AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Un sourire coûte moins cher que l'électricité, mais donne autant de lumière.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Un sourire coûte moins cher que l'électricité, mais donne autant de lumière. Lun 11 Avr - 17:48

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.



Ce que Lubja aimait dans le fait d’être professeure, c’est d’être certaine d’avoir ses weekends. Elle travaillait peut-être dur en semaine, mais au moins toutes ses fins de semaines étaient tranquilles. Elle tentait de tout terminer le vendredi soir, et ainsi les deux jours suivants, elle était tranquille. Et c’est ce qu’elle avait fait pour ce week end aussi. Nous étions donc samedi, et elle s’était réveillée très tard. Ou plutôt elle avait flâné dans son lit, à regarder la télé, à regarder son portable, internet. Et tout cela pendant de bonnes heures. Et enfin à 14 heures elle s’était décidée à sortir de son lit, prendre une douche ainsi que de manger un petit bout. Et les 15 heures étaient vite arrivées. Elle se retrouvait dans le salon de la maison, à ne pas savoir quoi faire. Tous ses colocataires étaient sortis tôt le matin. Ils lui avaient proposé de venir avec eux, mais elle avait poliment refusé, préférant sortir avec son lit. Mais maintenant elle regrettait un peu d’avoir fait son adolescente. Enfilant des chaussures, elle se décida à sortir. Elle ne savait pas encore où, mais ses jambes allaient bien la mener quelque part. Et c’est une fois dehors qu’elle se décida à faire un peu la touriste. Cela allait faire quelques mois qu’elle était à Washington, mais elle ne connaissait pas encore très bien cette ville. Elle retourna en vitesse vers la maison pour y prendre son appareil photo, bien que son portable puisse totalement faire l’affaire. Mais il faut l’avouer qu’il est plus sympathique de prendre des photos avec un appareil fait pour. Son portable elle risque de ne l’utiliser que pour prendre de petits selfies. Elle avait la chance qu’il fasse beau. Après quelques minutes de marche sous le soleil, elle se retrouva en bas du Washington Monument. Et elle n’était pas la seule ici, bien qu’elle devait être la seule américaine, habitant à Washington. Tous les autres étant des touristes. Elle se mit à prendre des photos du Monument, sous tous les angles. Des touristes lui demandèrent même de prendre quelques photos d’eux. Elle s’amusa à se prendre pour une photographe durant quelques minutes. Elle se fit quelques amis parmi tous ces touristes. Non, pour le coup, elle ne se prenait plus du tout au sérieux. A croire que le soleil lui avait tapé sur la tête. Ses nouveaux amis lui proposèrent de venir avec eux au Lincoln Memorial, ce qu’elle accepta. Et une fois sur place, la séance photo recommença pendant quelques minutes. Si on se mettait à lire le nombre de photos sur l’appareil, on lirait facilement plus d’une soixantaine, en moins d’une demi-heure. Puis ils se décidèrent tous à faire une petite pose sur les marches, ainsi leur était offert une très belle vue de Washington. Alors qu’elle contemplait ce qu’elle avait devant elle, elle vit un jeune homme se balader. Mais pas n’importe qui. Il s’agissait de son dernier coup. Avant lui, cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas couché avec un homme. Non pas qu’ils ne voulaient plus d’elle, mais plutôt qu’elle n’avait plus le temps pour ces bêtises-là. Jusqu’au soir où elle était sortie avec ses colocataires, et qu’elle avait bu comme aux temps de son adolescence. Elle se souvient très bien de sa soirée, et du temps qu’elle avait passé avec ce jeune homme. Bien qu’elle n’arrive pas à mettre la main sur son prénom. Soit elle l’avait oublié, soit ils ne s’étaient pas présenté l’un à l’autre. Après tout, pas besoin de savoir une telle chose pour s’amuser. Voyant qu’il tournait la tête vers elle, elle lui fit un petit signe. Par simple politesse, car elle ne s’imaginait pas un seul instant qu’il viendrait vers elle. Et pourtant c’est ce qu’il fit. Au moins elle n’avait pas couché avec un homme immature, qui n’oserait pas l’aborder après une soirée arrosée. Il s’assit près d’elle. « Ça va ? » Par contre, elle, elle n’osait pas lui dire qu’elle ne savait pas son prénom. Ça serait tellement plus simple s’il lui disait qu’il ne savait pas non plus le sien. Ils sembleraient bêtes tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un sourire coûte moins cher que l'électricité, mais donne autant de lumière. Lun 11 Avr - 21:07

“Le destin, c'est l'excuse de ceux qui ne veulent pas être responsable de leur vie.”

