AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

pitfall ahead (mila)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: pitfall ahead (mila) Mer 30 Mar - 15:22

. You're gonna want this back
You're gonna wish these days hadn't gone by so fast
So take a good look around
You may not know it now
But you're gonna miss this


~ ~ ~

Elle n'avait pas participé aujourd'hui au cours de Mrs Pratt, et cela avait fait l'objet d'une bombe. A la sortie, elle s'était faite alpaguer par quelques uns de ses plus proches camarades de promotion, tantôt de façon espiègle, tantôt plus sérieusement ; bah alors, t'as décidé de donner la vedette à quelqu'un d'autre ? T'es sûre que ça va, Sybille ? Avec un petite rire, la jeune femme avait prétexté une fatigue qui s'accumulait depuis des jours, ce qui avait suffi à dissiper les doutes. Les plus observateurs qui avaient vu dans sa non participation à un cour qu'elle aimait tant un signe d'une condition inhabituelle, avaient tout juste. Mais même les plus intuitifs s'étaient laissés berner par le sourire rassurant de Sybille. Après tout, elle s'était du reste, comportée comme n'importe quel autre jour lambda, et il n'était alors pas aisé de distinguer la fatigue passagère de la réelle contrariété. En l’occurrence, Sybille était préoccupée, mais ça, personne ne l'avait deviné. Ça remontait à la veille au soir, lorsqu'elle avait décidé de dîner avec ses parents et qu'elle s'était retrouvée à la table des faux-semblants. Sybille avait rapidement réalisé que quelque chose clochait, elle connaissait assez ses géniteurs pour savoir qu'ils ne faisaient que feindre la normalité. C'était ce qu'elle leur avait fait remarqué et, à force d'insister, son père avait fini par cracher le morceau ; Mateo et Alina Caldwell songeaient au divorce. La nouvelle avait plongé Sybille dans un état de profond désarroi. Elle tombait des nues ; qu'ils se séparent, mais ce n'était pas possible, c'était de la folie, elle n'avait pu s'empêcher de s'exclamer. Vous ne vous aimez plus ? Qu'elle avait ensuite demandé. Son père, très embarrassé, avait marmonné que ce n'était pas ça le problème, mais que les choses devenaient compliquées. Elle n'avait pas à s'inquiéter, tout cela n'était qu'en discussion, et de toute manière, cela ne changerait rien au fait qu'elle pourrait toujours compter sur l'un comme sur l'autre, et bla et bla, le reste d'un discours bien rodé avait échappé à Sybille. Elle s'était enfuie de la maison familiale en tentant de faire bonne figure, prétextant divers travaux à terminer pour le lendemain, mais elle était rentrée dans son appartement complètement bouleversée. Une nuit passée à réfléchir, à ressasser les images du dîner, à se représenter quelles cartes elle avait en mains pour empêcher ses parents de divorcer. La solution, elle ne l'avait pas trouvé. Mais elle pensait avoir une alliée dans sa lutte, une alliée que la situation concernait, bien qu'elle allait sans doute s'évertuer à tenter de le nier. « Mila. J'ai cru que tu allais me faire faux-bond. » lança-t-elle à sa sœur qui arrivait à sa hauteur. Elle lui avait donné rendez-vous le matin même au réveil, pour un restaurant pas très loin de son campus. Réticente, Sybille avait insisté et Mila avait néanmoins fini par accepter. Des mois qu'elles ne s'étaient pas réellement parlées, et sans doute son appel avait dû l'étonner. « J'ai réservé, on y va ? » Elle affichait un sourire aimable, mais ses yeux restaient froids. Cela faisait désormais quelques années que leur relation était tendue, et qu'elles se satisfaisaient de ces rapports limités et indéniablement distants. Si pendant quelques temps, la jeune femme avait tenté de s'accrocher à sa sœur et de la ramener dans ce qu'elle considérait être le « droit » chemin, elle avait depuis, complètement abandonné cette lutte difficile et contraignante, qui ne donnait pas de résultats. Sybille avait fini par s'habituer à l'idée que sa sœur faisait bande à part, et seule l'urgence de la situation justifiait aujourd'hui le fait qu'elle revenait vers elle. « Je t'épargne les questions habituelles et superficielles du style ''comment tu vas ?'', j'aimerais qu'on entre directement dans le vif du sujet. » attaqua-t-elle lorsqu'elles se furent installées à une petite table située près de la fenêtre. Le serveur les interrompit pour prendre leurs commandes. Une fois qu'il eut disparu, Sybille enchaîna : « Papa et Maman veulent divorcer. » De dire cette réalité à haute voix, elle en était encore plus assommée. Elle ne comprenait pas. Aucune réponse apportée par ses parents ne l'avait satisfaite car aucune ne justifiait réellement qu'ils puissent réfléchir à une telle éventualité. Elle revoyait encore le visage de son père confus, et sa mère, qui s'était obstinée à ne pas croiser son regard. Cette fin de repas avait été la plus longue de toute son existence. Pour la première fois, elle avait ressenti une réelle libération à quitter la demeure des Caldwell. « Bon, alors ? On fait quoi ? » Ses yeux étaient plantés dans ceux de Mila, ce qui lui permit de voir qu'à son expression, elle ne la suivait pas. Elle reformula, un brin impatiente. « On fait quoi pour empêcher ça ? » En dépit de toutes les vagues entre Mila et leurs parents, Sybille estimait que sa sœur ne serait pas insensible à l'enjeu crucial qui se dessinait là. Ou du moins, elle l'espérait. Et autant dire que si elle parvenait à créer une alliance avec Mila contre le divorce, ses parents n'en seraient que plus réceptifs. Cela ne leur échapperait pas que ce serait la première fois depuis longtemps, qu'elles seraient ensemble, soudées et réagissant à l'unisson, dans une lutte commune.
Revenir en haut Aller en bas
Mila Caldwell
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : marina.
date d'inscription : 11/03/2016
nombre de messages : 292
avatar : alycia debnam-carey.

