AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

beauty behind the madness (w.a.) (délai 28/12)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Jake Fitzgerald
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : elo, lodiie
date d'inscription : 22/10/2009
nombre de messages : 37026
avatar : sam claflin

MessageSujet: beauty behind the madness (w.a.) (délai 28/12) Lun 14 Déc - 20:58

Will Anderson
ft. luke mitchell
» Prénom(s) : william gavin aaron thomas » Nom de famille : anderson » Nom d'usage : will anderson » Surnom/pseudonyme : will, purement et simplement » Nationalité : américaine » Origines : américaines » Date de naissance : le dix juillet 1989 » Lieu de naissance : salem, massachusetts » Lieu de résidence actuel :  salem, massachusetts » Occupation actuelle : agent dans les forces de l'ordre, section les renseignements » Statut civil : célibataire.

       
god bless america (& its citizens)
ce qu'il faut savoir sur ton personnage


son cercle vicieux, ses proches » S'aimer, se détester. La famille est faite de nombreuses couleurs, de nombreuses facettes.. Ainé chez les Anderson, William a dû endosser un rôle qu'il n'attendait guère. Il se devait d'être l'exemple. Succédé par deux frères, il n'a pas eu d'autre choix. Il n'y avait aucune négociation envisagée. Son père ne lui en laissait pas la possibilité ou ne serait ce même qu'un moment de répit. Il voyait en son premier fils, beaucoup de responsabilités. Il voyait en son fils, un modèle comme il l'avait lui-même été auprès des siens. Sauf que les mentalités évoluent et qu'on ne peut pas tous être le portrait craché de notre géniteur. On ne peut pas forcément avoir les mêmes convictions ou les mêmes priorités. Malgré le fait que William fera toujours passé sa famille avant le reste. Il n'a pas besoin de discours particulier pour s'exprimer à ce sujet. De toute façon, il n'a jamais été doué avec les mots. Alors, le jeune homme se satisfait de quelques actions. Quelques fois où il s'avère être là. Pour sortir un de ses frères d'une sale histoire. Éloigner l'autre de mauvaises fréquentations. En conseiller l'un sur ses histoires avec la gente féminine. Dans l'ombre de ce père omniprésent, William dessine son rôle dans ce trio de gagnant. Même si bien trop souvent, il a été celui qui remettait tout en question. Celui qui en est venu au mains avec le chef de famille. Celui qui a décidé de quitter la ville pour respirer. Celui qui ne peut s'empêcher de fuir les siens, pour les préserver.

ses amis, ses amours, ses emmerdes » On peut compter sur lui. On peut se confier à lui.. William a toujours été ce garçon vers qui on se retournait par instinct ou par impression. Les traits de son visage ne marquait aucun jugement. Même si vous n'aviez pas la certitude d'être réellement écouté.. Vous n'aviez pas non plus le doute d'être dénigrer. Surtout plus doué pour écouter que pour parler, il s'était également habitué à se satisfaire de ces quelques confidences. Ces quelques mots qu'on loge pour espérer atténuer nos craintes et nos désirs les plus enfuis. William n'en reste pas moins, un humain muni de ses plus grandes et étonnantes émotions. Il lui est aussi arrivé d'aimer.. Comme lorsqu'on pense avoir trouvé la bonne personne et que l'on est retenu par ce boulet accroché à notre pied. Le boulet de nos désillusions, de ces évidences qui nous crèvent le cœur. Car il l'a réellement aimé sans pouvoir, un jour lui confier. Cette jeune femme a grandit à ses côtés. Elle s'est formée et affirmée, pendant tout ce temps où il gardait un œil avisé sur ses fréquentations. William s'en souvient comme si c'était hier. Lorsqu'ils se retrouvaient pour le plaisir d'être ensemble, pour ce sentiment de sécurité qui se réveillait, une fois leurs ombres réunies. Il se souvient de ses nuits où elle s'endormait à ses côtés, de ses larmes qu'il a séché, de ses premières leçons en tant que garçon, de ses premiers baisers. Des moments uniques. Un amour étonnant derrière cette vieille amitié. William n'y est pourtant pas parvenu. Il n'a jamais trouvé la force de la retenir, de tout lui dire. Il a manqué sa chance et un goût amer le contamine à chaque fois qu'il y pense.. Peut-être que sa vie aurait été différente ou peut-être même pire, si ça n'avait pas fonctionné. Si elle ne l'avait pas aimé en retour. Aimer comme on espère l'être, au moins une fois dans cette vie.

