AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

you've got a heart as loud as lion ≈ miss hop's

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: you've got a heart as loud as lion ≈ miss hop's Lun 23 Mai - 20:48

Maisy Cagle-Hopkins
ft. JENNA-LOUISE COLEMAN
» Prénoms : maisy rebecca kalie » Nom de famille : cagle-hopkins » Nom d'usage : maisy cagle-hopkins » Surnom/pseudonyme : mai' » Nationalité : américaine » Origines : mexicaines » Date de naissance : 9 septembre 1992 » Lieu de naissance : à las cruces, dans le nouveau-mexique » Lieu de résidence actuel : new-york » Occupation actuelle : diplômée en master professionnel d'astronomie et sans emploi » Statut civil : en couple avec mr shark et amoureuse d'un rosenbach

       
god bless america (& its citizens)
ce qu'il faut savoir sur ton personnage


» Elle grandit. Elle prononce ces premiers mots. Elle fait ses premiers pas. Maisy est une petite fille pleine de vie. Son visage s’anime sous les yeux de ses grands-parents, attentifs à ses besoins. Les années défilent et les questions arrivent. Où est maman ? Comme s’appelle Papa ? Des interrogations sans réponses. Des silences qui demeurent. Une blessure qui se creuse. De plus en plus profonde, de plus en plus difficile à accepter. On ne comprend pas. Alors, quand grand-père essayait tant bien que mal de lui expliquer, de préserver son innocence. Maisy continue de grandir. Des fois, elle recevait une lettre de sa mère. Souvent, pour les anniversaires. Comme si elle avait besoin d’une raison pour écrire à sa fille, pour lui dire que tout allait bien. Au départ, l’espoir l’envahissait à chaque phrase, chaque mot. Elle n’attendait qu’une chose. Revoir cette dernière. Maisy rêvait souvent de cet instant. Elle s’imaginait la situation, les retrouvailles. Le parfum que porterait sa mère. Le sourire qu’elle afficherait sur son visage. Ses yeux pétillants. Elle se voyait pleurer. Émue par cette présence qui lui manque tant. Sauf, que les promesses n’aboutissaient jamais. Des paroles en l’air. Il lui fallait juste du temps pour le comprendre. La maturité. La violente réalité qui cognait son cœur à chaque lueur d’espoir. Elle ne savait pas quand tout cela allait s’arrêter. Est-ce que sa mère arrêterait d’écrire ? Elle aurait préféré. Au lieu de ça, Maisy a fait un choix. Elle n’a plus ouvert ces lettres remplies de mensonges, d’hypocrisies. Elle n’avait que douze ans, quand elle comprit. Le père noël n’existait pas. Alors pourquoi sa mère changerait ? Pourquoi est-ce qu’elle reviendrait sur ses pas ?

» Et il y a eu ce télescope. Celui qu’ils prenaient pour monter sur le toit de leur maison. Comme une révélation, l’enfant n’arrivait plus à s’en détacher. Tous les soirs, elle aurait souhaité observer les étoiles. Les livres. Les films. Elle s’intéressait. Elle occupait son esprit avec la loi des astres. Elle renaissait. Peut-être que c’est compliqué à comprendre. Peut-être pas. Si Maisy avait de bonnes notes, elle pouvait monter sur le toit. Alors, quand cela arrivait, elle perdait toute notion du temps. Restant des heures avec les étoiles. Elle leur donnait des noms. Elle était dans son monde. Personne ne pouvait comprendre le sentiment qui l’envahissait. Elle ne cherchait pas non plus à être comprise. Et cette fascination pour la lune, le soleil n'allait pas s'arrêter en si bon chemin. C'est ce qui a poussé la jeune femme à étudier l'astronomie, à se laisser tenter. D'un moment de curiosité à cette confirmation qu'elle était sur la bonne voie. Ici et ailleurs, c'est ce qu'elle pourrait toujours faire. Surveiller le ciel sans se poser de question, sans pour autant s'égarer.

