AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

i wanted to fight for you ~ elissa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: i wanted to fight for you ~ elissa Jeu 24 Mar - 14:38

Imagine a future moment in your life where all your dreams come true, you know ?
It’s the greatest moment of your life and you get to experience it with one person.
Who’s standing next to you ?

--------------------------------------
« Tu vas voir Lissa après notre dîner ? ». Sacha lève les yeux vers sa mère, après avoir consulté ses messages téléphoniques. Une heure qu'il est en compagnie de Nora, sa mère, une heure qu'il entend des Elissa par-ci, Elissa par-là, sans pour autant avoir le courage de lui avouer qu'il lui a enfin demandé sa main, et ce depuis quelques semaines. Des mois qu'elle le supplie de passer à l'acte, de se fiancer avec sa belle-fille chérie et aujourd'hui que c'est fait, Sacha ne dit rien. Ne l'a avoué à personne. Pas qu'il en ait honte. Mais il le sait, à partir du moment où il va l'annoncer à ses parents, sa mère ne va plus le lâcher. Et l'emmerder à longueur de journée pour savoir s'ils ont fixé une date, si Elissa a déjà choisi sa robe et d'autres complaisances du même genre. Sacha en pousse un soupir de lasse, rien que d'à l'idée d'y penser. « Oui, on doit se rejoindre à l'appartement » répond-il à sa mère, tout en continuant de faire défiler ses messages. Il y en a un bon nombre auxquels il doit répondre. Dont un de Lissa d'ailleurs. Qui lui demande à quelle heure il compte rentrer ce soir. A l'appartement. Il ne répond pas, pas par ingratitude – quoique – mais surtout par ignorance. Sacha ne peut jamais définir une heure. Qu'il soit à l'hôpital, ou en vadrouille, il sait quand il part, jamais quand il revient. Et même si cela peut blesser sa fiancée, ou la lasser, il ne change en rien ses habitudes. Après un 'tu lui passeras le bonjour de ma part' de rigueur, Nora amène le plat du déjeuner sur la table, et les festivités peuvent commencer. Comme tous les mardis. Sacha, bien qu'il ne l'avoue pas, chérit ce rendez-vous hebdomadaire avec sa mère. C'est son moment privilégié avec elle, où il redevient quelque peu l'enfant choyé à qui maman Barnett s'applique à combler ses moindres désirs. Très souvent, leur principal sujet de conversation se tourne autour de son couple et de sa si ravissante et parfaite petite amie, mais il peut arriver que les discussions dévient sur des souvenirs communs, redessinant les traits de l'enfance du jeune homme avec une nostalgie qui les lient. Et si ces derniers temps, il lui en a valu, pour ses mensonges, pour lui avoir caché la vérité sur son vrai père, Sacha apprend à pardonner et surtout il voudrait comprendre. Pourquoi ne lui a-t-on rien dit ? Comment a-t-elle pu croire qu'il ne découvrirait jamais la vérité ? Est-ce qu'elle pense encore à lui, à cet homme qui lui donna cet enfant ? A-t-elle encore des contacts avec lui ? Tant de questions qui taraudent l'esprit du jeune Barnett, sans qu'il ne se résolve à en parler clairement avec elle. Il ne la sent pas prête. Pas ouverte à la discussion. Ou du moins, à cette discussion là. Et lui non plus ne veut pas lui dire qu'il a retrouvé les traces de son père biologique, qu'il a fait des recherches ces dernières semaines le menant jusqu'à Casey Ashbury, qu'il est prêt à tout pour avoir une chance de rencontrer celui de qui on l'a éloigné, sans même lui demander son avis. Probablement que ses parents vont en être peinés, mais Sacha en a besoin. Pour sa construction. Pour découvrir qui il est vraiment. Le repas terminé, Sacha se décide à quitter sa maison familiale, après