AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

how could someone so beautiful deserve to be so sad. ~ elissa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: how could someone so beautiful deserve to be so sad. ~ elissa Sam 12 Mar - 1:07

Elissa Everard
ft. nora arnezeder
» Prénom(s) : elissa caroline. » Nom de famille : everard. » Nom d'usage : elissa everard. » Surnom/pseudonyme : généralement lissa, ou lili selon le degré d'affection. on l'appelle rarement par son prénom. » Nationalité : américaine. » Origines : américaines, avec un bon gros twist britannique. » Date de naissance :  » vingt-sept janvier 1991 (25 ans). Lieu de naissance : londres, gb » Lieu de résidence actuel : washington dc, usa » Occupation actuelle : fraîchement diplômée en science politique de l'université de columbia, elle a été assistante-stagiaire à la maison blanche, et a été embauchée depuis peu au pentagone, où elle occupe un poste de simple assistante. elle a obtenue ce poste ingrat, peu rémunéré, où tous le monde la maltraite grâce à une lettre de recommandation de l'un de ses professeurs de fac. Sa gloire personnelle c'est d'apporter son café au secrétaire de la défense. (elle espère évoluer rapidement dans ce département). » Statut civil : fiancée à sacha barnett.

god bless america (& its citizens)
ce qu'il faut savoir sur ton personnage


She laughed from her soul, so euphorically that pain trembled to touch her.
And she loved, oh, how she loved, full and elated,
so beautifully that life itself was born in her veins and death didn’t dare but bow at her feet

» Elissa Caroline Han Everard. La ravissante petite dernière de la famille Everard, la petite chérie de son père, et la première histoire d'amour de son grand frère, Hamilton. La famille Everard n'a jamais arrêté de s'aimer, malgré un déménagement au bout du monde, de Londres à Washington, et surtout malgré un manque d'argent en quelques temps cruel. Ni pauvres, ni riches, Les Everard se contentent de ce qu'ils possèdent, et de la plus précieuse source de bonheur, celle qui ne s'achète pas : l'amour inconditionnel. Un amour compacté dans une toute petite maison, un poil excentré du centre ville, mais dans laquelle Lissa a vécu ses plus beaux moments. Dans cette famille, on a pas besoin de grand-chose, si ce n'est les uns des autres. Un amour transmissible, puisqu'elle à un cousin, Edison, qu'elle admire et adore plus que tout et considère comme un autre frère. Depuis que la famille vit à Washington, aussi longtemps que ses souvenirs remontent en somme, son cercle de proches n'a fait que croitre. Elle à ses petites habitudes, ses petits rituels dans des endroits bien particuliers, et ne compte pas en changer. Sa vie appartient à DC.

» Pour se payer l'Université de ses rêves, Elissa a enchainé les petits boulots et remboursent encore à ce jour un prêt étudiant presque indécent. Elle a longtemps été serveuse, puis employée de collectivité. Vendeuse boutique, caissière, préparatrice de commandes, pour terminer sa course de boursière au service de l'économie américaine à inventorier la bibliothèque de l'Université de Columbia, où elle a étudié les sciences politiques en parallèle. Grâce à son travail acharné, et à sa constance, elle a finalement obtenu son diplôme en science politique avec mention summa cum laude, la plus grande des distinctions, faisant ainsi la fierté non dissimulée de ses fans de la première heure : sa famille, et plus particulièrement son frère. C'est une jeune femme brillante, promise à un très grand avenir. Du moins c'est ce que ses professeurs s'acharnent à clamer à qui veux bien entendre un discours élogieux sur cette élève modèle, qui en plus d'être très intelligente et impliquée, est d'une gentillesse presque regrettable compte tenu de la société actuelle (décadente en tout point, et manipulatrice). Sur le papier, tout semble lui sourire depuis qu'elle a quitté les rangs de Columbia par la grande porte.

