AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

fade into you. (wesley)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: fade into you. (wesley) Mer 6 Juil - 23:33

Standing in a crowded room but all I see is you like a spotlight follows where you are.
Do you know I never want to leave your side, desire swallows up my pride.
I can't say no, I want you, so I've got to see this through,
'cause I just can't fight this feeling, we should be lovers.

« Ta présence n'est pas demandée, elle est obligatoire » asséna d'une voix chantante Victoria à son aîné, toujours maussade lorsqu'elle évoquait les nombreux événements caritatifs auxquels elle participait et au cours desquels elle ne pouvait concevoir l'absence de Sebastian, ne lui en déplaise. Si lui n'avait jamais été particulièrement amateur de toutes ces occasions formelles, guindées même, Victoria en avait toujours raffolé. Cette année avait une saveur toute particulière pour elle, car plus que d'y participer, elle l'organisait pour la première fois. La cause trouvait une résonance spéciale, pour la défendre depuis plusieurs années : les adolescents atteints de cancer. Les fonds récoltés seraient intégralement reversés à l'association qu'elle parrainait depuis plus de trois ans afin de permettre la prise en charge intégrale des adolescents atteints de cancers en phase terminale hospitalisés. Si la mission était noble, le moyen l'était sans doute un peu moins : les Windsor, comme beaucoup de familles riches de Londres, était des habitués de ce type d'événement, et tous avaient conscience qu'il s'agissait là plus d'une occasion de s'exhiber que de faire une bonne action. Néanmoins, le fait de l'organiser de A à Z donnait à Victoria une occasion supplémentaire de s'investir dans quelque chose qu'elle adorait – à l'inverse, donc, de son frère. « S'il te plaît... » supplia-t-elle presque d'un timbre minaudant, couplé à un regard de chien battu qu'il ne pouvait voir étant donné qu'elle tentait de le convaincre depuis son téléphone portable dans une boutique de styliste réputée pour ses créations sur mesure. « La couturière est en train de me tuer du regard, je dois raccrocher, mais si tu ne viens pas, sache que tu auras ma déception éternelle sur la conscience. » Satisfaite d'un argument généralement très efficace face à un frère qui ne pouvait rien lui refuser lorsqu'elle l'utilisait, elle raccroche avant de poser gracieusement son téléphone sur la table. La couturière en question – une femme d'une cinquantaine d'années avec un goût pour les vêtements assez particulier, une chance qu'elle n'ait pas été la créatrice de la boutique – poussa un soupir mécontent avant de reprendre l'ourlet d'une robe en organza rose pastel créée expressément pour l'occasion. Si Victoria tentait de rester la plus sobre possible lors de ces événements, elle n'avait pu s'empêcher la fantaisie d'ajouter à sa robe des perles brodées, transformant une pièce déjà splendide en une véritable robe de princesse, seyant parfaitement à... la princesse qu'elle était. La couturière glissa la dernière épingle en bas de la robe pour en réduire la longueur avant de s'éloigner pour jeter un regard d'ensemble à l'oeuvre. A en juger par le vague sourire au coin des lèvres, elle semblait satisfaite du résultat, et Victoria fit un tour sur elle-même avant de s'arrêter en direction de Wesley, son garde du corps aux multiples casquettes (dont celle d'accompagnateur de shopping, qu'elle qualifiait de risque du métier) pour chercher son avis. « Alors, qu'est-ce que tu en penses ? » Naturellement, lorsqu'une princesse posait ce genre de question, aucune réponse dénigrante n'aurait été acceptée mais Wesley avait la manie perturbante de ne pas s'embarrasser ni de formalité, ni de politesse, et d'offrir une réponse à l'honnêteté aussi tranchante qu'une lame de rasoir. « De toute façon, même si tu ne l'aimes pas, moi je la trouve parfaite » décida-t-elle, refusant de soumettre à l'avis de quelqu'un qui n'y connaissait de toute façon pas grand-chose le choix final pour un événement d'une telle importance. Toujours tirée à quatre épingles, surtout lors de galas de charité, elle redoublait cette fois d'effort pour faire la meilleure des impressions et encourager les participants à se montrer aussi généreux que les sourires qu'elle distribuerait tout au long de la soirée. Elle descendit élégamment de l'estrade et s'approcha de son garde du corps. « On y va » annonça-t-elle avec toute l'autorité que lui conférait son statut. Elle échangea quelques mots avec la couturière sur le fait que sa robe devait lui être directement livrée dans son appartement dans les prochaines heures, et quitta la boutique, Wesley sur ses talons. Là où, d'ordinaire, un garde du corps digne de ce nom se tiendrait en retrait, légèrement en arrière pour donner l'illusion de ne pas être là, Wesley se faisait un plaisir de déroger à cette tradition pour se tenir juste à côté d'elle et aligner son pas sur celui, pressé, de Victoria. Celle-ci avait cessé de chercher à comprendre comment un garde du corps pouvait échouer si lamentablement dans un rôle pourtant simple et se contentait de sa présence, rassurante, et même agréable. Ils longèrent l'une des artères les plus touristiques de Londres avant de prendre un tournant pour se retrouver dans une rue plus calme, dans laquelle s'alignaient nombre de boutiques de luxe. Elle en dépassa quelques unes avant de s'arrêter devant l'une d'elle et d'y entrer. Le propriétaire, en la reconnaissant, se dirigea droit sur elle et lui adressa les salutations d'usage, à grand renfort de politesses mielleuses qu'elle ne savait dues qu'au prestige de son titre. Elle murmura quelque chose à son oreille et le patron acquiesça, satisfait. Victoria tourna ensuite la tête vers Wesley et, sourire malicieux aux lèvres, désigna la boutique d'un geste de la main. « Fais ton choix. Prends le costume qui te plaît le plus, c'est moi qui l'offre. » Et, parce qu'elle préférait qu'il ne se fasse pas de fausses idées, elle poursuivit. « Ce soir tu seras mon cavalier. » Son ton était doux, mais assez ferme pour intimer l'ordre, l'air de rien. Après tout, n'en déplaise peut-être à Wesley, il restait son employé et elle détenait la position de force lui permettant de réclamer sans qu'on ne puisse le lui refuser. Cela, et le fait que son sourire n'encourageait pas réellement à répondre par la négative. « Quitte à devoir passer la soirée là-bas à me surveiller, après tout, autant que tu puisses aussi en profiter. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: fade into you. (wesley) Mar 26 Juil - 22:35

