AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

tonight is the night- pv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Catahleen Hammersmith
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : Stéph'
date d'inscription : 27/07/2013
nombre de messages : 5350
disponibilité rp : nathaniel ;
avatar : shay mitchell

MessageSujet: tonight is the night- pv Dim 7 Fév - 12:00


Devant le miroir plein pied de sa chambre, Catahleen relève son imposante masse capillaire avant de laisser retomber ses cheveux en cascade le long de son dos. La brune ne sait pas comment se mettre en valeur sans en faire trop. Elle décide finalement de se faire un chignon assez simple avant d'enfiler une longue robe noire. Quelques touches légères  de maquillage qui ne la font paraître ni trop vulgaire ni trop sophistiquée. Juste ce qu'il faut pour que l'on se retourne vers elle. Elle se doit d'être à son avantage parce qu'il n'est pas question qu'elle fasse honte à son cavalier d'un soir à savoir James Carmichael. Elle ne sait même plus pourquoi, elle a accepté son invitation. Probablement parce que Nathaniel était dans les parages à ce moment là et qu'elle a voulu lui montrer qu'il pouvait bien faire toutes les sex-tapes du monde, elle n'en avait que faire. Elle devrait regretter d'avoir agi de manière si enfantine mais il est à présent, trop tard pour faire marche arrière. Un long manteau ainsi qu'une pochette argenté complète tout son attirail de mini princesse. Mine de rien, ce soir, elle se trouve plutôt jolie. Elle sort de chez elle pour se diriger trois portes plus loin sur la droite. L'avantage d'avoir une sorte de rendez-vous avec James : il est son voisin donc elle n'a pas à parcourir la moitié de la ville chaussée d'escarpins aux talons vertigineux. Elle conne et attend patiemment qu'il daigne lui ouvrir. Ce qui ne tarde pas. Il apparaît dans un costume taillé à la perfection pour lui. « Bonsoir James. » Pas forcément très à l'aise, Catahleen tripote de manière inconsciente sa pochette. Elle reste sur le pas de la porte pendant qu'il prend ses affaires personnelles. Ils ne sont pas réellement proches. Disons que les inconvénients qu'ils subissent à cause d'un voisin leur a fait prendre conscience qu'ils avaient quelques points en commun. « Est-ce que je suis assez bien habillée pour ce genre d’événements ? » Soucieuse de ne pas lui causer de torts, elle préfère lui demander son avis directement avant qu'ils ne prennent l'ascenseur et qu'il soit trop tard pour qu'ils fassent demi-tour et qu'elle se change. La jeune femme n'est jamais allée dans une réception avec tout le gratin des barreaux de la ville. En revanche, elle sait très bien que les femmes sont là pour jouer les jolies potiches. Autant faire en sorte qu'elle se fonde dans la masse. Finalement, ils se retrouvent dans le taxi que l'avocat a commandé pour eux. Durant le trajet, elle lui pose toutes sortes de questions concernant la soirée. Puis ils parlent de leurs boulots respectifs, de leur voisin bedonnant qui ne cesse de les contrarier et contre qui, ils ne peuvent rien faire. James parvient à la faire sourire à plusieurs reprises, ce qui consiste presque un exploit quand on connaît un peu Catahleen. Son incertitude sur cette soirée s'estompe peu à peu. Malgré le fait qu'ils ne se côtoient pas depuis longtemps, elle est en compagnie d'un charmant jeune homme. Rien de mal ne peut lui arriver. Du moins, c'est ce qu'elle croit pour le moment. Ils pénètrent dans la salle de réception du Fairmont Hotel (spécialement privatisée pour eux) où se tiennent tous les avocats invités à la soirée. Les doigts de Catahleen encerclent avec délicatesse le bras de James. Elle ne se sent pas réellement à l'aise dans ce monde car elle est loin d'avoir un métier aussi prestigieux  que le quart des convives. Probablement pas les mêmes activités non plus quand on sait le salaire que peut toucher certains avocats. Son cavalier lui, a l'air d'être dans son élément et c'est pour cette raison qu'elle ne compte pas trop le quitter. « Je suis désolée, je suis un peu nerveuse. » Avoue l'institutrice en laissant son regard passer de l'un à l'autre. Des inconnus encore et toujours. Elle est sur le point de se sentir plus relaxée que jamais quand il apparaît au milieu d'un groupe avec une flûte de champagne à la main. Il a l'air normal, presque heureux alors qu'elle passe ses journées à se morfondre comme une fillette ayant perdu son premier amour.  Ses traits de déforment sous l'effet d'une grimace minime. Forcément qu'il est là. Lui aussi est avocat, impossible d'y échapper. Ses doigts sur crispent sur le bras de James et quand elle s'en rend compte, elle relâche la pression qu'elle a effectué sur lui. Machinalement, elle passe sa main sur le tissu de son costume comme pour enlever les éventuels plis qui pourraient s'y trouver avant de lui lancer un vague sourire d'excuse. « J'ai peut-être un peu minimisé : je suis réellement nerveuse. » Ce qui lui donne l'envie de se rentrer bien vite. James n'a qu'à suivre son regard pour comprendre pourquoi elle dit cela. « As-tu vu des collègues que tu aimerais saluer ? » Catahleen tente de prendre un ton enjoué tout en se détournant volontairement de Nathaniel pour l'avoir dans son dos et plus dans sa ligne de mire. La soirée promet d'être longue. Ou alors pleine de rebondissements riche en émotion.
Revenir en haut Aller en bas
James Carmichael
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : marina.
date d'inscription : 08/09/2015
nombre de messages : 600
avatar : ben barnes.