» Son premier amour, et le seul encore à ce jour se prénomme Sacha. Sacha Barnett. Ici se présente un couple typique, un cliché limite prétentieux de l'amour style  all-american dream. Elle était une fille banale, silencieuse, et enterrée sous ses nombreux livres. Il était l'un de ces gars populaires, sportifs, dont on rêve de loin. Grâce à un concours de circonstances, ils sont tombés amoureux et ne se sont jamais quittés depuis. Le temps a fait son œuvre sur leur couple, et après des années de vie commune, Sacha lui a enfin demandé sa main il y a quelques semaines. Demande qu'elle a tout naturellement accepté, un sourire sur les lèvres. Le cliché s'est consolidé, et leur couple n'en est que plus exemplaire. Ca, c'est que tous le monde croit, ou veut bien croire. Sous le discours parfaitement rôdé, et les gestes bien calculés, se cachent une vérité écrasante. Depuis plus d'une année, Sacha fréquente régulièrement d'autres femmes. Pas parce qu'il n'aime plus Lissa, ou par lassitude. Il n'a d'ailleurs aucune excuse valable, et le sait très bien. Il la brise à chaque fois qu'elle le découvre, il le sait très bien, et s'en veut à chaque fois, s'excuse un million de fois, mais recommence quand même. Outre l'impression de ne pas être assez pour lui, ou d'être simplement digne de lui, Lissa n'a pas assez confiance en elle pour dire stop et le quitter (ce qu'il mériterait mille fois). Trop naïve, et surtout persuadée qu'il est le bon, et qu'elle ne trouvera jamais mieux, elle lui pardonne à chaque fois. Elle lui pardonne au prix de nombreuses cicatrices, de son habituelle joie de vivre, et de sa propre estime. Sacha lui a demandé de l'épouser uniquement pour se faire pardonner après un énième écart, et parce qu'il sentait qu'il la perdait. Leur relation serait un échec si ce n'était pas pour Lissa, et de sa naïveté effarante. Au jour d'aujourd'hui, malgré les circonstances, les lourdes désillusions et les blessures qu'elles entrainent, Lissa rêve toujours du jour où elle portera son nom. De son côté, il sait qu'elle ne le quittera jamais… du moins c'est ce qu'il pense. Pour l'instant, leurs problèmes de couple reste un secret bien gardé, mais nul doute qu'un jour, la vérité éclatera.

» Plot twist : Depuis peu, elle a fait la rencontre du très intriguant James Carmichael. Et son coeur remue dans sa poitrine à chaque fois qu'il lui parle, et se régale du moindre de ses sourires. Elle aime passer du temps avec lui plus qu'elle ne le devrait, mais ne peut s'empêcher d'accepter la moindre de ses invitations. Elle déjeune régulièrement avec lui sur la pause déjeuner, et va boire un verre avec lui après le boulot deux soirs par semaine. De façon parfaitement désintéressée, se persuade-t-elle, comme pour pardonner ce qu'elle considère comme un pêché, alors que Sacha lui en fait voir des bien pires. Puis James en connaît d'autres, des femmes. Des plus jolies, des plus brillantes, des plus douées pour la vie. Des plus accessibles, aussi. Elle sait qu'il ne lui parle que pour exercer son charme indéniable sur elle, et rien de plus. Ou du moins elle le croit. Même si elle tente de se convaincre du contraire, leur relation n'a rien de platonique, et tous les ingrédients sont là pour qu'elle prenne un tournant à la fois romantique et dramatique. my heart tells me this is the best and greatest feeling I have ever had. but my mind knows the difference between wanting what you can’t have and wanting what you shouldn’t want. and I shouldn’t want you.

» côté professionnel, elle vient d'être embauché par le département de la défense, situé au sein du très légendaire Pentagone et officie en tant que simple secrétaire. Elle apporte le café, et fait des plannings, et des comptes rendus de réunion à longueur de journée. Largement sous-estimée, et surtout sous payée compte tenu de ses qualifications, Elissa se contente pourtant très bien de ce qu'elle a et prend cette opportunité pour un grand pas en avant. Elle ambitionne de faire ses preuves, et de monter en grade dans les années à venir, pour devenir agent, et puis secrétaire à la défense (pourquoi pas, après tout). Chaudement recommandée par ses professeurs d'Université après de belles études, et surtout un stage de plusieurs mois couronné de succès au service du Président lui-même, au sein de la Maison Blanche, Lissa se prédestine à une glorieuse carrière. Celle pour laquelle elle a travaillé d'arrache-pied, et qu'elle continue de rêver de loin, devant la machine à café. Cela dit, pour le moment, elle n'est qu'un joli visage planqué derrière un tout petit bureau.

