AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Parce que certaines histoires d'amour ne s’écrivent pas mais se vivent - pv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Catahleen Hammersmith
we'll make the great escape


» prénom, pseudo : Stéph'
» date d'inscription : 27/07/2013
» nombre de messages : 5350
» disponibilité rp : nathaniel ;
» avatar : shay mitchell

MessageSujet: Parce que certaines histoires d'amour ne s’écrivent pas mais se vivent - pv   Mer 4 Nov - 22:33


« Je n'ai jamais dit que je cherchais une relation parfaite.
Je cherche juste quelqu'un d'aussi bizarre que moi. »



Les gouttes de pluie ruissellent dans les rues de San Francisco. Les passants courent sur les trottoirs pour échapper à cette eau qui vous trempe jusqu'à la moelle. Catahleen tente de les éviter, tout en gardant précieusement, dans une main, ses paquets. Dans l'autre, son parapluie oscille dangereusement à cause des bourrasques de vent qui l'empêchent d'avancer correctement. Elle garde le manche contre elle et poursuit son chemin. Arrivée au bas de l'immeuble qui est sa destination finale, la jeune femme compose rapidement le code et entre. Les escaliers lui semblent interminables mais l'ascenseur étant en panne, elle n'a pas d'autre choix. C'est une fois devant la porte que tout se corse. Est-ce qu'elle doit frapper comme une quelconque invitée ou bien utiliser la clé que Nathaniel lui a généreusement donné ? S'il le lui a offert, ce n'est pas juste pour faire joli sur son trousseau. Néanmoins, le connaissant, elle sait que c'est la générosité habituelle de son petit-ami qui l'a certainement poussé. Catahleen ne sait que faire alors elle opte pour la solution qui lui semble la plus normale : Rentrer en se faisant toute petite et s'excuser si jamais, elle viole l'intimité des deux garçons qui vivent dans cet appartement. Elle dépose sur un coin du paillasson son parapluie mouillé et enlève ses chaussures pour ne pas créer de saletés. C'est Julian qui débarque en premier et qui l'accoste sans la moindre gêne. « Salut Catahleen ! » Chantonne le petit garçon en s'approchant d'elle. La professeur se baisse, pose ses sacs par terre et reçoit un gros bisou sur sa joue droite. En deux mots, un sourire et un bisou, elle craque littéralement pour ce bonhomme qui reflète la joie de vivre. « Salut Julian. » Dit à son tour la brune en ébouriffant tendrement ses cheveux et en l'embrassant doucement. C'est à ce moment précis, qu'elle constate que Nathaniel est arrivé auprès d'eux sans faire de bruit. Le paternel de cette version miniature est à fondre. Elle est plutôt bien entourée. La jeune femme pousse les sachets vers le garçonnet. « Regarde ce que j'ai apporté pour le dîner. » Propose Catahleen tandis que julian attrape avec vigueur les sacs pour regarder tout le contenu. Normalement, elle ne s'est pas trompé parce qu'elle a demandé, il y a un certain temps de cela, les goût de l'enfant à Nathy. Par conséquent, si sa mémoire ne lui fait pas défaut, elle devrait recevoir un sourire d'ici peu. « Yeaaaaaah ! Nourriture italienne, j'adore les pâtes ! T'es trop cool Catahleen ! » Trop de compliments en si peu de secondes, elle tombe littéralement amoureuse de Julian. Elle a l'impression qu'il salive déjà par avance et elle sourit attendrie par sa réaction si spontanée. Julian s’assoit par terre et commence à tout déballer. Cependant, il est arrêté dans son élan par la jeune femme qui lui certifie que son père n'aimerait pas voir autant de chaos au sol. Elle lui propose de tout emporter dans la cuisine. Ni une, ni deux, il se relève et part en sautillant. « T'as vu comment elle est cool, hein papa ? » Crie Julian de la cuisine. Le cœur battant la brune se rend compte que le petit garçon semble vraiment l'apprécier. Il a l'air de bien l'accepter dans sa vie et dans celle de son père. Ce n'est peut-être qu'un détail mais pour elle, c'est très important. Catahleen se remet debout et va retrouver Nathaniel qui est à deux pas d'elle pour aller se caler dans ses bras protecteur. « Je crois qu'il m'aime bien … » Cette phrase est une hésitation entre l'affirmation et l'interrogation. Après tout, il n'y a qu'une seule personne qui peut savoir ce que Julian peut ressentir envers elle et c'est Nathy. Il doit très bien percevoir qu'elle n'est pas certaine d'avoir l'affection de son fils. Doucement, elle se détache de l'étreinte du jeune homme pour aller avec lui jusqu'à la cuisine où Julian sortait maladroitement, assiettes et verres. Soudain, elle se souvient du fait qu'elle n'a pas frappé à la porte et qu'elle s'est un peu incrustée. A l'origine, elle devait venir dîner avec eux mais en tant qu'invitée. Là, elle se comporte presque comme la maîtresse de maison. Ce qui dérange peut-être Nathaniel sans oser le lui dire. Mal à l'aise, la professeur lance un regard quelque peu timide à son petit-ami. « Je me suis permise d'entrer. Je sais que je n'aurai sûrement pas dû. Je n'ai pas fait attention. » Elle n'ose pas s'excuser platement, pourtant, elle en meurt d'envie. Elle n'est pas encore accoutumée à leur couple et au nouveau statut que cela lui confère auprès de lui. Son comportement a donc besoin d'être adapté. Catahleen ne sait pas encore quelle place, elle doit occuper sans gêner qui que ce soit. Mais elle a tellement envie que leur histoire fonctionne, qu'elle est prête à tous les efforts du monde. Tous un tas de copies à corriger l'attendent sur le rebord de son bureau chez elle. Pour la première fois de sa vie, elle fait passer sa vie privée avant sa vie professionnelle. Eh dieu, que cela fait du bien. Vivre ainsi est comme dirait Julian, trop cool.
Revenir en haut Aller en bas
Nathaniel Atwoodth
we'll make the great escape