MessageSujet: Re: tonight is the night- pv Mer 10 Fév - 17:57

James n'a pas même besoin de s'attarder devant son miroir pour savoir qu'il a exactement l'allure qu'il désire. Il n'est que trop habitué à porter des costards et c'est à se demander s'il ne s'y sent pas dernièrement plus à l'aise que dans le reste de ses vêtements, avec le nombre de soirées "mondaines" - si l'on peut les qualifier ainsi - auxquelles il participe depuis ces derniers mois. Entre le gala de charité où il avait croisé Nina et l'événement de ce soir organisé pour un bon nombre d'avocats, il avait sans conteste retrouvé sa place à San Francisco après son escapade à la Nouvelle-Orléans. Certes, l'ambiance particulière de la ville de Louisiane lui manquait parfois, mais San Francisco lui était bien trop familière pour qu'il regrette de l'avoir retrouvée. Après tout avec la scolarité et les innombrables moments qu'il avait passé à Berkeley, il était difficile de s'en détacher. Il termine le verre de rhum qu'il s'est tranquillement préparé en guise d'apéro pile au moment où la sonnette retentit, annonciatrice que la soirée peut officiellement commencer - oui parce qu'officieusement, il en est déjà à son deuxième verre. Il ouvre la porte et émet un sifflement approbateur en apercevant une Catahleen particulièrement ravissante. L'effet de surprise est d'autant plus apprécié qu'il ne s'était jamais réellement attendu à ce qu'elle fasse un effort comme celui-ci. « Eh bien si je m'attendais à ça ! Je t'imaginais presque débouler avec un paquet de copies à corriger et quelques bons points à distribuer. » qu'il lance à son attention, un sourire espiègle aux lèvres. S'il n'avait rien contre le fait qu'elle soit institutrice, il ne pouvait s'empêcher de remarquer l'attitude parfois plus stricte ou en tout cas plus réservée de certaines, et elle n'échappait pas à la règle. A croire qu'elle était presque aussi innocente que les élèves dont elle s'occupait. « Même si je ne suis pas contre un bon point. » qu'il ajoute avec un clin d'oeil éloquent. Pour un homme aussi confiant que l'était James, il n'était pas très compliqué de remarquer les petits détails qui révélaient l'inconfort des autres. En même temps, rendre les gens mal à l'aise en sa présence était l'un de ses passe-temps favoris, alors ça n'avait rien de très étonnant. C'est donc sans grande difficulté qu'il s'aperçoit du léger embarras de la jeune femme, qui ne tarde pas de le questionner sur sa tenue. Ne pouvant passer à côté de cette perche si docilement offerte, James la dévisage un bon moment d'un regard attentif. « Un peu trop si tu veux mon avis. Tu devrais enlever quelques couches. » répond-il finalement avec un léger rire, fidèle à lui-même et à son humour toujours aussi subtile. Il enfile rapidement sa veste de costume noire par dessus sa chemise et ferme la porte de son appartement avant de se diriger vers l'ascenseur. « Non allez je plaisante, t'es superbe Catahleen. » qu'il dit finalement, conscient qu'ils ne se connaissent probablement pas assez pour qu'il lui inflige la totalité de ses remarques parfois limites. Et puis il fallait être honnête : elle était réellement irréprochable dans sa jolie robe noire - quoiqu'un peu trop longue au goût de James qui n'aurait pas craché sur quelques parcelles de peau plus visibles. Le trajet jusqu'au Fairmont Hotel se fait plutôt rapidement en sans encombre, bien qu'il remarque à leur entrée dans la salle que la jeune femme semble de moins en moins à l'aise. Il la laisse attraper son bras tandis qu'ils progressent dans la pièce, attirant au passage quelques regards curieux et vaguement intéressés. James doit fournir un effort particulièrement important pour ne pas lâcher une remarque audible de tous qui serait susceptible d'embarrasser un peu plus Catahleen. C'est qu'il faisait décidément pas mal d'efforts pour elle ce soir, et c'était un progrès réellement notable pour l'australien. La jeune femme lui glisse bientôt ce qui n'est un secret pour personne mais qui a au moins le mérite d'être honnête : elle est nerveuse. « Je vois ça. On aurait peut-être du picoler un peu avant. » qu'il dit tout d'abord avec une grimace avant de lui offrir un sourire qui se veut rassurant - mais qui sur lui semble toujours à moitié amusé, allez savoir pourquoi. Bien sûr il était toujours temps d'arranger ça, et il s'apprête à prendre la direction du bar lorsque la pression de la jeune femme sur son bras se fait plus forte. Il lui lance un regard vaguement interrogateur avant de suivre son regard et de reconnaître Nathaniel à quelques mètres d'eux. Il n'est pas vraiment au courant des problèmes qu'ils peuvent avoir : tout ce qu'il sait c'est qu'ils sont supposés être en couple mais qu'il y a visiblement quelques problèmes au paradis. Il n'a jamais pris la peine de questionner davantage l'un ou l'autre, et à vrai dire il n'en a tout simplement pas grand chose à faire. Quant à savoir si ça lui posait un problème de demander à une fille en couple d'être sa cavalière à une soirée : pas le moindre. « Il va falloir arranger ça. Je ne peux tout de même pas te laisser passer ta soirée tendue comme un stri... Complètement nerveuse. » Habile reprise afin de lui épargner sa comparaison imagée. Il regarde un instant Nathaniel - qui vient d'ailleurs de remarquer leur présence - d'un air songeur. Il enlève alors d'un geste vif la main de la jeune femme de son bras et vient à la place glisser la sienne dans le bas de son dos, la rapprochant de lui au passage. « Voilà qui est mieux. » décrète-t-il sans attendre l'avis de la brune. Les voilà désormais dos à Nathaniel, lui offrant une jolie vue sur la proximité de sa chère et tendre avec celui qui est probablement l'un des plus agaçants avocats présents ce soir. La question que pose alors la jeune femme lui arrache un rire franc tandis qu'il tourne la tête vers elle pour lui répondre. « Des collègues ? Catahleen, j'ai invité la petite amie d'un de mes "collègues" à une soirée où il est lui-même présent. Je pensais que ça t'aiderait à réaliser que faire ami-ami avec mes confrères n'est pas ma priorité. » réplique-t-il particulièrement amusé, sans prendre la peine de baisser la voix ou d'exprimer le moindre remord face à son comportement. « Par contre ce qu'on peut faire, c'est aller prendre un verre ou deux pendant que je t'écouterai me raconter tous les détails croustillants de ton couple. » Lui qui n'éprouvait généralement pas le moindre intérêt pour la vie des autres se surprenait ce soir à vouloir en apprendre autant que possible sur la vie de Catahleen. Voilà qui était surprenant - voire inquiétant. « Sauf si tu as mieux à faire. » qu'il ajoute tranquillement avec un délicieux sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Catahleen Hammersmith
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : Stéph'
date d'inscription : 27/07/2013
nombre de messages : 5350
disponibilité rp : nathaniel ;
avatar : shay mitchell