une accolade à sa mère et un baiser sur la joue. La soirée est bien entamée et Sacha se demande s'il ne va pas s'arrêter boire un coup dans un bar avant de rentrer retrouver sa fiancée, lovée dans leur lit ou sur le canapé, entrain de dévorer un bouquin. A cette pensée, un sourire tendre se dessine sur le visage du jeune homme, avant qu'une grimace ne vienne le déformer. En bout de rue, c'est bien SA Elissa qu'il aperçoit, pas du tout chez eux entrain de l'attendre, mais bien au bras d'un autre homme, toute guillerette, entrant dans ce bar que Sacha convoitait tant. Il ne lui en faut pas plus pour se raidir et sentir ses mains se contracter. Qu'est-ce qu'il fait ? Il fonce dans le tas et faire une esclandre devant tout le monde ? Ou il rentre gentiment et attend que sa fiancée ait fini de prendre du bon temps avec un autre avant de l'incendier. Il irait bien casser la gueule à ce morveux sur le champ, mais en tant que futur chirurgien, ses mains sont ses outils de travail et il en a trop besoin. Donc au lieu de les esquinter, il lâche un grognement, les enfouit dans ses poches de veste et faire demi-tour pour rentrer chez lui. (…). Deux heures qu'il fait les cent pas dans le salon. Deux heures qu'il fulmine. Deux heures qu'il check son téléphone toutes les trente secondes. Deux heures de supplice, mise à mal par la porte d'entrée qui s'ouvre sur une Elissa au coeur printanier, puant le bonheur. « Ah, tu es enfin rentrée » lâche-t-il, ou plutôt crache-t-il à l'encontre de sa copine, a peine eut-elle un pied dans le salon de posé. « C'était qui ce mec Elissa ? ». Sacha ne tient plus et s'approche d'elle, le regard dur. « Et ne me prends pas pour un con, je vous ai vu ». Ensemble. Tout heureux. L'air presque amoureux. Et ça lui fait mal à Sacha. « Alors ? Ça fait longtemps que tu te fous de ma gueule en le voyant dans mon dos ? » cingle-t-il, le coeur en miettes, au bord des lèvres. Douce ironie lorsqu'on sait ce qu'il fait subir à Elissa depuis des mois. Mais c'est beaucoup moins drôle quand les rôles s'inversent. N'est-ce pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: i wanted to fight for you ~ elissa Mar 29 Mar - 1:55

And then something invisible snapped insider her, and that which had come together commenced to fall apart.
- - - - - - - - - - -

The most painful thing is losing yourself in the process of loving someone too much,
and forgetting that you are special too

Elle quitta James animée d'une pointe de regret, mais toujours habitée de ce petit bonheur jouissif qui l'enveloppait à chaque fois qu'elle se tenait à son bras, écoutait les petites anecdotes qu'il voulait bien partager, et se régalait de tous les sourires qu'il lui servait en abondance. Le coeur un peu lourd, Elissa poussa la porte d'entrée, et fit une apparition timide. Loin de s'attendre à trouver Sacha de si bonne heure à la maison, c'est en toute quiétude qu'elle enleva ses chaussures, et déposa son sac à main dans l'entrée, avant que son fiancé ne l'interpelle. Bonjour, ma chérie. Comment s'est passé ta journée ? Tu vois, le changement c'est maintenant, je suis à la maison avant toi, pour la première fois depuis des mois, et j'ai même fais la lessive. Enveloppée par cette vision plus qu'utopiste, Lissa se laissa aller à un soupir, les épaules voutées, fatiguée après une trop longue journée seulement illuminée par sa sortie en compagnie de James. Plus que de rentrer d'une entrevue avec lui, elle revenait d'une journée de travail improductive, à distribuer les cafés et les sandwichs dans les bureaux, et à ranger sans cesse celui de son patron plus que désorganisé. Elle avait joué la bonne à