MessageSujet: Re: pitfall ahead (mila) Mer 6 Avr - 13:37

“Just because everything's changing
Doesn't mean it's never been this way before
All you can do is try to know who your friends are
As you head off to the war.”


Si Mila a l'habitude qu'on la réclame, cela ne l'empêche pas pour autant d'envoyer valser les demandes qu'on lui soumet d'un geste de main indifférent qui ne laisse que peu de doutes quant à ses intentions : elle ne travaillerait que lorsqu'elle en aurait envie, et sa pause déjeuner ne subirait aujourd'hui pas le moindre imprévu. La seule personne pour laquelle elle était prête à faire des concessions était Hamilton, et ce dernier avait eu la bienfaisance de lui accorder son temps libre sans broncher. Il aurait d'un autre côté été difficile de le lui refuser tant elle était efficace dans son job d'assistante et avait déjà réussi à boucler une bonne moitié de ses objectifs journaliers en deux heures tout au plus. La jeune femme récupère sa veste en cuir et son sac à main avant de quitter le bureau sans décrocher le moindre sourire à qui que ce soit, coulant sur eux une indifférence glaciale. Elle jette un regard à la montre argentée qui trône sur son poignet : elle n'arrivera pas tout à fait à l'heure, mais ça lui fera les pieds, à Sybille. Si elle avait finalement accepté son invitation à déjeuner, elle n'avait montré aucun enthousiasme à l'idée de revoir sa soeur cadette étant donné leur relation plus que mitigée. Elle savait pertinemment que son appel n'avait rien d'innocent et qu'elle en profiterait dans tous les cas pour lui servir sa morale bien pensante quoi qu'il arrive. Et ça, Mila en était agacée d'avance. La jeune femme arrive finalement au Matchbox Restaurant dans son slim noir et ses bottines à talons, remarquant immédiatement sa soeur, véritable perle de raffinement comparée à ceux qui l'entourent. « Ouais, j'ai bien cru aussi. » siffle-t-elle en la submergeant de ce regard un peu plus dur encore qu'à l'accoutumée. Et en effet, l'idée de ne pas se montrer au rendez-vous lui avait effleuré l'esprit à maintes reprises. Comme d'habitude, Mila était tentée par cette solution de facilité qui lui aurait évité une confrontation désagréable et une poignée de reproches agaçants. Qui plus est, il était bien plus aisé pour elle d'éviter sa soeur et ainsi toutes les décisions qu'elle avait bien pu prendre la concernant : replonger dans l'année de ses seize ans ne lui apportait aucun plaisir. Le sourire que lui tend Sybille lui arrache un soupir moqueur tant elle en repère toute la superficialité. Elle se garde cependant de tout commentaire, consciente qu'elle était là en train d'essayer de se montrer suffisamment civilisée pour deux, ce qui était plutôt bien vu de sa part quand on savait que Mila n'avait pas la moindre intention d'en faire autant. « C'est pas comme si j'avais encore le choix. » répond-t-elle quand sa soeur l'invite à aller prendre place au restaurant. Mauvaise foi mêlée à l'agacement de l'heure à venir ; elle n'a pas prévu pour