» prénom, pseudo : noémie
» date d'inscription : 14/10/2014
» nombre de messages : 3563
» disponibilité rp : catahleen
» avatar : theo james

MessageSujet: Re: Parce que certaines histoires d'amour ne s’écrivent pas mais se vivent - pv   Mar 17 Nov - 17:51

“ We won't make love, love will make us ”
------------------------------------------------
C'est une après-midi pluvieuse et orageuse qui a empêché les hommes Atwoodth de sortir et de profiter d'un moment de complicité entre père et fils. Après avoir construit un immense château dans la chambre de Julian, avec tous les legos qu'ils avaient sous la main, Nathaniel a fini par se retirer dans son bureau pour plancher sur des dossiers, rapportés du bureau. Il profite que son fils joue dans son bain pour avancer le travail qu'il a en retard. Entre son nouveau couple avec Catahleen, le retour de Jamie dans sa vie qui ne présage rien de bon, et son statut de père, Nathaniel a eu du mal à se concentrer sur ses affaires en cours. Il lâche un soupir de solitude. Jamie. Il n'ose pas en parler, ni montrer que son retour le perturbe et pourtant … depuis qu'elle lui a montré la vidéo qu'elle a en sa possession, il dort mal et tente de trouver un moyen de contrer ses plans. Ce qui n'est pas chose aisée lorsqu'on connaît la Andréas. Plus d'une fois, il a voulu lâcher la bombe à Catahleen, se ravisant au dernier moment. Il a trop attendu d'être avec la jeune femme pour tout gâcher. Pas maintenant. Pas après toutes ses années. Il préfère gérer la crise seul et garder son couple intact. Tout en préservant son fils de toutes ces histoires. Julian a déjà bien assez souffert de ne pas avoir de maman et maintenant qu'il en a retrouvé une en Catahleen, il est hors de question pour Nathaniel d’entacher encore une fois le bonheur de son fils. « Papaaaaaaa c'est quand qu'elle arrive Catahleen ? ». Julian finit par faire irruption dans son bureau, emmitouflé dans sa serviette de bain Cars. « Dans pas très longtemps. Elle ne devrait plus tarder » confirme-t-il à son fils, en jetant un coup d'oeil à son téléphone. Le début de soirée est déjà bien entamée et sous l'état d'impatience de Julian de voir Catahleen arriver, Nathaniel décide de laisser ses dossiers pour plus tard et accompagne son fils se mettre en pyjama. A peine le petit garçon a-t-il enfilé le tee-shirt que la porte d'entrée se fait entendre et Julian fonce voir Catahleen. Nathaniel les rejoint et reste légèrement en retrait, attendri par la scène. Il ne peut refréner un rire face à la remarque du petit garçon. « C'est la plus cool même ! » rétorque-t-il, tout en prenant sa petite amie dans ses bras, pendant que Julian déplace tous les sacs dans la cuisine. Il profite de ce moment de tendresse pour déposer un baiser sur les lèvres de l'institutrice. Un baiser simple, doux, reflétant