sa route, ses ambitions » On s'est tous projeter dans l'avenir. avec cette phrase qui commençait par «  et quand je serai grand.. » Comme s'il suffisait de mâcher ces quelques mots pour réaliser ses plus grands rêves. William en est la preuve honnête qu'un souhait ne prend pas toujours la forme que l'on envisageait. Souhaitant et suppliant cette force invisible, dans l'innocence de son douzième anniversaire, William souhaitait toucher le ciel. Il se voyait déjà aux commandes de l'un de ses appareils impressionnants. Rupteurs en fonctions et équipage sous ses ordres, il se voyait pilote de ligne. Voyager à travers le monde. Découvrir de nouvelles coutumes. S'émerveiller devant de nombreux paysages. William était un enfant à l'esprit libre et avide.. Avide de découvertes, de sensations fortes et de renouveaux. Seulement les moyens ne sont pas à la portée de tous et il fallait s'y résoudre, s'y résilier ou espérer tomber sur une valise pleine de billets pour oser espérer.. Prenant donc le chemin de l'université pour étudier le commerce extérieur, il finira également par lâcher prise, par abandonner cette voix de secours. Contacté par les forces de l'ordre de l'état de New-York, il se voyait ouvrir de nouvelles portes. Policier de père en fils, il décidera ainsi de prendre le large. Finalement, le sang qui coulait dans ses veines n'était pas sans conséquence. Besoin de s'éloigner. William vit une période compliquée et il ne se voit pas refuser une telle opportunité. Il fait ainsi ce choix. Il décide à cette époque de tenter l'expérience. Sans aucun doute l'une des plus enrichissantes de son existence. Car aujourd'hui, de retour à Salem, il y trouve également et rapidement sa place, ce grade. Il s'évertue à se faire respecter pour celui qu'il est et non pour le nom qu'il porte, Anderson. Un nom connu depuis tellement d'années dans cette ville. Un nom qui ne reste pas sans histoire, à cette fonction.

ses aventures, ses retours à la réalité » On éprouve toujours des difficultés à s'avouer ce qui compte réellement. Ce qui nous donne envie de sourire. Ce qui nous donne envie de rire. Et actuellement pour William, ce qui lui donne envie de vivre. Cette maladie, il est revenu pour la combattre. Se rappelant, il y a quelques mois le coup de fil de sa mère effondrée. Cette mère aux épaules plus solides qui lâchait pourtant prise. Elle annonçait à son fils ce qui touchait son père, qu'importe les conflits qui les avaient bien trop souvent opposés. William se devait d'être auprès d'elle. Sans hésiter et sans y songer, il pliait bagage. Il prenait le premier avion et se retrouvait à nouveau confronté à cette triste réalité. Même pour la bonne cause, son père lui rappelait l'abandon qu'il marquait. A ce jour, ce n'était qu'un abandon parmi tant d'autre mais, un abandon qui remettait à nouveau les pendules à zéro. Retour à la case départ. Retrouvant la déception et le mépris sur le visage de son géniteur, bien plus tracassé par son image qu'à sa santé. Car en plus de soutenir les siens, William devait passer les tests. Il doit savoir si cette maladie incurable est héréditaire et s'il s'avère toucher par ce gêne qui risque un jour ou l'autre de se réveiller. De s'animer et de le confronté à la même réalité, que celle qui touche son père, un homme qui aurait vécu mais, qui n'a jamais cessé de voir en son fils, un échec. Un poids qu'il essaye toujours de soutenir à bout de bras. Décidé à lui prouver aujourd'hui ou dans dix années, qu'il s'est trompé.

