AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

(moana) into you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: (moana) into you. Mer 15 Juin - 21:43

moana ( lilo mahina raiana ) ridley.
ft. maia mitchell.
» prénoms : moana (qui veut dire océan) lilo ;mahina ( veut dire lune ; prénom de son arrière-arrière-grand-mère maternelle) raiana ( qui veut dire ciel étoilée de rai = ciel et ana = étoiles/étincelant/lumineux ; prénom de son arrière-arrière-arrière-grand-mère maternelle). » nom de famille : ridley, nom de famille américain de son père. » nom d'usage : moana ridley. » surnom/pseudonyme : moana, c'est court, simple, sans artifices. » nationalité : la double nationalité, franco-américaine. » origines : franco-polynésienne, américaine espagnole). » date de naissance : premier mars, vingt-deux ans. » lieu de naissance : papeete, polynésie française. » lieu de résidence actuel : new-york city (usa) » occupation actuelle : étudiante en troisième année en littérature. » statut civil : célibataire.


god bless america (& its citizens)
ce qu'il faut savoir sur ton personnage



» Déjà petite, Moana savait ce qu’elle était. Une enfant non désirée, une enfant qu’on n’avait pas voulu. Elle n’a jamais connue sa mère –encore aujourd’hui, elle reste encore un mystère. Disparut de la circulation dès qu’elle a poussé son premier cri. Elle sait aussi une chose, c’est qu’elle est née derrière les barreaux d’une prison pour femme. Elle n’a jamais sût pourquoi et ne cherche plus à le savoir. Elle ne sait pas réellement d’où elle vient, depuis qu’elle est gamine, elle suppose, elle s’imagine, tout ce qu’elle a récupérer d’une probable famille sont ses prénoms. Moana Lilo Mahina Raiana. Après, le reste, mise à part sa date de naissance et son lieu de naissance, elle ne sait rien d’autre.

» Elle n’a pas tellement de souvenirs d’avant ses cinq ans. Une bonne comme une mauvaise, parce que si elle s’est faite à l’idée qu’elle n’avait pas de famille ce sont les seules années où elle côtoyer sa famille maternelle. Un mal pour un bien, car déjà gamine, elle subissait des formes de maltraitances, enfant, elle enchainait coliques et carences, elle n’était pas choyée d’amour et était laisser dans ce vieux berceau jusqu’à ses cinq ans. Il n’y avait pas de place pour elle dans la famille. Et les services sociaux l’ont bien compris.

» Enlevée de leurs griffes, commence alors l’errance de Moana. Trimballée de foyer d’accueil en foyer d’accueil, Moana se fait une réputation de sauvage. Gamine, elle n’accepte pas l’autorité et l’attention qu’on lui donne. Elle la refuse violemment ; elle représente un vrai casse-tête pour les services sociaux qui décident finalement de la mettre dans un orphelinat. Sa situation ne s’améliore pas, comme son enfance.

» Dans cet orphelinat, il s’y passe des choses, des choses terribles entre les enfants. Les plus grands font la loi et les plus petits subissent. Lorsqu’elle pénètre les lieux, elle représente un challenge pour les autres, c’est une véritable furie, elle ne se gêne pas pour casser les choses sous en accès de colère ou bien à frapper. Elle n’a aucune éducation et cela se voit. La fille de l’océan est indomptable.

» Elle avait onze ans. Un soir tout bascule, prise à part par le clan des brutes, ils veulent s’amuser avec elle. Cette soirée-là, elle s’est sentie salie, ils l’ont frappés, touchés là où il ne fallait pas jusqu’au moment où elle ne pouvait plus supporter et fracassa la lampe sur la tête d’un des garçons. Elle hurla à pleins poumons. Les adultes sont arrivés et n’ont vu que ce qu’ils voyaient. Le coupable ? Moana. Le lendemain, elle fugua de l’orphelinat, errant dans les rues de Papeete comme un chiot abandonné. Elle vola de la nourriture pour se nourrir, elle dormait là où elle pouvait. Jusqu’au jour où elle tomba sur une des bonnes sœurs de la paroisse. Qui reconnut tout de suite Moana. Prise d’émotion, elle l’a pris dans ses bras, ce fut la première fois qu’elle se sentait aimée.

» La bonne sœur emmena Moana avec elle. La paroisse la recueilli et lui donna un toit, de la nourriture et des affaires. Elles n’avaient pas d’autre choix que de prévenir les services sociaux, il fut convenu qu’elle allait rester avec elles. Quelques mois difficiles, au départ, elle refusait tout bonnement l’autorité naturelle de ces femmes, puis petits à petits, elle se pliait sans se rendre compte à leur exigence. Moana rattrapa son retard ; elle apprit l’éducation, la bonne tenue. Elles lui ont tous appris.