vrac » ses parents ont un accent anglais, ce qui n'est pas son cas puisqu'elle était trop jeune lorsqu'ils ont quittés l'Angleterre. cela dit, elle peut très bien voguer d'un accent à l'autre en fonction de si elle discute avec ses parents, ou bien son fiancé. ~ elle utilise son temps libre pour se consacrer aux autres : elle fait du bénévolat pour plusieurs oeuvres caritatives.  ~ elle aime savoir d'où vient ce qu'elle mange, du coup elle va cueillir elle-même ses fruits et légumes dans une ferme à plusieurs kilomètres de chez elle. ~ Elle préfère qu'on lui fasse à dîner plutôt qu'on l'invite au restaurant. ~ elle n'est pas matérialiste, n'aime pas qu'on lui fasse des cadeaux onéreux, et préfère les petites intentions qui ont du sens plutôt qu'un cadeau cher et sans âme. ~ malgré que son fiancé soit beau à pleurer, elissa pourrait aisément tomber amoureuse de quelqu'un au physique... non conventionnel pour la jolie fille qu'elle est. Malgré ce que montre sa relation avec son fiancé, elissa peut aisément être charmée par une âme, un esprit, un sens de l'humour, plutôt que par un physique. ~ elle n'aime pas les tablettes, elle préfère s'acheter des livres, des cahiers et des stylos. cela dit, elle ne pourrait pas vivre sans son ordinateur (à l'inverse de son téléphone, qu'elle n'utilise que trop peu). ~ on dit d'elle qu'elle est "trop mignonne", et aussi " trop gentille ", et elle n'aime pas ça. Elle a l'impression que de cette façon, on la rabaisse. Pour autant, ce n'est pas pour ça qu'elle va changer. C'est pas une tare d'être gentille, juste un fardeau parfois. ~ elle est très douée en informatique, et fait régulièrement du hacking pour arrondir ses fins de mois ~ physiquement, elle ne s'aime pas. pourtant c'est une très belle fille, et personne ne se fait prier pour le lui dire. les hommes se tournent vers elle dans la rue, pourtant elle ne le voit jamais et si c'est le cas, elle passe très rapidement à autre chose. elle ne se trouve pas jolie, manque de confiance en elle, et en son physique. sa beauté, même si flagrante, reste toute innocente. ~ elle aime porter des bonnets. elle en a tout une collection. ~ elle n'aime pas qu'on lui offre des cadeaux, et certainement pas des cadeaux onéreux. elissa, on ne l'achète pas avec des babioles. de même, ce malgré qu'elle soit une grande romantique, elle déteste qu'on lui offre des fleurs. elle trouve le concept ridicule. ~ elle se lève tous les matins à 6h pour aller courir, et elle va à la salle de sport tous les soirs. ~ elle n'aime pas l'alcool, elle trouve ça mauvais. puis elle n'a jamais fumé. trop sage ? ~ son vêtement préféré ? la jupe. ~ ça fait des années qu'elle n'a pas voyagé, ne serait-ce que dans un autre état.~ elle ambitionne d'évoluer au pentagone, et de devenir agent dans l'un des organismes privés de la défense. ~ depuis qu'elle travaille au pentagone, elle a appris à tirer avec des armes à feu. ~ elle est abonnée à netflix et préfère regarder une série plutôt que de lire un livre. ~ petite réminiscence de sa vie anglaise, elle boit énormément de thé. le earl grey est son préféré.

public knowledge
mise en situation rp


But I'm afraid, and I'm sick in my heart that you might look at her, then at me. And regret.

