AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

When the night falls demons arise shadows + Roseann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: When the night falls demons arise shadows + Roseann Dim 13 Mar - 13:05


 
When the night falls demons arise shadows
 Roseann & Lloyd
 
 


 

T'es bourré. Complètement et littéralement bourré. Tu le comprends par ta démarche non assurée. Tes pas qui virent et chavirent dans tous les sens. T'as l'impression d'être sur un bateau qui navigue avec une mer agitée. T'as la nausée, cette envie de vomir tes tripes. Pourtant, rien ne se passe. Tu prends sur toi, t'essaies de faire avec. T'aurais pu mettre les doigts dans ta gorge, comme tu as l'habitude de faire, mais cette fois-ci t'attends. T'attends sagement comme un enfant qui attend ses cadeaux. Sauf que là, t'es mal. Et malgré ta souffrance interne, t'espère pouvoir retrouver ce liquide fort et agréable qui réchauffe chaque parcelle de ton foutu corps. Parce que tu le sens, l'alcool venir prendre possession de ton âme. Tu sens cette chaleur venir étouffer tous tes maux. T'oublies grâce à elle. Grâce à cette chose qui te consume, qui te pousse vers une addiction des plus dangereuses. Mais tu t'en contre fiche, parce qu'au moins, l'espace de quelques instants, t'es bien. Sur ton petit nuage, ton petit monde où tout se mélange. Tu n'as plus conscience de rien et c'est ça qui t'attire. T'as envie de revivre, de ne plus sentir cette douleur atroce qui t'envahi l'esprit. Certains matins tu te lèves avec le goût amer dans la bouche. T'aimerais ne plus exister puis tu ne trouves pas véritablement le courage de mettre fin à tes jours. Alors tu subis. Un peu plus chaque jour. Tu te demandes souvent jusqu'à quel stade tu vas réussir à aller. Ce soir, t'es comme tous les autres soirs. Ivre mort. Ton haleine sent l'alcool, tes habits sentent la fumée. C'est une tradition chez toi. T'es qu'un zombie ambulant qui ère dans les rues. Ta vision se trouble de plus en plus, ta diction se laisse à désirer. T'es plus maitre de toi même. Ce liquide si familier coule dans tes veines. Tu t'approches comme tu peux du mur qui se trouve face à toi. Tu le vois en double, voir même en triple. Tu ne sais réellement sur lequel t'appuyer. Alors tu fais au hasard et tu gagnes. Un sourire de crétin s'affiche sur ton visage. T'es content. Ouais t'es content parce que tu t'es pas ramassé la gueule. Mais t'oublies que t'es vraiment pas doué. Tu te mélanges les pieds et tu retrouves le sol, face contre terre. Tu ne te relèves pas, au contraire. Tu t'allonges de tout ton être et t'attends. Tu sais pas ce que tu attends mais tu le fais. Comme un idiot bourré. De toute façon t'es trop crevé pour continuer à bouger. Au final, tu te sens bien là, à même le sol. Tu ne prêtes pas vraiment attention aux gens qui passent, tu restes dans ta bulle. Dans ton monde où personne n'existe. T'es seul, complètement seul. Mais cela ne change pas de la vie de tous les jours. T'arrives à peine à tourner la tête vers la droite pour y voir une forme qui parait être un humain. Tu penses, tu crois, en faites t'en sais rien. Mais cette forme est bien présente. T'essaies de sourire maladroitement. « He...HEeeyYY ! » Ta voix n'a aucun rythme, elle varie entre les graves et les aigus. Toi même tu te fais peur à entendre ce son si horrible pour les oreilles. Puis tu te mets à rire, tu sais pas pourquoi mais tu ris, à pleins poumons avant de commencer à tousser. T'as avalé de travers et c'est vraiment gênant. Lorsque tu réussis à te calmer, tu plantes ton regard de nouveau vers cette forme. Ton amie du soir. « Co...Comment tu t'appe...» Ta phrase n'a aucun sens mais elle en a pour toi. T'espère une réponse mais rien de vient, ou alors t'es trop bourré pour entendre. C'est ce que tu te dis dans ta tête, dans ton cerveau qui ne cesse de cogner parce qu'il a mal. Puis un jour tu connaitras la vérité sur cette forme. Tu comprendras qu'en faites, il ne s'agissait que d'une poubelle.
 
© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: When the night falls demons arise shadows + Roseann Dim 13 Mar - 18:37


 
When the night falls demons arise shadows
 Roseann & Lloyd
 
 


 

Elle avance à pas de loup, silencieuse, des écouteurs portatifs dans ses oreilles. La musique a toujours eu cet effet positif sur elle, et elle aime particulièrement les chansons lentes, les balades. Elle avance en chantant, Rosie, parce qu'aujourd'hui, sa journée s'est passée sans anicroches. Elle a travaillé, certes, mais elle aime ce qu'elle fait dans la vie. Elle a eu un autre rendez=vous chez le médecin aussi, et elle tient l'échographie dans son sac à bandoulière, accroché sur son épaule. Ils n'ont pas pu lui révéler le sexe de l'enfant, pas encore.  C'est long, elle est impatiente de savoir. Rose. Elle veut connaître le sexe pour pouvoir commencer le shopping dans les magnifiques boutiques pour enfant, surtout que sa mère lui a promis de venir avec elle. C'est difficile, de se rendre seule aux rendez-vous. À chaque fois qu'elle aperçoit la crevette sur l'écran, qui grandit peu à peu au fur et à mesure que les semaines passent, elle pense à Rick. Mais la douleur s'estompe peu à peu, même si elle ne s'effacera jamais complètement. Cet enfant met un baume sur son coeur à tous les jours, et même si elle doute qu'un jour elle pourra connaître l'amour à nouveau, ce n'est pas sa priorité, actuellement. Elle a besoin de temps pour elle, pour son enfant, et pour son travail. Elle soupire et continue d'avancer en direction de chez elle, elle se dit qu'elle a suffisamment marché pour aujourd'hui. La nuit s'est installée, il fait très sombre et elle commence à s'inquiéter. Les rues de Salem ne sont pas toujours très fréquentables, mais elle s'aventure rapidement sur Chesnut Street, qui est très passante et qui l'aide à calmer son anxiété. Enceinte, il vaut mieux tenter d'être calme et ne pas laisser les hormones prendre le dessus. Hmpf, quelle connerie. Comment est-ce possible, de toutes façons? Puis perdue dans ses pensées, elle perçoit une voix non loin d'elle. Une voix de jeune homme, qui semble s'adresser à quelqu'un. Elle aurait passé son chemin, si elle n'aurait pas vu qu'il parle à une poubelle. Confuse, la rousse s'avance vers lui et l'observe. Elle entend de vagues paroles, des bredouilles. « Co...Comment tu t'appe...» Doit-elle dire qu'il parle à une poubelle, ou est-ce trop humiliant pour lui? Quoiqu'il en soit, cela la fait sourire. Elle s'avance davantage et lui adresse un sourire bienveillant. L'homme est ivre, cela paraît dans sa voix, dans son visage, dans son corps. Le langage corporel ne ment jamais. Elle l'observe un instant et se dit qu'il est peut-être un criminel, un mec peu fréquentable. Mais après tout, qui est-elle pour juger? Ce jeune homme a besoin d'aide, de confort, et il ne va certainement pas le trouver dans cet état. Il peut facilement se faire tuer, si tard, par des fanatiques ou encore des psychopathes. « Roseann. » Elle répond à sa question comme si elle est là depuis le début, pour le rassurer, pour le réconforter. Il parle à quelqu'un, et non pas à cette ridicule poubelle. « Je te ramène chez moi. Il est hors de question que tu retournes boire, ou que tu dormes dans la rue. » Dans le pire des cas, le lendemain matin, elle serait morte, en sang, dans le lit. Dans le meilleur des cas, elle aura aidé quelqu'un qui en a grandement besoin. En général, les gens ne se saoulent pas seuls si tard. Ils sont toujours groupés ; elle le sait, elle l'a fait, aussi, avant. Elle chasse cette pensée de sa tête et prend l'homme contre elle pour mettre son bras par-dessus son épaule. C'est qu'une personne dans cet état n'est jamais légère. Heureusement qu'elle a stationné sa voiture peu loin, avant de s'aventurer à pieds. Elle l'emmène donc avec elle, l'embarque dans sa voiture malgré ses quelques marmonnements qu'elle ne comprend pas très bien, et elle l'entre chez elle. Aussitôt arrivés qu'elle le couche dans la chambre d'amis. « La salle de bain est à côté de cette chambre si tu en ressens le besoin. Les serviettes sont dans l'armoire du haut. » Elle lui jette un regard malicieux. « Si tu t'avises de dégueuler sur mon plancher fraîchement lavé, j'te jure, tu nettoieras. » Sur ces sages paroles, elle se rendit sur le sofa. Depuis quelques temps, elle a beaucoup de mal à dormir dans sa chambre. Dans leur chambre. Elle a même retiré leurs photos, c'est trop difficile... Sauf celle au-dessus de son lit. C'est au dessus de ses forces. Confortablement installée sur le sofa-lit, elle regarde la télévision un bon moment, avant de se faire embarquer dans les bras de Morphée.
 
© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: When the night falls demons arise shadows + Roseann Lun 14 Mar - 0:49


 
When the night falls demons arise shadows
 Roseann & Lloyd
 
 


 

T'es toujours allongé sur le sol, t'arrives pas à bouger d'un centimètre. Si tu t'essaies à faire un mouvement, t'as l'impression de faire un acte surhumain. Tes membres pèsent lourds, tu commences à avoir froid. Rapidement, toi le petit nigaud, tu comprends que l'alcool se dissipe. Il n'est plus aussi haut dans ton corps. Ton cerveau, ton sang, commence à l'estomper. T'as pas envie et pourtant, t'es encore complètement bourré. Tu trembles, tu claques des dents par moment. Ton inactivité te gèle sur place. T'aimerais ramper, demander de l'aide mais non, t'es peut être trop fier pour te mettre à genou et montrer que tu peux être faible. Alors tu te recroquevilles sur toi même et t'attrapes tes jambes avec tes bras. T'aurais du prendre cette foutue veste. T'es pas un super-héro, non t'es qu'un humain qui ne sait même pas avancer dans la vie. Bizarrement dans ce moment fatidique, t'y trouves du plaisir. T'aimes ressentir cette souffrance, te dire que peut être demain matin tu sera mort gelé sur place. Les gens te prendront pour un clochard. Parce que tu sens l'alcool, parce que tes habits sont sales avec toutes cette poussière que tu viens de ramasser en te laissant tomber au sol. Un fin sourire commence à se dessiner sur tes lèvres. T'es prêt. T'attends ce foutu tunnel qui se terminera par une lumière aveuglante. Mais rien ne vient. Depuis tout à l'heure, t'as perdu espoir que cette forme te réponde et pourtant...Une voix résonne à travers tes oreilles. T'as du mal à comprendre, alors pour simple réponse, tu braques ton regard perdu vers le bruit. Tu fronces les sourcils. Cette silhouette se rapproche un peu trop de toi. Que veut-elle ? T'en sais rien. Tu grognes, tu marmonnes dans ta barbe sans que l'on comprenne un moindre mot. Elle t'aide à te relever, ta tête tourne, tu sens la nausée revenir mais tu te gardes de vomir. Vous avancez ensemble. Tu sais pas pourquoi tu la suis. Au fond, tu te dis que c'est peut être un psychopathe qui va en finir avec toi. Alors t'obéis, comme un brave toutou qui attend sa sentence. T'as du mal à mettre un pied devant l'autre. Bordel que c'est dur de marcher en étant bourré. Tu t'appuies sur la personne comme sur un pilier. Tu te demandes comment elle fait pour ne pas s'écrouler au sol. Au vu de la petite taille, t'arrives quand même à savoir que c'est une fille. Du moins tu l'espères. Pourquoi ? Parce que ça te rassures. T'auras facilement la gagne en te débattant. Enfin...Tu crois. Sans râler, tu montes dans une voiture. Le trajet te rend nerveux, tout se mélange dans ton estomac. Tu te sens de nouveau mal. Tu te revois sur le bateau qui tangue. C'est peut être même pire. Alors t'essaies d'attraper la poignet pour ouvrir la fenêtre mais manque de bol, tu la rates et tu t'écroules contre la vitre, ta joue s'écrasant de tout son être. T'émets un bruit grave, en faites c'est un rire qui s'est perdu dans ta gorge. Tu ressembles à un homme pré-historique, un primate qui ne sait plus parler à part avec des onomatopées. Puis c'est le noir complet. Jusqu'à ce que tu sentes la portière contre laquelle tu es s'ouvrir. Tu sais pas comment mais t'arrives à avoir un réflexe et tu te ramasses pas une nouvelle fois le sol. Tu suis encore et toujours cette jeune femme inconnue. Tu sais pas combien de temps s'est écoulé et après tout tu t'en fiches...Quelques temps plus tard, tu te laisses tomber comme un poids lourd sur un lit. Un lit plutôt douillé qui t'enlace entièrement. T'es bien, t'es au chaud, tu commences même à caresser le matelas. La jeune femme te parle. T'y comprends rien et t'oublies à l'instant même où elle prononce les paroles. T'as l'impression qu'un extraterrestre se trouve à tes cotés. T'attends pas vraiment qu'elle s'en aille, tu grognes, tu gigotes dans tous les sens avant de te mettre sur le ventre. Là tu commences sérieusement à plonger dans le sommeil. Ta bouche entrouverte, tu te mets à respirer fort. Non tu ne ronfles pas, tu ne l'as jamais fais. Un bon point pour toi. Mais une chose beaucoup plus horrible arrive. Un filet de bave se crée à la commissure de tes lèvres. Tu le sais pas, tu peux pas le retirer parce que t'es déjà plus là. Ouais t'es loin, très loin dans un autre monde. Celui des rêves émerveillés...