ses vices cachés, ses mauvaises habitudes » Personne n'est parfait et à la fois, heureusement que cette grande perfection n'existe pas.. Parce que où serions nous dans monde sans chichis ? Un monde dans lequel William n'aurait certainement pas sa place. Faisant partie de ceux qu'on qualifie de sang chaud, il peut réagir au quart de tour. Un mot, un regard, un geste et il peut voir noir. Cependant, il peut être à la fois, ce calme qu'on signifie quand l'eau ruisselle tranquillement entre deux rochers. Cette tranquillité dont il faut souvent se méfier. Imprévisible. Lunatique. Il peut également vous protéger contre vent et marée. Puis la seconde d'après, il lui arrive de craindre son propre reflet. Son ombre. Tout ce qu'il est. Une vraie contradiction. Depuis des années, William éprouve même des difficultés à se suivre lui-même. Il peut vous adorer et aussi vite vous détester. Il peut vous sembler sympathique et finalement vous paraître désagréable. Un va et vient éternel entre toutes ses émotions, ses traits qui font de lui l'ainé des Anderson, un homme. Un homme qui décide souvent de s'abandonner. Appréciant les cafés branchés comme ceux qui peuvent davantage le décontracter. Les jolies choses. Les jolies femmes. Il reste avant tout un homme. Un homme avide de sensations fortes et de dangers. William prend souvent des risques, suivant son instinct avant sa propre raison. Il agit avant de peser le pour et le contre. Et il réfléchit généralement quand il est bien trop tard pour y revenir. William est très loin de l'image parfaite ou presque que peut afficher son généreux physique. Il n'est en rien le gendre idéal ou même le petit copain appréciable. Il a de nombreuses faiblesses et quelques forces qui peuvent l'amener sur le chemin de la différence.. Mais par dessus tout, il n'en reste pas moins un humain muni de ses défauts, de ses sautes d'humeur. Alors, avant de vous faire rêver et s'il vous le souhaitez réellement, il faudra s'accrocher. Se tenir prêt à côtoyer des tempêtes, des marées hautes et de grands instants de silences, pour oser espérer le connaître et sincèrement l'apprécier, à sa réelle et juste valeur.

