AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

radioactive. ~ leen schreaves.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: radioactive. ~ leen schreaves. Sam 12 Mar - 9:36

.leen schreaves.
ft. gigi hadid
» prénoms : amberleen soojung (수정; qui signifie crystal ) aleksandrà. » nom de famille : schreaves-petrov. » nom d'usage : leen schreaves. » surnom/pseudonyme : leen. puppy. peanust.  » nationalité : américaine. » origines : américaine et coréenne (p), russe (m). » date de naissance : le vingt-cinq décembre, il y a vingt quatre ans. » lieu de naissance : séoul, corée du sud. » lieu de résidence actuel : washington dc. » occupation actuelle : étudiante en lettre et langues en quatrième année à l'université g. washington, elle est aussi garde du corps (novice et stagiaire) pour la maison blanche.  » statut civil : célibataire.

god bless america (& its citizens)
ce qu'il faut savoir sur ton personnage


» Une pochette surprise. Leen, c’est un cadeau. Née le vingt-cinq décembre, il y a vingt-quatre années de cela, elle fait la surprise générale. Elle voit le jour sur les terres ancestrales de sa famille paternelle. Elle pousse ses premiers cris dans les bras des sages-femmes d’une petite clinique située à Séoul, en Corée du Sud. Si d’ordinaire, les premiers mots qui accompagnent la naissance d’un enfant est du genre ‘c’est une fille’, ‘c’est un garçon’, ‘quel beau bébé’. Les premiers mots qui accompagnèrent Leen dans ses premiers moments sur terre furent ‘qu’elle n’est pas belle’. Leen, elle est loin d’être le stéréotype des asiatiques. Si son père est un américano-coréen, physiquement, elle tient plus de sa mère, une russe au sang chaud. Mais qu’importe les dires de ses sages-femmes, son père la trouve ravissante et pour sa mère, c’est le plus beau bébé du monde. A d’autre. C’est l’amour maternel et paternel qui parle. En réalité, Leen était un affreux bébé. Potelée de toute part, on pouvait lui compter deux ventres et trois fesses tant elle était boudinée. On aurait plutôt dit l’enfant de bibendum. (…) Leen est un métissage très particulier, qu’on trouve peau. Son père, un américain aux origines coréennes, est un garde du corps américano-coréen. Il vacille entre les terres du pays du matin calme et celle du grand rêve. Il accompagne les plus grandes figures de ses deux pays. Quant à sa mère, une russe dans toute sa splendeur, est traductrice et interprète. Leen c’est le fruit d’une histoire complètement tarée. Elle baigne dans des cultures différentes. Elle a été élevée dans le respect coréen, dans la grandeur américaine et dans la rigueur russe. Sa famille ne s’arrête pas là, l’arbre généalogique est immense. Entre sa famille coréenne et sa famille russe, elle ne sait plus où donner de la tête. Mais aujourd’hui, sa famille ne compte que ses parents (à mi-temps), sa nounou, son chien et ses deux chats et sa cousine. Lize qu’elle considère plus comme étant un de ses seuls repères. Pour la blonde, c’est bien plus qu’une cousine. Elle ne saurait décrire ce lien qui les unies.