» Ses premières formes venaient dessiner la silhouette de la jeune femme. Les traits de son visage s’affirmaient. Sa personnalité se forgeait. Déterminée et passionnée, elle était cette petite fille que tout le monde regardait. Celle qui discutait avec les filles, avec les garçons. Elle avait de bonnes notes. Elle était très polie. La fierté de sa petite famille. Avant que ces problèmes de santé fassent surface. L’adolescente qu’elle était, cherchait une identité. Comme toutes les filles de son âge, elle avait des idoles, des personnes dans le coin de sa tête, à qui elle souhaitait ressembler. Sauf, que le chiffre sur sa balance ne faisait que monter. Elle était en surpoids. Quelques mois, à peine et Maisy était devenue, celle dont on se moquait dans la cour de récréation. Des surnoms, elle en avait à revendre. Patate. Bouboule. Grosse Maisy. Baleine. La jeune enfant supportait ces réflexions au quotidien. Elle contenait sa colère et sa haine. Si vous savez le nombre de fois, où elle aurait mis son poing dans le visage d’une de ces filles. Ces dernières ne méritaient pas ses larmes et elle le savait. Elles ne méritaient aucune attention. A cette époque-là, les seuls à l’accepter telle qu’elle était, se trouvaient être les garçons. Maisy était très sportive. Son sur poids ne venait pas de là. Elle ne mangeait pas trop. Elle ne mangeait pas en cachette. Ces grands-parents ont donc décidé de l’amener voir un spécialiste et après plusieurs analyses, le verdict est tombé. Elle était atteinte de problèmes thyroïdiens. Elle allait devoir suivre un traitement. Un régime pour perdre ses kilos accumulés. Ceux qui la gênent. Il lui faudrait du courage pour tenir, pour retrouver une silhouette dite normale. Cela n’allait pas être facile.

» Avec les années et de la volonté, Maisy était devenue une magnifique jeune femme. Elle avait perdu ses kilos. Elle était méconnaissable. Elle était fière d’elle et elle comptait en profiter. Même si pour la demoiselle, il était temps de trouver une université. Elle avait d’autres projets en tête et elle ne savait pas comment en discuter avec ces grands-parents. Maisy voulait prendre une année sabbatique. Voyager, c’est ce qu’elle avait en tête. Bien sûr, elle s’inscrirait en rentrant à l’université. Elle avait même choisi celle de Montréal. La jeune femme avait des projets. Elle se voyait étudier l’astronomie. Alors, elle voulait juste se donner du temps pour profiter de sa jeunesse, pour découvrir des paysages. Elle le souhaitait plus que tout. Elle en avait besoin. Maisy était devenue une toute autre femme. Elle se surprenait à rêver et elle ne laisserait personne marcher sur son chemin. Elle ne laisserait personne lui mettre ce doute en tête. Gâcher ses rêves et ses envies. Ses grands-parents le comprirent très vite. Elle avait donc le feu vert, les billets en mains et sa valise fermée. Elle allait aller en Europe. Elle allait retourner au Mexique. Tellement de projets en tête, qu’elle fût obligée de tout planifier. La jeune femme promettait à ses tuteurs légaux qu’elle donnerait des nouvelles. Au minimum, une fois par semaine. Enthousiaste et heureuse, elle les quittait pour une longue année pleine de rebondissements. Elle le savait et elle souhaitait. Se créer des souvenirs, rencontrer de nouvelles personnes. Aujourd’hui, elle n’avait plus peur de rien. Elle attrapait ses lunettes de soleil et prenait son premier envol, en direction de Las Vegas.

» Berkeley. Elle n'y avait pas cru et pourtant. Maisy venait de rentrer dans une des plus grandes universités du pays. Elle avait intégré une confrérie. Elle s'était faite un cercle d'amis. Elle s'était également laissée charmer par certains. Et elle en avait fait chavirer d'autres. Cette relation avec Joe restera sans aucun doute sa plus grande révélation. Ni même leurs personnalités complétement différentes, ni même leur différence d'âge, ni même les doutes et la peur, n'avaient réussi à les séparer. Après des hauts et des bas, dans la force comme dans la souffrance, pour le première fois et avec lui, Maisy trouvait son équilibre. Elle était également prête à l'assumer et dès que les rumeurs se faisaient entendre, ils ne cherchaient pas à nier. C'est dans cette relation que la jeune femme a trouvé de nombreuses réponses. Elle s'est trouvée elle-même. Pour rien au monde, elle ne voudrait changer cela. Changer ce qu'ils ont vécu. Et elle ne pourrait jamais assez le remercier. D'avoir été là quand personne ne répondait présent. D'avoir cru en elle, quand elle se sentait au fond du gouffre. De l'avoir aimé plus que quiconque. Alors même si elle n'était pas toujours à la hauteur, Maisy essayait. A travers cette histoire de cœur, elle s'est livrée corps et âme sans se soucier, peut-être même sans penser à elle. Car, elle l'avait lui. Joe. Le professeur Shark. Son premier grand amour, sans le moindre doute.

