AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

When a new day begins, dare to smile gratefully. w/josh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: When a new day begins, dare to smile gratefully. w/josh Ven 3 Juin - 23:25

Elle râle, hurle, s'égosille plus qu'il ne faut. Parler ce n'est pas son fort, elle sait pas faire, elle a jamais su d'ailleurs. Quand vous grandissez en foyer au milieu d'une cinquantaine de gamins, faut apprendre à se faire respecter et Blodwyn le seul moyen qu'elle a développé c'est de gueuler. Avec les mecs, ça allait, elle s'entendait à la perfection avec eux alors crier n'était pas nécessaire. Mais avec les nanas c'était une autre paire de manche. Toujours jalouse de sa proximité avec les garçons du foyer, elle était la cible de railleries et de remarques, jusqu'à ce qu'elle ouvre sa gueule et crie dès qu'elle en avait ras le cul. Depuis elle s'est forgée une réputation de grande gueule, de gueulante, à tel point que les autres l'avaient surnommée la beuglante, comme la lettre dans Harry Potter qui délivre son message en hurlant. Et cette réputation ne l'avait pas quittée depuis. Pourtant, elle était partie du foyer vers l'âge de seize ans, retournant chez sa grand-mère sortie de l'hôpital et du coma. Alors elle aurait pu se radoucir, changer de façon de parler et aborder avec plus de calme, mais Blodwyn ne voyait aucun intérêt à changer et s'était dit que si jusqu'à présent elle était capable de se faire entendre de la sorte, il n'y avait aucune raison pour elle de modifier ce qui avait été son existence jusqu'à présent. Et aujourd'hui qu'elle était la responsable dans une librairie, le schéma n'avait pas changé. Elle gueulait pour se faire écouter. Ca ne l'empêchait pas de s'entendre à merveille avec ses collègues puisqu'ils avaient bien vite compris qu'elle ne gueulait pas pour le plaisir de gueuler, c'était simplement sa façon d'être. Ils avaient donc appris à composer avec cette manière peu orthodoxe de parler et point barre. Mais aujourd'hui, tous on bien remarqué qu'elle gueule plus qu'à l'accoutumée, qu'elle est tendue et stressée, alors que c'est toujours d'un calme olympien qu'elle affronte les problèmes. Et personne ne s'hasardait à lui demander les raisons de cet agacement qui émanait d'elle. Plutôt crever que se faire bouffer par Blodwyn. La jeune femme qui portait un prénom signifiant fleur blanche dans la culture irlandaise utilise un langage un peu trop fleuri et les jurons s'échappent allégrement de sa bouche. « Ca m'emmerde. L'auteur français débarque demain et rien n'est prêt comme ça devrait l'être. Bordel c'est pas compliqué de s'occuper de mettre une chaise et une table décorées à cet endroit précis. » qu'elle râle en levant les yeux au ciel avant de réfléchir un instant. Parce que Blodwyn, elle râle et ensuite seulement elle réfléchit, la spontanéité étant sa marque de fabrique. Tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler ça, elle connait pas, et ne connaitra certainement jamais. « Merde c'était à moi de le faire. Putain désolée les gars, je suis un peu trop à cran aujourd'hui. Je m'occupe de ça immédiatement. » Et elle s'atèle à la tâche aussi rapidement et proprement que possible. Ce n'est pas qu'elle est pressée mais elle l'est. Sa rencontre avec Josh aujourd'hui a suffisamment d'importances à ses yeux pour qu'elle quitte son boulot plus tôt aujourd'hui. Alors son travail fin terminé, elle se décide à remercier ses collègues et à prendre congés. « Je file mais j'espère que tout sera prêt pour demain. D'ailleurs je veux tout le monde trente minutes ici plus tôt que prévu. Payé bien évidemment, mais je veux que l'on revoie le programme de la journée demain avant de s'emballer. » Elle leur envoie un baiser volé avant de claquer la porte de la librairie derrière elle. Hélant un taxi, son esprit se met à divaguer vers ces retrouvailles qui s'annoncent hautes en couleurs. Quoi lui dire? Comment le lui dire ? Exprimer son mécontentement dès le premier jour? Trop de questions restant