MessageSujet: Re: tonight is the night- pv Sam 20 Fév - 19:27


James a une véritable allure de prince charmant. Pour ce qu'elle sait de lui, l'habit ne fait pas le moine parce qu'il n'est pas vraiment le mec parfait dont toutes les filles rêvent. Cependant, avec Catahleen, il est tout ce qui est de plus parfait alors elle ne va pas se plaindre de lui. « Les clichés ont la vie dure. » Feint-elle de soupirer avec indignation. « Sois le meilleur ce soir et je te donne ton bon point en rentrant. » Dit-elle en haussant plusieurs fois les sourcils histoire de lui prouver qu'elle aussi à le sens de l'auto-dérision. Mais la réalité la rattrape bien vite et ses angoisses aussi car elle ne peut s'empêcher de le questionner sur sa tenue. Si code vestimentaire il y a, elle se doit d'être au sommet. Tout d'abord pour sa dignité personnelle. Ensuite, pour ne pas lui faire honte. La réplique de James la fait rougir. Plus qu'elle ne le voudrait. Ses pommettes rosissent à vue d’œil et elle se sent légèrement mal à l'aise face à ce compliment où un sous-entendu a été peu subtilement glissé. Une autre femme aurait été flatté merci avec Catahleen, c'est la timidité qui prime. « Merci. » Murmure-t-elle en se concentrant sur sa respiration pour que sang cesse de stagner sur ses joues. Puis le trajet se fait. Et l'aventure commence. « Je ne tiens pas du tout l'alcool, crois-moi tu n'as pas envie de me voir m'enivrer. » Avoue-t-elle, une vraie grimace comique s'étalant sur son visage quand il lui annonce l'idée dès leur entrée. Au bout de trois verres, elle commence déjà à voir quelques étoiles autour d'elle donc picoler avant de venir à cette réception aurait été une erreur monumentale. Toutefois, les paroles de James la détendent considérablement … Avant qu'elle ne voie Nathaniel dans les parages. Elle ne le suit pas vers le bar et toutes ses bonnes révolutions s'envolent bien loin dans un coin sombre de son esprit. La boule, qui était coincée au creux de son estomac revient comme par magie et monte jusqu'à sa gorge avant de se coincer dedans. Heureusement pour elle, James a toujours le mot qu'il faut. Enfin presque. Elle laisse échapper un léger rire, qui a son grand étonnement, sonne vrai. « Tu peux parler comme bon te semble. La maîtresse qui sommeille en moi ne te punira pas pour cela. » Une fine touche d'humour qui est là pour rappeler la petite moquerie sur son métier. Catahleen se laisse faire quand elle ressent les doigts de James parcourir le bas de son dos mais elle évite bien soigneusement de laisser couler un regard en la direction de Nathaniel. Si jamais, il a vu ce geste, il y a fort à parier pour qu'un scandale ait lieu dès le lendemain entre eux. Pas ce soir, parce qu'il est trop bien élevé. A l'inverse de son cavalier qui (elle le sait) prend un malin plaisir à toute cette situation. Sa réputation d'emmerdeur chronique est bien attribuée. Elle lève les yeux vers l'avocat et le dévisage, un brin moqueuse. « Je n'ai jamais dit que tu devais faire best friend forever avec tous tes collègues. » Dit-elle en mimant entre guillemets le bff avec ses doigts. « Je pensais juste que tu en appréciais quelques-uns. » Ce qui n'est apparemment pas le cas si on en juge par son manque d'enthousiasme à l'idée d'aller les saluer. Dans un sens, elle ne va pas se plaindre car elle n'avait pas forcément envie de passer la soirée à sourire telle une idiote tout en hochant la tête en écoutant des conversations qui ne la concernent pas du tout. Sceptique, la jeune femme hausse un sourcil quand il lui propose de raconter toutes ses mésaventures. Elle ne se savait pas aussi proche de James au point qu'ils se fassent des confidences. Ceci étant, elle se sent en confiance avec lui alors pourquoi pas. Au pire, James lui balancera quelques feintes et remarques ironiques sur son couple qui bat de l'aile. « Je ne te savais pas aussi fan de la psychologie amoureuse au point de vouloir devenir mon psy à ce sujet. » réplique-t-elle en esquissant un léger sourire. Bien sûr que non, elle n'a pas mieux à faire. Elle lui désigne d'un geste de la main le bar et le laisser la guider au travers de tous les convives. Elle a l'impression qu'ils sont le centre d'intérêt de tous et que des chuchotements les poursuivent à chaque pas qu'ils font. C'est probablement sa parano qui refait surface parce que personne n'a à s'intéresser à elle. Un barman vient à leur rencontre et la brune commande une coupe de champagne qu'elle se met à siroter dès qu'elle l'a en main. Elle apprécie la saveur pétillante de ce liquide qui la réconforte un peu après avec vu Nathaniel. « Alors, qu'est-ce que tu veux savoir ? » Demande-t-elle à brûle point. James va vite se rendre compte qu'il ne faut pas donner l'occasion à une femme de parler d'elle trop longtemps parce que la gente féminine adore papoter et raconter ses malheurs. La prochaine gorgée lui laisse un goût amer quand elle repense à Jamie et Nathaniel. « Le pourquoi du comment, j'accepte l'invitation de mon voisin alors que mon petit-ami est présent à la même soirée ? » Effectivement toute personne sensée aimerait avoir quelques explications à ce propos. De plus, James les mérite parce qu'il est bien sympathique avec elle. Catahleen fait une moue adorable avec ses lèvres car elle n'a pas envie de rentrer dans les détails. Pourtant, son compagnon à l'air de les vouloir. « Je te raconte et tu m'invites à danser après. Bon deal non ? » Elle a aperçu la piste de danse et Catahleen aime bien évoluer sur une musique douce. Non pas qu'elle ait le rythme dans la peau mais, autant profiter de la soirée au maximum. Elle lui offre un sourire plein de candeur. La jeune femme sait à quel point, il peut être difficile de convaincre un homme de danser. Mais si James veut la suite de l'histoire, il va devoir donner de sa personne.
Revenir en haut Aller en bas
James Carmichael
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : marina.
date d'inscription : 08/09/2015
nombre de messages : 600
avatar : ben barnes.