       
public knowledge
mise en situation rp


Si naturellement, si sincèrement.. Son sourire répondait au sien. Ses prunelles retrouvaient les siennes et plus rien d'autre ne comptait. Il n'y avait personne qui pouvait venir les déranger ou les critiquer. Car, une telle relation faisait également naitre de grandes jalousies. Comment ? Pourquoi ? Cela ne regardait personne et personne n'avait besoin de savoir leurs petits secrets. Wren et Maisy, c'était une histoire qui fonctionnait, bien au delà de l'habituel. Mais, ils étaient surtout loin des rancœurs, des jeux malsains ou toutes ces conneries qui pouvaient nuire à l'être humain. Non, les deux jeunes gens étaient.. Comment dire. Indescriptibles. A la fois, le jour et le nuit.. Ils arrivaient à se retrouver. Avec la folie de Maisy. Avec le côté terre à terre de Wren. Ils formaient une jolie paire. Une jolie affaire, qui au bord de cette mer, comptait ainsi profiter et s'apprêter à saluer l'été. Car, toutes les bonnes choses devaient connaitre une fin. Une légende ou une réalité, pensez-vous. En tout cas, cette idée devait être également une évidence pour le jeune homme. Cependant, le côté rêveur de Maisy, était très loin de vouloir l'accepter ou de le souhaiter voir gagner. Les fins, elle n'appréciait guère. Elle ne souhaitait pas en parler et elle faisait tout ce qui était possible, pour que rien de tel, ne puisse se réaliser, s'immiscer entre elle et son chéri, son iota. Maisy ferait tout pour le garder, toujours un peu plus à ses côtés, parce que ça n'était jamais assez. Grande insatisfaite. Grande utopiste. Elle se voyait déjà loin, tant qu'il répondait présent, tant qu'elle sentait sa main dans la sienne. C'était ainsi, sans explication ou commentaire et même lorsqu'elle décidait de lui voler un simple baiser. Juste comme ça, parce qu'elle en avait envie. Pourquoi s'en priver quand rien n'était compliqué ? Pourquoi se tracasser, lorsqu'un regard suffisait à la rassurer. « J'espère bien. Je n'ai qu'une parole avec toi. » rétorquait-elle avec son sourire malicieux. Désormais sur ce tapis de sable, plus rien ne pouvait leur arriver. Pour la première fois, depuis longtemps, elle pouvait en profiter pleinement. Car, le temps ne leur avait pas laissé une minute de répit. A leurs nuits dans la confrérie. Jusqu'à la révélation de son identité. Sans oublier le bal de fin d'année et cette cicatrice qu'elle avait vu prendre possession de son coeur. Au feu de camp et aux incroyables confidences de la jeune femme. Ils en avaient vécu des choses, ensemble ou séparément. Ils en avaient vu de toutes les couleurs. Ils avaient pleurés et ris. Ils s'étaient surtout toujours et éternellement supportés. Comme pour ce toast qu'elle décidait de porter, pour relancer cette année et se donner plus de courage. Préserver leurs fiertés. Quoi qu'il pouvait leurs arriver, elle croyait en leur ami-mour. « Et on se retrouvera mon Wren. En enfer. Au paradis. Ici ou au bout du monde. C'est comme ça. Alors, trinquons jusqu'à ce que le soleil se soit couché et on avisera avec le peu de lucidité qu'il pourrait nous rester. Après.. Après c'est mieux. Ça rime avec heureux. » ajoutait-elle, comme si ça suffisait. Près l'un de l'autre, ils ne se quittaient plus. On pouvait entendre la musique de ses vagues qui se défiaient. C'était tellement agréable de se couper du monde, c'était tellement ce qu'il leurs fallait. Surtout pour partager quelques confidences avec le jeune homme, pour se livrer parce qu'il y avait eu du nouveau. Elle ne savait pas comment s'engager sur ce terrain sinueux qu'on appelait Joe. Néanmoins, elle sentait le souffle chaud de Wren, caresser son front. Elle sentait son parfum à nouveau contaminer son être. Elle se sentait en harmonie avec lui. Que la terre pouvait s'arrêter de tourner, elle ne le remarquerait pas. Pas après ces belles paroles qui réchauffaient son être. Allongée, elle décidait ainsi de rester à sa place. En position couchée pour observer la voie lacté ou ce qu'elle pouvait s'imaginer. Puis, elle revenait sur ce visage parfait qui était celui de Wren. Il s'était également allongé près d'elle et elle ne pouvait pas s'empêcher de le toucher. De longues minutes à l'admirer et à lui caresser cette main qu'elle tenait avec fermeté, parce que jamais.. Oh non, jamais, elle ne voulait le perdre. Maisy ne pouvait pas le supporter. Elle ne pouvait même pas l'imaginer et pour se faire, elle revenait à ses pensées et ses dernières nouvelles sur leurs relations personnelles.  « Tu penses que cette année, tu vas rencontrer de nouvelles filles ? Tu penses que tu vas pouvoir t'y attacher ? Tu crois vraiment qu'on est tous destiné, sérieusement, à trouver cette fameuse moitié ? » l'interrogeait-elle, avec ce sourire rêveuse, parce que malgré le fait, qu'elle y croyait peu.. Elle voulait qu'il soit heureux. Elle voulait qu'il retrouve cet espoir. Alors pour se faire, elle songeait instinctivement à ce qui c'était passé dernièrement pour elle. Au chemin du professeur Shark, qu'elle avait recroisé et à cette journée qu'il lui avait accordé, en compagnie de sa petite famille. « D'ailleurs, j'ai revu Joe. L'autre soir, j'ai dormi à nouveau avec lui. J'ai oublié de te le dire.. Enfin, c'était particulier. Je ne sais pas l'expliquer. » avouait-elle, tout en portant désormais la bouteille à ses lèvres. Il en était fini des bonnes manières. Fini de se tracasser, lorsque l'on se retrouve en si bonne compagnie.. Maisy ne se remettait jamais en question. Elle agissait toujours selon ses envies et encore à ce moment présent, elle continuait. Au chevet de Wren, la jeune femme pouvait être elle-même. Elle pouvait être cette grande rêveuse. Cette jeune femme qui ne pouvait pas s'empêcher de croire aux grandes émotions. Amour. Amitié. Elle y croyait dur comme fer et il en était responsable. Ce jeune homme n'était pas comme tout ceux qu'elle avait côtoyé ou ceux dont elle avait pu croiser le chemin. Non, il était devenu son repère, une partie de son être. Et quand Wren ne souriait pas, elle essayait de s'y donner à coeur joie. Elle essayait de l'amuser, de lui faire oublier les difficultés de la vie. Pourtant, Maisy y était habituée. A trop rêver, on trébuche facilement et elle le savait. Elle faisait preuve souvent d'inconscience. Elle n'analysait rien. Agissant comme son coeur la commandait, comme ses envies la dirigeaient. Elle était ainsi, imprudente et vivante. Elle faisait partie de ses êtres qui n'ont besoin de rien, si ce n'était que d'être appréciée à leur juste valeur. Alors, encore allongée, elle souriait et fixait à nouveau ce ciel qui commençait à changer de couleur. Elle le fixait et réalisait qu'elle l'aimait. Attrapant la main de Wren, la demoiselle entrelaçait ses doigts au sien, pour ne faire qu'un.. Aujourd'hui et demain.

