AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 diamonds are a girl's best friend (edison)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: diamonds are a girl's best friend (edison)   Mer 16 Sep - 0:44

Un doux morceau de piano se jouait en arrière-plan, de quoi emporter Delia dans ses pensées le temps de quelques secondes. Un moment de repos bien mérité pour la jeune femme qui avait l'impression de ne jamais en finir. En plus de son stage dans l'agence de publicité pour sa dernière année universitaire, il lui arrivait souvent de venir épauler sa mère dans l'entreprise familiale. En déplacement en France afin de discuter de projets futurs avec la maison d'origine, il était temps pour la branche Hawthorne new-yorkaise de proposer une nouvelle collection bien plus époustouflante que la précédente. Et pour cela, quoi de mieux que de se rendre au sein de la capitale de la mode, près de sa famille ? Elle imaginait déjà sa mère de retour des idées plein la tête ainsi que des croquis toujours étonnants. Leur travail était fascinant : de leur simple imagination, quelques traits posés sur une feuille blanche, pouvait prendre forme un bijou orné des plus belles pierres. Delia s'était portée volontaire, espérant tout de même un peu que cette petite participation soit récompensée par un avant-goût de leurs merveilles. Au fond, elle mourrait d'envie de faire une virée sur Paris, mais impossible, puisqu'elle avait également son stage. La jeune femme était une habituée des lieux. En effet, il lui arrivait souvent de passer à la maison de joaillerie quand elle avait du temps libre. Que ce soit pour vérifier que tout allait bien, ou bien pour y travailler le temps de quelques heures, elle s'y rendait toujours avec le sourire. Et puis, elle aimait la compagnie des employés de sa mère, qui maintenaient une ambiance agréable sur les lieux. Ce fut donc avec bonne volonté qu'elle accueillit et conseilla du mieux possible des potentiels clients, tout en essayant de les guider vers les produits les plus luxueux. Parce qu'après tout, cette boutique était un commerce et représentait une part plus qu'importante de leur vie. En particulier celle de s mère, qui avait su faire ses preuves dans une ville où la concurrence était très rude. La française parvint même à se faire un nom parmi les plus grands, se hissant alors dans les hautes sphères de la société new-yorkaise. Même si son rôle était moindre et d'une importance banale, il était hors de question pour Delia de mettre en péril son travail. L'occasion de prouver à celle-ci qu'elle pouvait gérer toutes ses affaires sans son aide, même si elle n'était évidemment pas seule. Flânant derrière les vitrines de leur enseigne, elle avait pu repérer quelques pièces lui faire de l’œil. De quoi lui donner l'envie d'en porter quelques unes. Pas pour son plaisir personnel, évidemment que non, juste pour promouvoir la marque. C'est sans doute de cette manière que Delia justifierait son envie folle de tout emporter à la maison.

Sans occupation depuis quelques minutes (les employés faisaient merveilleusement leur travail, lui laissant ainsi le rôle de tapisserie souriante), elle s'était promis que le prochain client serait le sien. Elle ne leur laisserait pas le temps de s'approcher, tant elle était déterminée. En attendant, elle remit en place quelques catalogues, prit soin d'aligner pour la énième fois les bagues, puis les bracelets et autres pièces tout étant armée de son chiffon nettoyant-magique à qui les traces de doigts ne résistaient pas. Finalement, après des minutes qui lui semblèrent des heures, quelqu'un poussa la porte. D'un regard, qu'elle lança à ses collègues de la journée, elle leur fit comprendre qu'ils n'avaient pas intérêt de s'aventurer sur son terrain. Lentement mais sûrement, toujours armée de son sourire, elle observa la personne en question discrètement jusqu'à ce qu'elle ne décèle dans son regard un sentiment de confusion. Comme chaque homme entrant dans leur boutique, l'univers de la joaillerie restait assez flou, pour ne pas dire très flou. « Bonjour Monsieur. » commença-t-elle alors, attirant la tête de ce dernier hors des vitrines. Delia en avait la confirmation, il semblait réellement perdu. « Vous savez, chaque pièce est unique. Tout comme la personne qui va la porter et l'histoire qui vous lie. » commença-t-elle doucement. Ce speech, elle l'avait dans la tête depuis une bonne heure au moins. Elle était prête à faire face aux demandes les plus farfelues, mais avant tout, elle avait besoin d'en savoir plus sur lui, sur eux. Bon, il fallait tout de même avouer qu'il y avait une grande part de curiosité là-dedans aussi. Autant rendre le travail agréable, non ? « Alors avant tout, il faut trouver LA bague qui saura vous représenter au mieux. Certaines personnes se dirigent plus vers la spectaculaire, ornée d'un diamant imposant, d'autres préfèrent la discrétion ou s'orientent vers des pierres plus originales. Si vous deviez définir cette personne avec un seul adjectif, lequel serait-il ? » qu'elle demanda, particulièrement intéressée par sa réponse. Peut-être serait-elle étonnante, ou bien totalement banale, mais ce simple mot en dira déjà bien long sur leur relation.
Revenir en haut Aller en bas
Edison L. Allen
we'll make the great escape