MessageSujet: Re: tonight is the night- pv Mar 1 Mar - 15:30

Il arque un sourcil songeur face à la proposition de Catahleen qui le suit avec agilité dans son histoire de bon point et hoche la tête d'un air entendu, signifiant qu'il acceptait le deal. « Ca ne changera pas de d'habitude. » ajoute-t-il en référence à la remarque de la jeune femme lui demandant d'être le meilleur ce soir, toujours armé de sa légendaire modestie. James esquisse un nouveau sourire devant le sobre remerciement qu'elle lui rend suite à son compliment sur sa tenue, visiblement quelque peu gênée par sa remarque légèrement provocante sur le fait d'alléger sa tenue. Il lâche un léger rire amusé face à son malaise mais se garde cependant de commenter histoire de ne pas aggraver ses souffrances. Il ne peut cependant se retenir de la considérer d'un regard surpris lorsqu'elle lui avoue ne pas tenir l'alcool. Il hausse les sourcils et arbore soudain une expression bien plus intéressée. « Aaaah Catahleen, tu n'aurais pas du me dire ça tu sais... Ca ne me donnera qu'une raison de plus de t'offrir quelques verres quand nous serons arrivés. » Elle n'était probablement pas assez familière avec le personnage pour savoir que livrer ses faiblesses à James était généralement une très, très mauvaise idée. Il urgeait désormais d'une envie d'exploiter sa maigre résistance à l'alcool afin de s'assurer une soirée plus divertissante encore - quoiqu'elle s'annonçait déjà plutôt intéressante. Tant d'innocence ne faisait finalement que décupler les intentions déjà douteuses du jeune homme, dont l'humeur devenait un peu plus grisante à mesure qu'ils se rapprochaient de l'hôtel. Il a la délicieuse surprise de voir que Catahleen ne s'offusque pas de son franc parlé et semble même s'en amuser, en lui offrant une pointe d'humour qu'il accueille avec un certain plaisir. C'est sans grande surprise que lui-même ne peut retenir une réponse sans innocence aucune. « T'en es bien certaine ? Parce que plus j'y réfléchis, plus l'idée d'une punition de ta part ne me déplaît pas. » siffle-t-il sans même prendre la peine de lui lancer un regard lubrique tant ses propos suffisent. C'est presque s'il n'a pas déjà l'impression de la voir rougir tant cela paraît être son don de la soirée. Il n'était évidemment pas à l'abri d'une réponse humoristique de la jeune femme comme elle avait déjà montré en être capable, mais il n'aurait probablement pas été sage pour elle de se lancer dans une telle discussion avec quelqu'un comme James qui demeurait inépuisable sur un sujet comme celui-ci. Désormais bien plus près de Catahleen suite au rapprochement qu'il leur a imposé, James a tout le loisir de sonder le reste des convives d'un regard brièvement intéressé. S'il n'a jamais eu besoin de personne pour l'aider à dégager cette aura d'assurance autour de lui, le fait d'être accompagné d'une femme aussi séduisante que la jeune Hammersmith semble le rendre encore un peu plus à l'aise, si tant est que ce soit possible. Son expression se fait légèrement pensive quand elle aborde sa relation avec ses collègues. Il songe tout d'abord à la réaction de Nathaniel qui doit probablement bouillonner à l'intérieur de voir sa petite amie avec un autre. Puis l'image d'Edison lui revient à l'esprit ainsi que toutes les difficultés qu'il avait bien pu lui causer ces derniers mois, sans parler de l'insulte peu subtile que James lui avait publiquement destinée lors de l'interview qu'il avait donné au Grant Sullivan Tonight Show. Il ricane doucement dans sa barbe, un sourire presque comblé aux lèvres comme s'il venait de se remémorer des moments particulièrement joyeux. Ce qui n'est pas très loin de la réalité, quand on y réfléchit. « De toute façon je préfère passer la soirée en ta compagnie, donc la question est réglée. » réplique-t-il en éludant volontairement cette conversation sur ses collègues. Il aurait en effet été plutôt mal vu de lui avouer qu'il les appréciait en grande partie car ils lui donnaient tout le loisir de les torturer à longueur de journée. Il espérait donc qu'elle se satisferait de cette réponse, ce dont il ne doutait pas vraiment. Le moment des grandes confidences se rapproche doucement à mesure qu'il explique à la jeune femme qu'il est disponible afin de l'écouter confesser ses péripéties amoureuses. « Je suis toujours prêt à offrir mes services et il se trouve que je suis un très bon auditeur. » qu'il répond en fin psychanalyste, lui offrant un regard réconfortant imité à la perfection. Ils l'entraine lentement vers le bar, prenant soin d'avancer d'une démarche mesurée afin de recevoir le maximum de regards sur leur chemin. Il commande également une coupe de champagne dont il descend rapidement les trois quarts. Il en profite au passage pour pousser légèrement la coupe de Catahleen qu'elle porte à ses lèvres afin de l'encourager à boire plus que de petites gorgées. Forcément, il a désormais une furieuse envie d'assister à cette mauvaise résistance à l'alcool de ses propres yeux. « Oui, ce serait effectivement un bon début. » concède-t-il en inclinant légèrement la tête quand Catahleen propose de lui expliquer la raison de sa présence en compagnie de James et non de Nathaniel ce soir. Elle procède alors à un modeste chantage en réclamant qu'il l'invite à danser si jamais elle accepte de se livrer. C'est fou ce qu'elle pouvait être adorable avec son sourire fuyant et ses yeux de biche. Toute cette candeur ne faisait que raviver chez James cette irrésistible envie de toujours profiter de tout et surtout de tout le monde. « J'aurais décidé tout gagné ce soir. Deal. » Et effectivement, James n'avait jamais rechigné à inviter une femme à danser, quant bien même il n'avait rien du gendre idéal. Elevé dans le luxe, il savait parfaitement se montrer charmant mais n'en avait tout simplement jamais trouvé de réelle utilité - à moins que cela ne serve son propre intérêt, comme c'était le cas dans le présent contexte puisqu'une danse ne ferait que leur offrir un peu plus d'intimité. Il termine sa coupe de champagne et en réclame deux autres, en posant une devant Catahleen tout en l'encourageant à finir rapidement la sienne. Il pose alors un regard perçant sur la jeune femme, signe qu'il est temps pour elle de se lancer. « Sinon on pourrait aussi commencer par ce qu'il se passe au sein du lit conjugal. J'ai entendu dire que c'était là le coeur d'une relation. » glisse-t-il d'un ton innocent sans la quitter un instant des yeux. Il tient cependant à ne pas trop la braquer dès le début histoire de s'assurer qu'elle ne va pas faire marche arrière et décider de tout garder pour elle. Il y avait indéniablement de l'eau dans le gaz entre les deux tourtereaux et James n'avait qu'une hâte : connaître les détails les plus croustillants afin d'y ajouter possiblement son grain de sel. « Ou par quelque chose de plus soft, c'est toi qui vois. »
Revenir en haut Aller en bas
Catahleen Hammersmith
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : Stéph'
date d'inscription : 27/07/2013
nombre de messages : 5350
disponibilité rp : nathaniel ;
avatar : shay mitchell

