AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

topic commun » happy easter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Re: topic commun » happy easter Sam 16 Avr - 22:16

La pelouse présidentielle était baignée de soleil, des dizaines d’enfants au bord de la crise de foie hurlaient en agitant leurs petits doigts couverts de chocolat fondu vers le ciel, tandis que leurs parents, béats, immortalisaient l’instant à l’aide de leurs smartphones. Scott, à l’instar des politiques et autres ambitieux disséminés ici et là dans les jardins de la Maison-Blanche, ne s’intéressait ni de près, ni de loin, à ce spectacle puéril et bruyant. Bien que grand amateur de chocolat, il était ici pour des raisons essentiellement professionnelles. Debout dans l’ombre aux cotés du très récemment nommé -sénateur du Texas- il évoquait sans émettre la moindre critique, chose qui pourrait lui être préjudiciable, les récents meetings des candidats à la présidentielle. Les opinions divergeaient mais la discussion restait des plus cordiales, les mots étaient choisis avec justesse, les gestes étaient soigneusement maitrisés, il était hors de question d’attirer l’attention, de faire des vagues. Rien n’était plus dramatique à Washington qu’un scandale; suffisamment puissant pour détruire toute ambition politique, et bien trop incontrôlable pour être réparé. Aussi, il était habituel de croiser, à chaque réception un tant soit peu importante, des gens qui comme Scott, s’évertuait à éteindre chaque départ de feu avant que naisse ne serait-ce qu’une étincelle. Personne en ville ne voulait connaitre le même sort que Bill Clinton avec l’affaire Lewinsky, et faire la une du Washington Post pour de mauvaises raisons. Des regards, tantôt admiratifs, tantôt craintifs, caressaient son impeccable costume Prada, malgré son jeune âge et son allure de premier de la classe personne ne sous-estimait l’activité de Scott. Il était intriguant, il planait autour de lui une aura mystérieuse, on le savait en possession d’informations ô combien confidentielles qui pouvaient, si elles venaient à être révélées, bousculer tout l’échiquier politique en place. « Soyez tranquille sénateur, rien de néfaste ne saurait venir ternir votre réputation aujourd’hui. Le cabinet Schrayer est un gage de qualité, nous maitrisons à la perfection tout ce qui relève de la discrétion et de l’excellence. » expliqua t-il d’un ton étonnamment calme après avoir remarqué les regards incessants que se lançaient le sénateur et son principal rival, posté à quelques mètres de là. La peur du scandale était rationnelle, d’autant plus dans une ville comme Washington littéralement gouvernée par la manipulation; dès lors que quelqu’un était en possession d’un milligramme de pouvoir, il devenait une proie alléchante, une cible à abattre... Et l’unique solution pour assurer sa survie et ses arrières tenait en deux mots : Schrayer & Associates. Le cabinet de gestion de crise le plus prestigieux de la capitale, une armée d’experts en costume trois pièces déterminés à faire reluire l’image publique de leurs notables clients et à exterminer les scandales par tous les moyens; même les plus discutables. « Mademoiselle Ashbury. » déclara-t-il alors que la charmante mais problématique Casey venait de faire irruption entre les deux hommes. Il savait qu’elle était l’assistante personnelle du sénateur texan et avait, de ce fait, insisté pour l’accompagner aujourd’hui sachant pertinemment que son adorable -experte de la photocopieuse et du café- ne serait pas très loin et qu’il aurait tout le loisir d’écraser quelques unes de ses plates-bandes par pure cruauté. « En effet, nous avons eu le plaisir de faire une partie de notre scolarité ensemble. » poursuivait-il sèchement sans même prêter attention au sourire ridicule qui déformait ses lèvres. Puis bientôt, le calme fut rompu, une voix s’éleva accompagnée de paroles d’une vulgarité sans pareille. « Je ne voudrais pas compromettre votre programme de la journée mademoiselle Ashbury, le sénateur et moi-même vous rendons votre liberté. Partez donc rejoindre votre ami, il semble incroyablement pressé de vous retrouver. » Le sénateur acquiesça sans prononcer un traitre mot, il paraissait encore surpris d’avoir entendu le mot -emmerder- sur le gazon présidentiel et imaginait sans doute Casey avoir des fréquentations de meilleure qualité. Un sourire carnassier et victorieux eut à peine le temps de s’inscrire sur les traits de Scott qu’un événement accidentel rendit sa journée plus délicieuse qu’elle ne l’était déjà. Une coupe de champagne maladroitement tenue par une jeune femme perchée sur d’affreux talons termina sa chute sur l’autrefois impeccable- robe de Casey. « Lui passer votre haut ? Peut-être devriez-vous songer à limiter votre consommation de champagne, il semblerait que celle-ci nuise à votre réflexion et à votre bon sens. Si l’envie de vous dénuder vous traverse l’esprit ayez au moins l’amabilité de ne pas en faire profiter l’ensemble des dirigeants de ce pays. Sur ce, je vous prierai de bien vouloir vous retirer, vous avez commis suffisamment de dégâts pour aujourd’hui. » articula-t-il d’une traite sans même laisser à l’impertinente une chance de s’exprimer. A la manière d’un parfait gentleman -un rôle qui n’était qu’une couverture- mais ils étaient peu nombreux à le savoir, il poursuivit. « Je connais très bien la chef de cabinet de la Maison-Blanche, Ebony Asher-Grey, et je pense qu’elle sera toute disposée à vous prêter une robe, suivez-moi Casey. Monsieur le sénateur, veuillez m’excuser, je vous retrouve toute à l’heure. » Ni une, ni deux, il attrapa le bras de Casey et l’attira vers l’aile ouest en retenant un rire moqueur. Il avait oublié à quel point la maladresse de Ashbury caractérisait toutes ses entrées.
Revenir en haut Aller en bas
June D. J. Martin
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : Fanny, Fannence, la plus mignonne des mignonnes, Fannou
date d'inscription : 19/06/2011
nombre de messages : 20204
avatar : Selena Gomez