» Sa petite enfance n’a pas été des plus calme. Leen, c’était un véritable ouragan sur pattes. Une boule d’énergie ambulante. Elle a vécu à Séoul jusqu’à sa quatrième année. Pendant ce laps de temps, elle a été élevée par sa grand-mère paternelle avec ses cousins, ses parents étant trop occupés par leur travail, ils la lui confièrent. Son père était toujours en mission, quant à sa mère, elle partait tôt le matin et rentrait très tard le soir. C’est comme ça qu’ils manquèrent ses premiers pas, ses premiers mots, son premier sourire mais aussi sa première grosse crise de larmes. Leen, elle donnait du fil à retordre à sa grand-mère, si bien que dès qu’elle sût marcher et courir, elle la faisait volontiers tourner en bourrique. Une gamine pleine de vie qui faisait pleurer de nerfs sa grand-mère. (…) Lorsqu’elle eut quatre ans, son père fût muté pour le sol américain, emportant femme et enfant avec lui. C’est comme ça, que de sa petite maison aux allures traditionnelle, elle se retrouva dans une maison beaucoup plus grande et spacieuse que les adultes appelaient villa. Il y avait même une mini mer (il faut comprendre une piscine). La bouboule qu’était Leen s’adapta très vite à son nouveau terrain de jeu et les parties de cache-cache avec sa nouvelle nounou faisait passer le temps. Une nounou. Sa nounou. Une femme à la peau chocolat, qu’elle aime comme une maman gâteau. Si bien que plus les années passent, plus Leen l’appelle Maman par habitude. Son enfance fut à son image, agitée. Entre bêtises, câlins, punitions et tout ce qu’il peut se passer pendant l’enfance, Leen n’a jamais manqué de rien, sauf peut-être la compagnie de ses parents, mais ça, elle l’a comblé avec la présence de sa nounou et de sa cousine Lize. C’est vers ses six ans, que son père l’emmène dans un cours de boxe. Un ring qu’elle ne quittera plus.

» Son adolescence, une période légèrement difficile pour la métisse. Un peu rondelette sur les bords, elle essuie quelques moqueries de ses camarades de classes ; mais qu’importe, rien ne lui enlève le sourire à cette gamine. Elle a une volonté de fer et rien ne peux l’arrêter. Elle est rythmée entre les voyages du sol américain à la terre natale. Chaque année, elle passe en moyenne près de quatre mois sur sa terre natale et la patrie de sa mère. Si la jeune fille grandit toujours accompagnée de sa nounou, elle n’en reste pas la moins la fille de son père et de sa mère. Elle se lie d’avantage avec son père qu’avec sa mère. Surtout lors d’un voyage qu’elle effectue avec lui, sur les terres de ses ancêtres. L’image du père aimant, le plus fort du monde prend enfin son sens à ce moment-là. Avec sa mère, c’est plus conflictuelle, il n’empêche qu’elle l’aime sa mère, mais deux caractères russes dans une même pièce ne font pas bon ménage –et surtout, ne laissez pas de la vaisselle avec de la valeur. Son adolescence. C’est aussi une des plus belles périodes de sa vie. C’est celle où elle rencontre son âme sœur. Leen, réputait pour croire en sa première impression a fait quelque chose de nouveau en posant les yeux sur cette fille. Tout son contraire. Elle a fait bien plus que ça en posant ses yeux sur Sybille. Qui est aujourd’hui, et de loin, l’une des filles les plus proches d’elle et qu’elle estime beaucoup.

» Âgée de vingt-quatre ans, la fleur des champs fait place à une magnifique rose, envoûtante mais piquante. Aujourd’hui, elle est étudiante en quatrième année d’étude en littérature, en lettre et langue, une matière comme une autre, à l’époque, elle fait ce choix au pif, elle devait prendre une voix, elle a pris celle-ci, une voix qui lui correspond plutôt bien au final, étant donné qu’elle n’a pas abandonné en cours de route. Mais voilà, il n’y a pas que ça, elle suit les traces de son père, garde du corps. Réputé dans le milieu, elle a commencé à s’intéresser à son travail quand elle n’avait que dix-sept ans. Elle a travaillé d’arrache-pied, multiplié ses cours de boxe et de self défense. C’est une lionne dans un corps de brebis, si elle parait frêle et fragile au premier regard, ne montez pas sur un ring avec elle au risque de faire un petit passage à l’hôpital. Fraîchement promus au rang de garde-du-corps, elle est maintenant responsable de la sécurité d'Ebony J. Asher-Grey. Un premier travail qui n'est pas du tout reposant.