Will I know when it's finally done, this whole life is hallucination
You're not alone in anything, you're not alone in trying to be

Pas la moindre trace d'ennui sur le visage de Wesley qui se contente de laisser le temps passer d'un regard serein mais indéniablement vif. Il laisse parfois couler un oeil dans la boutique et sur les véritables mines d'or faites de tissus qui y trônent sans pour autant éprouver plus qu'un vague détachement face à tant d'efforts pour une simple tenue. Lui-même n'arrivait pas bien à voir la différence entre le costume sur mesure que lui avait offert la célèbre Duchesse (l'élégance était visiblement indispensable quand il s'agissait d'apparaître aux côtés de sa fille) et le traditionnel et plutôt modeste costard qu'il portait habituellement. S'il n'avait pas pour habitude de dédaigner les riches, il ne comprenait parfois pas bien leurs lubies et se contentait de les accepter d'un bref haussement d'épaules, signe qu'il n'y apportait finalement pas beaucoup d'importance. Et c'était une bonne chose quand on travaillait pour Victoria Windsor, qu'il était prêt à accompagner des heures durant pour une simple robe qu'elle ne remettrait probablement jamais une fois la soirée passée. Bien qu'il prenne le temps de découvrir son environnement - c'est qu'il en avait à la pelle, du temps - il ne lâche jamais trop longtemps la silhouette de Victoria qu'il lorgne comme une mère couverait son petit. Un regard ferme et aguerri, qui ne laisse aucun doute quant à sa capacité à réagir en un quart de secondes si cela s'avérait nécessaire. Wesley l'écoute d'une oreille distraite converser au téléphone avec son frère, usant de son ton mielleux pour le faire céder. Pour Wes, la question n'était pas de savoir s'il allait effectivement abdiquer, mais plutôt combien de temps cela prendrait. Quand elle raccrocha finalement le combiné après quelques regards de la part d'une couturière mécontente de ne pouvoir travailler comme elle l'entendait, le jeune homme s'imagina aisément la mine vaincue du royal Sebastian, qui serait sans aucun doute présent au gala. Pas évident en effet de dire non à une Victoria qui savait à merveille exploiter ses bonnes manières et sa maîtrise des mots pour obtenir ce qu'elle désirait. Capricieuse ? C'était un mot un peu fort. Disons simplement qu'il était difficile de lui refuser quoi que ce soit pour la bonne raison qu'il était bien plus agréable d'accéder à ses requêtes. Ce qui était d'autant plus vrai pour Wesley qui était en plus de ça payé en grande partie pour lui obéir. Ce dernier n'avait pas détaché ses yeux turquoise de la jeune femme depuis une bonne dizaine de minutes, sans pour autant se défaire de son regard impassible - c'était devenu un réel talent, de rester ainsi de marbre. Quand elle lui demande son avis, il la toise une dernière fois de haut en bas, appréciant l'intégralité d'une robe rose ajustée dans les moindres détails « Aussi bien qu'une autre. » répond-t-il finalement avec sobriété, la gratifiant de son habituelle franchise et de son absence quasi totale de pincettes. Bien sûr qu'il la trouvait fabuleuse dans sa robe rose pâle, mais il la trouvait toujours fabuleuse. En toute innocence d'ailleurs, puisque cela n'avait rien à voir avec une possible attirance envers elle mais résultait uniquement d'un oeil objectif. La réplique qu'elle lui lance alors a le don de faire naître un mince sourire au coin des lèvres de Wesley, qui