tout faire de tous le monde, toute la journée, et ne rêvait à présent que d'une assiette toute simple : purée/steak haché, d'un bon bain parfumé, et de s'installer dans son lit, lovée dans les bras de son fiancé qui lui raconterait ses péripéties au bloc opératoire. Mais cette vie-là n'était plus la sienne, ce depuis des mois déjà. Sacha ne rentrait que lorsqu'elle dormait, et avait l'audace de s'allonger à ses côtés, après que ses bras eurent enserrés une autre. Ou bien il revenait lorsqu'elle n'en pouvait plus, et veillait pour l'accueillir la mine défaite, et le coeur en friches. Encore ce soir, les plaisirs d'une vie de couple simple, d'une vie de couple tout court, lui étaient refusés. « .Bonjour à toi aussi. » finit-elle par répondre, désenchantée. Ne comprenant pas où se trouvait son erreur, ou tout simplement ce qui motivait Sacha à jouer au diable, Lissa  fronça les sourcils. « .Je ne vois pas de quoi tu … Oh, James. C'est James. » réalisa-t-elle. Qui d'autre. Excepté son propre frère, et à l'occasion Louis-Simon, Lissa ne fréquentait personne. Loin de voir l'affront pour lequel Sacha la jugeait, elle enchaina sur les explications. « .Tu sais, l'ami d'Edison… ou l'ennemi d'Edison… ou l'ami de la Nina d'Edison, ou… oh écoute, je ne sais plus. J'ai fais sa connaissance lors d'un dîner de famille. Il est arrivé en ville il y a peu et cherchait quelqu'un pour la lui faire visiter. Edison m'a gentiment demandé de le faire, voilà tout. » Techniquement, Edison en avait parlé à Hamilton, après que sa Nina lui ait forcé la main. Hamilton qui avait alors prétexté ne pas avoir le temps. De fil en aiguille, elle s'était improvisée guide touristique et plus tard amie de fortune. Vérité étant, Sacha le savait parfaitement. Elle avait mentionné James une paire de fois, et n'avait jamais dissimulé ses projets le concernant. Les cafés, les sorties de travail, et les escapades (qu'elle faisait passer pour innocentes, alors qu'elles commençaient peu à peu à ne plus l'être du tout). Elle n'avait jamais rien caché. Seulement Sacha n'écoutait plus, ne faisait plus attention. James, lui, faisait attention. Il lui ouvrait la porte et lui tendait la main lorsqu'elle sortait de la voiture, venait la chercher au bureau et lui demandait comment s'était passé sa journée. Il insistait pour la raccompagner devant sa porte, et avait même récemment cuisiné pour elle. Puis il coulait sur elle un regard lumineux qu'elle n'avait plus vu sur le visage de Sacha depuis bien longtemps, car trop occupé à couver ses conquêtes éphémères de baisers tièdes. Seulement elle réalisa le ton qu'employait son fiancé, et la façon sournoise qu'il avait de l'accabler pour quelque chose qu'elle pensait innocent (naïve pour toujours). Agacée par l'ironie de la situation, elle fit volte face dans sa direction. « .Pardon ?. » Sa langue claqua dans sa bouche. Comment pouvait-il l'accuser, de quoi que ce soit qui plus est ? Lui qui passait ses fins de soirées les mains dans les culottes des jolies filles. « .Que JE me fous de ta gueule ? En voyant quelqu'un dans TON dos ? Venant de toi, franchement... Tu manques pas de culot. » qu'elle lâche, accompagné d'un rire dépité. « . Je ne fais que faire visiter Washington à une connaissance, rien de plus. Il y a une différence entre ce que tu crois que je fais dans ton dos, et ce que tu fais vraiment dans le mien. Alors tu peux ravaler ton petit ton ingrat, Sacha, parce que ce n'est pas moi qui fait défaut à notre couple, et tu le sais parfaitement.  » se justifia-t-elle, véhémente certes, mais plus sage qu'elle ne le devrait. Elle aurait dû éclater. Et pas aujourd'hui, mais depuis des lustres déjà. Elle aurait du lui dire. Qu'il pouvait aller se faire foutre, que ce qu'il faisait était impardonnable, qu'il ne la méritait pas. Après tout, ne méritait-elle pas une vie beaucoup moins douloureuse que celle-ci ? Comme quoi, la bonté n'offrait rien dans ce monde. Ce qui ne l'empêchait pas de croire bêtement qu'un jour, Sacha se rendrait compte de ce qu'il lui faisait, et s'excuserait, et arrêterait. Elle porta ses doigts tremblants sur ses lèvres, réprimant ainsi des mots amers qu'elle ne voulait pas prononcer. Elle accrocha un regard triste au sien, fatiguée de cette vie, et de leur couple qui ne menait à rien. Rien d'autre que de la souffrance, du moins. « .Je t'ai tout pardonné, alors passer au-dessus d'un simple café avec James c'est le moins que tu puisses faire. » reprit-elle, sentant que le moins qu'il puisse faire serait déjà trop lui demander. Sacha n'était pas du genre à lâcher le morceau, et, elle le savait par avance, maintenant qu'il était conscient de la présence de James, un nouvel épisode psychotique débutait, et s'ajoutait ainsi à la psychose permanente dans laquelle Lissa vivait depuis trop longtemps. La peur de l'autre, et surtout des autres. « .Est-ce que c'est trop te demander de passer une soirée tranquille avec toi, sans dispute, ou bien tu vas encore retourner cette conversation à ton avantage pour filer et aller… faire ce que tu aimes tant faire avec... » coucher avec d'autres. Les embrasser, les caresser, tout. Puis rentrer, l'air de rien, et se coucher à côté d'elle. Elle se stoppa net, et poussa un soupir douloureux. Bien sûr que c'était trop demander, à lui qui ne pouvait plus s'en empêcher. C'était à présent ancré en lui, tatoué sur sa peau. Ca filait dans ses veines. « .J'en ai marre, Sach'. » finit-elle par dire. Les infidélités, et maintenant son attitude face à James. Assez. « .Ce n'est pas la vie que j'imaginais pour nous, et plus ça va, plus on s'en éloigne. » et plus ça allait, plus sa vision de l'homme idéal s'éloignait de Sacha, et se rapprochait de James.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: i wanted to fight for you ~ elissa Mer 25 Mai - 14:49

- Pourquoi dit-on tomber quand il s'agit d'amour ?
- Parce que quand ça fait mal, il faut bien se relever.

-------------------------------------------------------------
Sacha aurait eu envie d'accueillir Elissa comme il ne le faisait plus depuis longtemps. Un grand sourire, un baiser langoureux avant qu'ils ne se lovent sur le canapé tous les deux, comme un vrai couple. Une routine qu'ils n'ont plus effectué depuis très longtemps. Depuis que Sacha ne rentre qu'au beau milieu de la nuit, prenant simplement sa fiancée dans ses bras, avant de s'endormir lourdement. De fatigue. De culpabilité surtout. Bien qu'il n'en éprouve plus beaucoup à force. Au début oui. Le premier soir où il a découché, où il a trompé Elissa, il s'en ait voulu. Il s'était même promis de ne jamais recommencer. Il s'était senti mal au point d'avoir éviter sa fiancée pendant quelques jours, acceptant garde sur garde à l'hôpital. Et même s'il s'était juré, même s'il n'avait pas voulu, il a recommencé. Un autre soir, puis encore un autre et au fil des semaines, la culpabilité a commencé à se dissiper. Jusqu'à ne plus être ressentie du tout. « C'est James. Juste ça ? C'est tout ce que tu as à me répondre ? Je m'en tape de comment il s'appelle. Par contre que tu te pavanes à son bras, ça je m'en fous moins ». Sacha est jaloux et l'a toujours été. Il ne supporte pas que d'autres hommes s'approchent de sa fiancée. Ou la regardent. Parce qu'ils le font tous. Elissa ne s'en rend pas compte, parce