tout l'amour qu'il lui porte. Toute l'affection aussi. Il se sent plus serein dès que la jeune femme se trouve au creux de son étreinte. Il en oublie tout. Les soucis du boulot, le stress, ses histoires avec Jamie. Il n'y a plus qu'elle. Catahleen. Et la famille qu'ils forment tous les trois avec Julian. Et personne ne peut entraver à ce bonheur. « Ah parce que tu en doutes encore ? ». Nathaniel est presque surpris de la réflexion de sa petite amie. Parce que ça crève les yeux. Julian est fou de sa belle-mère. Toute la journée il rabâche les oreilles de son père pour savoir si Catahleen vient les voir, et à quelle heure et si elle reste dormir à l'appartement et patati et patata. Son visage s'illumine dès qu'il sait qu'une journée à trois se prépare. En Catahleen, Julian retrouve une maman, l'affection d'une mère qu'il n'a jamais connu et Nathaniel le sait, le petit garçon en avait grandement besoin. « Si tu savais le nombre de fois qu'il m'a demandé de tes nouvelles, durant ces dernières années ». Quand on était loin l'un de l'autre. Le Atwoodth n'avait jamais réalisé que la déchirure qu'il avait ressenti le jour où Catahleen l'avait repoussé, marquant une réelle cassure entre eux. Il ne l'avait compris que quelques mois plus tard, lorsque Julia avait demandé pourquoi il ne voyait plus sa maman. Aka Catahleen. Le coeur de Nathaniel avait dégringolé au fin fond de ses chaussures, lui coupant toute respiration. Les deux amoureux rejoignent Julian dans la cuisine. « Catah !!!!!! Tu m'agaces hein ! Si je t'ai donné les clés de l'appartement, c'est pour que tu fasses comme chez toi. Et si tu avais sonné, je ne t'aurais même pas ouvert ! » riposte-t-il, faussement en colère. Mais il l'a reconnaît bien là, sa petite amie. Toujours peur de déranger, malgré que le Atwoodth lui ait répété à maintes reprises qu'elle pouvait venir quand elle voulait, même quand il n'était pas à l'appartement. Il est trop tôt pour qu'il lui propose de vivre ensemble, ou du moins pour le moment il craint qu'elle ne refuse alors préfère garder cette demande pour plus tard. Mais en lui donnant le double des clés, il lui faisait une première proposition. Celle de venir quand elle le souhaitait, sans avoir à demander la permission avant. « Je te le répète, tu es ici chez toi ». Et il l'embrasse, une nouvelle fois, avant que Julian ne râle de dégoût face au bisou des amoureux comme il le dit. C'est l'heure de faire à manger rappelle le petit garçon. Oui chef.
Revenir en haut Aller en bas
Catahleen Hammersmith
we'll make the great escape


» prénom, pseudo : Stéph'
» date d'inscription : 27/07/2013
» nombre de messages : 5350
» disponibilité rp : nathaniel ;
» avatar : shay mitchell

MessageSujet: Re: Parce que certaines histoires d'amour ne s’écrivent pas mais se vivent - pv   Dim 29 Nov - 17:31