MessageSujet: Re: tonight is the night- pv Jeu 10 Mar - 19:13


Dès que les mots lui échappent, elle se mordille la lèvre inférieure de frustration. C'est typiquement le genre d'infirmation qu'elle va révéler sur elle sans se douter que tout peut se retourner contre elle. Et il suffit de déchiffrer les phrases de James pour comprendre qu'il serait bel et bien capable de se servir de ce détail contre elle. Néanmoins, elle décide de rentrer dans son jeu. « Et cela me donnera envie de refuser. Tu ne devrais pas dévoiler tes plans par avance. » Lui répond-t-elle mutine. Elle a vite saisi qu'elle devait sortir de se réserve habituelle si elle ne voulait pas se retrouver dévorer toute crûe par le charmant, mais néanmoins malin, James. Elle compte sur les heures qui arrivent pour parvenir à découvrir qui est réellement son énigmatique voisin. Une fois, il lui donne l'impression de vouloir être son ami. La minute qui suit, on a tendance à croire qu'il est tout sauf un enfant de chœur. Prêt à tout pour satisfaire son propre plaisir. Cependant, Catahleen se sent plutôt bien avec lui alors elle ne prend pas les distances qu'il faut. Au lieu d'être sur ses gardes, elle se livre et rit volontiers. Quelle douce candeur, elle offre en tableau. « Ah oui, tu as un côté masochiste ? Je t'aurai plus vu dans le rôle du sadique. Celui qui prend l'ascendant sur l'autre … Mais il faut croire que tu es plein de surprises. » elle expose sa théorie avec force d’argumentation comme le ferait n'importe quelle maîtresse. Elle s'autorise même à rire de lui durant un bref instant. Pour sûr, il ne s'attendait pas à une telle réponse. Elle a beau être très vite mal à l'aise dans ce genre de discussion, elle n'est plus une jouvencelle qui rougit à la moindre palabre énoncée. Toutefois, ses joues ont rosi. Elle met cela sur le compte de son audace. Ou sur le fait qu'ils sont beaucoup plus proches qu'à leur arrivée. Physiquement s'entend. Elle a l'impression de recevoir de lourds coups d'oeil de la part de Nathaniel. Sa nuque la picote mais elle fait abstraction de son petit ami. Qui plus est, elle n'est pas vraiment mécontente de rester avec lui au lieu de déambuler dans la salle. Parce qu'à un moment ou un autre, elle aurait dû se confronter à Nathaniel. Le plus tard sera le mieux. La brune hausse les épaules quand il lui affirme qu'il préfère être avec elle. Grand bien lui fasse, elle ne lui fera pas une scène pour faire le tour des convives. Tout le business et collègues de James ne la regardent définitivement pas. N'étant pas plus curieuse que cela, elle ne cherche pas plus d'explications. « Que de qualités chez toi. Et aucune femme ne t'a passé la corde au cou, je suis étonnée. » Elle trouve étrange le fait qu'il veuille l'écouter piailler comme si sa vie l'intéressait dans les moindres détails. Mais comme elle ne voit jamais le mal, Catahleen se borne à croire qu'elle est tombée sur une bonne personne. Un monde emplie de méchanceté et de personnes désirant retourner vos faiblesses contre vous-même ? Elle n'y croit pas un instant. Elle lui fait les gros yeux quand il tente de la faire boire un peu plus vite que ce qu'elle désire réellement. Ce genre de regard que seule une maîtresse est capable de lancer à un gamin qui l'enquiquinerait un peu trop. Ses automatismes reviennent au galop. « Disons que ma confiance est vraiment mise à mal en ce moment dans mon couple. » Commence la jeune femme avant de s'arrêter et de l'observer longuement. Elle ne doit pas oublier que James est avocat comme Nathaniel et qu'il existe peut-être une compétition professionnelle entre eux. Elle s'en voudrait de mettre à mal son travail si par malheur son cavalier d'un soir décidait d'utiliser à son profit tout ce qu'elle pourrait bien lui dire. Elle lève les yeux au ciel. « Bref, tu es mon faire-valoir pour le rendre jaloux. Et tu ne te débrouilles pas mal du tout. » Forcément, on est bien loin du romantisme, dit comme cela. Catahleen se sent prise à son propre piège car au sourire de James, elle devine sans peine qu'il pourrait très bien profiter de cette danse pour jouer de ce rapprochement. De quoi énerver un peu plus Nathaniel s'il les voit valser au centre de la piste. Néanmoins, il est trop tard pour faire machine arrière. De plus, il a mérité ce qu'il lui arrive aujourd'hui. Elle n'a pas à se sentir coupable d'une danse, d'un verre en compagnie d'un autre homme ou de cette soirée qui ne se déroule pas si mal que cela. Elle sirote très doucement sa flûte de champagne tandis que James en commande déjà une deuxième pour lui. Et pour elle par la même occasion. Elle le dévisage et oscille entre le sérieux et l'amusement. « Tenterais-tu de me faire boire plus que raison ? » Ce ne serait qu'à moitié étonnant. Elle lui a fait part de sa faible résistance à l'alcool et elle le voit bien en profiter. Toutefois, elle a assez de contrôle et de détermination pour ne pas abuser plus qu'il ne le faudrait. C'est pourquoi, elle ne touche pas à la deuxième coupe près d'elle. Pour l'instant. Elle relève la tête vers son cavalier qui vient de reprendre la parole. Les paroles volent un instant dans l'air avant de l'atteindre. Sous le choc, elle avale de travers la gorgée qu'elle avait en bouche et la jeune femme se met à toussoter pour reprendre son souffle. Dans le genre, je n'y vais pas par quatre chemins et je te mets au pied du mur, on peut dire que James est un maître en la matière. « Je ne compte pas te parler de ma vie sexuelle. » Catahleen dans toute sa naïveté. Comme si le fait d'avoir accepté l'invitation de James n'était pas un signe encourageant à ce qu'il lui pose mille et une questions. Toutes plus indiscrètes les unes que les autres. Reconnu de tous pour son intelligence dans ses études et sa profession, en matière de relations sociales, elle a encore bien à apprendre. « Mais elle se porte bien, je te remercie de l'intérêt de tu lui voues. » Elle lui balance le tout d'une traite comme pour mieux s'en débarrasser. Avec plus de morosité qu'elle ne le voudrait. Elle utilise le présent alors qu'elle aurait dû le lui dire en parlant au passé. Parce que clairement, de ce point de vue, il n'y a qu'un terrible désert à traverser en ce moment. « Mais si t'as envie de me parler de la tienne, je suis toute ouïe. Moi aussi, je peux être une bonne oreille à l'écoute. » Dit-elle tout en s'amusant avec son verre en faisant tournoyer le liquide pétillant à l'intérieur. Elle n'est pas une experte en la matière mais pour avoir croisé différentes filles dans l'ascenseur ou dans le couloir qu'ils empreintent tous les deux, il y a fort à parier que la vie amoureuse de James est tout aussi compliquée que la sienne. Si ce n'est plus.
Revenir en haut Aller en bas
James Carmichael
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : marina.
date d'inscription : 08/09/2015
nombre de messages : 600
avatar : ben barnes.

