AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

this will never end cause i want more. (reed)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: this will never end cause i want more. (reed) Mer 30 Mar - 4:22

reed & rylan.


Hazel s’en est allée, elle est partie. Il ne sait plus où, Rylan. Il a oublié après son dix-huitième verre. C’est où qu’elle a dit ? La France ? L’Irlande ? Le Québec peut-être ? Il en sait rien. Elle avait besoin de changement, après son divorce. Alors elle est partie, tout simplement. Comme si le reste ne comptait pas. Comme s’il ne comptait pas. Lui, il l’a attendue toute sa vie. N’a-t’elle jamais compris que toutes ses filles, il ne les utilise que pour combler son absence ? Certainement pas. Elle est venue quelques jours squatter chez lui, dormir sur son lit, pour finalement s’envoler comme une inconnue. Elle a à peine pris le temps de poser un baiser sur sa joue et de lui offrir un geste de la main. Il est resté con lui, immobile et silencieux. Il s’attendait à ce qu’elle éclate de rire et fasse demi-tour. Mais elle a simplement tourné le dos puis c’était fini. Elle était partie. Envolée. Disparue. Il sait même pas si elle compte revenir, elle ne lui a rien dit. Alors très bien. Si elle veut jouer à ça, il va jouer lui aussi. Ne lui donner aucune nouvelle si elle ne prend pas la peine de lui en demander. Si elle veut se couper du monde, si après toutes ces années elle veut s’émanciper de leur amitié, soit. Il a de quoi s’occuper sans elle, Rylan. Peut-être même qu’il finira par se réjouir de son départ. Peut-être qu’il finira par trouver une fille plus intéressante, et peut-être même qu’il tombera amoureux d’elle. « Qui va à la chasse perd sa place, Hazel. », qu’il dit en levant son dix-neuvième verre comme pour trinquer avec lui-même. Et il le boit, d’une traite, avant de laisser un billet sur le comptoir. Il rentrera seul ce soir, il n’est pas d’humeur à partager son lit. Mains dans les poches, regard vagabondant d’une étoile à l’autre, il marche jusqu’à chez lui d’un pas assuré. Avec les années, Rylan Rhodes a appris à ne pas tituber en rentrant chez lui bourré. Tout est dans l’apparence. Il a horreur de passer pour un pauvre mec, surtout lorsqu’il porte un costard comme celui qu’il a actuellement sur le dos. En tant que bon journaliste, il a toujours son calepin et un style sous la main, dans la poche de sa veste. Alors il s’arrête un instant, s’en saisit et inscris sur la première page. « Hazel Delaney n’existe plus. A-t’elle seulement existé ? L’ai-je seulement apprécié ? La réponse est non. Note à moi-même : ne plus penser à elle. » Oh, il arrachera cette page et la jètera par la fenêtre à son réveil, quand il sera un peu moins saoul. Mais soyons clairs. Hazel, il aura toujours la même intention de l’oublier, bourré ou non. Elle est partie, elle l’a laissé. Et on ne laisse pas Rylan Rhodes de la sorte sans conséquences. Péniblement, il pousse enfin la porte de l’appartement. Il s’appuie contre le mur de l’entrée quelques secondes et reste silencieux. Aucun bruit. Et les chaussures de Reed ne sont pas là. Alors il laisse tomber sa veste sur le sol, et se dirige vers sa chambre. Hazel est partie sans faire le lit. Il attrape son oreiller. « Elle a laissé son odeur partout la bougre. », qu’il grogne. Il quitte sa chambre en se déshabillant, laisse son pantalon quelque part dans le salon, sa chemise sur le pas de la chambre de Reed, et finit par s’écraser sur le lit de cette dernière, en caleçon. C’est ainsi qu’il s’endort, l’esprit tranquille. Mais il est réveillé quarante-cinq minutes plus tard, et quand il ouvre les yeux, y’a Reed qui se tient debout devant lui. Il sourit, et roule sur le côté pour lui faire de la place. D’un air amusé, il tapote sur le matelas juste à côté de lui. « Y’a de la place pour nous deux. » Il ferme les yeux, l’air de rien, avant de les rouvrir une dizaine de secondes plus tard. « J’espère que tu ronfles pas. » Et finalement, il s’installe sous la couverture. « Y’a qu’avec toi que je veux bien partager mon lit ce soir, Reed »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: this will never end cause i want more. (reed) Dim 10 Avr - 0:36