» en vrac : leen c'est une boule d'énergie ambulante. ~ issue d’un métissage surprenant, elle baigne dans des cultures différentes. elle a été élevée dans le respect coréen, dans la grandeur américaine et dans la rigueur russe. ~ elle voyage beaucoup, entre les usa, la Corée du sud et la Russie, sa famille est grande, trop grande. ~ elle a pratiquement vécut sous le couvert de sa nounou, des parents absents, trop occupés avec leur travail respectifs. ~ elle manque un peu d'amour cette gamine, c'est pourquoi encore aujourd'hui, elle en deviendrait presque trop généreuse, de peur d'avoir une personne en manque devant elle. ~ elle aime tout le monde -ou pas- malheureusement, elle se fie souvent à son instinct et à sa première impression. ~ elle ne se laisse pas faire, elle est bagarreuse au possible. elle pratique le judo, le taekwondo et la boxe depuis qu'elle est gamine. ~ elle a visité l'hosto près de cinq fois dans sa vie pour bras ou jambes cassés. ~ elle aime la vie, elle sourit tout le temps. ~ elle aime se réfugier dans la musique, elle aime tout sauf le hard rock métal, ça lui fait saigner les oreilles. ~ elle est fille unique. ~ si elle est en manque d'amour, elle n'est pas naïve, elle ne croit pas au prince charmant et les films de princesse et à l'eau de roses sont très peu pour elle, elle préfère les films d'horreur. ~ elle est allergique au cacahuètes, comble de la vie, un de ses surnoms est peanuts. ~ elle suit les traces de son père, elle vient d'être promis stagiaire garde du corps à la maison blanche, fierté de son père. si elle se plait à croire que c'est dû à son travail acharné, son père a donné un petit coup de pouce. ~ derrière sa panoplie de garde du corps, elle n'en reste pas moins féminine, en fait ça dépend, elle peut vous sortir un style différent chaque jours. elle ne se cache pas quand elle regarde des tutos makeup ou mode sur youtube. ~ elle est ambidextre, gauchère de nature, elle a dû apprendre à écrire de la main droite après s'être foulé le poignet droit. (…)

bordélique, sensible, froussarde, souriante, secrète, grande gueule, drôle, jalouse, naïve, mystérieuse, honnête, généreuse, moqueuse, joueuse, impulsive, folle (presque tarée), sociable, ouverte d’esprit, bagarreuse, coquète, flemmarde, grosse dormeuse, gourmande, compliqué, ambitieuse, forte, battante, studieuse, surdouée, réaliste, attirante, protectrice, paraît froide, chiante, d'apparence superficielle, sincère, vulgaire, je m'en-foutiste, non-tactile, violente, sassy, bitch.