MessageSujet: Re: tonight is the night- pv Mer 16 Mar - 23:30

« Ca pourrait être un problème si je n'avais pas un plan B, puis C, puis D... J'imagine que tu connais la suite. » réplique-t-il tranquillement afin d'assurer à Catahleen qu'il ne s'était pas complètement grillé en lui annonçant une partie de ses projets. Si tout était véridique dans ses propos, il tenait surtout à ce que la jeune femme ne soit pas parfaitement rassurée par ses sous-entendus plutôt explicites. En d'autres termes, James éprouvait une entière satisfaction à la voir batailler entre lui vouer une confiance aveugle et se cantonner à une prudence tout à fait légitime à son encontre. Et il lui tardait bien entendu de savoir ce qu'elle finirait à terme par choisir. Il part d'un rire qu'il veut légèrement gêné devant la théorie de la jeune femme qui lui avoue le voir davantage dans le rôle du sadique que dans celui de masochiste. Elle vient là de dresser un portrait assez fidèle de James dans ses jours les plus redoutables - qui sont pour lui les meilleurs, évidemment. Ne jamais sous-estimer les capacités d'analyse d'une maîtresse d'école. « Hm... C'est vrai ? Je ne vois pas d'où tu sors cette idée. » lâche-t-il pourtant en toute innocence bien que parfaitement conscient que cela ne suffira pas à convaincre Catahleen - et il n'est d'ailleurs même pas sûr d'en avoir envie. Qu'elle le pense sadique ? Pourquoi pas, il n'y voyait aucun inconvénient. Ca ne pouvait pas ternir davantage son image, de toute façon. Et puis, à la voir ainsi tirer un malin plaisir à se rapprocher d'elle afin de faire voir rouge à Nathaniel, il aurait été difficile de prétendre le contraire. Il est tenté de pousser le vice jusqu'à la séduire un peu plus, particulièrement lorsqu'elle fait remarquer qu'il est plein de qualités. Pas dupe pour un sou qu'un brin d'ironie doit sûrement se glisser dans ses paroles, sa remarque ne manque cependant pas de flatter son égo déjà bien en forme. Quant au fait qu'aucune femme ne lui ait encore passé la corde au coup, il se garde bien de lui préciser qu'aucune n'avait encore jusque là réussi à supporter son tempérament bien particulier. A vrai dire les rares qui avaient tenté de s'accrocher un peu plus qu'une simple nuit avaient fini par partir en courant, blessées dans leur orgueil par un Carmichael redoutable. Parce que James en couple, c'était presque impensable. Egoiste, il semblait incapable de donner ces petites attentions - ou même de l'attention tout court - aux femmes. Ce n'était pas tant la fidélité qui lui posait problème : après tout le fait d'avoir une petite amie lui permettait de satisfaire ses besoins charnels, et il se savait capable de résister à la tentatrice envie d'infidélité, pour un certain temps du moins. Non, en vérité ses réflexions sans filtre au quotidien avaient tout simplement le don de paralyser ses conquêtes souvent dépourvues du répondant nécessaire. Alors James s'ennuyait. Et James repartait en quête d'une nouvelle cible. « Je suis un grand romantique, j'attends tout simplement la bonne. » Il ne manque pas d'esquisser un mince sourire à l'évocation du mot "bonne" supposé signifier "la femme de sa vie", mais qui dans son esprit prend un sens bien moins chaste. Pour une fois il n'est pas totalement hypocrite - si l'on oublie la partie sur le romantisme. James n'a jamais été contre l'idée du grand amour, simplement il doute de rencontrer un jour quelqu'un susceptible de pouvoir le gérer. Cela devrait normalement l'amener à réfléchir sur lui-même et à envisager quelques changements, mais naturellement cela ne lui a jamais traversé l'esprit : il s'aime bien trop comme ça. Catahleen rentre doucement dans le vif du sujet en évoquant des problèmes de confiance dans son couple. Sa curiosité de nouveau titillée, il tâche de lui accorder toute l'attention dont il est capable. Voyant cependant qu'elle ne lui détaille pas sa confidence, il fronce les sourcils. « Tu ne crois quand même pas que je vais me contenter de ça ? Il va falloir faire un petit effort. » la réprimande-t-il doucement d'une voix suave sans la quitter un instant des yeux. Si elle souhaitait qu'il garde son rôle visiblement bien endossé jusque là afin de rendre son petit ami dingue de jalousie, elle allait devoir lui donner plus qu'une simple ébauche concernant un problème de confiance. Il fait mine d'être offensé par le mot "faire-valoir" et en profite pour terminer son verre d'une traite. Il en commande une autre, ne manquant pas au passage de regretter l'absence d'un alcool un peu plus chargé, tout en toisant la jeune femme d'un air de chien battu plutôt attendrissant. « Ouch, que c'est dégradant de n'être qu'un objet à tes yeux... » qu'il souffle comme si son aveu le blessait un peu plus. Son air vexé disparaît cependant rapidement à mesure qu'il tente d'accélérer le débit de Catahleen qu'il voit siroter son champagne tranquillement. S'il tentait de la pousser à boire ? Quelle idée. « Je fais ça pour toi, tu sais. Fais-moi confiance, tu profiteras bien plus de ta soirée avec quelques verres pour te décontracter. » Et puis il le fait un peu pour lui, aussi, parce qu'il s'amuserait probablement encore un peu plus avec une Hammersmith éméchée. Quant à savoir s'il compte profiter d'elle, la réponse était formelle : James ne fricotait qu'avec des femmes consentantes. Il laisse de nouveau échapper un rire face à l'embarras indéniable de la jeune femme lorsque le sujet de sa vie sexuelle vient sur la table. Son refus catégorique de partager ses détails intimes lui laisse entrevoir un côté un peu plus ferme de la personnalité de Catahleen. Pas de doute que si elle laisse visiblement James mener la danse, elle n'hésitera pas à lui imposer certaines limites. Et ça ne fait que motiver un peu plus l'australien. Elle lui avoue pourtant que rien n'est à signaler de ce côté là, ce qui réveille chez lui une immédiate suspicion. « Eh bien alors, qu'est-ce que vous attendez ? Il n'y a rien de meilleur qu'une réconciliation sur l'oreiller. » qu'il lance un peu fort. A en voir leur comportement respectif ce soir, il y avait fort à parier que tout n'allait pas comme sur des roulettes. Lorsqu'elle lui rend la pareille et lui propose de lui parler de sa vie sexuelle, il coule sur elle un regard lubrique. Venait-elle réellement de le lancer sur un sujet aussi politiquement incorrect que celui de la vie sexuelle ô combien dépravée de James ? « Je crois que tu n'es pas encore tout à fait prête pour ça. » lance-t-il d'un air angélique quoique dénaturé par un sourire vicieux au coin de ses lèvres. Il boit une nouvelle gorgée de champagne, s'assure que Catahleen en fait de même puis vient lui arracher sa coupe des mains pour la reposer sur le bar à côté de la sienne. « Mais puisque tu insistes. » Il l'attrape par la main tandis que l'autre retrouve la place familière au creux de son dos. D'un mouvement net et habile, il l'emmène sur la piste de danse et la guide sur une musique douce qui prend sous les pas de James une allure plus intime. Il la sert un peu plus contre lui et vient s'approcher doucement de son oreille. « Je pourrais vous donner deux trois conseils si ça t'intéresse. » souffle-t-il, ayant perdu toute trace d'innocence. Après tout c'était elle qui avait tenu à ce qu'il se livre sur sa vie sexuelle, rien ne l'empêchait donc de lui faire part des meilleurs moments. A un tel stade, James ne doutait pas que Catahleen ferait bientôt tout son possible pour s'échapper de cette conversation, quitte à lui livrer les coulisses de ses problèmes avec Nathaniel sur un plateau.
Revenir en haut Aller en bas
Catahleen Hammersmith
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : Stéph'
date d'inscription : 27/07/2013
nombre de messages : 5350
disponibilité rp : nathaniel ;
avatar : shay mitchell