en suspens auxquelles elle ne pourra reprendre que lorsque Josh sera face à elle. Dans le taxi qui la mène au lieu de rendez-vous, ses souvenirs viennent la submerger et la replonger dans une époque si lointaine. Josh c'était son binôme, son soutien moral, sa moitié au foyer, le garçon et la personne qui comptait le plus à ses yeux. Ils avaient une foule de projets ensemble, des projets que l'on fait quand on a douze, treize ans mais qui semble complètement con lorsqu'on en a le double. Il lui a manqué ce petit con, beaucoup trop. Des nouvelles, elle en a eu, au compte goutte mais elle en a eu. Au début, elle refusait de lui écrire, bien trop blessée qu'il l'ait abandonné pour un internat de garçon. Et puis quand il avait commencé à trop lui manquer, elle s'était décidée à lui répondre. Mais depuis des années, jamais ils ne s'étaient revus. Et aujourd'hui était le jour qui scellaient les retrouvailles. Alors lorsqu'elle descend du taxi, une certaine appréhension s'empare d'elle. Ils se connaissent depuis des années et pourtant, elle a peur qu'il ne la reconnaisse pas, qu'il ne l'aime pas, qu'il ne la trouve plus aussi jolie qu'avant. C'et con parce qu'ils n'ont jamais été en couple et qu'il n'en a jamais été question. Mais son regard a toujours été le seul à avoir de l'importance à ses yeux, avec celui de sa grand-mère évidemment. En sortant du taxi, ses yeux se posent immédiatement sur lui et un sourire abruti se colle sur son visage. Oh que oui elle lui en veut de s'être barré, mais putain qu'est-ce que ça lui fait du bien de le voir. Ses jambes semblent prises d'un élan qui n'est pas contrôlé par son cerveau et courent vers lui, avant de se jeter dans ses bras. « Tu m'as manqué vieux schnok. » qu'elle déclare tout en lui passant les joues, comme une mamie le ferait. Sa moitié était de retour, elle se sentait à nouveau elle, entière, complète.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: When a new day begins, dare to smile gratefully. w/josh Mar 14 Juin - 11:09

“If true love was easy to find, we’d all have it.”
---------------------------------------------------------------------------------
« Qu'est-ce qu'il y a Josh ? ». « Rien » répond le jeune homme à son meilleur ami, sa phrase ponctué d'un petit haussement d'épaule nonchalant. Il lui assure que tout va bien, que rien ne le préoccupe, mais Mathias n'est pas dupe. Il connaît suffisamment Josh pour déceler le moindre de ses sautes d'humeur. Et aujourd'hui, il voit son meilleur ami, loin, très loin de lui, pourtant assis à ses côtés, dans leur salon, plongé dans ses bouquins de neurosciences. Josh tente de se concentrer depuis plus d'une heure, sans parvenir à retenir une seule ligne de ce qu'il lit. D'un geste agacé, il referme brusquement son livre et se lève, directement la cuisine pour un grand café. Josh est un amateur de caféine. Il en boit à longueur de journée et de soirée. En se levant il en boit un et avant de s'endormir, il prend son café comme il prendrait une tisane. Son café préféré, celui qu'il achète au starbucks de sa rue, à huit heures quinze le matin, avant de se rendre en cours ou à son stage. S'il ne devait en choisir qu'un seul dans toute sa journée, il choisirait celui-là. Servi par la mignonne Charlie, jolie blonde aux yeux océans. Son starbucks et un sourire de Charlie et la journée commence sous les meilleurs auspices. Certains fument comme des pompiers, lui se shoote à la caféine, au grand damn de Mathias, qui s'évertue depuis des années à lui rappeler les méfaits de cette boisson bue à outrance. Ce dernier pénètre dans la cuisine et s'adosse contre le mur, face à Josh. « Allez raconte moi. Tu tires la gueule depuis que t'es levé et tu regardes ta montre toutes les cinq secondes et demi. Dis moi ce qu'il se passe ». Mathias est la personne qui connaît le mieux Josh. Son meilleur ami depuis qu'il est entré à l'internat. Les deux garçons sont tombés dans la même chambre et après deux, trois phrases balancés l'un à l'autre, ils ont tout de suite compris que leurs