       
public knowledge
mise en situation rp


New-York. La ville où tout a commencé mais également, là où tout s'est subitement arrêté. En une fraction de seconde. Un souffle à peine. Une caresse volée. Il s'en souvenait comme si c'était hier, quand ses lèvres avaient effleuré avec soin, celles de Mary, pour finalement et tendrement s'y accrocher. Un souvenir impérissable. Un manque indescriptible. Allongé sur son lit, William y revenait malgré lui.. Il fermait les yeux et instinctivement il la voyait. Ses cheveux couleur or, portés par la douce braise du soir. Ce salon d'expositions. Des arts à tout va. Une carte où elle lui avait annoncé son arrivée. Une chance, peut-être un signe qu'il n'avait pas su décrypter de la meilleure manière qui soit. En tout cas, une chose était certaine pour lui, il n'éprouvait aucun regret. Habillé comme jamais, il avait décidé de s'y rendre. A vrai dire, il n'avait pas hésité un seul instant. Repérant la jeune femme au beau milieu de cette foule mondaine, elle lui avait ramené une vague de souvenirs. Des images, des parfums qu'il s'était pourtant résilié à laisser, à Salem. Des moments magiques dont elle faisait souvent partie. Des fous rires. Des doutes. Mary avait été un ras de marée de sentiments, ravivant surtout le plus important. Cette tendresse qu'il avait toujours décidé de contrôler pour la préserver. Cet attachement qu'il avait préféré négliger pour la protéger. Il se souvenait également de leurs premiers mots. Leurs premières attentions, ce soir-là.. « Tu es ravissante. On dirait presque une jeune femme. » avait-il plaisanter avant de la serrer contre lui. Juste avant qu'elle ne réplique à leurs jeux idiots, à leurs moqueries innocentes. « Et si tu savais.. Ce tour du monde m'offre de nombreuses possibilités. » laissait-elle sous entendre. Rappelant à ce dernier qu'il avait été le tout premier. Le chanceux à lui donner un doux et simple baiser. Une leçon qu'aucun des deux n'avaient pu oublier. Et voilà de quelle manière, la soirée avait débuté. Champagne et retour sur le chemin des souvenirs. Mary et William s'étaient mis à l'écart pour se retrouver et profiter pleinement du moment présent. Il avait ressenti cette alchimie, réalisant que ni même le temps, ni même la distance avait eu raison de leur relation. Et pour la première fois de son existence, il ressentait cette envie. Ce besoin d'être avec elle. Mary le connaissait mieux que quiconque. Même si William ne s'était que rarement confié, elle avait eu la meilleure place pour l'observer toutes ses années, pour décrypter ses expressions, sans qu'il ne ressente le besoin de lui justifier, de lui expliquer. Il se rappelait de leurs nuits dans le plus grand des secrets. Il se rappelait de tout, comme si chaque détail avait eu son importance. De cette cicatrice qu'elle portait au bout de l'index à ce point de beauté qu'elle détestait sur son avant bras. Il se souvenait et se décidait. Supprimant la distance qui les tenait éloignés, il avait posé sa main dans le creux de sa nuque. Front contre front, délicatement. Ses prunelles plongées dans les siennes, tendrement. Ce sourire charmé au bord des lèvres, presque innocemment. William n'avait pas pu résister. Il avait brûlé toutes les frontières et balayé toutes ses limite. De cette barrière, qu'il avait maintenu près de son coeur. Il ne réalisait plus le poids de ses actions, simplement porté par l'envie d'être sien et d'oser s'avancer. D'oser s'apprivoiser encore plus qu'ils ne l'avaient été. Une émotion unique. Un baiser comme il ne s'était jamais permis d'imaginer mais, dont il se rappelait étrangement, d'en avoir rêvé. Son souffle égaré. Son instinct troublé. Le jeune homme avait cette drôle de sensation de vibrer. Cette conviction que l'attente fût un choix et sans aucun doute, une étape. Le chapitre suivant qu'il se voyait dessiner à ses côtés. Des désirs plein le corps. Des craintes malgré tout, plein la tête. Et surtout le cœur battant, se déchainant à l'intérieur de sa poitrine. Il savait donc qu'elle était celle. Celle dont il avait besoin et cet échange en était le message le plus clair, le plus sincère et le plus intense. Quand soudain, il s'en détachait pour le réaliser, pour encore le savourer. Quand elle décidait de tout bousculer, en quelques mots.. Quelques secondes. De trop. « Je ne suis pas venue seule, Will. » Une fatalité. Comme si son château de cartes venait d'être soufflé. D'un seul coup, son regard s'était détaché. Une distance s'était à nouveau instaurée, comme une ceinture de sécurité. Aucun mot ne sortait. Aucun son ne pouvait exprimer ce qui se passait à l'intérieur de son être. Premier pas en avant. Premier pas en arrière. Il décidait pourtant de briser ce dangereux et douloureux silence, sans plus attendre. « Je dois filer, de toute façon. Je suis de garde. Prends soin de toi.. » décidait-il d'ajouter. Se levant sans lui laisser une quelconque possibilité, William posait à nouveau ses lèvres sur la peau de Mary. Cette fois-ci, il les posait sur sa joue. Avec retenue, il décidait également d'en rester là et surtout, par dessus tout, d'être normal. De paraître normal, fidèle au William qu'il avait toujours été en sa compagnie. Il la regardait alors, comme si c'était la dernière fois. N'ayant aucune idée de l'endroit, ni de la date où leurs chemins finiraient par se retrouver. Il préférait partir ainsi.  Sans un prochain rendez-vous. Sans aucune idée de la suite de leurs échanges. Il partait et gardait précieusement le parfum de ses lèvres, le souvenir de ce dernier sourire. Une émotion contrôlée. Une révélation détournée. Peut-être qu'ils n'étaient pas fait pour aller plus loin. Plus loin que cette ruelle dans laquelle, ils s'étaient côtoyés, détestés mais sincèrement adorés. Un dernier coup d'oeil. Une dernière pensée. La sensation de l'avoir manquée. Ce jour où ils auraient dû se lancer et mutuellement s'abandonner. Prendre le risque de ranger cette amitié vieille de nombreuses années, pour la rendre plus belle. Pour oser l'aimer. Il semblait trop tard pour revenir sur ses pas. Pour trouver le moment précis où William aurait dû tout lui dire. Avant ici. Avant New-York.