» prénom, pseudo : Fanny
» date d'inscription : 23/06/2012
» nombre de messages : 10100
» disponibilité rp : open; Nina(x2)
» avatar : Shiloh Fernandez

MessageSujet: Re: diamonds are a girl's best friend (edison)   Mar 29 Sep - 0:03

“When patterns are broken, new worlds emerge.”
Troisième bijouterie qu’il écumait et rien ne semblait convenir au jeune homme. Bien sur l’élégance et la pureté de Nina l’incitait à prendre quelque chose de fin, de raffiné, et à l’opposé du bling-bling tape à l’œil. Il connaissait la jeune femme par cœur et avait fini par apprendre ses goûts, ce qui la surprenait agréablement, ce qui lui hérissait le poil. Alors parcourir les bijouteries à la recherche de la perle rare s’avérait plus compliqué que prévu. Pour beaucoup d’hommes, trouver le bijou parfait est plus simple. Ils n’ont qu’à suivre les conseils de la bijoutière, donner quelques indications sur leur compagne et en un tour de main, les conseillères trouvent le bijou qui correspond le plus. Mais cela s’applique pour les hommes qui n’ont aucune idée de ce qu’ils désirent. Pour Edison, la situation est un peu plus délicate. Ce qu’il cherche comme bijou, il le sait parfaitement. Il sait comment il veut la bague, avec quelle forme, quel ornement, et toutes ces choses si précises dont il se serait moqué en temps normal. Mais lorsqu’il s’agit d’un cadeau pour Nina, Edison ne se moque plus vraiment de ces petits détails. Dans son esprit, quelque chose de simple mais d’élégant conviendrait, mais surtout, il souhaitait quelque chose de vintage. Edison savait à quel point Nina avait aimé le collier très vintage qu’il lui avait offert pour leur première anniversaire. Alors pour la bague, il était persuadé de ne pas se tromper en choisissant de rester dans cet esprit. Passant devant une quatrième bijouterie, le jeune homme décide de rester à l’extérieur et d’étudier la devanture avant de passer un coup de téléphone à sa meilleure amie. « Reed ? Salut, je ne te dérange pas ? Ah super. Bon dis moi, tu dirais plus saphir ou petit diamant ? » Sa meilleure amie était l’une des personnes qui comptaient le plus à ses yeux, et son opinion prévalait sur tous celui des autres. Alors pour un sujet si délicat, il était persuadé que la jeune femme saurait le conseiller comme il se doit.« Je dirais que tu es fou  et que tu es bien trop précipité dans ta demande Edison. Tu sais ce que je pense d’elle, je n’ai pas besoin de me répéter. Mais comme je sais qu’en ce qui concerne Nina tu n’es pas forcément le plus objectif, je ne vais pas chercher à t’en dissuader, ça ne servirait pas à grand-chose. » Non en effet ça ne servirait à rien car lorsqu’Edison a quelque chose en tête, il ne l’a pas ailleurs et fait tout pour parvenir à ses fins. Alors bien sur que l’avis de sa meilleure amie est important, bien sur que le fait qu’elle ne comprenne pas entièrement cette relation compte, mais il ne peut pas changer tous ses plans pour Reed. Elle ne le ferait pas pour lui et pourtant, dieu sait qu’Edison n’est pas un grand fan de Zadig, petite amie de cette dernière. Mais c’est cette honnêteté à toute épreuve qui leur permet de maintenir à flot cette amitié si unique qu’ils partagent, même