MessageSujet: Re: topic commun » happy easter Mar 19 Avr - 22:50

James, fidèle à lui-même semblait s'être mis en tête de se trouver une poulette pour la journée, à défaut d'une poule en chocolat. Au moins avec lui, il n'y avait guère de surprise, et l'on sait toujours à quoi s'attendre. Accrochée à son bras, Casey tente tant bien que mal de ne pas tomber du haut de ses escarpins qui s'enfoncent petit à petit dans l'herbe. Nul doute qu'au moment où elle quittera le bras de James, la situation deviendra un peu plus compliquée pour marcher. « A défaut de courir après les œufs, tu vas courir les jupons griffés c'est ça? » Elle rigole avant de resserrer sa prise sur son bras et de continuer à avancer. Pourtant prête à passer la journée en compagnie de son colocataire, Casey se voit contrainte de s'éloigner et de partir voir son patron et amant le sénateur du Texas. James n'apprécie qu'à moitié être abandonné de la sorte et râle ouvertement. « Ca va, arrêtes de râler ! Je me rattraperais ce soir avec des bières devant le match ça te convient? » qu'elle lui propose avant de se retourner et de marcher à grand pas en direction de son patron. Et a sa plus grande - et désagréable - surprise, le sénateur n'est pas seul sur la pelouse mais en compagnie d'un fantôme du passé de Casey. Scott, le seul et l'unique, celui qui lui a fait commettre la seule chose qu'elle n'ait jamais regretté, son avortement. Casey a rarement, des regrets, si ce n'est jamais. Et le seul qu'elle ait jamais eu, est cet avortement qui l'a blessée au plus profond d'elle et a ruiné son amitié avec Scott. Alors forcément, tomber face à lui et de surcroit en compagnie du sénateur fait l'effet d'une bombe sur Casey. Mais fidèle à elle-même, la jeune femme reste impassible, visage de marbre, aucun sourire n'illuminant son visage. Mais quelques instants plus tard, James se fait entendre, clamant qu'il était prêt à la sauver dès qu'elle le souhaitait. Et la jeune femme ne peut s'empêcher de rire en se tournant vers lui. « Excusez mon colocataire, il n'a pas pris son traitement ce matin, cela lui joue quelques tours. » qu'elle déclare le plus sereinement qui soit. Et voilà que c'est au tour de Finn de l'interpeller sans se préoccuper un seul instant de son occupation sur le moment. Casey lui adresse un bref sourire et un geste de la main pour lui faire comprendre qu'ils se rejoindront plus tard. Une chose est sur, James est peut-être à la chasse aux poulettes, mais Casey sait déjà avec quel coq elle va rentrer ce soir et ce coq n'est autre que Finn. Le sénateur commence à présenter les deux amis l'un à l'autre mais Casey le devance afin de lui expliquer qu'ils se connaissent déjà. Scott quant à lui se contente d'expliquer leur connexion, tout en vouvoyant la jeune femme. « Oh Scott un petit effort quand même. Nous nous connaissons suffisamment pour ne pas avoir à nous vouvoyer non? » Implacable, elle place un sourire parfaitement faux sur son visage, que Scott saura parfaitement décrypté. Mais la blonde incendiaire perd rapidement son sourire lorsqu'une jeune femme fait littéralement tomber sa coupe de champagne sur elle. Sa robe blanche commence à être rapidement transparente, laissant apparaître son soutien gorge aux yeux de tous. « Merci mais non merci. On ne mélange pas les torchons et les serviettes, et il est hors de question que je ne porte le torchon qui vous sert de haut. Bonne journée. » Casey sait toujours garder son sang froid pour paraître la plus gentille et parfaite sous tous rapports en publique. Mais une chose pour elle que cette situation se déroule en compagnie de deux hommes qui la connaissent très bien et qui savent parfaitement que tout cela n'est qu'une couverture. Aussi, rien de bien surprenant à voir Casey répondre de manière aussi sèche dans un endroit si public. Scott s'empresse de lui proposer une robe d'une de ses amies et sans même attendre la réponse de Casey, il attrape son bras et l'emmène vers le cabinet de sa dite amie. « Tu aurais pu préciser que c'était les courbes de ton amie que tu connaissais vraiment, le sénateur n'en aurait pas été très surpris, je te rassure. » Nul besoin de faire semblant ou de chercher à se donner une image parfaite, le sénateur met toujours tout le monde à jour, et Casey connait parfaitement Scott. « J'espère qu'elle a bon goût ton amie, je n'ai pas envie de me retrouver avec une gaille sur le dos. Et vu ses fréquentations, j'ai tendance à penser que le bon goût ne fait pas parti de ses qualités. » Non, la jeune femme n'a pas envie d'être tendre et de jouer dans le mélodrame des retrouvailles avec Scott. Il lui a suffisamment bouffé la vie par le passé pour que Casey soit aujourd'hui douce et docile comme elle avait pu l'être par le passé en sa compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: topic commun » happy easter Jeu 21 Avr - 3:00

Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue.



Lubja avait fait sa boulette en renversant ce verre, mais elle était heureuse qu’aucun de ses élèves n’avaient été là pour voir la situation. Surtout qu’elle s’était retrouvée à se faire insulter par la jeune femme et un autre homme. Chose qu’elle ne comprit pas du tout. Ca arrive à tout le monde de faire des bêtises, surtout lorsqu’on marche en talons dans une telle pelouse. La blonde devait bien comprendre car Lubja l’avait vu marcher avec grande difficulté. Elle eut pleins d’insultes qui voulurent sortir de sa bouche, mais elle se calma. Bien qu’elle n’hésite pas à dire bien fort, de sorte qu’ils l’entendent. « C’est bon ils sont à la Maison-Blanche, et ça pètent plus haut que leur culs. C’est ça dégagez bande de cons. » Elle s’en fichait totalement d’être dans un endroit aussi respecté. Ils l’avaient cherché en lui parlant ainsi, surtout ce mec. Il ose lui répondre de cette façon… Il se croit beau gosse ou quoi ? Il la dégoutait, avec son visage. Ca se voit sur son visage que c’est un con. Elle se mit presque à avoir pitié de la blonde, qui se retrouvait seule avec lui. Au moins, elle, elle était peut-être seule, mais non pas mal accompagnée. Elle partit, pour s’éloigner de ces personnes imbues d’elles-mêmes. C’est alors qu’elle vit une de ses meilleures amies : Holia. Elle eut presque envie de courir vers elle, mais lorsqu’elle vit qu’elle était en compagnie d’un bel homme, elle s’abstint de lui gâcher ce rendez-vous, si seulement ça en était un. Elle lui fit simplement un petit signe de la main, et regagna le bar, où elle posa son verre vide. Elle resta là à observer les gens, surtout ces deux autres-là. La blonde avec le moche. Drôle de couple. Elle allait sur sa trentaine, mais elle était bien contente d’être seule lorsqu’elle voyait ce genre d’hommes. Décidément ça n’allait pas être ici qu’elle se trouverait l’homme de sa vie. Surtout s’ils sont tous comme cet homme ressemblant à un chinois. Oh non, elle n’a rien contre les chinois, mais tout simplement pas son goût. Encore moins lorsqu’on a que les yeux comme eux. Et le pire dans tout ça ? C’est qu’il s’agit de ces hommes-là qui se croient les plus beaux. Lubja eut presque envie d’en vomir. Pour la peine, pour éviter de trop y penser, elle se mit à chercher les œufs. Il fallait bien qu’elle fasse quelque chose. Quelque chose d’autre que de renverser du champagne sur une autre personne. Ou alors elle pourrait essaye de croiser le regard du beau président. Au moins lui, il ne parait pas aussi hautain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: topic commun » happy easter Lun 25 Avr - 19:38