Leen c’est la complication incarnée. c’est une lionne déguisée en licorne. c’est la fille qui se prend pour une princesse mais qui ne l’est pas. ~ c’est le genre de fille qui peut rire à s’en brûler les poumons à celle qui peut te donner une baffe. c’est une violente douceur. ~ leen, c’est le genre de fille a donner son repas du midi au premier sdf qu’elle voit à celle qui louchera et piochera dans ton assiette sans partager la sienne. ~ c’est la fille qui peut parler ouvertement de tout. elle est du genre à soutenir et vouloir participer à la gay pride, à aller sauver les pingouins et les ours polaires du réchauffement climatique. ~ c’est celle qui ne sait pas faire un lit, qui n’arrive pas à garder une chambre rangée plus de deux heures, qui dit ne pas aimer les sushis et qui peut en manger quatre plats. ~ c’est cette gamine qui aime le maquillage mais qui peut passer des journées entières sans se maquiller parce qu’elle a la flemme et qu’elle préfère dormir le matin. ~ c’est celle qui oublie les anniversaires et se réfèrent toujours aux réseaux sociaux. ~ la chanson bohémienne de notre dame de paris est la chanson de sa vie. c’est cette fille qui chantonne et qui hurle let it go à n’importe quel moment. ~ c’est cette fille qui paraît froide d’apparence mais qui est adorable. ~ c’est enfant est allergique au cacahuète, le comble, un de ses surnoms est peanust. ~ leen, elle peut rester des jours et des nuits à regarder des dramas coréens. c’est cette fille qui a des rêves pleins la tête mais qu’est trop fainéante pour se bouger. ~ elle croit aux licornes et aux sirènes, elle est une fervente admiratrice des pandas, d’ailleurs, dans ses grands moments de folies, elle peut hurler : fuck the world, i’m a panda. ~ c’est cette fille qui imite la voix de stitch à la perfection. ~ elle couvre quatre octave et un demi-ton et elle est soprano. elle utilise régulièrement la voix de sifflet. les quelques personnes qui l'ont entendu chanter l'ont prise pour la chanteuse américaine ariana grande. ~ elle ne tient pas l’alcool, elle ne fait que des conneries. ~ elle a la phobie des clowns, elle n’aime pas les araignées. ~ leen, c’est tout ou rien, elle aime de tout son être, comme elle peut détester de toute son âme. ~ c’est cette fille qui a créé un bouchon monstre le jour de son permis pour laisser passer une famille de bébé canard et sa maman sur la route. ~ c’est celle qui partage un secret douloureux avec sa cousine Lize. ~ celle qui est fan des sœurs jung. ~ c'est le genre de fille amoureuse de son chien et de ses deux chats.


public knowledge
mise en situation rp



2015, june, 25th. Ce n’est pas une position des plus confortables, mais elle se dit qu’elle aura tout le temps de se reposer plus tard. Elle se redresse, le port de tête bien droit, elle a fière allure dans son ensemble. Dans son uniforme de novice, elle paraîtrait presque élégante avec ses cheveux remontés en un chignon de danseuse étoile. On lui a dit de ne pas sourire, qu’il fallait être professionnel, mais la joie qu’elle éprouve en ce moment lui arrache quelques rictus. Les bras derrières son dos, ses mains jointes, elle sent la moiteur de ses paumes au fil des minutes qui passent. Elle s’est longtemps imaginé cet événement, mais la réalité dépasse l’imagination, et de loin. Son regard parcourt nerveusement l’assemblé à la recherche de ses quelques personnes. Son père, sa mère, sa nounou, sa Lize et sa Sybille. Ils sont tous là, éparpillés dans la foule, mais ils sont là. Instinctivement, toute son attention se porte sur son père, bien que les années aient marqués son visage, il n’en reste pas moins charmant dans son costume. Elle peut lire sur son visage de la fierté, elle serre la mâchoire, s’empêchant de verser quelques larmes. Elle tient peut-être plus de son père qu’elle ne l’aurait imaginé. La cérémonie touche bientôt à sa fin. Les premières notes de l’hymne national américain résonnent dans la pièce. Quelques mains se portent sur le cœur, d’autre font le salue militaire. La ligne à laquelle elle appartient ne bouge pas, Leen ferme les yeux et fredonne discrètement tout le long de l’hymne. Quelques instants plus tard, des applaudissements se firent entendre dans la salle. « .Mesdames, Messieurs, j’ai l’honneur de vous présenter la nouvelle génération de garde du corps. La promotion 2015. »