à des milliers de kilomètres de distance. « Tu as raison, ça ne m’a pas dissuadé. Mais merci quand même Reed, crois le ou non tu viens de m’aider. Je t’embrasse, tu me manques ! » Et il raccroche le téléphone, un sourire triste sur le visage. Dieu que Reed peut bien lui manquer. Il est temps pour lui de faire un petit séjour à Vegas pour lui rendre visite. Les paroles de cette dernière l’ont aidé à se décider sur le choix qu’il ferait en termes de pierre. Un diamant serait trop froid, trop dur, et c’est souvent l’image que rejette Nina face aux autres. Un saphir serait tout aussi froid et dur. Non, ce qu’il faut, c’est un rubis, rouge sang, rouge passion, pour égayer Nina, lui donner envie de sourire dès lors qu’elle verra la pierre. Oui c’est ça, une bague sertit d’un sublime rubis, ni trop grand, ni trop petit, juste à la taille parfaite. Finalement, cette boutique là ne ferait pas l’affaire. Il continue son chemin jusqu’à tomber sur une bijouterie qui semble avoir tout ce que cherche le Sully. Passant la porte, ce dernier est subjugué par la collection de bijoux auquel il fait face. C’est certain, c’est ici qu’il trouvera son bonheur. Au bout de quelques instants, une jeune femme se dirige vers lui tout sourire et se lance dans un petit discours sur le fait que les pièces sont toutes uniques. Tant mieux, c’est ce qu’il souhaite, une pièce que Nina ne pourra jamais trouver ailleurs. « Bonjour, oui c’est parfait je souhaite quelque chose de spécial. » Qu’il se contente de dire tout en observant les différentes pièces qui se trouvent sous ses yeux. Toutes un petit quelque chose à part mais aucune ne semble obtenir la faveur d’Edison. « Si je devais décrire Nina en un mot ce serait unique. Oui elle est unique. Il n’y en a pas deux comme elle. Elle n’est comme personne d’autre, a un caractère très particulier et c’est ce qui la rend si parfaite à mes yeux d’ailleurs. » Qu’il répond, les yeux pétillants d’étoiles. Mentionner la jeune femme lui fait toujours autant d’effets, et prouve à quel point leur amour est intemporel. Même sans être ensemble depuis des mois, ils s’aiment comme au premier jour, quitte à ce que cela les consume de l’intérieur, les déchire. Mais après tout n’est ce pas le propre de l’amour ? S’aimer pleinement c’est se donner à cœur perdu, quitte à en souffrir. Du moins c’est comme ça qu’Edison conçoit l’amour, après avoir eu ses deux relations amoureuses, ses deux plus belles relations avec Thea et Nina. « Je sais déjà ce que je veux. J’aimerais une bague sertie d’un rubis, de taille moyenne, pas trop extravagant, et si possible vintage. Ce sera la bague parfaite pour la reconquérir. » qu’il laisse échapper dans un soupir. Parce que c’est bien là tout le problème. Ils ne sont plus ensemble et Edison a beau tout faire pour essayer de la récupérer, Nina reste bloquée sur le fait qu’il lui ait dit ne plus l’aimer. Alors la demander en mariage est un peu la dernière solution à exploiter pour parvenir à la convaincre qu’il l’aime encore, qu’il l’aimera toujours et que c’est à la vie à la mort pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: diamonds are a girl's best friend (edison)   Dim 25 Oct - 22:53