On est samedi et aujourd’hui Roan ne travaille pas. Après avoir passé la matinée sur son ordinateur à chercher de nouveaux programmes et à passer d’un site à un autre sans aucun but précis  il décide finalement en début d’après-midi qu’il est temps de sortir de sa tanière. Mila n’est pas à l’appartement voilà pourquoi il n’a entendu personne lui hurler qu’il n’est pas une marmotte et qu’il n’a pas besoin d’hiberner dans sa chambre. Après avoir fait un arrêt dans la cuisine pour grignoter quelques gâteaux il décide finalement qu’il s’achètera à manger sur la route. Enfilant un pantalon chino camel et un haut blanc il passe rapidement dans la salle de bain. Un coup de déo, un coup de parfum, une main dans les cheveux et le voilà prêt. Sa balade de l’après-midi se fera au National Mall, l’un de ses endroits favoris de Washington. Lui qui n’aime pas cette ville doit pourtant bien avouer que là-bas il se sent terriblement bien. Est-ce parce que c’est le premier endroit qu’il a visité avec Lively lorsqu’il l’a retrouvé 6 ans plus tôt ou bien simplement la grandeur de ses monuments. Il se sent si petit et pourtant si libre au pied de la statue de Lincoln son président favoris. Pour dire vrai il pourrait passer des heures là-bas, assis au bord du reflecting pool, admirant le Washington monument sans rien faire d’autres. Sans qu’il sache pourquoi ce lieu réussi à l’apaiser et à lui faire oublier tout ce qu’il y a autour.  Après avoir acheté un wrap sur la route il prend le bus et se rend donc sur son lieu de prédilection. On est samedi, les familles et les étudiants sont de sortie, assis dans l’herbe ils peuplent peu à peu cet immense lieu. Tel de minuscules insectes au pied de ces immenses monuments. Alors qu’il est en train de marcher, sous un soleil léger un visage attire son attention. Elle le regarde également comme si elle le connaissait et lui fait un signe. Cette fois c’est sur elle le connait il en est certain. C’est alors que sa soirée d’il y a quelques semaines lui revient en mémoire. Il ne sait même plus ce qu’il avait voulu fêter ou oublier ce soir-là mais quoi qu’il en soit il avait bu. Beaucoup plus que d’habitude. Beaucoup trop. Il avait fini par coucher avec cette fille qui est là à quelques mètres de lui en train de lui faire un signe de la main. Malgré la quantité d’alcool qu’il avait ingéré il se souvient parfaitement d’elle et de cette nuit passé ensemble. Ce n’est pas le genre de Roan de coucher avec une totale inconnue comme ça d’autant plus en étant complètement ivre. Il ne veut pas qu’elle le prenne pour un de ses salauds qui couche avec des filles juste parce qu’ils ont besoin d’assouvir leurs pulsions sexuelle. Ce n’est pas un mauvais garçon et il compte bien le lui faire savoir en commençant tout d’abord par se diriger vers elle. « Oui ça va et toi ? » C’est en lui répondant qu’il se rendit compte qu’un léger détail avait été omis de son souvenir. Il se souvenait de tout, leur discussion, les personnes qui l’accompagnaient il pouvait même presque citer avec certitude le nombre de verre qu’il avait bu. Mais une chose lui manquait. Son prénom. Il avait beau réfléchir il lui était impossible de se rappeler son prénom. Lui qui voulait faire bonne figure cela s’annonçait d’ors et déjà plutôt compris. Assis à côté d’elle il la regarde pendant de longues secondes qui lui paraissent être des heures avant d’avouer finalement « Bon alors je voulais absolument pas passer pour ce genre de gars qui ne se souvient pas du nom des filles avec qui il a passé la nuit tellement il y en a mais je me rappelle vraiment pas ton prénom. Je suis désolée » Il se sentait idiot et avait surtout l’impression d’être devenu le stéréotype parfait du genre de garçon qu’il déteste.  « Mais je te promets que je me souviens de toi, on s’est vu il y a quelques semaines, je peux même dire avec certitude que tu étais avec tes colocataires et je t’offre même mon wrap pour me faire pardonner si tu veux. Et puis les wrap ce n’est pas trop un truc de mauvais garçon » Il lui tend alors son wrap avec un sourire désolé et pourtant amusé par la situation qui est finalement assez drôle vu de l’extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un sourire coûte moins cher que l'électricité, mais donne autant de lumière. Jeu 21 Avr - 2:40

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.