l'instant de mettre de la bonne volonté dans ce rendez-vous, ou du moins pas en apparence. Parce que rien qu'en acceptant de la rencontrer, elle avait déjà franchi un pas de géant. Elles s'installent à une table quelque peu en retrait - tant mieux, cela leur épargnera quelques oreilles indiscrètes - et ont alors tout le loisir de se regarder dans le blanc des yeux. Mila pose ses deux coudes sur la table et croise ses mains devant elle dans une posture qui révèle toute la patience dont elle est capable. « Moi qui croyais que l'hypocrisie était un art apprécié de la famille... Ca me surprend de te voir lassée de te prêter au jeu. » fait-elle remarquer tandis que l'esquisse d'un sourire ironique apparaît sur ses lèvres. Jusque là, les soeurs Caldwell - ou en tout cas Sybille - n'avait eu aucun mal avec ces fameuses questions superficielles qu'elle souhaitait aujourd'hui ardemment éviter. Après tout c'était bien de ce genre de conversations stériles dont elle raffolait, tant elles lui permettaient de se complaire dans l'illusion d'une relation "normale". Si Mila n'avait pas d'attente particulière quant au sujet que sa cadette souhaitait aborder, elle tombe tout de même des nues lorsqu'elle lâche le morceau après quelques minutes. Leurs parents divorçaient. Ses traits ne trahissent pas grand chose si ce n'est une légère surprise devant cette révélation qu'elle n'attendait pas. Elle laisse planer un plat silence. Les prochains mots qu'elle prononce sont à l'intention de la serveuse à qui elle commande une limonade. C'est seulement lorsque sa boisson lui est servie qu'elle reporte son attention sur Sybille tout en haussant un sourcil. « Et ? Ils se battent pour savoir qui aura ta garde ? » Qu'elle raille, impitoyable, traitant Sybille comme la gamine qu'elle était encore quelques années plus tôt et non comme la jeune femme plus ou moins indépendante qu'elle était devenue. Si on ne connaissait pas Mila, on aurait facilement pu croire que ce divorce ne lui faisait ni chaud ni froid. Pourtant sa soeur la connaissait assez pour savoir qu'elle voulait une fois de plus prendre le chemin de la facilité et ignorer cette nouvelle troublante. Quand bien même cette décision n'était pas anodine, elle ne comprenait pas pourquoi elle ne s'était pas contentée de lui annoncer par téléphone. Elle dévisage un moment sa soeur en espérant que sa réponse suffirait à écourter leur entrevue et écarquille les yeux devant la suite de son discours. « "On fait quoi ?" C'est une blague, j'espère ? Me dis pas que tu m'as fait venir ici aujourd'hui pour un remix de A Nous Quatre. Si nos parents divorcent, grand bien leur fasse, j'ai pas l'intention de bouger le petit doigt pour les en empêcher. Je suis d'ailleurs étonnée qu'ils aient tenu aussi longtemps. » lance-t-elle d'une voix cinglante. Toute sa rancoeur envers ses parents menace d'exploser à la figure de Sybille qui n'avait pourtant rien demandé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: pitfall ahead (mila) Sam 11 Juin - 11:29

