'allait pas, il commença alors à dire la raison de sa venue. J'avais vaguement entendu parler du départ de sa petite amie, Ana. Je n'avais pas tenu à vraiment savoir ce qui s'était passé, j'avais alors fait la sourde oreille quand la rumeur s'était propagée. À ce moment, je pensais qu'il était préférable que mon ami me le dise par lui-même. Je ne sais pas quoi vraiment lui dire, je ravale même mon sourire. Je comprends tout à fait ce par quoi il passe, et on est tout un tas de personnes à avoir eu la même histoire que lui. Alors que les verres arrivent à notre table, je lui prends la main machinalement. « O! Tu sais y a un club qui réunit toutes ses personnes, mais apparemment, c'est trop déprimant comme endroit, donc je te propose de ne pas y aller et de rester boire jusqu'à qui sait ne plus penser. » Je lui souris, mais je ne sais pas quoi lui dire. Chacun réagit à sa façon, et met plus ou moins longtemps avant de passer à quelque chose. « Contrairement à nos habitudes, je te propose d'inverser les rôles, et cette fois, je vais me lancer mon propre cap. Cap, de te faire oublier ce souvenir douloureux, au moins pour cette soirée. » Tout en buvant une gorgée, je lui tends une main, afin qu'il la serre. Finalement, il se mit à rire, alors je pense qu'il n'est pas dans un profond gouffre, jusqu'au point de manger de la glace jusqu'à ne plus pouvoir s'arrêter tout en regardant des films juste totalement déprimants, avec à porter de main une voire deux boites de mouchoirs. Rien que pour avoir eu le courage de sortir de chez lui, je lui tire mon chapeau. Alors que je lui avais rappelé dans quelles circonstances dans les quelles ont s'était rencontré, il me souffla au visage pour me prouver qu'il a encore une haleine fraiche. Tout en secouant la tête, je ne pus m'empêcher de me mettre à rire. « Hm d'accord, mais au cas où j'en ai tout un tas dans mon sac. Il vaut mieux prévoir que guérir comme on dit. »
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Tu te trompes ce n'est pas un simple jeu + OLIVIA Ven 20 Mar - 23:42

:out:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tu te trompes ce n'est pas un simple jeu + OLIVIA

Revenir en haut Aller en bas

Tu te trompes ce n'est pas un simple jeu + OLIVIA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le pharynx et la pharyngite
» J'en ai marre...
» Qu'en pensez-vous ?
» contraception définitive
» Papillomavirus, conisation et cie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-