La belle professeure avait tout son samedi de libre, et elle en profitait donc pour faire la touriste. La dernière fois qu’elle avait été à Las Vegas, elle n’avait pas joué à l’étrangère et ne pourrait donc pas dire qu’elle connait cette ville. Mais étant donné qu’elle comptait bien rester à Washington, elle ne voulait pas passer pour l’habitante ignorante concernant la ville dans laquelle elle loge. Mais surtout, elle compte bien envoyer des photos à sa famille, au Portugal ainsi qu’en Russie. Il le faut bien, maintenant qu’elle se retrouve dans la capitale des États-Unis. Après avoir pris plusieurs photos, elle s’était posée sur des marches, pour contempler le paysage qui lui était offert. Alors qu’elle allait profiter de cette petite pause pour regarder ses photos, elle vit un visage connu. Un visage qu’elle salua, sans alors penser qu’il viendrait se poser près d’elle. Elle se souvenait très bien de lui, de son visage, de son corps, de sa voix, de ses caresses. Mais aucun moyen de se souvenir de son prénom. Il était fort possible qu’ils ne se soient jamais présentés. Elle en était presque sûr, mais elle ne voulait pas passer pour la mauvaise fille, alors elle se tût sur ce point. « Ça va bien. Je profite du soleil. Je n’avais jamais visité la ville, et je crois bien avoir choisi le bon jour. » Venant de San Francisco, en arrivant à Washington elle avait eu un peu de mal avec le changement de climat. Ici, il faisait très froid durant l’hiver, il pleuvait pas mal de fois. Contrairement à son ancienne ville, où il y fait presque toujours très beau, même en hiver. Alors voir le soleil, ça lui faisait un bien fou. Après une petite conversation, le jeune homme lui avoua ne pas se rappeler de son prénom. Lubja se mit alors à rire. « Oh merci tu me rassures… Parce que je dois t’avouer que … je ne sais pas non plus ton prénom. » Elle eut presque envie de rajouter qu’elle connaissait très bien son corps, sa bouche, mais elle se retint. Elle ne savait pas comment il pourrait le prendre. Elle ne souhaitait pas qu’il pense qu’elle couche à tout va. Elle ne s’était pas retrouvée avec un homme depuis bien des mois. Et en allant dans ce bar, ce soir-là, ce n’était pas du tout dans son objectif de terminer avec un homme. Et pourtant c’était ce qui s’était passé. « Je suis Lubja. » Lui dit-elle enfin. Et elle espérait qu’il s’en rappelle pour la prochaine fois. Si seulement il y avait une prochaine fois. Mais pourquoi pas, car après tout ils se sont croisés deux fois par hasard. Et comme on dit : jamais deux sans trois. Pour se faire pardonner, le jeune homme lui proposa son wrap. « C’est gentil, mais j’ai déjà mangé. » Elle rigola lorsqu’il lui dit que le wrap n’était pas une nourriture de mauvais garçon. « Ah parce que pour toi, les mauvais garçons mangent quelque chose de particuliers ? » Elle se mit alors à réfléchir, et elle répondit elle-même à sa question. « Kebab ? » Bien qu’elle ne savait pas trop, car elle-même adore les kebabs, et pourtant elle n’est pas une mauvaise fille. Quoique, tout dépend de quel angle on voit ça. « Bien que j’adore les kebab, avec les frites, sauce barbecue. Et une petite salade à côté, pour ne pas trop se sentir coupable… » Et à ce moment-là, à force de parler de nourriture, elle eut un petit creux au ventre. Elle prit donc le wrap de Roan, car c’est ainsi qu’il se nommait, et elle en mangea la moitié. Laissant l’autre moitié à son nouvel ami.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un sourire coûte moins cher que l'électricité, mais donne autant de lumière. Ven 22 Avr - 15:09

“Le destin, c'est l'excuse de ceux qui ne veulent pas être responsable de leur vie.”