vies seraient liés à jamais. Mathias est la famille de Josh. Son meilleur ami, son frère, celui à qui il demande toujours conseil. Il pourrait lui filer un rein, se couper la main ou enterrer un cadavre s'il le lui demandait. Leur amitié n'a rien de comparable, peu la comprennent. Beaucoup les prenne presque pour un couple, parce qu'ils fonctionnent comme tel. Plusieurs femmes ont tenté de faire leur place auprès de l'un des deux hommes, sans parvenir à rester plus que quelques mois. Parce qu'elles ont essayé de les séparer. Enfin pas vraiment de les séparer mais du moins, de garder l'un des deux hommes que pour elles, leur demandant l'impossible. Quémandant une histoire exclusive, sans l'un des deux comparses dans les pattes. Et ce qu'elles n'ont pas compris, c'est qu'ils se choisiront, toujours. A la vie, à la mort. Eux contre le reste du monde, ça toujours été ainsi. Et continuera de l'être. « Je dois voir Blodwyn aujourd'hui » lâche Josh à son meilleur ami, entre deux gorgées de café. « Oh ». Oui oh, tout simplement. Mathias laisse un léger silence s'installer, perdu dans ses pensées. Josh lui en a parlé de Blodwyn, un nombre incalculables de fois. Quelques fois c'est même lui qui allait poster les lettres que Josh lui écrivait. « Et t'es pas content de la voir ? » demande Mathias en reprenant la parole. Josh lui lance un regard appuyé qui en dit long sur ce qu'il pense. Josh n'a pas besoin de répondre, Mathias a compris. Ce n'est pas que Josh n'est pas content ou heureux non, loin de là, mais il a peur. De ses sentiments, qu'elle ait changé, qu'elle ne soit plus celle qu'il a connu durant son enfance et le début de son adolescence. Il craint qu'elle lui en veuille aussi, d'être parti, de l'avoir laissée derrière lui, dans ce foyer miteux. « Bon allez, à plus tard le moche » lance Josh à son meilleur ami après un éclat de rire. Sa veste sur le dos, ses clés dans la main, il fait claquer la porte d'entrée et rejoint son amie d'enfance à leur lieu de rendez-vous. « Ma Bloody » s'exclame-t-il en réceptionnant la jeune femme au creux de ses bras. L'espace de quelques secondes, il enfouit son visage dans son cou et respire à nouveau son odeur si familière. Le genre d'odeur qui ramène des années en arrière, au carrefour des souvenirs. Des jolies souvenirs. « Toi aussi tu m'as manqué. Beaucoup trop même ». Josh la détaille d'un regard. Il attrape les mains de Blodwyn, qui actuellement sont entrain de lui bousiller les joues, pour les lui retirer de son visage délicatement. « M'enfin si tu pouvais laisser mes joues tranquille » dit-il légèrement râleur (juste pour la forme), avant de lui prendre le bras et de l'entrainer vers un café. « Alors, qu'est-ce que tu deviens ? » quémande-t-il une fois installé à une table. « En tout cas, tu es encore plus belle que dans mes souvenirs » souligne-t-il sincèrement. Dans ses souvenirs. Les nombreux qu'il a gardé précieusement en tête ces dernières années et dans lesquels ils aimait se perdre certains soirs de nostalgie.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: When a new day begins, dare to smile gratefully. w/josh Mar 26 Juil - 23:07

Dans la vie, il y a des moments que l'on sait par avance qu'ils seront fantastiques et mémorables. Certains jours sont marqués dans le calendrier comme des jours à venir parfaits, et cette journée en fait partie. Blodwyn en est certaine, rien ne pourra venir entacher cette journée ensoleillée, pas même son caractère de cochon. Alors forcément c'est le sourire éclatant sur le visage qu'elle s'avance vers Josh malgré l'inquiétude qui la ronge à l'idée de le retrouver. S'échanger des lettres est une chose, c'est facile, simple, sans aucun complexe. Mais retrouver la personne en face de vous, la voir après des années d'absence et voir ce que les choses donnent en face à face est loin d'être une évidence. Blodwyn ne peut s'empêcher d'imaginer que peut-être leur relation n'est plus aussi réelle en vrai, et que finalement, tout ça n'est qu'un mirage qu'ils se sont tous les deux forcé