qu'elle est trop occupée à juste être elle-même mais c'est un rayon de soleil. Elle éblouit tout et tout le monde sur son passage. Les hommes la contemplent, se rêvent à pouvoir la toucher, la frôler, l'embrasser. Ils se retournent tous sur leur passage, lorsqu'ils croisent Elissa. Et ça fout en rogne Sacha. Elle n'appartient à personne d'autre que lui. C'est tout. « Il aurait pas pu trouver quelqu'un d'autre pour lui faire visiter la ville non ». Non il a fallu que sa soit sa fiancée qui s'en charge. C'est toujours elle. La gentille Elissa qui rend des services à tout le monde. Qui s'improvise guide touristique pour un homme. Qui passe du temps avec un autre que le Barnett. Sacha ne connaît pas ce James et il le déteste déjà. « Tu veux te venger du mal que je te fais c'est ça ? » persifle-t-il, en la suivant de l'entrée au salon. Et que je te ferais toujours, pense-t-il intérieurement. Sacha voudrait arrêter toutes ses conneries et ne se consacrer qu'à Elissa. Redevenir l'homme qu'il était au début de leur relation. Aimant, attentionné. Fidèle. Mais il en est incapable. Il ne peut plus. C'est plus fort que lui. « Mais je ne veux pas que tu vois un autre homme. Je sais que c'est complètement égoïste mais c'est la vérité Elissa. Tu es ma fiancée ». Et celle de personne d'autre. C'est la sienne, n'en déplaise aux autres. N'en déplaise à James. C'est sa fiancée. Avec qui il veut terminer sa vie, même s'il ne cesse de lui prouver le contraire. « Tu parles d'un simple café mais je suis certain que tu le vois presque tous les jours, hein, dis moi la vérité Elissa. Dès que je ne suis pas là, tu es avec lui ». Sacha les prend dans la gueule, les reproches de sa petite amie. Pour une fois, il les écoute et ça lui tord les boyaux. Le coeur. Il serre ses bras sur son torse, le visage fermé. Son couple est au bord du gouffre, prêt à vaciller à la moindre tempête. Et ce James est une grosse bourrasque qui menace de tout faire s'effondrer. Et Sacha ne le laissera pas faire. « Je ne vais pas filer ce soir » déclare-t-il, fièrement, devant la surprise naissante sur le visage d'Elissa. Sûrement demain oui. Mais pas ce soir. « Pas pour que tu ailles rejoindre James dès que j'aurai franchi le pas de la porte. ». Et il en rajoute une couche. C'est plus fort que lui. « Tu en as marre de moi c'est ça ? ». Sacha lève les yeux vers Lissa. Des yeux remplis de désespoir, parce qu'il a vraiment peur qu'elle s'en aille. Parce qu'elle a l'air résignée à vouloir le faire. « Tu veux me quitter, c'est ce que tu es entrain d'essayer de me dire ? ». Elle lui a déjà fait ce genre de menace. Et d'ordinaire, il s'en fout. Il ne les prend pas au sérieux. Mais ce soir, il sent que quelque chose change. Que ce James pourrait bien convaincre Elissa de vraiment partir. Sans lui. Loin de lui. « Parce que si c'est ça, je ne te laisserai pas partir Lissa. ». Parce que je t'aime trop, même si je ne suis qu'un sombre crétin. Ces mots sont ancrés en lui sans qu'il ne parvienne à les prononcer. Ses je t'aime n'ont plus la même saveur qu'au début. Elle est persuadée qu'il ne les pense plus lorsqu'il les prononce. Que ce sont justes des mots de routine, dits à la dérobée. Mais pourtant il l'aime vraiment. Du plus profond de son coeur. Même si c'est un salaud avec elle. « Moi non plus ce n'est pas la vie que j'imaginais pour nous. Pour toi » lâche-t-il d'un soupir, en se laissant tomber sur le canapé, la tête prise entre ses mains. S'il était raisonnable, il l'a quitterait. Il lui rendrait sa liberté. Il arrêterait de la faire souffrir. Mais il n'est pas raisonnable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: i wanted to fight for you ~ elissa Sam 11 Juin - 16:22