Elle racontait à Hamilton sa première journée de travail lorsque la porte s'est enfin ouverte sur Sacha. 22H34. Il était tard, et le dîner qu'elle avait pris le temps de concocter pour lui, malgré une dure journée, était bien évidemment froid à présent. Avant de raccrocher avec son frère, Lissa lui demanda d'embrasser leurs parents, avec qui il passait le week-end, et de demander à Edison de l'appeler dans la semaine. L'air de rien, comme toujours. Son téléphone dans les mains, elle fit une apparition timide dans l'entrée, où Sacha se débarrassait de sa veste, et de ses chaussures. Il avait les épaules voutées, comme s'il portait le poids du monde, ou bien d'une culpabilité qui s'intensifiait à chaque fois. Chaque fois que quoi ? Chaque fois qu'il le faisait. Qu'il se perdait dans ses pulsions, et l'oubliait, elle, sa véritable histoire d'amour, tout ça pour un petit béguin éphémère. Ils se regardèrent en chiens de faïence pendant de très longues secondes, jusqu'à ce qu'elle n'en puisse plus. « .Tu étais où ?. » quémanda-t-elle d'un ton compassé, après un trop long silence. Elle savait très bien où il était. Sans aucun doute dans les bras d'une autre, une énième. Une plus grande, plus belle, plus délurée. Un modèle de la gamme au-dessus, qui la surpassait sans même essayer. Elle savait très bien, pourtant elle ne pouvait s'empêcher de le demander à chaque fois. Comme une vieille ritournelle. Une qui reste ancrée, et qui fait affreusement mal. Avec le temps, il ne prenait même plus la peine de reboutonner les derniers boutons de sa chemise, ni de se recoiffer à peu prêt convenablement pour le cacher. Et à en juger par son regard contrit, Sacha savait qu'elle savait. Que ce soir n'était pas le soir où elle ferait l'idiote qui n'a rien compris, et qu'il pourrait se coucher à côté d'elle l'air de rien. Il poussa un soupir, vaincu par une évidente vérité, et fit une pause avant même d'avoir commencé, donnant ainsi l'impression à sa fiancée de vouloir entretenir le suspense. Et son immanquable plaidoyer débuta par le désormais traditionnel : « .Lili… je peux tout t'expliquer. » qu'elle avait entendu trop de fois.


The more that flame is covered up, the hotter it burns.
Also love can always find a way.
It was impossible that these two whose hearts were on fire should be kept apart.

« .Faudrait que tu rencontres un mec bien, ça t'changerais de ta vie de merde. » Ella était parfois méchante, mais malheureusement toujours juste. Lissa pouvait bien le lui concéder, à côté des nombreux défauts qu'elle parvenait à lui trouver à chaque dispute qui surgissait. Elle lui avait craché ça à la figure sans même se soucier de l'impact de ses mots, et comme toujours, Lissa y repensait au moment le moins opportun. James était en train de passer commander pour eux. Deux cafés à emporter, dont un crème avec deux sucres pour elle. Elle le fixait avec plus ou moins d'avidité en espérant qu'il ne le remarquerait pas, et faisait inconsciemment la relation entre les paroles d'Ella, et lui. Pourtant il n'avait rien du mec bien. Si ce n'est qu'il la sortait de son quotidien morose, ou sa vie de merde, comme le disait si bien Ella. Qu'il se préoccupait d'elle (ou il faisait admirablement bien semblant, du moins), la faisait sourire, et l'incitait à voir la vie sous un tout autre jour. Ca, à côté de tout ses écarts, toutes les femmes qu'il fréquentait, et toutes les cruelles désillusions qu'il pourrait éventuellement transporter avec lui, sous ses grands airs. Malgré les avertissements de son cousin, Lissa persistait pourtant à accepter les cafés, et les petites attentions. Pensive, elle ne remarqua pas de suite que James lui tendait son café, et qu'il le faisait depuis quelques longues secondes déjà, ce toujours armé d'un sourire. Après s'être réveillée, l'avoir gratifié d'un sourire (en plus de petites excuses) et avoir dégusté la première gorgée de son café tant mérité, elle entama de descendre la rue en silence. James lui racontait sa journée, ses combats contre les plus grands requins, lui décrivait son monde pendant qu'elle sirotait gentiment son café. La nuit couvrait les rues de Washington, et à cette heure-ci, on ne sortait plus du boulot, mais bien pour aller dîner dans le dernier restaurant en vogue. Probablement lassé de son silence contemplatif, et de ces pauvres petits éclats de rires qu'elle lui offrait à chaque fois qu'il tentait une petite plaisanterie, James fit volte face, se tourna vers elle… et lui tendit la main. Pourquoi ? Visiblement pour l'aider à descendre les longs escaliers qui descendaient plus loin qu'elle ne pouvait voir dans la pénombre, perchée sur ses talons. Une enseigne gravée sur le portillon indiquait un restaurant étoilé. « .Nous ne devrions pas... » « .Nous ne faisons rien de mal. » coupa-t-il sans ménagement. Rien comparé à ce que Sacha devait être en train de faire à l'autre bout de la ville, sans l'ombre d'un doute, pensa-t-elle. Le visage aux traits assurés de James se fendit d'un délicieux sourire, et elle ne put s'empêcher de le lui rendre à son tour, presque assez envoutée pour s'imaginer lui tenir la main, et marcher à ses côtés dans la rue comme un couple normal le ferait. Toutefois ils n'avaient rien d'un couple normal, ni d'un couple tout court, et elle était encore assez lucide pour le comprendre.