L'affection sans borne que lui procure Julian lui donne toujours autant d'émerveillement. Elle n'arrive pas à croire que ce petit être est si attaché à sa personne. Cela semble iréel. Nathaniel est peut-être surpris par sa remarque mais au fond, ce n'est pas si étonnant que cela de se poser la question. « Ce n'est pas forcément facile de se faire aimer par un enfant … Surtout quand on est partie. » Finit-elle par dire en baissant la voix. Du jour au lendemain, ils ont cessé de se voir parce qu'elle avait eu la terrible idée de ne pas répondre à la déclaration de Nathaniel. Julian aurait pu lui en vouloir pour cette séparation. Elle l'aurait compris. Sauf que c'est tout l'inverse qui s'est produit. Elle a l'impression qu'il l'aime encore plus qu'avance. Et de son côté, c'est exactement la même chose. Il n'est pas à proprement parler son fils mais elle le considère comme tel. Elle ose lui offrir un sourire taquin face à sa réponse qui semble tout à fait appropriée à la situation. « Tu n'aurais jamais pu me laisser derrière la porte bien longtemps. Ou alors c'est Julian qui serait venu m'ouvrir si son père avait manqué d'éducation. » cqfd. Le petit bonhomme aurait accouru vers la porte comme il le faisait au début de la relation de Nathy et Catah. Son petit-ami le sait aussi bien qu'elle donc ses pseudos menaces coulent sur elle comme la pluie sur les carreaux d'une fenêtre. Elle se permet même de prendre un petit air victorieux et de lui lancer un regard qui veut affirmer « tu sais que j'ai raison » et ça il ne peut pas le nier. Elle en rit avec légèreté tandis qu'ils suivent un Julian sur sa lancée fulgurante vers la cuisine. Cependant Nathaniel n'a pas dit son dernier mot car il lui martèle qu'elle est ici chez elle. Il ne faudrait pas qu'il le lui rappelle avec autant de force sinon, elle va vraiment finir par installer ses bagages chez elle pour de bon. Et ça, elle n'est pas certaine que ce soit ce qu'il veuille tout de suite. Leur chamaillerie ne dure pas bien longtemps et c'est Julian qui les arrête dans leur démonstration d'affection avec un beuuuurk sorti tout droit du cœur. Les joues de Catahleen rosirent légèrement. Quand elle est dans les bras de son petit ami, elle en oublierait presque le spectateur qu'il est dans la même pièce qu'eux. Elle se dégage du jeune homme après un dernier baiser sur la joue pour installer, comme il faut, Julian sur son siège afin qu'il puisse manger. « Pâtes, pizza, lasagnes ? » Propose la brune en sachant par avance que le choix risque d'être cornélien pour l'enfant. Sauf qu'avec Julian, les solutions sont vite trouvées. Comme elle le constate dans la seconde qui suit. « Euuuh … Tout ? » Avec ses grands yeux et sa frimousse angélique, Catahleen pourrait presque baisser les armes et s'avouer vaincue en lui servant un peu de tout. Néanmoins, elle sait que ce n'est pas là son rôle de dire oui à tout. Tout en lui souriant, elle secoue la tête en signe de négation. « Tu serais malade et ton papa serait en colère après nous d'avoir été trop gourmands. » Comme pour essayer de convaincre son père, Julian se tourne vers lui et lui fait une bouille de chien battu. Cette fameuse tête que les enfants excellent à faire dès qu'on leur résiste un peu trop. Ravie de ne pas être celle qui passe pour la grande méchante de la soirée, la brune ouvre les différents paquets en laissant la discussion s'engager entre les hommes Atwoodth. Pour sa part, elle prépare la table et finit par servir le petit garçon, une fois qu'il est arrivé à un arrangement avec son père. Le dîner se déroule tel qu'on le voit dans les films familiaux. Dans une harmonie parfaite, enveloppé dans une douceur quasi surnaturelle. Catahleen n'a pas besoin de faire des efforts par bavarder avec Julian car c'est un plaisir d'être en sa compagnie. De plus, en tant que maîtresse d'école, elle s'intéresse énormément à ce qu'il fait, ce qu'il lui plaît etc. Déformation professionnelle qui la pousserait presque à montrer plus d'intérêt au fils qu'au père. Lorsque l'heure de se coucher résonne pour l'enfant, il se lève pour être débout sur sa chaise et se jette dans les bras de la jeune femme. « C'est toi qui me couche ! Et tu me lis une histoire hein ! » Bonne patte, Catahleen le cale confortablement contre sa hanche et acquiesce à sa demande. « Papa va faire la vaisselle pendant ce temps. » A chacun sa mission. Ravie d'échapper à la corvée, la brune s'éclipse de la cuisine non sans avoir lancé un clin d'oeil complice à Nathaniel. Elle laisse Julian choisir le livre qu'il désire puis elle lui lit l'histoire. Parvenu à moitié, les paupières du petit garçon commencent à se fermer et deux pages plus tard, il dort complètement. Elle l'embrasse sur le front avant de quitter la chambre sur la pointe des pieds pour ne pas le réveiller. Elle se glisse derrière Nathy et encercle sa taille de ses bras fins. Sur la pointe des pieds, son menton arrive à reposer sur le haut de l'épaule de son petit ami. « Tu as encore beaucoup de travail ce soir ? Je rentre ou je reste ? » Sa moralité d'institutrice voudrait qu'elle rentre pour corriger tous ses devoirs et préparer ses cours à l'avancer comme elle le ferait en temps normal. Son cœur de femme amoureuse lui crie de ne pas partir et de rester pour les années à venir dans ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Nathaniel Atwoodth
we'll make the great escape