       
who plays the part ?
ce qu'il faut savoir sur toi


       
» Prénom : elodie
» Pseudo : elo, lodiie
» Âge :  vingt-cinq ans
» Scénario ou personnage inventé : inventé
» Des multicomptes ? mes miens
» Impression sur le forum : toujours le même!
» Crédits : tumblr
» Le mot de la fin : perfeeectooo
       
       
Revenir en haut Aller en bas
Wren Rosenbach
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : Fanny (nanouche)
date d'inscription : 28/12/2011
nombre de messages : 14120
avatar : Max Irons

MessageSujet: Re: you've got a heart as loud as lion ≈ miss hop's Lun 23 Mai - 21:02

la maisyyyyyyyyyyyyyyyy
miiiiiiiiiiih un de mes liens préférés de tous les temps bave bave
je te dis pas bonne chance mon nut :plop: :plop: :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Ness Glaswell
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : noémie
date d'inscription : 09/06/2014
nombre de messages : 5111
disponibilité rp : sebastian
avatar : lily james

MessageSujet: Re: you've got a heart as loud as lion ≈ miss hop's Lun 23 Mai - 21:04

bonne fiche mon elo :mimi: :plop:
big up aux soeurs cagle-hopkins nahahaha !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: you've got a heart as loud as lion ≈ miss hop's Lun 23 Mai - 22:36

La jolie Maisy :mimi: :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: you've got a heart as loud as lion ≈ miss hop's Lun 23 Mai - 22:39

trop de souvenirs.
maisy est trop parfaite ma folle. :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: you've got a heart as loud as lion ≈ miss hop's Lun 23 Mai - 23:14

qu'elle est jolie :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: you've got a heart as loud as lion ≈ miss hop's Mar 24 Mai - 8:08

big up aux cagle-hopkins thumbs up :mimi:
et merci à vous :plop: c'est au plaisir ! je suis ravie de vous la faire partager pour de nouvelles aventures.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: you've got a heart as loud as lion ≈ miss hop's Dim 29 Mai - 13:53

rebienvenue avec ta maisy :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: you've got a heart as loud as lion ≈ miss hop's

Revenir en haut Aller en bas

you've got a heart as loud as lion ≈ miss hop's

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» A HEART AS LOUD AS LION (millie)
» Ma collection de vernis OPI...
» RAL MAC
» bàrbie ? total eclipse of the heart.
» Takochus d'Alie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp :: Présentations et fiches de liens (++ scénarios)-