2016. March. La main en l’air, elle l’agite dans tous les sens, priant dieu pour qu’une de ses voitures qu’on appelle taxi daigne la prendre au passage. Mais rien, ça fait au moins dix bonnes minutes qu’elle s’agite comme une folle sur le bord de la route, personne ne veut la prendre. Énervée, elle abaisse sa main et sentirait presque le reflux de sa circulation sanguine reprendre du service dans son bras endolorit. Clairement, c’est quitte ou double, soit il y en a une qui s’arrête d’elle-même, soit elle le fait. La métisse inspire profondément, ferme les yeux quelques instants et soupire d’un coup. Elle ressert son étreinte autour de son sac à main qu’elle garde bien collé contre sa poitrine, elle s’abaisse, enlève ses escarpins noires vernis et se retrouve pieds nus. Certains passant s’arrêtent, soit ils la prennent pour une folle, soient c’est l’attraction de la journée. Leen récupère ses escarpins dans sa main libre et attend patiemment mais pas trop, un taxi avec l’enseigne vert. Un sourire en coin se dessine sur ses lèvres rouges, le genre de sourire qui fait frémir quand on connait Leen. Et c’est naturellement qu’elle traverse la route et se poste droite comme un piquet sur la trajectoire du taxi. Il klaxonne mais elle ne frémit pas. Son sourire ne s’efface pas non plus. Elle ne cherche pas à comprendre, elle a besoin de ce taxi, c’est une question de vie ou de mort, dans tous les sens du terme. Elle entend les pneus crissais sur le bitume et un sourire conquérant s’affiche sur son visage. Une fois la voiture arrêtée, la jeune femme abaisse les bras et se met en mouvement. Elle ne perd pas de temps à monter dans la voiture, de peur que celle-ci, une fois hors de vue se remette en route. Une fois assise sur la banquette arrière –qui a dû surement en voir des culs- la jeune femme ordonne sa destination tandis qu’elle s’essuie les pieds avec un mouchoir qu’elle a sorti de son sac à main. Elle remet ses chaussures et patiente gentiment le long du trajet, ne prêtant guère attention aux regards outrés du conducteur. La route dure environ une bonne vingtaine de minute avant qu’elle n’arrive aux bureaux. Là encore, elle se dépêche, tend les billets au conducteur et sort de la voiture sans claquer la portière en courant, elle hurle un désolée tandis qu’elle accélère sa course. Si elle n’est pas devant la porte de son chef dans cinq minutes, il va la tuer. Elle s’arrête. Perd dix secondes pour enlever ses chaussures avant de reprendre sa course. Escaliers, porte d’entrée, escaliers, couloirs, porte, passants. Elle ne fait pas attention, elle court jusqu’à sentir ses poumons s’enflammaient. Sa respiration est courte, démesurée. Ce n’est pas dans ses habitudes mais ce n’est pas non plus son habitude d’arriver en retard. Il lui reste trente secondes. Elle voit la porte du bureau juste en face d’elle, elle voit ses collègues lui faire des signes de bras, elle accélère sa course. Vingt secondes. Elle est proche d’eux. Quinze secondes, elle se jette dans les bras d’un de ses collègues qui la rattrape de justesse. Elle sent ses jambes trembler quand elle se relève et chausse ses escarpins. Dix secondes, elle se tient près de lui et essaye de se calme, de reprendre une respiration normale. Impossible. La porte s’ouvre sur un homme, plus petit qu’elle mais à la réputation plus grande. Il jette un regard sur l’assemblé et dit ces quelques mots. « ce sera un par un, par ordre alphabétique ». Elle sent son cœur tambouriner joyeusement dans sa poitrine, elle est en dernière et elle aura le temps de souffler entre temps. La porte se referme sur une jeune femme et Leen ne perd pas une seconde pour s’affaler sur un de ses fauteuils moelleux, tout dans la finesse et l’élégance. Ironie. (…) Le temps passe doucement qu’elle pourrait presque s’endormir. Il ne reste plus que cinq personnes, c’est la troisième à passer. Les coudes sur les cuisses, elle commence à être nerveuse, surtout lorsqu’elle repense aux visages qu’elle a pu voir lorsqu’ils sortaient. Elle ne sait pas sur qui elle va tomber, en fait, elle s’enfichait un peu. Le visage de son père le jour de sa remise de diplôme était encore graver dans sa mémoire. Un sourire satisfait sur les lèvres, elle se perd dans ses souvenirs d’enfances. Rêveuse, elle ne voit pas les personnes défilaient. « .Schreaves, Leen. » la voix la réveille, elle sursaute et se dépêche de le rejoindre. Elle s’incline légèrement en avant et entre dans le bureau, se positionnant en face du bureau. Elle ne s’assoit que lorsqu’il l’invitera à le faire. « .schreaves. un lien de parenté avec Peter Schreaves. » un léger sourire sur les lèvres, elle hoche passivement la tête. « .mon père. » il dandine de la tête. « .bien, je vois que le métier est de famille, j’espère que vous serez aussi bonne que lui. bref, passons aux choses sérieuses. Mademoiselle Schreaves, vous avez êtes assignée à être la garde du corps de Mademoiselle Asher-Grey, vous commencez lundi, huit heures. Tâchez d’être à l’heure et non essoufflée de la sorte. » lâche-t-il sur un léger ton moqueur. Leen ne put s’empêcher de rougir face à la remarque et hoche vigoureusement la tête. « .Oui, Monsieur. Merci, Monsieur. » elle accepte son ordre de mission des deux mains –habitudes de ses origines coréennes et sort de la pièce après l’avoir salué. Bon, bonne nouvelle, elle peut souffler un peu, elle a encore quatre jours avant de rencontrer cette famille Asher-Grey, le temps qu’il lui faut pour faire quelque recherche sur sa personne et surtout, dormir.