[...]Des rayons de soleil t'arrivent en pleine face. Tu marmonnes, tu grognes, tu râles. C'est ce que tu fais le lendemain d'une grosse cuite. T'as mal au crâne, t'as mal aux yeux, à vrai dire tu ne sais pas si une seule partie de ton corps ne souffre pas. Tu te retournes sur le dos. Un mouvement qui t'a demandé tout la force que tu as réussi à réunir durant cette nuit. T'as la bouche sèche, pâteuse. Tu clignes à plusieurs reprises des paupières pour estomper ta vision trouble. Mais quand tu commences à y voir clair, t'aimes pas ce que tu vois. Tu fronces les sourcils et te relèves assez rapidement pour t'appuyer sur tes coudes. Bordel mais t'es où ? « Mais qu'est que...» Tu te redresses, tu te grattes la tête. T'essaies de te souvenir, de te rappeler un moindre indice mais rien ne te vient. C'est le black-out total. Tu soupires d'agacement avant de commencer la descente périlleuse du lit. Tu bouges petit à petit les jambes tout en suivant avec ton corps. Tu vas doucement pour ne pas te donner la nausée, encore et toujours. Tu t'approches du bord du lit avant de déposer tes pieds sur le sol. Tu bouges tes orteils puis quand t'es prêt, tu te lèves. Tu t'étires de tout ton être avant de bailler. Puis t'avances, un pied après l'autre et...Boum. Tu retrouves de nouveau ton sol chéri. Certainement ton meilleur ami depuis de nombreux mois. « Grrr non mais BORDEL ! » T'as hurlé, un peu trop fort. T'as du réveiller les voisins mais tu t'en contre fiche. T'en as marre d'être le boulet de service. T'en as marre de ne rien comprendre à la situation. Puis t'entends du bruit provenir de derrière la porte. Alors tu te relèves à la vitesse de buzz l'éclair et tu l'ouvres pour tomber nez à nez avec une jeune femme rouquine. Tu la dépasses de plusieurs têtes. Ton regard descend pour se planter dans le sien. Tu fronces les sourcils, tu grimaces. Tu veux comprendre. « Vous êtes qui vous ? Et j'peux savoir c'que je fous ici ? » T'es pas aimable, tes paroles sont froides et dures. Mais t'es comme ça, tu veux pas te faire d'amis, t'en as pas besoin.

 
© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: When the night falls demons arise shadows + Roseann Lun 14 Mar - 3:55


 
When the night falls demons arise shadows
 Roseann & Lloyd
 
 


 

Le lendemain matin, le soleil frappe à pleins rayons dans le salon. Elle ouvre les yeux petit à petit, et s'étire. Il faut l'avouer, ce sofa-lit est extrêmement confortable, maintenant, il est presque devenu son propre lit... Elle soupire, et file se vêtir d'un débardeur et d'un short ; elle n'a pas spécialement envie d'être bien vêtue, aujourd'hui. Les journées de congés sont faites pour profiter et pour relaxer. Rosie est à peine en train de faire sa tisane anti-nausées qu'elle entend un hurlement venir de la chambre d'amis. Apparemment, son invité à l'improviste est réveillé. Elle grogne en l'entendant gueuler comme un défoncé, encore un impoli. Il faut vraiment qu'elle arrête de jouer les bons samaritains, ça finit toujours par lui mordre le cul. La rouquine le voit venir, avec sa grande taille et ses yeux bruns emplis de colère. Elle sait déjà qu'il l’engueulera de l'avoir emmenée chez elle, qui partira sans la remercier. Il lui rappelle un peu ces hommes qui cherchent à tout prix l'attention des femmes, et lorsqu'obtenue, ils se cassent en beauté. Elle l'observe silencieusement lorsqu'il vient se poser devant elle, et elle sirote son breuvage dans le calme le plus complet. Elle le voit ouvrir la bouche, et il lui demande qui elle est. Elle ne peut que l'observer, et soupirer une fois de plus. À croire que c'en est devenu une habitude chez elle; bon sang. « Roseann. » Elle est sèche, elle aussi. Ils peuvent jouer à deux à ce petit jeu-là, même qu'elle commence à être plutôt douée comparativement à ces dernières années. Elle s'est endurcie, la rousse, mais pas seulement. Il fallait bien quelqu'un pour remettre ces cons en place, lorsqu'ils venaient la draguer alors qu'elle venait à peine d'entendre son fiancé mourir au téléphone. Désormais de très mauvaise humeur, elle regarda l'homme. « J'aurais très bien pu te laisser dans la rue, tu sais. Il y avait des mecs pas nets, un peu plus loin de toi. » Elle sous-entend là qu'elle n'apprécie pas ses paroles, mais il le comprendra autrement s'il ne capte pas de suite. Parce que fâcher une femme enceinte qui vient de se réveiller à huit heures du matin, c'est très risqué, surtout quand on a sauvé la tierce personne la nuit d'avant. La jeune femme soupire de malaise, le regarde et ne baisse pas les yeux pour autant. « Tu sais, la porte d'entrée est juste à côté. Si tu veux sortir, fais-toi plaisir. Sinon, je te laisse prendre une douche parce que franchement, t'es crade. » Elle sent déjà venir les paroles blessantes de la part du garçon, mais cela ne la gêne pas. Elle a appris qu'elle ne doit plus se laisser atteindre par les paroles des autres, c'est pourquoi elle demeure calme, malgré son sang qui bouille. D'un geste, elle file faire marcher la cafetière. Sans lui lancer un autre regard, la rousse se rend dans sa chambre, pour se changer en une tenue plus appropriée, puisqu'elle sortira, au courant de la journée. Ça y est, il a réussi à détruire sa merveilleuse journée de congé relaxante. Avoir su qu'il serait aussi chiant, elle l'aurait laissé crever. Elle claque la porte bien comme il le faut et l'envoie merder à voix basse.
 
© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: When the night falls demons arise shadows + Roseann Lun 14 Mar - 10:08


 
When the night falls demons arise shadows
 Roseann & Lloyd
 
 


 

T'es perdu, t'es complètement paumé et tu comprends toujours rien. T'aimerais retrouver ton sol dans la rue, t'aimerais continuer de boire et de te foutre en l'air. Mais non. T'es coincé tu ne sais où, avec une inconnue. Une certaine Roseann qui se trouve face à toi. Elle prend un air hautain, elle soupire. Bon sang que ça t'agaces. T'es sur les nerfs, prêt à tout envoyer valser. A vrai dire depuis quelques mois il t'en faut peu pour que tu vrilles. T'es à la limite de voir rouge. Mais t'essaies de respirer calmement, de prendre sur toi. Au fond, elle t'a aidé. Cette pensée te donne envie de vomir. T'avais pas besoin d'aide et même si c'était le cas, t'en voulais pas. Pourtant t'es bien là, chez elle, à attendre de savoir. Savoir pourquoi elle t'a pris avec elle ? Qu'est qu'elle te veut ? Elle ouvre une seconde fois la bouche et tu plisses les yeux. Tu contractes ta mâchoire et serres les poings. Non tu ne vas pas la frapper, loin de là. Mais elle te sort par les yeux. Cette pimbêche de princesse. « Je t'ai rien demandé Mère Thérésa. T'avais qu'à tracer ta route...» T'es pas content, oh ça non. Toutes les expressions négatives peuvent se lire sur ton visage. T'es exaspéré. Elle te balance des reproches, des pics, alors qu'elle a choisi toute seule, comme une grande, de te ramener dans son nid douillé. Tu lèves les yeux au ciel avant de pointer ton regard vers la porte d'entrée. Elle te tend les bras, elle t'appelle d'une voix douce et envoutante. D'ici quelques minutes tu n'hésiteras pas à l'ouvrir et te barrer d'ici. Mais pour le moment, tu n'arrives pas à calmer ta colère. T'as besoin de quelque chose et tu sais très bien quoi. Régler tes comptes avec cette rouquine. Elle pense peut être avoir le dernier mot, mais elle te connait mal. Très mal. Tu la laisses terminer sa phrase sans broncher. Tu mimes même un faux bâillement. Parce qu'elle t’ennuies et que tu t'en fou de ce qu'elle peut bien te dire. Tu la suis du regard partir vers sa chambre. Alors c'est comme ça ? Elle se met à fuir maintenant ? Grognant entre tes dents, tu t'avances vers la porte avant de l'ouvrir sans autorisation. « Non mais bordel pour qui tu te prends ? » Tu tombes nez à nez avec la jeune femme. Elle a rapidement plaqué son tee shirt contre sa poitrine et son ventre pour tenter de se cacher. Tu ne la regardes même pas, à vrai dire elle ne te donne aucune envie. Tu braques ton regard dans le sien et la pointes gentiment du doigt « T'es folle alliée ma parole ! TU tentes de jouer à la gentille petite femme qui aide son prochain pour au final lui balancer dans la gueule. T'es schizo ou quoi ? Vas te faire soigner ! » Tout en parlant, tu t'exprimes avec tes mains, tes bras. T'as toujours eu l'habitude d'agir ainsi. Mais quand t'es énervé, tes gestes sont plus prononcés. Tu la fusilles du regard avant de quitter sa chambre. Tu te mets à réfléchir, tu cogites. Tu te demandes quoi faire. Prendre une douche ici et partir ou claquer la porte dès à présent. Puis tu te souviens que t'as dernière nuit payée à l'hôtel, c'était hier. Tu n'as plus d'endroits où aller. Parce que oui, t'as pas de chez toi à proprement parlé. T'as vendu cette foutue maison dans laquelle tu habitais avec ton ex-fiancée. Depuis ce jour, tu ne cesses de vivre dans différents hôtels, auberges. T'as même payé pour dormir sur le canapé d'une personne, t'as fait de la coloc pendant quelques jours. Bref t'es un nomade qui ne veut pas d'habitation fixe. T'as pas le goût à ça. Plus maintenant. Tu hésites encore avant de râler une nouvelle fois. Tu retires ton tee shirt que tu laisses tomber au sol et tu fais de même avec ton jean. Tu sais que ça va l'énerver, cette rouquine, et t'en as déjà le sourire. Puis tu t'approches de la salle de bain avant d'entrer dans la douche. T'espère que tes esprits vont se remettre en place et que tu réussiras à te calmer.
 
© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: When the night falls demons arise shadows + Roseann Mar 15 Mar - 22:56


 
When the night falls demons arise shadows
 Roseann & Lloyd
 
 


 

C'est la catastrophe. Complète, même. Ses hormones sont en vrille, elle se sent plus ou moins bien à cause d'un con qu'elle a repêché dans la rue la nuit dernière. Si seulement elle l'avait laissé là... Ainsi, elle ne pourrait s'en vouloir de l'avoir sorti de la misère. C'est con, hein? S'en vouloir pour avoir aidé quelqu'un. Clairement, ce mec ne veut pas d'aide, et avec ses paroles sèches et ingrates, il ne veut pas d'amis non plus. Elle se doute même qu'il en ait, des amis. Il lui semble sauvage, indomptable, tel un lion vagabondant dans ce monde périlleux qu'est la planète sur laquelle ils vivent, tous les deux et quelques autres milliards de personnes. Lorsqu'il lui demande pour qui la rouquine se prend, elle voit rouge. Cette fois, le ton calme ne fait plus partie d'elle. Elle est sur le point d'exploser. Tic, tac. « Pour qui je me prends? Je te rappelle que tu es dans mon appartement, dans mon espace. » Elle tente de choisir des vêtements appropriés, mais le con arrive dans sa chambre en déboulant, comme ça, comme si ce n'est rien. Heureusement que son ventre est encore plat et légèrement musclé, parce que sinon, elle aurait dévoilé son plus grand secret à un inconnu. Elle a le temps de cacher sa poitrine, son ventre avec le vêtement qu'elle tient dans ses mains. Roseann se passe une main sur le visage au moment où il lui balance des insultes, complètement abasourdie. « C'est bon, tu as fini ta crise de mec en manque? » Les couteaux volent bas, les insultes sont de plus en plus nombreuses et elle est certaine que les voisins ont été alertés par les bruits qui proviennent du grand cinq pièces de la demoiselle. Elle souffle, furieuse, lorsqu'il quitte en se déshabillant devant elle. Il doit sérieusement avoir des problèmes de confiance en lui pour se montrer autant. Elle met son chandail blanc avec un jean foncé et enfile des escarpins. Ses pieds ne sont pas encore gonflés ; sa grossesse n'est pas suffisamment avancée pour cela, elle s'est informée. La rouquine admire la photo de son échographie au moment où elle entend la porte s'ouvrir à nouveau. Elle s'empresse de cacher la photographie dans son sac à main griffé, de faire fonctionner la machine à café pour en faire du nouveau et de se refaire une tisane. Bon sang, qu'est-ce que la caféine lui manque. Elle ne regarde même pas le jeune homme qui sort de sa salle de bain ; elle sait simplement qu'il en est sorti au bruit de la douche qui s'est arrêtée et à la porte qui a grincé. « Tu t'es calmé un peu ? » Sa voix à elle est plus calme, aussi. La tisane la relaxe, la détend. Elle le regarde droit dans les yeux, ne remarquant pas s'il est habillé ou non. Elle en a vu des pires, dans sa jeune existence. Des mecs qui se déshabillent en boîte, qui font des avances aux filles complètement nues... Cette fameuse soirée où elle a rencontré son ex. Son visage s'assombrit et elle ne parle plus, son visage est impassible. Elle se contente de regarder sa tasse en buvant quelques gorgées ici et là, se laissant traîner par la vague de souvenirs qui l'envahit tout à coup.
 
© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: When the night falls demons arise shadows + Roseann Mer 16 Mar - 20:46