semble à cet instant assister à la satisfaction totale d'une enfant de douze ans. « J'imagine que c'est le plus important, n'est-ce pas ? » lance-t-il avec une certaine ironie, l'interrogation de sa fin de phrase étant plus rhétorique qu'autre chose. Parce qu'il ne doutait pas que pour Victoria, son propre avis prévalait sur celui de n'importe qui d'autre, ou presque. Il n'était pas même certain que la couturière ait réellement eu son mot à dire dans le travail à accomplir qui était pourtant supposé être son domaine. Mais Wesley s'en satisfaisait pleinement, bien trop heureux de laisser de délicats avis vestimentaires à quelqu'un que tout cela intéressait réellement. Il s'exécute avec une rapidité professionnelle quand elle annonce leur départ, apparaissant en quelques secondes à ses côtés sans s'encombrer des protocoles qui voulaient qu'il ne brise pas sa sphère personnelle. Il était ainsi, Wesley. Taciturne et discret mais capable d'une familiarité physique qui semblait quasi naturelle. Malgré cette absence de distance imposée et cette franchise inhabituelle envers quelqu'un du rang de Victoria, il n'en devenait pas intrusif pour autant, tachant de respecter tout ce qui relevait de la vie privée de la jeune femme. S'il est un brin surpris par la boutique dans laquelle ils se rendent ensuite, il ne fait pas le moindre commentaire jusqu'au moment où elle lui annonce vouloir lui offrir un costume. Il la toise avec une brève suspicion, rapidement balayée quand elle poursuit. Au ton qu'elle emploie, il doute qu'il s'agisse d'une proposition destinée à créer des liens mais davantage d'un travail auquel il ne peut se soustraire. Il lui adresse un léger hochement de tête en guise d'acceptation. « Vraiment ? Je ne suis pas sûr d'être préparé à une telle proximité. » qu'il fait malgré tout remarquer, s'amusant ouvertement de ses habitudes loin du garde du corps traditionnel. « Je tâcherai d'être plus rapide que toi, je ne voudrais pas te mettre en retard à ton propre gala de charité. » raille-t-il d'un air vaguement innocent en se lançant à la recherche d'un costume susceptible de convenir à Victoria - parce qu'il ne fallait pas se leurrer, c'était à elle qu'il devrait plaire en priorité. Il arrête son choix sur un élégant - et hors de prix - costume bleu marine accompagné d'une cravate et d'une chemise blanche. Il récupère bientôt le sac contenant sa tenue pour la soirée, que lui a bien l'intention, contrairement à sa cavalière, de porter davantage qu'une seule fois. « D'autres membres de ta famille te feront-ils l'honneur de leur présence, en dehors de ton frère ? » demande-t-il l'air de rien, sa curiosité camouflée derrière sa sobriété naturelle. Comme ta mère, par exemple. Peut-être aurait-il ainsi une chance de comprendre la raison de cette embauche inattendue et entièrement commanditée par la duchesse qui tenait tant à le voir au service de Victoria. Mais ça, c'était seulement s'il ne décidait pas d'en parler d'abord directement à la principale concernée.
Revenir en haut Aller en bas

fade into you. (wesley)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (M) PAUL WESLEY ? free.
» Pretty Little Liars
» (robynn) fade out lines.
» On vous présente Wesley, un adorable petit chien qui porte un appareil dentaire ! Oui oui…mais vous allez voir, c’est pour son bien !
» (M/LIBRE) PAUL WESLEY ? Only the dead have seen the end of war

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-