Le hasard avait une propension certaine à se payer sa tête. Comment expliquer autrement qu'elle se retrouve à cohabiter avec son premier coup d'un soir depuis son arrivée à Washington, ainsi que la meilleure amie dudit coup et la sensation désagréable d'être tombée au beau milieu d'une telenovela ? Reed avait une patience infinie – ou pas – mais en présence de son colocataire, celle-ci s'effondrait dans les abysses pour atteindre un dangereux moins 5. Tout, chez Rylan, l'irritait. Sa façon de la regarder comme s'il cherchait à se moquer d'elle, ses remarques accompagnées d'un insupportable rictus, sa manie de se promener à moitié nu devant elle comme pour lui rappeler que l'alcool était une intarissable source de problèmes. Tout. Cela, et le fait qu'elle ne pouvait décemment pas partir à la recherche d'un nouvel appartement car celui-ci, en-dehors de ses occupants, était incroyablement bien situé et à un prix défiant toute concurrence. Alors Reed prenait sur elle, autant qu'elle le pouvait, et essayait de passer le plus de temps possible à l'extérieur tout en rentrant le plus tard possible pour n'avoir à croiser ni Hazel, ni Rylan. Elle savait ses sentiments pour elle, Reed, même s'il ne disait rien, parce que ce regard-là elle l'avait eu elle aussi pour quelqu'un. Et elle savait combien cela pouvait être douloureux, parce qu'elle continuait de panser ses plaies à elle. En rentrant chez elle après une nouvelle soirée d'errance, elle s'était attendue à trouver l'appartement désert avec un Rylan disparu dieu seul savait où, et Hazel affairée à faire elle ne savait quoi. Mais elle ne s'était pas attendue à retrouver Rylan endormi dans sa propre chambre, dans ses propres draps, dans une position improbable que seul l'alcool pouvait induire. Un soupir irrité s'échappa d'entre ses lèvres rosées et furieusement, elle alluma la lumière en se moquant bien de réveiller son colocataire. Elle devait lui reconnaître au moins cela, il était étonnement vif d'esprit pour quelqu'un sans doute encore ivre et tout juste sorti des bras de Morphée. Elle planta un regard agacé sur lui et resta à lui faire face, les bras croisés contre sa poitrine. « Dégage de mon lit. Et de ma chambre » siffla-t-elle, mauvaise. Elle n'aimait pas la compagnie non-désirée, surtout la sienne. « T'as qu'à aller voir Hazel et lui demander de partager son lit avec toi, je suis sûre que t'attends que ça de toute façon » ajouta-t-elle avec désinvolture. C'était un coup bas, mais un coup bas qu'il méritait entièrement. Mais ce qu'il répondit la laissa désemparée, perplexe. Elle s'était attendue à ce qu'il lui offre une nouvelle réponse moqueuse, ou un rictus carnassier, ou tout ce qu'il faisait toujours en sa présence. Pas à ce qu'il la regarde, perdu comme une biche entre les phares d'une voiture. Reed se radoucit presque instantanément et elle haussa un sourcil. « Qu'est-ce qu'il y a, Rylan ? » demanda-t-elle finalement, même si c'était à contrecoeur. La dernière chose dont elle avait envie était d'entendre son colocataire se répandre dans elle ne savait trop quelle histoire qui ne l'intéresserait pas. « T'as avoué ton amour à Hazel et elle s'est barrée ? » suggéra-t-elle en se moquant de lui. Mais au regard qu'il lui rendit, elle se raidit. Visiblement, elle avait visé juste, ou presque. Elle sortit de sa chambre pour aller voir celle de Rylan. Vide. Entièrement vide à l'exception de ses affaires à lui. Plus aucune trace d'Hazel, comme si elle s'était évaporée, comme si les effluves de son parfum n'avaient pas imprégné tous les tissus de l'appartement, comme si elle n'avait même jamais existé. Surprise, elle revint sur ses pas pour retrouver Rylan. Sans rien dire, elle fit le tour de son lit pour s'asseoir à côté de lui. « Pourquoi elle est partie ? » qu'elle demanda doucement. Rylan était peut-être une insupportable tête de con qui aurait mérité une paire de baffes pour lui remettre les idées en place, et cela plutôt deux fois qu'une, même elle ne pouvait rester indifférente face à la détresse que ses deux billes bleues lui renvoyaient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: this will never end cause i want more. (reed) Lun 11 Avr - 23:37