« .Pour ta gouverne, je ne me pavane pas. » Mais là n'était définitivement pas la question. « .Oui, c'est tout ce que j'ai à te répondre et si ça ne te suffit pas, ma foi, qu'est-ce que tu veux que je te dise de plus ?. » Elle-même n'en avait aucune idée, et supportait difficilement la jalousie mal placée que Sacha lui crachait à la figure, toute innocente qu'elle était (du moins en comparaison à lui, qui fautait et portait préjudice à leur couple plus souvent qu'il ne faisait la vaisselle). Fatiguée d'avoir toujours la même dispute, et persuadée qu'elle reviendrait toujours à l'inévitable et évidente fatalité : leur couple ne pouvait plus durer, pendant que Sacha se tuerait à nier, Lissa se frotta énergiquement les joues, tout en dardant sur son fiancé un regard attristé. Le pire était là. Il n'avait l'air de se rendre compte de rien, et continuait de s'enfoncer un peu plus profondément dans ses convictions, ce même s'il était dans son tort. Elissa ne voyait pas le mal à sortir plutôt que de rester à la maison, à attendre bêtement un Sacha qui se moquait bien des petits plats qu'elle lui cuisinait, de la jolie petite robe qu'elle avait achetée persuadée qu'elle lui plairait, et de toutes les autres petites attentions qu'il ne voyait finalement jamais. Et quoi qu'on puisse croire d'elle, elle était très loin de prendre James pour un saint. Dieu merci Edison était encore là pour la raisonner lorsque par malheur elle se perdait un petit peu trop dans leurs rendez-vous idylliques, et elle était encore capable d'instaurer une limite, fragile certes, entre eux. « .C'est juste des visites, je ne vois pas pourquoi tu t'emportes de cette manière. Au pire, tu peux très bien lui faire visiter la ville toi-même, si ça te tient tant à coeur. » proposa-t-elle, certaine qu'il n'en ferait rien. Lui faire du mal ? Elle ? À lui ? Se rendait-il même compte de ce qu'il insinuait ? Et sur un ton pareil, par-dessus le marché. Lissa se figea, droite comme un piquet planté en plein salon. Non, elle ne voulait pas vengeance. Non, il n'était pas question de lui faire payer. Jamais. Si tant est qu'elle puisse vouloir, et surtout qu'elle puisse être capable, de lui faire payer. La question seule la fit tressaillir. Ses doigts se resserrèrent sur la peau satinée de ses joues, y laissant de petites traces rosées disgracieuses. Les lèvres pincées, elle se fit violence pour ne pas répondre quelque chose qu'elle regretterait immédiatement. Evidemment. Sacha, il fallait le ménager. Sacha, il fallait le préserver, toujours. Lui ne se privait pas pour éclater, mais ce privilège en était un qui lui était interdit, à elle. L'amour qu'elle lui portait, même s'il s'estompait chaque jour un peu plus, la poussait à croire en une interdiction latente qui l'obligeait à toujours rester dans les clous. « .Ca n'a rien à voir, ne mélange pas tout. » répondit-elle, aussi douce qu'on puisse l'être face à pareille accusation. « .Tout n'est pas toujours en relation avec toi, Sacha. C'est juste un type, c'est tout. » Faux, James n'était pas juste un type. Mais ça, elle en était encore au stade où elle refusait d'admettre était plus qu'un type avec qui elle buvait un café, qu'elle appréciait plus qu'elle ne le devrait, et avec qui elle passait la plupart de ses journées. Des journées qu'elle chérissait plus que les autres. Fatalement, elle refusait d'admettre que la seule personne qui la rendait encore heureuse s'appelait James, et plus Sacha. Un Sacha dont le ton commençait à monter d'un cran. Egoïste n'était pas un terme approprié, pas assez fort pour le décrire. Epatée par sa crise d'ego grandissante, alors qu'elle n'était qu'abnégation, Elissa fit volte-face et accrocha un regard furieux au sien. Il n'avait pas le droit d'utiliser leurs fiançailles pitoyables.   « .Oh, et je suis toujours ta fiancée aussi quand tu couches avec d'autres femmes ?. » there you go. « .Tu m'as fais ta demande uniquement parce que j'allais m'en aller, pas parce que tu te sentais prêt. J'attends toujours quelque chose de plus officiel, et d'honnête de ta part, et je suis quasiment certaine que tu n'en as parlé à personne. » L'histoire de l'officialisation n'était pas une réclamation, loin de là et pour n'avoir reçu aucunes félicitations, d'aucune sorte, de la part de celle qu'elle considérait comme sa belle-mère, Lissa était convaincue que Sacha avait gardé la bonne nouvelle pour lui. Cette bonne nouvelle qui avait de l'intérêt pour lui uniquement lorsqu'elle lui était bénéfique. « .Je ne suis pas ta fiancée, Sacha. Je ne veux pas être ta fiancée. Pas pour les mauvaises raisons. » finit-elle, prête à pleurer si la dispute ne se stoppait pas rapidement. Quant à James, et à leurs cafés... « .C'est vrai, je le vois tous les jours. » avoua-t-elle d'une petite voix. Tous les jours ou presque, à quelques exceptions prêt. Au moins avait-elle le mérite d'être honnête avec lui. Un honneur que Sacha ne lui ferait probablement jamais. Résolue à n'avoir jamais plus que le mauvais côté de son petit ami de longue date, elle poussa un long et douloureux soupir. « .Tu restes seulement pour ça ? Pas parce que t'as envie de passer une soirée avec moi ?. » demanda-t-elle, découragée face à leur relation qui se délitait, et qu'elle ne parvenait plus à rafistoler. Par manque d'envie très probablement. Le vent commençait à tourner. « .Tu peux t'en aller. Je ne te retiens pas. » Elle prit place sur l'un des fauteuils rangés sous la table de la salle à manger, un panier plein à craquer de linge à repasser pour s'occuper les mains, et ignorer prestement le regard que Sacha dardait sur elle, et qui lui faisait mal. « .Oui. » finit-elle par avouer presque honteusement, les dents serrées. Bien sûr qu'elle voulait le quitter. Depuis quand, elle ne se souvenait plus, mais elle le voulait et ne parvenait plus à mentir à ce sujet. Il ne méritait pas qu'elle reste, même elle s'en rendait compte. Il ne méritait plus qu'elle gâche sa vie auprès d'un type même pas foutu de lui être fidèle, et ce depuis la première fois où il était rentré à la maison, sa petite culpabilité risible dans les bras.   « .Un jour, quand j'en aurais la force, oui. » qu'elle continue, feignant d'être occupée à plier maladroitement ses pantalons.   « .Tu passeras la porte, un soir et je ne serais plus là. » Enfin, elle posa sur lui un regard faussement déterminé, juste pour qu'il s'imagine un instant ce que ça lui ferait. De rentrer, et de ne plus la trouver là, occupée à ranger ses affaires. De la chercher dans leur lit devenu trop grand pour le sale type qu'il était. Un jour, lorsqu'elle en aurait assez, et trouverait une raison, un but, un plan b qui l'obligerait enfin à le quitter pour de bon. Et il n'y avait rien qu'il puisse faire qui empêcherait ce jour d'arrêter. Ses histoires d'à côté étaient trop nombreuses, et allaient trop loin.
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: i wanted to fight for you ~ elissa

Revenir en haut Aller en bas

i wanted to fight for you ~ elissa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Cruel Chicken to fight
» Slimshine
» AAD sage femme wanted !!
» Why we fight: Auschwitz-Birkenau
» Wanted Fantomophonie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-