Elles n'étaient attablées que depuis quelques minutes, mais comme à l'usuelle, Sybille faisait déjà les efforts pour deux. Elle avait l'habitude ; ça avait toujours été comme ça. Si elle avait aujourd'hui des dispositions pour convaincre, c'était bien parce que depuis sa plus tendre enfance, elle avait dû faire avec l'interlocuteur franchement réticent qu'était sa sœur. Ses tentatives avortaient souvent. Elle considérait Mila comme le plus grand échec général de sa vie, et ce, parce qu'elle n'avait jamais réussi à obtenir de grandes concessions de sa part pour toutes les fois où elle en avait eu besoin. « Tu appelles hypocrisie de la retenue. Quelque chose dont tu as toujours cruellement manqué. » Effectivement, elle voyait dans cette attitude que critiquait Mila une façon de vivre qui permettait d'éviter les grandes vagues et qui ne rompait pas la continuité du quotidien. Dans la sphère privée des Caldwell, tout le monde était intimement plus ou moins conscient de ce qui clochait ou non. Sybille estimait donc qu'il n'y avait pas forcément besoin de mettre cartes sur table, et que chacun pouvait œuvrer pour permettre aux problèmes de se résorber progressivement. Cela dit, même si elle ne l'aurait jamais avoué, elle comprenait très bien le point de vue que tenait Mila ; son discours n'avait pas changé, mais le sien évoluait. Avec le dîner de la veille et le mal qu'elle avait eu à atteindre le fond du problème, elle se disait qu'avoir à insister pour commencer à esquisser ne serait-ce que le début de la vérité compliquait les choses au possible. Et la superficialité des rapports qui réduisait les problèmes au quotidien, compliquait tout au possible en profondeur. « Bref. S'il te plaît, ne nous disputons pas. » reprit-elle avec un soupir. Il n'était pas le moment de se lancer dans une joute verbale avec une personne dont elle avait cruellement besoin du soutien à présent. L'enjeu était bien trop important pour qu'elle se laisse entraîner par Mila dans un duel qui, elle le savait, conduirait au pur et simple départ de sa sœur sans que rien n'ait été abordé. Finalement, elle lâcha la bombe sans trop de précaution mais comme prévu, Mila ne cilla presque pas. Le silence les envahit et la jeune femme attendit, les yeux rivés sur sa sœur qui digérait la nouvelle. Les commandes arrivèrent, la jeune femme y jeta à peine un coup d’œil. Enfin, Mila manifesta une réaction. Mais lorsqu'elle reprit la parole, Sybille s'agaça du détachement qu'elle manifestait; d'autant plus parce qu'elle savait que sa sœur était bien loin de le ressentir intérieurement. « Arrête un peu ! » s'exclama-t-elle, les yeux levés au ciel. « Arrête de prétendre que ça te touche pas plus que ça. Pour quelqu'un qui critique beaucoup les faux-semblants, je trouve que tu prends bien les tics de la famille. » Elle prit une tomate-cerise qui trônait dans sa salade, se demandant intérieurement si elle allait réussir à tirer quelque chose de sa sœur. Ses doutes se renforcèrent lorsque Mila lui balança à la figure toutes les paroles qu'elle avait redouté, tout en relativisant la probabilité pour qu'elles soient réellement prononcées. Interdite devant la radicalité de sa sœur, Sybille s'immobilisa quelques secondes. Elle reprit cependant rapidement contenance, et, piquant ça et là les morceaux de crudités, elle dit finalement: « Ils ne divorcent pas encore. Ils prévoient peut-être. C'est pour ça que je te demande ton aide. » Sybille n'était pas assez naïve pour croire qu'elle pouvait empêcher un divorce s'il était bel et bien décidé. Mais de ce qu'elle avait pu voir, l'idée avait été simplement envisagée par ses parents, ce qui lui laissait une chance d'intervenir. « J'avais pensé à une discussion ; j'ai des arguments à leur revendre, mais si tu m'appuyais... Rien que ta présence, je gagnerais en poids. » reprit-elle avec insistance, même si elle savait pertinemment qu'avec cette phrase, elle allait se reprendre quelques sarcasmes en pleine face. « Enfin quoi, tu vas pas me dire que tu prendrais pas cinq minutes de ton temps pour sauver le mariage de tes parents ? T'en as à ce point rien à faire de la famille ? Tu penses ce que tu veux de notre manière de vivre mais je sais pas... Ce sont tes parents, Mila, quand même. » Elle se rendait bien compte que son plan pouvait apparaître comme une mission commando assez ridicule, mais elle ne comprenait pas que sa sœur puisse laisser passer cette nouvelle sans manifester, au moins, l'envie que les choses se passent différemment. « Et puis déjà, pourquoi tu dis être surprise que ça ait tenu aussi longtemps ? Tout allait bien entre eux. » demanda-t-elle en haussant les sourcils, agacée. La phrase où Mila avait sous-entendu que le couple de leurs parents présentait des faiblesses depuis déjà longtemps l'avait marqué. Elle ne voyait pas où sa sœur voulait en venir ; des conflits, oui ils en avaient eu, comme tous les couples, mais Sybille n'en avait jamais vu d'assez gros qui puissent justifier un divorce. « ... D'où l'incompréhension. D'où la connerie que serait leur séparation. D'où ton implication requise. S'il te plaît. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: pitfall ahead (mila)

Revenir en haut Aller en bas

pitfall ahead (mila)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» maxi cosi mila ou red castle connect..laquelle choisir?
» adaptateur mila bebe confort compatible avec nacelle streety
» Handball (CRB Mila - M C Saida) résultat
» nacelle streety compatible avec Poussette mila?
» Barcelone (Espagne)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-