AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Musicalité de désapprentissage. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: « Musicalité de désapprentissage. »   Mer 28 Oct - 21:26

parker & yseult



Le plat en peau de chèvre tannée était à la fois rugueux, et lisse. Abîmé par endroit, en laissant glisser ses doigts le long de la tranche, elle sentait des aspérités s’insinuer dans les nervures de ses doigts nus. Les nerfs qui reliaient les différents cahiers étaient également dans un mauvais état, des feuilles manquantes. L’ouvrage était dans un sale état. Elle ne pouvait s’empêcher de trouver cela dommage qu’on ne le laisse pas finir de vivre, comme l’aurait fait un être humain par exemple. Son nouveau propriétaire le voulait plus contemporain, avec une belle reliure toutes neuve et une absence des traces qui montraient qu’il avait vécu, qu’il avait traversé différents âges. Il voulait atténuer les marques imposées par les anciens propriétaires, comme jalousement désireux d’être le seul à le posséder. Elle ne comprenait pas cette manie de certains collectionneurs de vouloir restaurer ainsi des ouvrages anciens. C’était un outrage à son âme de puriste, qui voulait garder la plus grande intégrité possible de l’objet. Qu’y avait-il de plus fascinant que de retrouver ici et là des annotations dans les marges, faites à la plume, ou bien au crayon ? Parfois on trouvait même des feuillets cachés dans les couvertures, comme dissimulés dans des endroits secrets pour que personne ne les trouve. Souvent des numéros de comptes, des mots d’amours adultères, ou même des confessions intimes. Il fallait respecter la demande du client, tel était son travail. Humant l’odeur du papier vieilli avec une certaine délectation, ses narines se retroussèrent légèrement. Une senteur âpre, celle du brûlé. Certaines pages avaient été détruites par le feu. Concentrée dans son étude de l’ouvrage qu’elle avait en mains, dans la pénombre de l’atelier situé dans l’arrière-boutique, elle entendait à peine les bruits du dehors. La boutique était fermée ce jour-là. Elle le réservait pour la restauration, la collecte, et pour quelques cours de violons dans l’après-midi.

Yseult sentait sa frange lui tomber un peu trop devant les yeux, commençant à devenir trop longue. Elle la balaya d’un coup de tête sur le côté, passant le revers de sa main sur son front. La porte de la boutique s’était ouverte, elle en avait entendu le grincement même si elle était dans la grande pièce tortueuse d’à côté. Elle se souvint alors de son élève. Parker. Elle l’avait reconnu à sa démarche, un peu lourde comme le sont celles des hommes en général par rapport à celles des femmes. La jeune femme esquissa un sourire en demi-lune en se redressant de son plan de travail. « Bonjour Parker. » avait-elle dit en lui tournant le dos, toujours assise, avant même qu’il n’ait eu le temps de s’annoncer. Il n’avait pas fait de bruit pourtant, mais ses sens étaient affutés. « Je n’ai pas vu l’heure passer. » Elle referma l’ouvrage, et le glissa dans sa boîte protectrice, se promettant de continuer son travail plus tard. D’un pas feutré elle quitta sa chaise, se rapprochant du jeune homme avec une agilité déconcertante. Elle connaissait les lieux dans les moindres détails, d’où le fait qu’elle soit en mesure de se déplacer sans problème à l’intérieur. « J’imagine que tu as travaillé ce qu’on a vu la dernière fois, et que désormais tu es un véritable prodige ? » ironisa-t-elle en arborant un sourire songeur, sachant pertinemment qu’il était loin d’être un élève appliqué et talentueux. Elle commençait même à se demander s’il n’était pas là pour d’autres raisons que le violoncelle. Curiosité malsaine peut-être ?


made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Augusto P. Da Volpedo
we'll make the great escape


» prénom, pseudo : Stéph'
» date d'inscription : 23/02/2010
» nombre de messages : 26110
» disponibilité rp : constance
» avatar : jamie dornan