I realized that there were times when we talked
not because we needed to communicate anything important,
but simply because we each drew comfort from the other's voice.

Hamilton racontait les histoires comme personne, avec à la fois un sérieux et une dérision qu'Elissa ne manquait pas de féliciter d'un ou deux soupirs béats tous les quatre chapitres. La tête nichée dans le creux de son épaule, ses mains jouant avec ses doigts, et la longue manche de son pull en coton, Lissa profitait de ce Dimanche après-midi pour passer du temps avec son frère, et ses nombreux livres. Le rituel exigeait qu' Hamilton lui lise les histoires qu'il s'apprêtait à éditer, les ouvrages qui changeraient la face du monde, ou au moins le sien et celui de sa maison d'édition (dont elle était toute aussi fière que lui, si ce n'est plus). Ils étaient allongés là depuis des heures, elle sur le canapé et confortablement enveloppée dans son étreinte, lui les pieds sur la table basse, un carnet relié dans sa main libre. Au milieu de cette ambiance chaleureuse, et reposante, son téléphone se mit soudainement à beugler et le visage de Sacha fit son apparition sur l'écran. Hamilton s'interrompit et se mit à souffler doucement, visiblement agacé de ne pas pouvoir achever le chapitre où Constance rejoignait Augusto à Rome. Le temps qu'elle s'extirpe des bras de son frère, et se penche pour attraper son téléphone, l'appel entrant s'était achevé et elle ne s'attendait pas à ce que Sacha récidive. Pas le genre. Elle reposa le téléphone sur la table, et en voulant reprendre place, elle n'eut aucun mal à remarquer le regard sombre d'Hamilton, qui referma le livre au-dessus de ses genoux. « .Je ne l'aime pas. » Ah ça…  Il lui répétait depuis des années, et se ferait un malin plaisir de le faire encore aussi longtemps que Sacha partagerait la vie de sa cadette. Poussant un soupir, elle retomba lourdement dans le sofa. Sacha ou un autre, de toute façon, il n'approuverait jamais. Comme elle n'approuvait que trop peu ses conquêtes, et autres fréquentations ambiguës. Personne ne serait jamais assez bien pour son frère, et inversement. Le défaut des duos frère/sœur fusionnel, à n'en pas douter.   « .Pas grave, je l'aime pour deux. » finit-elle par répondre, pensant avoir déniché la parfaite réplique. Et avant qu'il puisse répondre à son tour, armé de son implacable répartie, et qu'ils se lancent à nouveau dans ce débat que Lissa était fatigué de mener, elle reprit aussitôt :   « .Tu reprends ton histoire  ?. » Bien joué.