Roan marchait au bord du reflecting pool. Cet endroit aurait dû le ressourcer, le reposer et pourtant alors qu’il n’aurait dû penser à rien d’autre que le soleil sur sa peau le visage de Shade puis celui de Lively lui apparurent en tête. Il était là pour passer un bon moment, pour se sortir la tête du travail mais également de tout le reste. Oublier le groupe terroriste, oublier que sa vie ne sera plus jamais la même, oublier que même s’il s’efforce de sourire et d’avancer rien ne va. Pour une fois il aurait voulu penser à autre chose, mettre son cerveau sur stop. Stopper l’instant comme si le passé n’avait jamais existé et que le futur n’existerait pas. Mais c’était impossible, elles sont présentes, constamment, nuit et jour. L’une hante ses nuits, l’autre ses journées. Soudain une jeune femme lui fait signe à quelques pas de là. Un nouveau souvenir du passé, mais cette fois-ci un souvenir beaucoup moins douloureux. Peut-être était-ce le destin, peut-être était-ce le moyen d’oublier ces deux démons pendant quelques temps. Il n’aurait jamais pensé la revoir et pourtant elle était là, cette femme avec qui il avait passé la nuit. Elle avait été là quand son esprit submergé par ses pensées avait fini par toucher le fond. Aujourd’hui une fois de plus elle était là. Otant à nouveau de son esprit tout ce qui pouvait l’assombrir. Elle était le pansement de ses plaies, la morphine de ces maux. Imprévisible et instable, il ne savait pour combien de temps elle le soulagerait de sa peine aujourd’hui mais il comptait en profiter au maximum. Alors qu’il aurait pensé ne pas être le genre d’homme à retourner voir une fille avec qui il aurait passé une seule nuit et bien il n’aurait pas cru non plus être le genre d’homme à passer seulement la nuit avec une femme. Alors qu’il croyait se connaître il était finalement étonné de lui, un peu plus chaque jour. Il décide donc de s’asseoir à côté de la jeune femme seulement il se sent bien idiot en comprenant qu’il ne se rappelle pas de son prénom. Sa non plus ce n’était pas une chose dont il se pensait capable. « Et bien tu as choisi le bon jour et le bon endroit, c’est mon endroit préféré de Washington » Il pensait que le temps l’aiderait à retrouver la mémoire, qu’au son de sa voix il se souviendrait de son identité. C’était en vain. Il était gêné de ne pas se souvenir de son prénom mais encore plus gêné de ne pas le lui redemander. A sa réponse il se mit à rire suivit par la jeune femme. Il était bien rassuré de savoir qu’elle non plus ne se rappelait pas du sien. Finalement peut-être ne c’était-il jamais présenté. C’était gênant mais rendait également la situation très amusante. « Et moi Roan » Maintenant qu’elle c’était présentée il en était sûr, il n’avait jamais entendu ce prénom auparavant ou bien l’alcool lui avait fait bien plus de ravage que ce qu’il n’avait pensé. Il se mit à rire à nouveau. Qu’est-ce qu’il lui avait pris de dire que les mauvais garçons mange quelque chose de particulier « En vérité non, je n’en sais rien, mais je trouvais que les wrap sa faisait plus premier de la classe qui mange sain. Bon non en vrai j’essayais surtout de me faire pardonner d’avoir oublié ton prénom en sortant une excuse minable, voilà tu m’as démasquée » Roan était déconcertée par la façon dont elle discutait avec lui aussi facilement. Il aurait pensé que discuter avec une femme avec qui il avait passé la nuit serait bien plus gênant mais finalement il se sentait à l’aise dans cette nouvelle relation. Il la laissa donc prendre un bout de son wrap et engloutit le reste en deux bouchées. « Et donc tu disais que tu n’as jamais visité Washington ? Mais tu vis ici depuis combien de temps ? » Il semblait la juger alors que pendant des années il n’avait pas daigné visiter un seul endroit de cette qu’il déteste tant sans y être obligé. « Et je t’en supplie ne me dit pas que tu me l’as déjà dit l’autre soir car je vais vraiment me sentir idiot. » Plus il y repensait plus il se rendait compte qu’au final il ne sait rien d’elle. Et pourtant il se souvient avoir parlé avec elle ce fameux soir. Peut-être avaient-ils seulement parlé de chose et d’autre, la musique minable du bar, le goût horrible de ces cocktails qu’il a bu à une vitesse folle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un sourire coûte moins cher que l'électricité, mais donne autant de lumière. Lun 2 Mai - 21:04

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.