When the night falls demons arise shadows
Roseann & Lloyd




T'en as marre. Véritablement marre de cette situation. En faites au fond, tu te détestes toi même. T'arrives pas à comprendre pourquoi tu réagis ainsi. Elle t'a rien fait, elle a simplement voulu t'aider mais c'est au dessus de tes forces. T'as toujours pris l'habitude, depuis quelques mois, à faire en sorte qu'on te haïsse, qu'on ne veuille rien de toi. T'essaies de ne pas t'attacher, t'essaies de jouer au con pour qu'on te laisse. T'as qu'une envie, terminer ta vie seul. Alors tu emplois les moyens forts. Peut être un peu trop fort par moment. Comme aujourd'hui envers cette jolie rouquine. T'es qu'un pauvre minable qui n'assume pas. Non t'assumes plus rien. T'es distant, froid, insultant, irrespectueux. Tu te reconnais plus mais à vrai dire, toute ta vie à changé depuis ce fameux jour. Elle t'a brisé, pour toujours. Ton coeur n'a jamais réussi à se panser. Tes blessures sont encore à vif, tu sens la douleur. T'aimerais te planter un couteau dans la poitrine pour ne plus rien ressentir. T'aimerais t'arracher le coeur tellement tu souffres...Il est détruit, en miette. Et rien ne pourra le réparer...T'es toujours sous la douche, tu laisses l'eau couler sur ton corps nu. T'avances et tu mets ta tête en dessous. Tu fermes les yeux et tu tentes de te calmer. T'essaies de reprendre une respiration normale. A plusieurs reprises tu laisses ton poing venir rencontrer le mur. Tu fais pas de bruit, non. T'as toujours trouvé le moyen de cacher tes conneries. T'as toujours réussi à camoufler les bruits quand tu te fais du mal. Cette fois-ci n'est pas une exception...Tout à coup, t'en as marre d'être sous l'eau alors tu sors de la douche. T'attrapes rapidement une serviette que tu attaches autour de ta taille. Puis tu sors sans réellement faire attention. Tu te retrouves face à la jeune rouquine. Tu fronces les sourcils. Tout ce qui tu as réussi à faire juste à l'instant vient de disparaitre. La rage reprend forme en toi, tu la sens monter jusque dans ta gorge. T'arrives pas à comprendre comment une simple personne puisse aussi facilement te faire sortir de tes gonds. Puis tu te rappelles qu'après tout, t'es un mec vachement impulsif et qu'en ce moment, t'arrives pas à te gérer. Heureusement pour elle, t'as jamais touché une fille et t'es pas prêt de le faire. Du moins t'espère. Pourtant tes poings se serrent quand tu entends sa voix si niaise. « Il te suffit de pas l'ouvrir et je serai peut être calmé. » Tu ramasses tes affaires avant de retourner dans la salle de bain. T'assistes pas à la transformation de la jeune femme. Non, t'y vois rien à son changement d'expression. Déjà parce que tu t'en fiches mais surtout parce que t'es aveugle. Tu ne repères plus aucun signe. Même au boulot t'es à la ramasse. Tu sers plus à rien. Pour personne...T'as fini de t'habiller alors que tu retournes dans le salon. Tu sors de ta poche de l'argent que tu déposes sur la table. T'as envie de lui faire comprendre qu'elle t'a pas aidé. T'as envie de lui montrer que t'avais pas besoin d'elle. Alors tu la paies. Une certaine somme, plutôt intéressante. Avec ton boulot t'as les moyens même si la moitié passe dans tes cigarettes et dans l'alcool. Tu ne lui jettes pas un moindre regard avant de filer tout droit vers la porte d'entrée. Bizarrement ton coeur se serre davantage mais t'y prête pas attention. C'est certainement le fait que tu ne saches pas où aller après avoir dépassé cette porte. Rien à voir avec elle. Surtout pas elle. Tu l'as connais pas, c'est qu'une inconnue et elle restera ainsi. C'est ton choix, ta destinée.
© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: When the night falls demons arise shadows + Roseann Ven 18 Mar - 1:22


 
When the night falls demons arise shadows
 Roseann & Lloyd
 
 


 

Alors qu'elle croît que le garçon ne peut pas plus l'énerver qu'il ne l'a déjà fait, il sort de la douche à moitié nu - couvert que d'une serviette peu grande. Elle se force pour ne pas regarder, par respect. Rosie boit sa tisane au gingembre et lorsqu'il étire des billets de sa poche en lui disant que si elle la ferme, il sera calme. Cela la fit rire. Avant, son frère lui disait la même chose, que pour l'énerver. Elle comprend qu'au bout du compte, les mecs sont tous pareils. Il n'y avait que lui qui sortait du lot, qui n'aimait plus les boîtes de nuit une fois qu'il l'avait rencontrée. Elle soupire et cale la boisson chaude avant de se rendre à la porte pour le rattraper. Il est hors de question qu'elle le laisse fuir comme un voleur, et qu'elle le retrouve encore le lendemain dans la rue, à moitié mort, enivré de ce besoin de solitude et d'alcool, une fois de plus. C'est déjà désagréable de trouver une personne dans cet état, mais un homme aussi jeune que lui, c'en est triste. Pour la première fois de la journée, elle lui accorde ce petit sourire sincère. « Je n'ai pas besoin d'argent. » Elle lui refourgue dans sa main, qu'elle tient fortement. Elle est plus forte qu'il n'en paraît. Mais elle le lâche, au bout du compte. Elle ne veut pas qu'il pense qu'elle veut de lui auprès d'elle, ça c'est clair, mais sa tête tourbillonne. Elle est prise de vertige à ce même moment et s'appuie sur le mur le plus proche pour ne pas tomber. Bon sang, elle déteste cette sensation. Celle qui lui dit que son instinct à raison, qu'elle ne doit pas laisser partir ce petit emmerdeur ou sinon... Elle ne veut même pas penser à ce qui pourrait lui arriver, dans la ruelle où elle l'a trouvé la nuit dernière. Les mecs louches le reluquaient avec un air pervers au visage. Il n'est pas rare, tard dans la nuit et près des bars, de croiser des énergumènes en tous genres et cela donne froid dans le dos de Rosie. « Si tu veux retourner te saouler la gueule dans un bar miteux du coin, je te laisse filer. » Elle marque une pause, essoufflée par le vertige et reprend ses esprits peu à peu. Elle reprend son ton sec, efface celui qui était inquiet il y a quelques instants. Elle ne doit pas laisser paraître cette facette d'elle. La douce, gentille Rosie qui se soucie de tout un chacun. Non. Son sang chaud vient se joindre à la partie et un rictus moqueur s'installe sur ses lèvres. « Si tu te fais agresser par ces mecs qui étaient là hier soir... Tu ne diras pas que j't'avais pas prévenu. » Elle hausse les épaules, et agit comme si elle se fout carrément de sa personne. « Ils avaient l'air de vouloir te dévorer hier. » Elle file dans le garde-manger se chercher des craquelins et le rejoint à la porte. Satanées nausées. « Si tu veux rester, je t'offre la chambre d'amis quelques jours le temps que tu te reprennes. » Ces paroles lui brûlent les lèvres et elle sent à nouveau qu'elle va le regretter... Et après coup, elle espère sincèrement qu'il partira en claquant la porte.
 
© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: When the night falls demons arise shadows + Roseann Sam 19 Mar - 11:32


When the night falls demons arise shadows
Roseann & Lloyd




Bordel tu pensais réellement que tout ça allait se terminer. Il te suffisait juste de déposer l'argent et de filer droit vers la porte. T'avais espéré qu'elle te laisse enfin tranquille, une bonne fois pour toute. Mais tes attentes furent détruites au moment où vis cette chevelure rouquine se mettre au travers de ton chemin. Tu souffles, exaspéré, tu lèves les yeux au ciel. Qu'est qu'elle te veut encore. Tu la vois sourire, de façon plutôt sincère. Tu hausses un sourcil. Maintenant t'es fixé, elle est vraiment schizo. Faut que tu te barres, le plus rapidement possible. Ton regard suit son mouvement et tu retrouves tes billets verts dans ta main. Elle ne te lâche pas. D'ailleurs tu remarques que pour son gabarit elle a une sacrée force. T'hallucines même. Elle est loin de pouvoir te battre au bras de fer mais quand bien même. Pour une nana, elle envoie. Tu ne cesses de faire des allers-retours entre ta main et son visage. Puis tu la sens retirer avec rapidité sa main. T'es soulagé. Pendant quelques secondes t'avais l'impression qu'elle voulait te retenir. Que tu restes ici avec elle. Plutôt aller au diable. Tout à coup, elle s'appuie contre le mur. Sans visage devient un peu plus livide. Certes, la jeune femme a déjà la peau telle blanche neige, mais tu la vois pâlir de secondes en secondes. Sans te reconnaitre, instinctivement, tu portes tes mains vers elle. T'as pas envie qu'elle tombe et qu'on te remette la faute dessus. T'es peut être minable mais t'es pas con. On sait jamais ! Les gens parlent beaucoup trop. Mais son attitude garce revient au galop. Toi qui avait, l'espace d'un instant, penser à l'aider. Tu te mords la langue. Tu t'infliges une douleur pour ta connerie. « Oh chouette ! Merci maman de me donner la permission ! » Tu joues au gamin qui tapote dans ses mains tout content d'avoir l'autorisation. Puis tu redeviens cet homme sans expression. Celui qui ne se laisse pas avoir, à travers lequel, on a du mal à lire. Tu déposes tes mains sur tes hanches avant d'en laisser une te frotter le visage. Elle est ridicule. Pire que ça même. « Écoutes, si ça doit m'arriver, tant pis pour ma gueule. C'est le destin et s'il te plait, n'en fais pas parti ma jolie ! » T'insistes bien sur la fin de ta phrase. T'as aucune envie qu'elle soit présente dans ta vie. En faites, t'as besoin de personne. Enfin c'est ce que tu te dis et pourtant...T'es toujours devant elle. Tu prends toujours des nouvelles d'Alicia ta meilleure amie. Tu penses encore à Mila. T'espère revoir Winnie...Et maintenant elle. Roseann. T'es pitoyable mon pauvre. Tu la laisses partir, te disant qu'elle a enfin baissé les bras. Puis tu la vois revenir, avec des craquelins dans la main. Ton ventre se serre. Cela fait plusieurs heures, voir même plus de 24h que tu n'as rien mangé de consistant. Pourtant, tu ne laisses rien paraitre, t'es toujours aussi dur et froid. « Merci mais non merci. J'ai une vie à coté de l'alcool. Elle m'attend d'ailleurs alors si tu pouvais te pousser, j'ai pas envie de devoir forcer le passage. » Personne ne t'attend. Plus jamais personne ne le fera. T'es tout seul. Et t'as aucun endroit où aller. T'aurai pu accepter sa proposition mais t'es tellement fier que t'as pas la force. Alors tu lui souris avec mépris et sarcasme. Tu croises les bras, attendant qu'elle veuille bien se décaler.
© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: When the night falls demons arise shadows + Roseann

Revenir en haut Aller en bas

When the night falls demons arise shadows + Roseann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Le pigment Moonlight Night
» couches Sweet-Night
» One night stand
» sweet night
» [Reprise] The Shadows - Apache

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-