» prénom, pseudo : noémie
» date d'inscription : 14/10/2014
» nombre de messages : 3563
» disponibilité rp : catahleen
» avatar : theo james

MessageSujet: Re: Parce que certaines histoires d'amour ne s’écrivent pas mais se vivent - pv   Jeu 10 Déc - 17:25

How do you spell 'love' ? - Piglet
You don't spell it...you feel it. - Pooh

------------------------------------------------
3 000 :plop: :plop:
Ces années loin de Catahlenn ont été dures pour les deux hommes Atwoodth. Que ce soit pour Julian ou Nathaniel, les deux se sont pris l'absence de la jeune femme en pleine figure, sans pouvoir panser aucunes plaies. Le petit garçon en a très peu parlé mais Nathaniel le ressentait. Sa tristesse, le vide qu'avait laissé Catahleen dans leurs coeurs. Mais quelle ne fut pas la joie pour Julian de savoir qu'il étudiait dans l'école de l'institutrice. J'espère que plus tard je serais dans sa classe, lui avait même confié le petit garçon, quelques jours plus tôt, juste avant qu'il ne sombre dans les bras de morphée. « J'ai fais en sorte qu'il ne t'en veuille pas. Parce que ce n'était de la faute de personne. Mais tu lui as beaucoup manqué, ça c'est sur » confirme-t-il, en apercevant les étoiles scintillant dans les yeux de son fils face à Catahleen. Il n'aurait pu espérer mieux. Julia adore sa belle-mère et réciproquement. C'était sa plus grande crainte à Nathaniel. Que la fille qu'il aime n'accepte pas son fils. Chose rédhibitoire pour lui. Puisqu'on le prend lui et son fils. Et c'est tout. Alors il ne pourrait être plus heureux qu'avec Catahleen, qui aime Julian comme son propre fils. L'idylle parfaite. « Et je vous aurais réprimandé tous les deux. Toi pour ne pas être entrée directement et lui pour avoir désobéi à son père » rétorque-t-il, fier comme un coq, tête légèrement hautaine pour enquiquiner sa petite amie. L'ambiance conviviale et chaleureuse de l'appartement les englobe et tous se retrouvent dans la cuisine. Nathaniel reste légèrement en retrait, à observer Julian et Catahleen. Il est heureux à cet instant précis. Probablement le plus heureux des hommes. Rien que ça. « Et Catahleen a totalement raison, alors je propose que ce soir on mange des bonnes lasagnes, et la prochaine fois, on fera pizza ou pâtes d'accord ? ». Nathaniel s'est baissé à la hauteur du petit garçon pour lui proposer cet arrangement. « Huuumm...oui d'accord » consent le petit garçon, après quelques secondes de réflexion. Julian n'a jamais été un enfant terrible, à ne se faire entendre que par des caprices. Bien au contraire. Julian est tout l'inverse. Un enfant docile, gentil, souriant et malicieux. Il n'a hérité d'aucuns traits de caractère de sa mère et heureusement. Naomi, la garce par excellence, qui n'a pas eu une once de regret à abandonner son bébé. Il est clair que Nathaniel ne pourra jamais lui pardonner de les avoir laisser. Enfin surtout d'être partie sans se retourner, sans même se soucier de l'avenir de Julian. Et si un jour elle devait refaire surface, il se chargerait d'elle personnellement. Le repas se déroule dans la joie et la bonne humeur. Même si Nathaniel ne parle pas beaucoup et se laisse envahir par ses pensées et ses problèmes, il n'oublie pas de sourire à Catahleen, comme pour la rassurer. Il sent ses regards appuyés, presque interrogateur, et ne veut surtout pas l'inquiéter. Ce qui joue en sa faveur ce soir, et lui permet de ne pas trop être repéré, c'est la ferveur de Julian à vouloir raconter sa vie et ses expériences quotidiennes dans les moindres détails à Catahleen. Les deux compères mènent la discussion avec entrain, et le mutisme de Nathaniel n'est pas très voyant. Il revient un peu sur terre à la fin du repas, au moment du coucher du petit garçon. Et sans grande surprise, ce dernier réclame Catahleen pour le coucher. « Oui bien sur, papa adore faire la vaisselle ! » ironise-t-il en envoyant un coup d'oeil appuyé à sa petite amie. Non il n'aime pas ça du tout et doit d'ailleurs aller acheter un lave-vaisselle depuis plusieurs semaines. Mais …. il n'a toujours pas trouvé le temps de le faire, malheureusement. Il embrasse son fils avant qu'il ne s'éclipse. Après avoir débarrassé la table, il s'attelle à la corvée de la vaisselle, sans pourtant y être vraiment à cent pour cent. Il est complètement perdu par rapport à Jamie et ne sait pas s'il doit en parler à Catahleen ou non. Il sent les problèmes arriver et ça l'effraie. Et en même temps, il se persuade de pouvoir gérer la crise seul, sans que sa petite amie soit impliquée. Douce illusion qui va bientôt s'envoler. Le regard dans la vague, à moitié entrain de nettoyer le dernier verre, il n'entend pas Catahleen revenir dans la cuisine et ne peut refréner un léger sursaut au contact des bras de sa petite amie autour de sa taille. Il finit de rincer le verre vite fait bien fait et se retourne, gardant Catahleen dans ses bras, tout près de lui. « J'aimerai beaucoup que tu restes. Ce soir et… tous les autres soirs en fait » confie-t-il, en posant son front contre celui de la jeune femme. « Que tu restes tout le temps ici ». Emménager avec eux quoi. Nathaniel ne comptait pas lui proposer ce soir, parce qu'il jugeait que ça allait un peu trop vite mais il profite de saisir de l'occasion que lui offre la Hammersmith. « Il y a assez de place pour trois ici ». Nathaniel caresse doucement la joue de Catahleen. Complètement fou amoureux de cette fille, autant commencer la vie ensemble dès que possible. Le plus tôt sera le mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Catahleen Hammersmith
we'll make the great escape