Alors que Delia attendait patiemment une réponse du jeune homme – les yeux un peu brillants quand même – elle se surprit à fixer quelques bagues à son tour. S'il ne finissait pas par trouver son bonheur, elle ne le comprendrait pas. Sous ses yeux se tenaient tout ce qu'elle appréciait : du raffinement, de la sobriété. C'est joli sans en faire trop et le penserait également si la boutique ne leur appartenait pas. Cette Nina semblait avoir de la chance. Delia ne put s'empêcher d'esquisser un petit sourire lorsque le jeune homme annonça l'adjectif attendu. Unique. Ça tombe bien, c'est exactement dans le style de la maison. A l'entendre, il ne pouvait être plus sincère. Elle avait l'impression que ses paroles sortaient tout droit de son cœur. Elle s'envole le temps de quelques secondes loin de cette boutique, loin de tout, là où elle pourrait trouver quelqu'un parlant d'elle de la même manière. Elle était un peu trop rêveuse, la Delia, mais elle était persuadée qu'un jour, elle y aurait droit également. Sans doute naïve, aussi. Mais elle préfère ça plutôt que de se laisser emporter par un pessimisme déprimant. Travailler avec ce genre de personnes apportait beaucoup d'avantages. Il sait absolument ce qu'il veut, dans les moindres détails. Et c'est également un plaisir pour un joaillier de donner vie aux envies – même les plus folles – de ses clients. Un challenge, ou simplement l'envie de faire plaisir. Parce que pour exercer ce métier, il fallait beaucoup de passion, ne pas penser uniquement au côté financier. Ils modelaient des matières nobles, mais le joaillier devait l'être tout autant. Ne pas heurter la pierre, la délivrer de manière la plus brute et soignée possible. Connaissant sa mère mieux que personne, Delia savait que les envies de ce dernier se trouvaient entre de bonnes mains. Mais ça avait également son lot d'inconvénients. Un produit qui finalement ne plaît pas, jugé mal exécuté la plupart du temps. Ce que l'on osait moins avouer cependant, c'était le fait que la réalité était bien moins jolie qu'espérée. Souvent, c'était dû à des idées fouillies, une image idéalisée de ses propres pensées, un excès de créativité mal assemblé. C'était donc au tour du créateur de s'exprimer, et de faire en sorte que le tout forme un bijou harmonieux. Et comme toujours, unique. Après toutes ces belles paroles, quelque chose vint la heurter. Elle ne s'y attendait pas tellement, à ce nuage dans ce ciel bien bleu. Delia hésite entre lui dire que sa demande n'était finalement pas réalisable, ou lui parler franchement. La première solution n'était pas la plus honnête et la seconde très peu délicate. « C'est... possible, en effet. Exactement dans nos cordes. Mais, quand vous dîtes 'la reconquérir', ce ne serait pas un peu trop... précipité comme méthode ? » Delia n'était peut être pas en droit d'émettre une critique quant à sa décision, mais elle se sentait comme obligée. Elle ne pouvait pas le laisser gâcher cette relation avec une petite erreur de parcours, pas après la manière dont il parle de cette Nina, les étoiles dans les yeux et le petit sourire qui se dessine au coin de ses lèvres à la simple évocation de l'être aimé. Il ne s'en rendait peut-être pas compte, malgré ses bonnes intentions. « Elle sera prise par surprise, c'est sûr. Mais elle risque de prendre peur, et pire, fuir. » continue-t-elle doucement, de la manière la plus calme possible. Elle n'était pas un exemple de relation amoureuse, mais elle était une femme, au moins. Et Delia avait décidé de se mettre à la place de Nina ne serair-ce que dix secondes. Si une personne qu'elle avait aimé par le passé – et qu'elle aimait toujours – débarquait dans sa vie comme ça, lui faire une demande, elle ne réagirait pas forcément de la manière espérée. Une chose est sûre, les questions et les doutes envahiraient son esprit tandis que son cœur serait tiraillé par un tas de sentiments contradictoires. Le gros bordel, en gros. « Je ne vous dis pas de renoncer, loin de là. Mais d'attendre le meilleur moment. Ne pas agir sur un coup de tête, croire que c'est le seul moyen de la récupérer. Parce que ça ne l'est pas. Ce serait une grosse erreur. » poursuivit-elle, esquissant par la même occasion un petite sourire. « Vous êtes dans une bijouterie dans laquelle une simple bague peut valoir un salaire tout entier, si ce n'est bien plus. Si je n'étais pas honnête, cette bague serait déjà en cours de fabrication. » qu'elle termina tout aussi calme. Elle espérait simplement le raisonner, ne serait-ce qu'un petit peu. Elle ne le connaissait peut-être pas, mais c'était son genre, à Delia, d'agir de cette manière en voulant tout simplement aider.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Edison L. Allen
we'll make the great escape