Topic commun - Aleksa ⊹ Roman Da Russo coulait son regard verdoyant sur les acacias majestueux qui trônaient fièrement sur la table de réunion, au sommet d’une l’ivresse glacé, emmurée de parois de verre qui miroitaient d’une splendide apothéose. L’insigne galbé plaqué sur les dernières hauteurs laissait choir en contrebas la stupidité et les méprisants esprits poussiéreux pour éliminer l’animalité primaire qui subsistait dans les pires avortons de l’espèce humaine. Ici on voulait de l’intelligence, de l’innovation, des costumes clinquants aussi chers que les montres serties de diamant qui montraient la richesse des sens qui avaient amené ici, tous les hommes et femmes qui se pressaient dans les couloirs de nouvelles conceptions futuristes. Les couvertures des derniers papiers glacés étaient exposées contre les murs virginaux des couloirs illimités. Roman signait des derniers papiers, une paperasse dont il était submergé depuis son acquisition de Playboy, officiellement filiale de The Mating Mind et serrait la main d’Alexander avec un sourire élevé et régnant. Félicitation. Tu es officiellement le CEO de The Mating Mind. Qu’il disait avec un sourire prospère et onéreux. Roman n’avait jamais pensé laisser les rênes de son entreprise florissante et qui régnait encore, six ans après sa création. Aujourd’hui, s’il n’abandonnait pas la pleine coordination de ce qui l’avait élevé au rang d’homme d’affaire de l’année deux ans plus tôt, il laissait libre court à l’imagination de son ancien associé et actuel partenaire afin de l’aider à tenir le magazine pendant qu’il dirigerait l’empire Da Russo en haut du siège de Playboy et donc, lié directement dorénavant, au magazine plus jeune et classieux. J’appelle Aleksa et on sera sur la pelouse de la maison blanche dans quelques heures. Qu’il se répétait comme pour programmer encore et encore sa journée qui débutait sur les chapeaux de roues. […] Quelques heures plus tard, il rejoignait la dîtes femme qui s’enchaînait à son bras avec une élégance rare et une attitude de la séductrice hors catégorie. Je veux que tu souris et te montre sexy mais classe. Si tu t’es tapé des hommes dans les invités, tu ne les regardes pas. Aujourd’hui tu es l’image de notre nouvelle industrie florissante, je n’ai pas le droit à l’erreur. Qu’il disait en surplombant l’assistance de journalistes d’un sourire magnanime. Il avançait avec elle tout en lui susurrant quelques mots et s’abandonnait à l’idée de la présenter à son bras afin de faire oublier les scandales passés liés au nom de Rosenbach. Les affaires étaient les affaires, il imaginait l’ouragan que sa vue au bras d’une autre créature du diable pouvait lui amener mais il voulait bien brûler ses ailes pour faire prospérer l’image de sa nouvelle entreprise. Il répondait quelques mots aux reporters qui lui tendaient leur micro avec presque l’agonie d’imaginer que Roman Da Russo puisse daigner répondre aux questions les plus anodines. Il continuait son chemin et finissait sur la pelouse fraichement tondue de la maison blanche, hommes et femmes de grande convenance sur leur trente et un pendant que les enfants des plus hauts dignitaires, s’exilaient au travers des jardins bariolés de couleurs et de parfums bourgeonnants et boutonneux. Alexander a eu l’œil, tu es exquise. Un compliment qui n’en était pas un. Roman parlait de son ton le plus grave et professionnel pendant qu’il observait la ravissante jeune femme qui était payée pour l’accompagner et trôner une image hypnotique et particulièrement indomptable. Roman saluait la chef de cabinet qui se frayait un chemin au travers des invités de sa démarche chaloupée pour s’échapper vers d’autres hautes têtes de la politique. Il la connaissait de l’université, à l’époque où Alexander la voyait régulièrement. Des amis aux dents acérées qui n’avaient cessé de grimper dans l’échelon du pouvoir et de la popularité recherchée et souveraine.


© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: topic commun » happy easter Mer 1 Juin - 12:56

:out:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: topic commun » happy easter

Revenir en haut Aller en bas

topic commun » happy easter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» (2.2) TOPIC COMMUN
» ? UPRISING : topic commun
» Premier topic commun ? La parade des Macrales
» (topic commun), radcliff's fair.
» Barbie Happy Holidays 1989

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-