» prénom, pseudo : Stéph'
» date d'inscription : 27/07/2013
» nombre de messages : 5350
» disponibilité rp : nathaniel ;
» avatar : shay mitchell

MessageSujet: Re: Parce que certaines histoires d'amour ne s’écrivent pas mais se vivent - pv   Mer 16 Déc - 18:59


Elle baisse doucement les yeux vers le sol du couloir quand Nathaniel lui assure qu'il a fait en sorte que son fils ne lui en veuille pas d'être partie du jour au lendemain. Elle se reproche tous les jours d'avoir agi sottement et sa bêtise lui éclate en pleine tête à nouveau. Timidement, elle prend la main de Nathy pour lui offrir un léger sourire. « Tu nous aimes trop pour nous disputer mon chéri. » C'est bien la première fois qu'elle lui donne un surnom affectueux et Catahleen rougit de sa propre hardiesse. Les pourparlers avec Julian au sujet du dîner s'éternisent et finalement, elle trouve qu'il est plus logique que ce soit le jeune homme qui traite directement de l'affaire avec son fils. Julian et Catahleen échangent un regard complice en quittant la cuisine et surtout en voyant que le père du garçon est bien loin d'être heureux de son sort. Pendant qu'elle lit l'histoire à Julian ses pensées divague vers la fille qu'elle voit depuis un bon moment à la sortie de l'école. Elle voulait en parler à son petit ami ce soir mais tout fut tellement parfait qu'elle n'a pas osé aborder le sujet. Et maintenant, elle ne veut pas gâcher le peu de temps qu'il leur reste à tous les deux pour ce soir. Les paupières lourdes de l'enfant tombent très vite et après un dernier bisou sur son front, elle quitte la chambre pour rejoindre la cuisine. Adossée contre la porte, elle admire celui qui lui tourne le dos et qui lui fait tourner la tête dès qu'elle le voit. Son rire frais retentit quand elle perçoit le sursaut de Nathaniel. Elle ne veut pas se moquer de lui mais c'est difficile de résister face à son mouvement incontrôlé. Elle relâche son étreinte pour qu'il puisse se retourner. Soucieuse de son bien être, Catahleen lui propose de rentrer chez elle. Cette solution serait bénéfique pour eux deux car leur travail respectif ne sont pas de tout repos et ils ont énormément à faire en amont. Tout l'esprit de détente qui habite la pièce s'envole quand il lui fait LA proposition de l'année. Catahleen se raidit imperceptiblement et elle s'éloigne du front de son petit ami qu'elle dévisage hébétée. « Pardon ? » Ses cils papillonnent comme si elle allait tomber dans les pommes tandis que sa respiration se coupe cinq bonnes secondes avant de devoir erratique. La question qu'elle lui avait posé la minute précédente et qui se voulait banale, se transforme tout à coup en une conversation sérieuse avec une sacrée décision à prendre à la fin. Ce qui n'était définitivement pas prévu. La brune fait courir ses mains le long des bras de Nathy pour attraper et entrelacer ses doigts. « Tu