who plays the part ?
ce qu'il faut savoir sur toi


» prénom : kassandra la konasse la plus belle. osef.
» pseudo : kass, kassou, la papouche de nanouche.
» âge : vingt-trois ans.
» scénario ou personnage inventé : personnage inventé, dc.
» des multicomptes ? malia williams, personnage la plus torturée. amen.
» impression sur le forum : je l'aime pas voilà.
» crédits : tumblr.
» le mot de la fin : les licornes existent vraiment. point.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: radioactive. ~ leen schreaves. Sam 12 Mar - 9:55

bichette :plop: :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: radioactive. ~ leen schreaves. Sam 12 Mar - 9:59

Bonne fiche Kass. :mimi: Jolie fiche en perspective. :plop: :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: radioactive. ~ leen schreaves. Sam 12 Mar - 11:05

leeeen :plop: :mimi: bonne fiche avec ta belle gazelle !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: radioactive. ~ leen schreaves. Sam 12 Mar - 11:42

bonne fiche kass :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Keith O. Phillips
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : alo.
date d'inscription : 16/07/2013
nombre de messages : 7200
disponibilité rp : malia.
avatar : grant gustin.

MessageSujet: Re: radioactive. ~ leen schreaves. Sam 12 Mar - 11:59

gigi :mimi: :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Nael Silvano Sala
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : inès
date d'inscription : 04/08/2011
nombre de messages : 8335
disponibilité rp : kira, swan
avatar : mathias lauridsen

MessageSujet: Re: radioactive. ~ leen schreaves. Sam 12 Mar - 13:07

et je laisse ma traceeeeee, elles vont être trop coooool nos poulettes :mimi: (et bon courage pour ta fiche :plop:)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: radioactive. ~ leen schreaves. Sam 12 Mar - 13:11

elle est jolie cette petite.
faudra se trouver un lien. OSO
bonne fiche kass. :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: radioactive. ~ leen schreaves. Sam 12 Mar - 14:10

kassou :plop:
bon courage pour ta fiche et puis choix d'avatar au top thumbs up :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: radioactive. ~ leen schreaves.

Revenir en haut Aller en bas

radioactive. ~ leen schreaves.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» Sasha - Tchernobyl. Tcherno-débile. Jalousie radioactive
» Exemption de déclaration de détention de source radioactive
» Contrôle d'une source radioactive - méthodologie?
» contrôle de niveau de remplissage avec une source radioactive scellée
» pluie radioactive

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp :: Présentations et fiches de liens (++ scénarios)-