à continuer d'imaginer. Alors évidemment, la jeune femme a l'estomac quelque peu noué mais croit dur comme fer que tout n'était pas dans sa tête mais belle et bien une réalité. Et lorsque le visage du jeune homme apparait dans son champ de vision, son cœur s'emplit de bonheur. Comme des papillons dans le ventre, elle est incapable de retirer ce sourire de son visage. Et les choses ne vont qu'en s'améliorant lorsqu'il la prend dans ses bras, comme au bon vieux temps. Excepté que cette fois, ces deux là ne sont plus de jeunes enfants ou adolescents. Cette fois ils sont adultes, et les sentiments sont loin d'être similaires. « Alors si c'est le cas, on se promet de ne jamais attendre autant de temps avant de se revoir? Qu'en dis tu? Parce que si je dois attendre encore plusieurs années avant de te revoir, ça risque de me tuer à petit feu, j'espère que tu le sais. » Et c'est loin d'être une parole en l'air. Réellement, la présence de Josh dans sa vie est une bouffée d'air frais, et les lettres qu'ils se sont échangés durant toutes ces années ont été d'un véritable soutien pour la jeune femme. C'est pourquoi il lui serait inconcevable de ne plus avoir de ses nouvelles, sans que cela lui explose à la tronche. « C'est pas de ma faute si tu as les joues les plus adorables du monde. J'ai envie de les balancer dans tous les sens. » Rigole-t-elle tout en continuant de jouer avec ses joues, avant de laisser ses mains venir doucement se poser sur les marques rouges déposées dessus. L'envie de râler et de crier l'a quitté au moment même où ses yeux se sont posés sur Josh. Seule l'envie de sourire s'est immiscé en elle. Et ça, elle ne le doit qu'à lui, qu'au rayon de soleil de sa vie. Il n'ya pas grand monde qui parvient à la mettre dans cet état là. Sourire ne la dérange pas et elle a tendance à être souvent souriante. Mais ce n'est rien en comparaison avec les sourires dont son visage se pare face à Josh. Et pourtant, cela fait des années qu'ils ne se sont pas vu. « Comme je te l'ai dit dans des lettres, je suis responsable dans une librairie de la ville. Je m'y plais plutôt bien et j'adore ce que je fais. Et j'ai la chance d'avoir un patron qui a pleine confiance en moi donc c'est assez sympa. Et toi alors, tu en es où? » Les deux amis passent commande et attendent patiemment que le serveur les serve. Ils échangent quelques banalités, mentionnent des choses qui n'étaient pas dites dans leurs lettres. « Arrêtes tu vas me faire rougir ! Et je ne suis pas sur que ta petite amie serait ravie d'apprendre que tu me complimentes autant ! » Façon détournée de lui demander de manière plus claire s'il est en couple ou pas du tout. Blodwyn en a eu des copains. Une bonne quantité même, mais uniquement des bad boys, des connards qui se sont tous éternellement foutus d'elle sans la moindre honte. Et les hommes bons, les hommes biens la fuient comme la peste parce qu'elle est trop folle, trop impétueuse. Josh sur le papier semblait toujours comme l'homme idéal mais surtout l'homme inaccessible.  « Tu as des nouvelles de Mathias? tu le vois toujours? » Josh n'a plus parlé de son meilleur ami depuis un bon bout de temps dans ses lettres et Blodwyn sait pourtant à quel point lui et Matthias sont proches. Dans ses souvenirs, les deux amis vivaient même ensemble, alors cela ne la surprendrait guère qu'ils soient toujours colocataires. Ce Matthias lui semble tellement familier tant Josh a pu lui en parler à de nombreuses reprises. C'est comme si elle le connaissait déjà sans avoir pu le voir auparavant. Et pourtant, elle ne l'a jamais vu, non jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: When a new day begins, dare to smile gratefully. w/josh

Revenir en haut Aller en bas

When a new day begins, dare to smile gratefully. w/josh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Prochaine égérie Viva Glam.......
» Leslie ;)
» craquage dare to wear et plus...
» "the make up store"?
» Poupées BELLES DE PARFUM ou PEPPERMINT ROSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-