me demandes d'emménager avec Julian et toi ? » Murmure-t-elle incertaine d'avoir bien compris ce que lui propose Nathaniel. Elle lâche un petit soupir dans un sourire maladroit en se mordillant la lèvre inférieure. Incroyable est le mot qui lui vient en premier à l'esprit. Elle qui espérait qu'il se décide assez rapidement, elle ne pensait pas qu'il avait les mêmes attentes. Elle a l'impression qu'ils sont sur la même longueur d'onde. Peut-être qu'ils brûlent un peu les étapes mais elle s'en fiche. Pour le moment, elle a envie d'écouter ce que son cœur lui dit et c'est un oui manifeste qu'il lui crie. « Oui. » Répond-t-elle dans un souffle avant de l'embrasser avec tout l'amour qu'elle ressent pour lui. Ce oui résonne comme une promesse d'engagement qui scelle leur destin ensemble. Julian l'appréciait beaucoup, Nathy l'aimait et ne cessait de le lui montrer. Elle ne pouvait rêver mieux. Sa vie se consolide sur les bases dont elle rêve depuis qu'elle est enfant. Son téléphone sonne et elle le prend pour l'éteindre quand elle se souvient de la photo qu'elle a prise de l'inconnue. Doutant de devoir en parler, elle se lance finalement. « Nath' … Je sais que tu as toujours ris de mon côté parano mais … » Mais est-ce vraiment utile de l’inquiéter pour un si petit détail ? Catahleen n'est pas certaine de ce qu'elle doit faire. Surtout que maintenant, il l'encourage d'un seul regard à parler. « Une femme est souvent aux abords de l'école. Au début j'ai cru qu'elle était là pour un enfant mais … J'ai l'impression qu'elle me juge. » La maîtresse d'école ne sait pas trop expliquer ce qu'elle ressent parce qu'elle n'arrive pas à mettre les mots qui seraient les bons. Pour prouver que cette fille existe bel et bien, elle fait défiler les photos de l'album pour trouver la bonne. Naïvement, elle la présente à Nathaniel comme s'il pouvait lui donner une explication quelconque. Oui, il le pourrait. Cependant, ce serait comme éclater le bonheur parfait de ce futur emménagement qu'ils projettent.
Revenir en haut Aller en bas
Nathaniel Atwoodth
we'll make the great escape


» prénom, pseudo : noémie
» date d'inscription : 14/10/2014
» nombre de messages : 3563
» disponibilité rp : catahleen
» avatar : theo james

MessageSujet: Re: Parce que certaines histoires d'amour ne s’écrivent pas mais se vivent - pv   Mar 19 Avr - 13:23

:plop:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Parce que certaines histoires d'amour ne s’écrivent pas mais se vivent - pv   

Revenir en haut Aller en bas
 

Parce que certaines histoires d'amour ne s’écrivent pas mais se vivent - pv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Histoire d'amour impossible
» HISTOIRES ETRANGES ET INSOLITES mais .....VRAIES !
» le loup
» sensation bizarre
» Une histoire d'amour qui fait pleurer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: corbeille rp-