MessageSujet: Re: tonight is the night- pv Dim 3 Avr - 13:47


« Tu es un homme qui retombe toujours sur ses pieds, peu importe ce qui lui arrive si je comprends bien. » Ce constat est bien loin de la rassurer. James lui fait penser à un loup. Lorsqu'il lui sourit, il dévoile ses crocs et s'il s'approche d'un peu plus près, il la dévorera toute crue. Catahleen se demande ce qu'il a en tête pour elle. Parce qu'il vient de lui révéler à demi-mot qu'il n'en a pas terminé avec elle. Elle a beau l'observer, rien ne transparaît chez lui. L'une des principale qualités chez un avocat. Toujours neutre, de quoi déstabiliser un adversaire lors d'une plaidoirie. Elle aimerait être aussi surprenante que lui, malheureusement, la nature l'a faite douce et toute en naïveté. Comme un agneau. La gentille et le méchant réunis. Elle l'analyse rapidement et lui fait part de son hypothèse. Comme elle s'y attend, il n’acquiesce pas. Ce serait trop facile de défaire le masque. Catahleen ne creuse pas plus. Elle ne l'accable pas questions, comme le ferait les plus curieux. « On va dire que c'est une intuition. Crois-le ou non, il m'arrive d'être perspicace parfois. Mais tu ne me diras jamais si j'ai raison ou tort à ton sujet, n'est-ce pas ? » grâce au ton qu'elle emploie, on devine aisément qu'elle pose une question mais elle se rend bien vite à l'évidence. Son cavalier ne lui répondra probablement pas, c'est pourquoi ses prunelles le délaissent un instant pour chercher Nathaniel. En vain. Son petit ami est comme invisible. Disparu de la circulation. Troublée et dépitée, la brune baisse les yeux vers le sol avant de reprendre une meilleure contenance et de revenir plus souriante auprès de son compagnon d'un soir. Le trompe l’œil que représente James semble avoir fonctionné à sa juste valeur. Nathaniel se rend désormais compte que d'aller sur le terrain professionnel de l'autre est à bannir. Elle n'irait tout de même pas jusqu'à poser ses doigts sur la cuisse de James tout en riant comme une crécelle afin d'enfoncer le clou, mais presque. Catahleen se découvre des talents de vengeresse. Utiliser cette façon d'agir lui déplaît mais un jour ou l'autre, il faut bien se mouiller pour créer un électrochoc chez sa moitié. Elle affiche une moue dubitative. « Romantique, vraiment ? Où est passée la douzaine de roses que tu aurais dû m'offrir dès le début de soirée ? » Elle le taquine très légèrement pour lui faire remarquer que question romantisme, il existe encore quelques points qui ne sont pas totalement maîtrisés. « Mais je ne doute pas de ta capacité à aimer la gente féminine. Dans sa globalité. » Elle a bien compris que son cavalier aime les femmes au pluriel et pas seulement la femme comme le voudrait un romantique. Elle n'oublie pas qu'elle est ici, ce soir avec lui alors qu'ils ne se connaissent pas personnellement. Ces petites contradictions lui permettent de voir qu'il ne lui raconte pas tout sur lui. Sous ses airs de grand gaillard vaillant doit se cacher un grand jardin secret. Le jeune homme l'incite à se confier un peu plus. Curiosité on ne peut plus normale mais Catahleen hésite. Elle sait que nathaniel et james ne travaillent pas dans le même cabinet et si jamais elle dévoile trop d'informations, il est toujours possible que le brun face à elle s'en serve à des fins personnelles. « Je ne veux rien dire qui compromettrait Nathaniel. » Avoue-t-elle faiblement. Elle plante ses prunelles dans les siennes et tente de le sonder. Peine perdue. Le visage de James est hermétique. A croire qu'il ne laisse jamais passer une émotion par erreur. Catahleen est consciente qu'elle peut commettre un impair d'une minute à une autre. « Je ne connais rien à vos rivalités d'avocats mais … Passons juste une bonne soirée, d'accord ? » Soupire la brune. Elle est là pour oublier les problèmes que les semaines précédents ont généré. Elle aurait pu se confier à James. Peut-être même qu'elle le devrait. Il était un quasi inconnu pour elle alors il ne jugerait pas trop sa vie mais une soupçon de méfiance