MessageSujet: Re: « Musicalité de désapprentissage. »   Lun 2 Nov - 14:09


Des cours de violoncelle. Quand il avait soumis sa nouvelle lubie à Millie, elle avait haussé un sourcil perplexe. D'une part parce qu'elle ne savait pas que son frère avant pour ambition de devenir musicien. D'autre part, elle le connaissait assez pour se douter qu'il n'avait pas la patience requise pour un art comme celui-ci. Néanmoins, elle n'avait pas fait de commentaires.et c'est toujours aussi suspicieuse qu'elle ne laisse partir. Parker n'a même plus besoin de lui signifier qu'il va à son cours, car elle connaît les horaires par cœur. C'est ainsi que ce lundi, il quitte leur petite maison pour se rendre à quelques pâtés de maison. Comme à l'accoutumée, il a rendez-vous à la boutique de Yseult. Tous les semaines, le même jour et à la même heure. C'est quasiment devenu un rituel. Pendant qu'il marche dans la rue où la boutique d'antiquité se trouve, Parker remonte doucement le col de sa veste pour que l'on froid ne s'engouffre pas au travers de son corps. Sans bruit, il pénètre dans l'enceinte du magasin et part directement dans le coin où il sait que la jeune femme sera présente. Elle lui parle alors qu'elle lui tourne le dos. Ce détail remplit toujours le brun d'étonnement. Il sait bien qu'il fait souvent du bruit en marchant mais tout de même. « Bonjour Yseult, belle journée. Comment tu vas ? » Son belle journée, est une connerie monumentale. Bien évidemment, elle ne peut pas le savoir puis qu'elle ne peut pas voir le monde extérieur. Forcément, qu'elle n'a pas vu l'heure passer. Cette expression est plutôt ironique quand on sait de quel mal, elle souffre. Néanmoins, par décence, Parker préfère ne rien ajouter à cela. Ne pas surenchérir pour ne pas mettre d'huile sur le feu. « Pas grave, je peux attendre si tu n'es pas prête. » Il n'est pas à deux minutes près. Sa passion pour le violoncelle est plus que relative. Comment lui dire sans la vexer, que non il n'a pas du tout travaillé parce que les cours de violoncelle ne l'intéressent guère. Lui, il est juste venu par curiosité. Un brun malsaine, certes. De toute façon, elle doit commencer à s'en douter. Il n'a fait que quelques leçons, mais les progrès effectués ne sont que minimes. Pour ne pas dire quasi inexistants. Il passe outre cet accès d'ironie de la part de la jeune femme et se racle la gorge, prêt à l'impressionner du mieux qu'il peut. « Do, ré, mi, fa, sol, la, si, do. Do, si, la, sol, fa, mi, ré, doooooo. » chantonne le brun comme s'il était en cours de chant. La gamme majeure. Voilà, ce qu'il est capable de lui répéter à profusion. Dans l'ordre et le désordre, ce qui pourrait susciter un minimum d'admiration. Sauf qu'un gamin serait capable d'une pareille récitation. Cependant, il n'a pas mieux à lui offrir. Yseult a beau lui donner mille et un cours sur le solfège, comment le retenir, rien n'y fait. Parker n'en fait qu'à sa tête. « J'ai bien travaillé et je suis presque un prodige. » Ses mots sont l'écho de ceux de la jeune femme un instant plus tôt. Heureusement, qu'il a de l’auto dérision parce qu'il est ridicule à souhait. Il prend place auprès de sa professeur de musique et tandis qu'il s'installe, il l'observe à la dérobée. Yseult ne peut pas le voir donc il en profite. C'est cette curiosité qui l'a poussé à s'inscrire pour être son élève. Comment est-ce qu'une fille aveugle, peut-être savoir aussi bien jouer de la musique ? Conscient que son silence pourrait devenir troublant, Parker reprend la parole. « Alors, on fait quoi aujourd'hui M'dame ? » Il prend le ton d'un gamin insolent qui apostropherait sa prof de cours. Malgré le fait qu'il soit nul dans le domaine de la musique, Parker paye. Alors, tant qu'à faire, autant qu'il fasse quelque chose d'instructif.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Musicalité de désapprentissage. »   Mar 22 Déc - 16:27