who plays the part ?
ce qu'il faut savoir sur toi


» Prénom : julia.
» Pseudo : adrenaline junkie. (beeeh)
» Âge : vingt-trois ans.
» Scénario ou personnage inventé : personnage inventé, tout naturellement.
» Des multicomptes ? blake, finn et nina.
» Impression sur le forum : bonne, comme toujours.
» Crédits : nora arnezeder @ tumblr.
» Le mot de la fin : mimimimimimimiiii love.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: how could someone so beautiful deserve to be so sad. ~ elissa Sam 12 Mar - 1:12

je passe avec loulou du coup.
nora déjà, je l'aime. ensuite, elissa est vraiment super intéressante, il me tarde de la voir à l'action. enfin, ta fiche est parfaite de ce que j'en ai lu et j'adore notre lien.
bref, voilà. :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: how could someone so beautiful deserve to be so sad. ~ elissa Sam 12 Mar - 1:17

y en n'a pas deux comme elle.  
traaaaace de moi. :plop:
Revenir en haut Aller en bas
June D. J. Martin
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : Fanny, Fannence, la plus mignonne des mignonnes, Fannou
date d'inscription : 19/06/2011
nombre de messages : 20204
avatar : Selena Gomez

MessageSujet: Re: how could someone so beautiful deserve to be so sad. ~ elissa Sam 12 Mar - 1:25

la cousine d'edison :mimi: :mimi:
j'ai hâte d'en savoir plus sur la douce elissa :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: how could someone so beautiful deserve to be so sad. ~ elissa Sam 12 Mar - 1:28

Louis-Simon Gallet a écrit:
je passe avec loulou du coup.
nora déjà, je l'aime. ensuite, elissa est vraiment super intéressante, il me tarde de la voir à l'action. enfin, ta fiche est parfaite de ce que j'en ai lu et j'adore notre lien.
bref, voilà. :plop:
tu sais que j'avais trop envie de l'appeler loulou en plus ? c'est parfait :out: laugh :plop:
merci merci, me tarde de jouer notre lien contente qu'elle te plaise
Lize Gallagher a écrit:
y en n'a pas deux comme elle.  
traaaaace de moi.   :plop:
rouuuuuuuiiiiiii :plop: :plop:
Casey Ashbury a écrit:
la cousine d'edison :mimi: :mimi:
j'ai hâte d'en savoir plus sur la douce elissa :plop:
the one and only
bah là y a à peu prêt tout laugh
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: how could someone so beautiful deserve to be so sad. ~ elissa Sam 12 Mar - 1:29

la elissa :mimi: :mimi: (qui veut pas écouter la voix d'ella de la sagesse )

je lirai tout ça en détail demain, mais je l'aime déjà :mimi: :plop:
Revenir en haut Aller en bas
James Carmichael
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : marina.
date d'inscription : 08/09/2015
nombre de messages : 600
avatar : ben barnes.

MessageSujet: Re: how could someone so beautiful deserve to be so sad. ~ elissa Sam 12 Mar - 8:24

grosse grosse traaaaaace nahahaha !
depuis le temps qu'on les attend :mimi: :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: how could someone so beautiful deserve to be so sad. ~ elissa Sam 12 Mar - 9:56

L'homme de sa vie est là, vous pouvez tous partir, merci.
traaaaaace du grand frère chéri à sa petite sœur d'amour. :plop:
J'aime qu'il lui lise des histoires, rouuuuuuuuh :mimi: ça va changer des ltd.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: how could someone so beautiful deserve to be so sad. ~ elissa Sam 12 Mar - 11:41

la plus belle qui n'appartient qu'à sacha, qu'on se le dise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: how could someone so beautiful deserve to be so sad. ~ elissa

Revenir en haut Aller en bas

how could someone so beautiful deserve to be so sad. ~ elissa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Panoramas and 3D Virual Tours of the Most Beautiful Places Around the World:
» What a Beautiful Life
» Beautiful by aufeminin
» Beautiful Elles - une box beauté pour enfants
» Les produits "Karen's body beautiful"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp :: Présentations et fiches de liens (++ scénarios)-