régnait. Donc elle se taisait. Pour ne pas créer d'hypothétiques problèmes à Nathaniel. Pour ne pas faire exploser son couple. Plus qu'il ne l'est déjà, dirons-nous. Elle se permet un léger sourire quant à son pseudo côté boudeur à l'idée de n'être que son « objet » pour la soirée. Elle se doute bien que ce n'est pas cette vérité qui le fera mal dormir ce soir. Elle ne prend pas la peine de le consoler parce que James est bien loin d'être au bord d'une mélancolie extrême. Sa risette disparaît bien vite de sa bouille quand il l'incite à boire. « Hmm, hmm. » réplique une Catahleen on ne peut plus perplexe par cette théorie. Avec de l'alcool, la fête est plus folle en gros. Cela reste à voir, pour l'instant, elle n'est pas totalement convaincue. Néanmoins, elle reprend deux bonnes gorgées. A croire que les paroles de l'avocat ont porté leurs fruits. Parfois, il suffit d'un rien pour que votre subconscient agisse à votre place. Apparemment, c'est ce qu'il se passe dans son cas. Les joues de Catahleen rosissent à la vitesse grand v à l'entente des recommandations grivoises de James. Son regard parcourt leurs voisins proches mais aucun d'entre eux ne semble se soucier de leur conversation. Pour lui répondre, elle prend le temps de se pencher un peu plus vers lui. « Deux galipettes et la face du monde en est changé. Tu es bien un homme pour penser cela. Et parle moins fort, on risque de nous entendre. » Sa tirade terminée, elle reprend son souffle. La brune est un peu surprise qu'il l'embarque d'un coup sur la piste de danse mais elle se laisse faire sans rechigner. Rapidement, ses mains épousent la forme de ses épaules tout en veillant à ce que tout reste décent. Elle manque de s'étrangler. Non pas à cause du souffle du jeune homme qui titille délicatement son oreille mais à cause de ses paroles qu'elle juge beaucoup trop audacieuses. Catahleen se recule de lui mais seulement de quelques centimètres. Ils dansent et ses bras sont un étau pour elle. « James ! » S'exclame la brune en fronçant les sourcils. Son éducation veut que l'on ne raconte pas au premier venu les détails de sa vie intime. Ce qu'elle conçoit également. « Merci de t'en soucier mais je ferai sans tes conseils. Je n'en ai pas besoin. » Non, clairement pas. Sa vie sexuelle avec son petit ami est épanouissante et de ce côté, tout a toujours fonctionné entre eux. S'il n'était pas entouré par des dizaines de personnes, elle aurait pu en sourire. Mais le lieu se prêter mal à ce genre de choses. Elle lui jette un regard assez lourd avant de  reposer sa tête contre son épaule. Les avantages d'être une fille assez grande. Pas besoin de se mettre sur la pointe des pieds pour profiter des épaules réconfortantes de son cavalier. « J'ai une question. » Finit-elle par chuchoter. Il continue de la faire valser sans rien dire mais elle est déterminé à obtenir une réponse de l'interrogation qui la travaille depuis un moment. Ceci étant, il le lui doit bien. Après avoir quémandé ses confidences et accueilli à bras ouverts les demies-informations qu'elle a bien voulu lui dévoiler, c'est à son tour de passer sur le billard. « Pourquoi moi ? » Ces deux mots sont d'une simplicité extrême et pourtant, chargés de sens. Elle n'est pas dupe. Il aurait invité une quantité astronomique de filles différentes d'elle. Il a beau s'autoproclamer romantique dans le cœur et dans l'âme, cela reste à vérifier. « Des filles qui aimeraient être avec toi, il y en a une tonne. Il y en a bien une qui devrait être à ma place ce soir. » Elle se plaît à croire que pour lui également, trouver la bonne est un objectif fixé. Non pas une envie qui serait détournée dans un sens plus pervers.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: tonight is the night- pv

Revenir en haut Aller en bas

tonight is the night- pv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le pigment Moonlight Night
» couches Sweet-Night
» One night stand
» sweet night
» Déception fard Nars "Silent night"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-