Cela faisait longtemps que Lubja avait oublié son petit passage en prison, et ce qui l’avait amené là-bas. Au début elle avait eu du mal, elle se sentait mal et avait l’impression d’avoir encore de son sang sur les mains, malgré tous les lavages qu’elle pouvait y faire. Mais avec du temps, le souvenir s’estompait et elle arrivait à se dire qu’il ne s’agissait que de pure défense. Si elle s’était laissée faire, elle ne serait plus de ce monde maintenant. Elle ne se serait pas retrouvée à Las Vegas, et maintenant à Washington. Elle n’aurait pas rencontré ce bel homme, qui apparemment s’appelle Roan. Elle aimerait changer beaucoup de choses dans sa vie. Elle est une bonne personne et que de mauvaises choses lui arrivent. Entre de nombreuses grossesses sans bout, des problèmes de logement, de travails. Elle n’est pas du tout devenue celle qu’elle avait imaginée, et elle ne comprend toujours pas ce qui a fait qu’elle soit celle de maintenant. Elle essaie de temps en temps de savoir qu’est ce qui a déconné dans sa vie. Mais bien vite, elle se souvient qu’il ne sert à rien de regarder dans le passé, et que ce qui compte réellement c’est le présent et le futur. Ce n’est pas en regardant son passé qu’elle changera son futur. Non, c’est en étant présente là, maintenant. Et à faire les bons choix. Et ce Roan lui semblait être bon. Pas fou, pas celui qui la mettrait encore plus dans la merde. Puis, elle se souvenait encore de cette nuit avec lui. Une très belle soirée, malgré l’alcool ou grâce à l’alcool. A savoir. « Oui c’est sympa. Comme sur les cartes postales, ou à la télévision. Mais c’est encore plus impressionnant en vrai. » Oui, elle se sentait chanceuse d’avoir choisi ce jour pour sortir et visiter. Et encore plus chanceuse d’être tombée sur lui. Elle s’amusait bien avec ses autres touristes. Mais avoir quelqu’un qu’on connait, même si c’est très peu, c’est tout de même mieux. Ils avaient un beau souvenir ensembles, et ce jour semblait en devenir un autre. « Tu sais, je m’en fous un peu de ce que tu manges. On mange tous mal un jour. Même si on est au régime. Mon avis ne changera pas sur toi, selon ce que tu manges ou pas. » Lui dit-elle suivie d’un petit clin d’œil. On peut juger des gens sur beaucoup, leur tenue, comportement, les vêtements, les paroles, les goûts. Mais pas la nourriture. La nourriture c’est la vie, et tout le monde aime ça. Lubja pense surement cela car elle est portugaise, et au Portugal on mange beaucoup, en grande quantité. Surtout lors des repas familiaux. Oui, dans son pays, on ne juge pas les gens sur ce qu’il mange ou la quantité qu’ils ingurgitent. Mais au moins, il avait le don de la faire sourire. « Je crois que lorsqu’on s’est rencontré, on a un peu parlé, mais ce qu’on voulait tous les deux, c’était autre chose que parler. » Et juste après lui avoir dit cela, elle lui donna un petit coup d’épaule, suivie d’un petit rire joyeux. Ca ne la gênait pas du tout de dire une telle chose. Après tout, c’était totalement vrai. Elle se souvenait de lui avoir parlé, mais ce n’était rien d’intéressant. Ils s’étaient attirés, et les paroles avaient été un peu comme leurs préliminaires. Ils ne s’étaient pas dit des choses très importantes, non du tout. « Oh, je suis ici que seulement depuis quelques mois. Après avoir été un peu à Las Vegas, et avoir fait toutes mes études à San Francisco. Mais sinon je suis née en Russie, et j’ai grandis au Portugal. » Pour qu’elle parle autant, et lui dise tout cela, elle devait vraiment bien se sentir. Il faut dire que Roan, avec son visage, lui donne confiance. Et cette fois-ci, elle espère ne pas se tromper sur sa personne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Un sourire coûte moins cher que l'électricité, mais donne autant de lumière. Dim 3 Juil - 17:19

:out:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un sourire coûte moins cher que l'électricité, mais donne autant de lumière.

Revenir en haut Aller en bas

Un sourire coûte moins cher que l'électricité, mais donne autant de lumière.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» déménager moins cher ??
» voyager avec ses enfants moins cher
» Payez moins cher vos timbres...
» Vol Paris Nice pas cher.
» Ou trouver des bumgenius les moins cher???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-