» Puis un jour de février, sa vie prend un autre tournent quand un homme se présente à la paroisse. Moana est celle qui l’accueil, le sourire aux lèvres. Cet homme n’est autre que son père. Parce que pendant tout ce temps, les bonnes sœurs ont réussi à retrouver le père biologique. La rencontre se fait en douceur, au départ, il ne lui dit rien, il apprend à connaître sa fille, portrait craché de sa mère, une beauté sauvage. Les mois passent, Moana l’apprécie plus qu’il ne le faudrait. Quelque chose en lui l’attire, comme si ils étaient de la même famille. La vérité éclate et étonnamment, Moana accepte la nouvelle. Elle a douze ans lorsqu’elle quitte sa terre natale pour le nouveau monde. Un changement radical dans sa vie.

» La nouvelle se repend comme une trainée de feu, la famille paternel accepte  la nouvelle venue avec les bras grands ouverts. Moana voit son monde changer, elle passe d’une vie merdique à un foyer chaleureux. Si au départ, il est compliqué pour elle de se faire sa place, sa grand-mère met un point d’honneur à lui transmettre tout son savoir.

» Depuis gamine, Moana se découvre une passion pour la littérature ; elle dévore les romans, quels qu’ils soient. Avide de savoir, elle peut se plonger dans un silence profond, dévoré par les mots enchanteurs de ses bouquins. Sa grand-mère l’a bien compris et lui offre avec plaisir la clé de sa bibliothèque. L’éducation est difficile, mais Moana sait très bien que si elle veut se faire un avenir convenable, elle va devoir y mettre du sien. La première année, elle ne va pas à l’école, son père préfère faire venir l’école à la maison. Entourée de précepteurs, elle apprend les bases rapidement puis elle excelle dans les matières du moment. Elle rattrape rapidement son retard et elle se découvre un QI plus haut que la moyenne. Moana, elle a une facilité déconcertante pour apprendre, il lui suffit juste un but pour le faire.

» L’année suivante, elle entre enfin dans l’éducation public. Elle évolue beaucoup, souvent dans les premiers de la classe, elle réussit à se faire une place dans la hiérarchie, mais elle est aussi connue pour être une sauvage. Moana ne se laisse pas faire, peu friande des contacts physiques, elle n’est pas l’étudiante qui fait des câlins à ses copines pour dire bonjour. Résultat de certains traumatismes d’enfance. Au cours de sa scolarité, on lui conseille de faire du sport, elle préféra les arts martiaux et la boxe plutôt que la danse. Elle arrive alors à canaliser sa force et sa colère.

» Parce qu’au final, Moana c’est une boule de nerfs qu’on n’a jamais réussi à calmer. Bon, la seul autorité qu’elle accepte aujourd’hui et celle de son père et de ses grands-parents, sinon, personne n’arrive à lui dire quoi faire. Elle a une sainte horreur des ordres. Si elle ne veut pas, elle ne fait pas.

» Les années passent, les mois s’enchaînent, les saisons s’écoulent. Aujourd’hui, elle a vingt-deux ans, éprise d’un sentiment d’indépendance, Moana est partie de la maison pour des jours nouveaux et quoi de mieux que d’aller emmerder un cousin de New-York. Bagage en mains, Moana, vicieuse comme elle est, s’est progressivement installée chez le seul cousin qu’elle apprécie, Dean. D’abord, c’était des visites, plus de plus en plus de visites jusqu’à s’installer comme une petite amie sangsue avant de s’installer et de payer la part du loyer. Pour l’instant, il ne lui dit pas grand-chose mise à part les scènes aux allures de troisième guerre mondiale dans le salon, elle espère et croise les doigts pour qu’il la garde encore un peu. Et puis la vie dans cet immeuble est plutôt sympathique.


who plays the part ?
ce qu'il faut savoir sur toi


» prénom : kassandra.
» pseudo : kass.
» âge : plus besoin de le répéter ahah.
» scénario ou personnage inventé : personne inventé.
» des multicomptes ? so many.
» impression sur le forum : il est pas beau. #sifle
» crédits : bannière (@mitchellmaias / tumblr)
» le mot de la fin : je vous aimes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (moana) into you. Mer 15 Juin - 21:44

no need. :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (moana) into you. Mer 15 Juin - 22:17

papouche elle a craqué nahahaha ! nahahaha ! :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (moana) into you. Mer 15 Juin - 22:26

il est dur de résister !
bon jeu avec elle :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (moana) into you. Mer 15 Juin - 22:50

Have fun ma Kass avec ta nouvelle. :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (moana) into you. Mer 15 Juin - 22:58

bon jeu choupette :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (moana) into you. Mer 15 Juin - 23:21

amuse-toi bien avec ta nouvelle :plop: :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (moana) into you. Mer 15 Juin - 23:23

amuse-toi bien et bonne fiche :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (moana) into you. Jeu 16 Juin - 20:48

papouche, elle craque toujours. :out:
merci beaucoup les filles. :plop: :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (moana) into you.

Revenir en haut Aller en bas

(moana) into you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp :: Présentations et fiches de liens (++ scénarios)-