PARKER & YSEULT

« Bien merci. Installe toi je n'en ai pas pour longtemps. » dit-elle en refermant le livre qu'elle était entrain d’ausculter. Le replaçant dans sa boîte de protection hermétique, elle le glissa dans un tiroir du vieux bureau en chêne, son attention se tournant de nouveau vers son jeune élève. Jeune élève qu'elle trouvait d'ailleurs plus curieux qu'appliqué dans son apprentissage. Elle avait d'abord eut des soupçons le concernant, mais était désormais persuadée qu'il ne venait pas la voir par intérêt de l'instrument. Était-ce de la curiosité malsaine ? Elle savait bien que sa cécité suscitait souvent interrogation, pitié, consternation, et malaise chez ses interlocuteurs. Mais s'il y avait bien une chose qu'elle ne supportait pas, c'était que l'on vienne la voir en la considérant comme un animal de foire. Et si c'était dans cette intention qu'il avait décidé de prendre des cours avec elle, elle comptait bien le prendre à son propre jeu. Sentant un brin de gène dans sa voix lorsqu'il évoqua le beau temps, elle esquissa un sourire en demie-lune. « Ne te sens pas gêné lorsque tu me parles. Ce n'est pas parce que je ne vois pas le temps avec les mêmes yeux que toi que j'ignore ce qu'il est. » Une remarque pouvant paraître cinglante, mais qui fut prononcée avec douceur, et délicatesse. Des traits qui imprégnaient la jeune femme jusqu'à la pointe de ses cils, et jusque dans chaque fibre de son être. « C'est pareil avec la musique. Si tu apprends bêtement et mécaniquement chaque note, tu n'y arriveras jamais. » Attendant qu'il fut assis derrière l'instrument, elle l'aida à placer ses mains sur l'objet en le guidant avec les siennes. Dans son dos, le souffle calme, elle mesura son inspiration. « Ferme les yeux. Ne regarde pas tes mains. Ne regarde pas chaque note avec tes yeux. Ressens-les. » Yseult fit exercer aux mains de Parker les bonnes pressions sur les cordes. « Si tu te concentres assez, tu pourras sentir les vibrations des cordes, et alors ce ne sera plus un apprentissage théorique, mais vraiment un ressenti. Tu verras la musique complètement différemment. » Silencieuse et concentrée, elle sentait qu'il commençait à entrer dans sa vision des choses. Mais cela n'avait pas l'air simple. Les jeunes, toujours dans la vitesse des choses, ne prenaient pas le temps de ressentir les choses avec leurs sens. Il fallait que tout leur soit donné dans l'instantané. Là, elle lui demandait de faire un temps de pause. De se recentrer sur lui-même et faisant taire les agitations de sa tête. Il s'agissait en somme d'un réel travail de concentration. « Reste les yeux fermés. Joue les notes que tu connais en écoutant les vibrations. Tu verras la différence. » Continua t-elle calmement, le laissant se plonger dans un univers à part, avant de briser cette calme magie jusqu'alors instaurée. « Sauf si bien sur tu ne cherchais en venant à ce cours qu'à satisfaire une curiosité malsaine. Si c'est le cas, tu peux me poser toutes les questions que tu veux. Je n'ai rien à cacher. » Une façon de lui faire comprendre qu'elle n'était pas stupide ? Un moyen de le remettre à sa place ? Sans doutes.

acidbrain


ps : Vraiment désolée pour le retard 4969
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Atwoodth
we'll make the great escape


» prénom, pseudo : margaux, chocolate punchy.
» date d'inscription : 21/04/2015
» nombre de messages : 1142
» disponibilité rp : cece. (mp)
» avatar : bailey sondag.

MessageSujet: Re: « Musicalité de désapprentissage. »   Jeu 3 Mar - 22:19

:out:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Musicalité de désapprentissage. »   Aujourd'hui à 3:12

Revenir en haut Aller en bas
 

« Musicalité de désapprentissage. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: corbeille rp-