Aveuglé par la lumière qu’il trouve trop agressive, Rylan plisse les yeux. Et même si Reed ne ressemble encore qu’à un vague nuage lumineux, il devine aisément qu’elle est irritée. Il suffit de l’entendre. « Dégage de mon lit. Et de ma chambre. » Sa voix est pire qu’un sifflet trop aigu, elle lui bourdonne aux oreilles, c’est désagréable. Alors comme pour se protéger, il enterre sa tête sous un oreiller. « T'as qu'à aller voir Hazel et lui demander de partager son lit avec toi, je suis sûre que t'attends que ça de toute façon. » Le son est moins agressif, mais les paroles le deviennent. Et il sent comme une douleur vive s’éveiller à l’intérieur de lui. Il se demande s’il a rêvé, ou si elle est partie, pour de vrai. Puis il réalise que les rêves ne font pas aussi mal, qu’ils ne sont pas aussi persistants. Il finit par sortir de sous l’oreiller, et il se relève maladroitement. Le regard perdu, il voudrait lui répondre un truc aussi bas que ce qu’elle vient de lui dire. Il voudrait se montrer agressif, lui aussi. Mais ce soir, c’est comme s’il avait oublié comment faire. Alors il se tait, le regard perdu, et il attend le prochain coup de massue. « Qu'est-ce qu'il y a, Rylan ? » C’est moins pire que ce qu’il pensait, finalement. Il cherche les mots, s’apprête à lui répondre quelque chose. Mais il n’en a pas le temps, elle revient à la charge. « T'as avoué ton amour à Hazel et elle s'est barrée ? » Un soupir s’échappe d’entre ses lèvres, et ses yeux se font noirs. Noirs de chagrin, noirs de colère. Un peu les deux. C’est une tempête qu’Hazel lui a laissé. Une tempête furieuse qui détruit tout sur son passage et qui ne laisse qu’un sale goût de tristesse derrière elle. Puis Reed disparait, sans doute pour admirer les dégâts à son tour. Et quand elle revient, Rylan voudrait lui demande si elle a vu la même chose que lui. Si l’alcool lui a embrouillé le cerveau ou si elle a pris le large comme une lâche. Mais il n’a pas besoin de demander. « Pourquoi elle est partie ? » À nouveau, il lâche un soupir. Et lourdement, il se relève pour s’asseoir à côté d’elle. Hazel, il la connait depuis toujours. Hazel, c’est la gamine qui vivait de l’autre côté de la rue, sa meilleure amie, celle qui le connait mieux que quiconque. Il est amoureux d’elle depuis toujours, mais l’amour, c’est pas ce qui leur était réservé. Alors il a fait semblant. Semblant de ne voir en elle que sa meilleure amie. Depuis toujours, il se demande si elle fait semblant elle aussi. Si elle ressent la même chose. Mais aujourd’hui, il a sa réponse. Il tourne finalement la tête pour poser son regard sur Reed. « Tu sais Reed, la vraie question c’est ‘pourquoi serait-elle restée ?’ » Il hausse les épaules. « Je n’avais rien à lui offrir. » Puis il tourne la tête et plonge son regard à travers la vitre. La nuit est toujours là, presque réconfortante. Il sait même pas quelle heure il est. Rylan est juste perdu, encore un peu sous l’influence de l’alcool. Mais il n’a jamais été plus lucide. « Tout le monde croit que l’amour est une jolie promesse. Tu sais ce que je crois moi ? Je crois que c’est un putain de mensonge. C’est juste un truc qu’on offre aux plus naïfs pour rendre leurs journées un peu moins merdiques. » Il se dit aussi que l’amour doit être réservé aux plus chanceux. Parfois, il aimerait faire partie des amoureux, des amoureux heureux, pas de ceux qui sont amoureux d’une fille qu’ils ne sont pas sensé aimer. Il aimerait avoir une fille à son bras, une fille qu’il aimerait et qui l’aimerait en retour. Juste pour voir, pour essayer. Peut-être que ça lui plairait. Mais il est trop fier pour l’admettre. Alors il fait semblant de trouver ça dégoutant, l’amour. « Mais je m’en sors très bien sans. J’en veux pas de ces conneries. » Et finalement, il replonge son regard dans celui de sa colocataire. « Et toi, t’en penses quoi Reed ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: this will never end cause i want more. (reed) Mer 4 Mai - 18:27

