AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

don't know if i'll be fine without you right now ( shiloh )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: don't know if i'll be fine without you right now ( shiloh ) Dim 3 Jan - 1:08


Je ne peux pas dire que j'ai des papillons dans le ventre.
De si jolies choses ne peuvent pas rester dans les ténèbres.


~~~~~~~~~~

Tout avait changé. La nouvelle année avait commencé et après deux semaines mouvementés passée à Salem, la petite brunette revenait à New York, le teint un peu plus bronzé, le sourire un peu plus présent, et la main un peu irritée après avoir frappé Camden en pleine rue. C'était drôle en quelque sorte. Elle était revenu pour fuir, et au final, elle avait retrouvé la raison de sa fuite en pleine rue dans la ville des sorcières. Camden, la seule personne qui était parvenu à la faire tomber amoureuse, et la seule personne qui lui avait brisé le cœur si fort qu'il ne pouvait désormais plus se réparer. Elle prit le chemin pour aller à la salle de danse de l'école de Shiloh, un nouvel ami. Une personne riche en couleur et qui lui fait du bien. Pour une fois, elle réussit à avoir une amitié simple et sans soucis, et en plus avec un garçon. Cette amitié nouvelle est fondée sur un des piliers de Giulia. La danse. La danse, ce dont elle rêvait quand elle était petite et encore maintenant. Cette activité qui l'a motivé durant de nombreuses années avant que sa mère ne lui dise sa pensée, que son grand père ne tombe malade, que Roman la convainque de reprendre l'entreprise familiale une fois que grand père aurait passé la barre. Giulia a alors abandonné le rêve de devenir danseuse professionnelle, elle a abandonné le concours d'entrée à Julliard, elle a abandonné son rêve. Plongeant dans le travail, plongeant dans une économie vacillante, dans un management bancal, elle a réussit des études éreintantes sans jamais retrouvé la passion qui l'a fait vivre durant des années. Trop de fêtes, trop de travail, trop d'hommes de passages, pas assez d'amour. Entre Camden et la danse, elle se demande parfois ce qui lui manque le plus. Son amour ou son rêve. Son sac de sport sur l'épaule, un mince sourire au visage, elle se retrouve dans cette école qu'elle a abandonné. Elle retrouve un peu son rêve sans vraiment le retrouver. Poussant les portes, elle entre dans une des salles de danse dont le directeur lui a permis d'utiliser. Le parquet et son odeur particulière, le miroir clair et scintillant, les lumières douces mais assez puissantes pour voir son ombre et bien appréhender l'espace. Elle ôte ses bottes en cuir camel, pose son gros manteau en fausse fourrure sur le portant, retire le petit gilet en cachemire, et enlève ses grosses chaussettes en laine pour les remplacer par celles en cotons pour danser. Elle ne danse pas en chaussons car elle n'a plus l'habitude, mais elle ne danse pas non plus pieds nus car elle trouve cela très inconfortable et pas du tout hygiénique. A présent, seule dans la salle de danse, dans son justaucorps noir et son collant noir opaque, elle est prête à laisser son corps s'exprimer au rythme de la musique. Posant son iPhone rose sur la plate-forme, elle sélectionne une playlist qu'elle a elle-même élaborée. Des chansons douces mais avec du rythme, pas enragée tout le long mais avec une certaine cadence à certains moments. Inconnues, dans le flou, elle ne font pas grand bruit mais Giulia les aime pour danser, se calmer, retrouver celle qu'elle était avant. Elle arrive au milieu de la salle quand la musique commence réellement. Quand son corps se met à bouger de manière instantané. Occuper l'espace mais pas trop non plus. Utiliser tout son corps mais ne pas ressembler à un pantin désarticuler. Durant dix minutes, elle poussa son corps, le laissa s'exprimer au delà de ses attentes. Deux semaines qu'elle attendait ça. Deux semaines que la salle de danse l'appelait. Elle dansait à la Nouvelle Orléans, mais ce n'était pas pareil. Pas aussi impulsif. Pas aussi spontané. Là, elle revivait. Laissait la bouteille de côté. Apaisait son cœur meurtri. Apaisait sa conscience ravagée. Elle entendit en bruit de fond la porte de la salle s'ouvrir. Le beau visage de Shiloh apparaissant petit à petit. « Shiloooooh ! » Elle est heureuse de le voir. Si heureuse. Il est une bouffée d'air frais pour la brésilienne qui n'a plus aucuns repères dans sa vie. Sa vie chamboulée. Sa vie à l'envers. « Comme je suis contente de te revoir. » Elle le prend dans ses bras, un peu en sueur, un peu survoltée, mais elle. Il est étrange de constater que la petite brune se sent plus elle même avec un homme qu'elle a rencontré il y a à peine un mois qu'avec des personnes qu'elle connaît depuis le début de son existence sur cette Terre blessée. Elle va pour éteindre la musique, un grand sourire aux lèvres, un peu de baume au cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: don't know if i'll be fine without you right now ( shiloh ) Ven 19 Fév - 4:22

:out:
Revenir en haut Aller en bas

don't know if i'll be fine without you right now ( shiloh )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Tante Fine de Fécamp
» Motricité fine
» Maison pinel: épicerie fine à Rouen
» quelle couche classique absorbante et fine
» Développer la motricité fine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-