       
who plays the part ?
ce qu'il faut savoir sur toi


       
» Prénom : elodie
» Pseudo : lo-diie
» Âge : j'ai arrêté de compter après vingt
» Scénario ou personnage inventé : personnage inventé
» Des multicomptes ? rip aislynn, perdita, jayan, maisy, jake, thea, maxim, erin, dustin et kara. :plop: déjà plus de six années écoulées
» Impression sur le forum :    toujours du lourd
» Crédits : menincaps tumblr
» Le mot de la fin : y a pas meilleur endroit que là, où on se sent chez soi.
       
       
Revenir en haut Aller en bas
Cameron Eynsford
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : noémie
date d'inscription : 20/04/2014
nombre de messages : 5713
disponibilité rp : cameagan
avatar : julian schratter

MessageSujet: Re: beauty behind the madness (w.a.) (délai 28/12) Lun 14 Déc - 21:09

mon eloooooooooo, bonne fiche avec ce nouveau toi :mimi: :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: beauty behind the madness (w.a.) (délai 28/12) Lun 14 Déc - 21:15

rouuur bienvenu a ton nouveau toi :plop: :mimi:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: beauty behind the madness (w.a.) (délai 28/12) Lun 14 Déc - 21:26

Le Willy de ma Mary choc2 :plop:
bon courage pour la suite de ta fiche et j'ai hâté de lire le reste :mimi:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: beauty behind the madness (w.a.) (délai 28/12) Lun 14 Déc - 22:27

bonne chance pour cette fiche et amuse-toi bien avec ton nouveau :mimi: :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Winnie Ferguson
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : Fanny - starbucks crazy
date d'inscription : 14/05/2015
nombre de messages : 2300
disponibilité rp : closed (zack; will; malia; samuel)
avatar : Bella Hadid

MessageSujet: Re: beauty behind the madness (w.a.) (délai 28/12) Lun 14 Déc - 23:18

mon nuuuuut et son nouveau bébé
bon courage avec ta fiche, j'ai déjà hâte de voir tout ce que tu nous prépares avec ce will :plop:
et j'ai hâte de voir ce que will & winnie (willie??) vont donner ensemble :plop: :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: beauty behind the madness (w.a.) (délai 28/12) Lun 14 Déc - 23:23

rebienvenue ma bgs, amuse-toi bien avec ce nouveau personnage :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: beauty behind the madness (w.a.) (délai 28/12) Mar 15 Déc - 2:24

rebienvenue elodie et bonne chance pour ta fiche :mimi:
je viendrais surement pour un lien :look:
Revenir en haut Aller en bas
Stana N. S. Dickens
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : alo.
date d'inscription : 07/04/2013
nombre de messages : 8100
disponibilité rp : deux sur cinq (o p e n )
avatar : aurora mohn.

MessageSujet: Re: beauty behind the madness (w.a.) (délai 28/12) Mar 15 Déc - 6:33

bonne chance avec ton beau cheers
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: beauty behind the madness (w.a.) (délai 28/12)

Revenir en haut Aller en bas

beauty behind the madness (w.a.) (délai 28/12)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» Beauty Marked
» La Femme Beauty (marque anglaise)
» Pop beauty
» Faux cils De-Beauty
» MAC Beauty Powder Blushes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp :: Présentations et fiches de liens (++ scénarios)-