Jamais Rylan ne lui avait semblé si... blessé. Meurtri, même, aussi bien dans son orgueil que dans ses sentiments. Il lui offrait pour la première une autre vision, un nouvel angle sous lequel l'appréhender, quelque chose de plus intéressant que l'image insupportable de son arrogance ponctuée de son éternel sourire en coin. Elle savait qu'il aimait Hazel, car même sa suffisance n'aurait pu masquer les regards lancinants qu'il lui jetait chaque fois qu'elle se trouvait dans la même pièce que lui. Si Reed sympathisait à sa cause ? Un peu. Uniquement parce qu'elle ne savait que trop combien les départs pouvaient briser jusqu'aux cœurs les plus solides. Certainement pas parce qu'il s'agissait de Rylan, insupportable au demeurant et pour lequel elle n'éprouvait qu'une empathie infime. Son commentaire semi-tragique la força à lever les yeux au ciel. Depuis quand les hommes étaient-ils si mélodramatiques, à pleurer leur amour perdu ? « C'est bon, t'as fini de t'apitoyer sur ton sort ? » Le tact n'avait jamais été son point fort, pas même dans une situation comme celle-ci. Elle s'assit sur le lit, juste à côté de lui. « Tu avais quelque chose à lui offrir, pourtant » nota-t-elle d'un timbre doux. Il avait ses sentiments, dont il ne parlait jamais mais qui vivaient entre eux, comme en filigrane, et qu'Hazel n'avait peut-être pas compris. Les gens pouvaient se montrer terriblement aveugles dès lors qu'ils étaient concernés, peut-être parce qu'il était plus simple de se voiler la face plutôt que de choisir la complication. Il y avait quelques exceptions, des exceptions comme elle qui regrettait parfois d'avoir fait le choix d'ouvrir les yeux sur ses sentiments pour Nate. Si elle les avait tus définitivement, peut-être que leur amitié y aurait survécu. De toute évidence, leur amour n'avait pas pu le faire. « J'aimerais bien te répondre quelque chose d'aussi convenu, niais et ridicule que ce que tu viens de me dire mais pour le coup je sèche » répondit-elle, sans doute trop froidement compte tenu des circonstances. Elle ne pouvait pas croire que même lui se prête à ce jeu-là, Rylan qui semblait pourtant un peu comme elle : au-dessus de tout ça. Elle posa son regard sur lui, deux billes plus tendres que la violence de ses mots. Reed pouvait se montrer dure, elle le savait. Lorsqu'elle était en colère, lorsqu'elle était blessée, lorsqu'elle était effrayée. Triste, aussi, ou lorsque son orgueil reprenait le dessus sur les instincts plus primaires, plus humains. Elle ne s'excusait pas d'être ce qu'elle était, encore moins de se tromper. Mais, à l'inverse de lui, elle essayait, quitte à se briser sur le chemin. Parce qu'au moins, elle savait. Elle obtenait la réponse, vivait sur des remords plutôt que des regrets, ne se demandait jamais ce qui se serait passé si elle avait dit ceci, fait cela. Ce n'était pas toujours la voie la plus heureuse, mais elle soulageait l'esprit. « Qu'est-ce qui t'empêchait de lui dire tes sentiments ? Peut-être qu'elle est partie parce qu'elle ne savait pas, et qu'elle n'avait rien qui la retenait, ici. T'y as pensé, à ça ? » Rylan voulait la jouer brave, façon type au-dessus d'émotions triviales, mais il ne trompait personne et certainement pas la championne du monde en la matière. L'ego mal placé, elle connaissait, sans doute mieux que personne. On tentait de se convaincre de mille et une choses pour garder la face, que l'on méritait mieux, que ça n'en valait pas la peine, que c'était perdu d'avance, que l'on valait mieux qu'un truc aussi insignifiant que l'amour. Ca fonctionnait, au moins un temps. Puis un jour, le château de cartes branlant que l'on tentait d'ériger se cassait la gueule, parce qu'on pouvait mentir aux autres, mais pas à soi-même. Ce qu'elle en pensait, elle, de tout ça ? Pas grand-chose. Elle n'était pas vraiment l'experte en matière d'amour, à en juger par l'échec de toutes ses relations – de son fait ou non. Naturellement, la dernière en date continuait de la torturer malgré tous ses efforts pour enfin passer à autre chose, si bien qu'elle aurait eu envie de lui répondre quelque chose de vague, de cliché, du genre que l'amour est surfait, douloureux sans raison. Mais sans être réellement certaine de savoir pourquoi, elle continuait à penser qu'il y avait du bon, dans l'amour. Pas toujours, mais assez pour ne pas se laisser abattre au premier échec. « J'en pense qu'il y a un temps pour tout, Rylan » répondit-elle calmement. Que toutes les relations étaient une question de timing avant toute autre chose. Peut-être qu'elle et Zadig auraient été des âmes-soeurs, s'ils s'étaient trouvés plus tard dans leur vie. Peut-être que Rylan et Hazel finiraient par l'être, qu'ils se retrouveraient un jour ou l'autre avec toutes les conditions réunies pour être ensemble. « Si vous devez être ensemble, ça se fera. Si c'est pas le cas, ça ne se fera pas, et il n'y a rien que tu puisses faire pour changer ça. La détester ou détester l'amour ne t'avancera pas à grand-chose. Ca te soulagera un peu, oui, mais pas indéfiniment » conclut-elle, fataliste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: this will never end cause i want more. (reed) Dim 12 Juin - 13:58

:out:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: this will never end cause i want more. (reed)

Revenir en haut Aller en bas

this will never end cause i want more. (reed)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» des images geantes
» Hommage à Jacke Mac Niece & Reed Pelfrey
» Reed Pelfrey, Pathfinder 502nd en Normandie n'est plus
» (F) Crystal Reed ? tu es ma bonnie et je suis ton clyde, la famille cela ne s'oublie jamais
» Comparatif carters Polini "Evolution"/Malossi "Reed Valve" !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-