» prénom, pseudo : Fanny
» date d'inscription : 23/06/2012
» nombre de messages : 10100
» disponibilité rp : open; Nina(x2)
» avatar : Shiloh Fernandez

MessageSujet: Re: diamonds are a girl's best friend (edison)   Jeu 12 Nov - 23:53

Certes ce n'était pas la manière la plus conventionnelle d'envisager les choses et de les organiser mais après tout, Edison n'était pas un homme conventionnel, encore moins une personne aux manières rentrant dans les normes. Il aimait les traditions certes, mais n'hésitait jamais à sortir des sentiers battus. Alors pourquoi faire une demande en mariage dans la norme, comme tout le monde? Non, Edison est passé maître dans l'art de faire les choses de manière surprenante, il arriverait presque à surpasser son père dans son excentricité, pourtant le maître incontesté en la matière. Alors forcément qu'il va se jeter à cœur perdu dans cette incroyable mission qu'il s'est donné. Pour le commun des mortels, reconquérir une femme par une demande en mariage serait l'idée la plus idiote du monde et ne fonctionnerait pas. Mais Edison…. Edison n'est pas comme tout le monde. Au fond de ses yeux on peut y voir une étincelle, cette petite étincelle qui le démarque des autres, qui l'habite et le pousse à aller au fond de ses actions. Alors forcément, lorsqu'une demande en mariage est envisagée, la bague parfaite à trouver est au cœur de toutes ses pensées. Mais au moment où les mots lui échappent de la bouche pour en parler à la bijoutière, Edison se rend compte qu'encore une fois, personne n'a la même façon de voir les choses que lui. « Précipité? Non, pas après tout ce qu'on a traversé ensemble. Au contraire, ça semble être la chose la plus sensée. » Dans sa tête, tout est clair, tout est limpide. C'est la seule possibilité pour qu'elle réalise à quel point il est désespérément amoureux d'elle, à quel point il est prêt à tout pour lui faire réaliser qu'il veut s'engager avec elle. Seule Nina finalement pourrait le comprendre réellement, comprendrait qu'il fait ça pour elle. Toujours dans l'excès Edison, et finalement, si peu de gens pour réaliser qu'il ne sait pas faire autrement. « Oh non. Vous ne connaissez pas Nina. C'est la force de notre relation justement. Même dans mes coups de folies elle ne fuit pas. Vous savez, on est passé par tellement de choses que même une demande en mariage ne l'effraierait pas. Même si ma proposition aurait pour réponse un non, elle ne fuirait pas. » Son Elsa, c'est la plus belle, la plus adorable, la femme de sa vie en somme. Et même si aujourd'hui leur relation s'est un peu égarée en chemin, même si Nina est pour le moment avec Devan, même si elle refuse de ré-envisager leur relation, Edison en est persuadé, les choses s'arrangeront entre eux et Nina lui reviendra. Les choses prendront du temps, le temps qu'il faudra pour qu'Edison parvienne à reconquérir Nina. Seulement pour lui, la seule solution serait cette demande en mariage. « Oh, l'argent est loin d'être un problème honnêtement. Mais c'est agréable de voir qu'il existe des gens intègres encore comme vous. » Depuis qu'il Et pourtant, cette jeune femme, qu'il ne connait ni d'Eve ni d'Adam, arrive en quelques paroles à le faire douter de lui-même. C'est fou comme les choses peuvent être déroutantes, chambouler entièrement votre manière de voir les choses. Seulement Edison n'aura jamais le courage de le reconnaître. Il a parfois bien trop de fierté pour avouer qu'une inconnue lui a fait changer d'avis comme ça, d'un claquement de doigt. « Vous avez un peu de temps devant vous?? » La jeune femme acquiesce et Edison reprend. « Alors je vais vous raconter tout depuis le début. » Et c'est comme ça que l'histoire se déroule, le Sully expliquant ce qu'il a ressenti la première fois qu'il a rencontré la jeune femme, la sensation que cela lui a provoqué, comment ils se sont mis ensemble, leur séparation. Il ne zappe aucun mot, ne lésine sur aucune explication, sans penser un seul instant qu'il pourrait ennuyer la jeune femme. Et finalement sa bouche arrête de remuer et se gèle. « Je suis désolé, je dois vous ennuyer avec toute cette histoire, vous n'aviez peut-être pas envie d'entendre tout ça. » Mais au fond ça ne l'embête pas plus que ça. Au contraire, Edison adore raconter leur histoire, raconter comment ils sont devenus ce couple si fort au départ. Qu'importe comment les choses ont tourné, Edison reste toujours persuadé qu'à un moment donné, les gens finiront par comprendre les choix qu'il a fait et pourquoi il a du se séparer de Nina à une époque. Et dans la situation présente, peut-être, mais alors peut-être, la jeune vendeuse comprendrait pourquoi la demande en mariage semble être la meilleure solution. « Pardonnez moi, je ne me suis même pas présenté. Edison. Et vous êtes? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Atwoodth
we'll make the great escape


» prénom, pseudo : margaux, chocolate punchy.
» date d'inscription : 21/04/2015
» nombre de messages : 1142
» disponibilité rp : cece. (mp)
» avatar : bailey sondag.

MessageSujet: Re: diamonds are a girl's best friend (edison)   Jeu 3 Mar - 22:22

:out:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: diamonds are a girl's best friend (edison)   Aujourd'hui à 3:10

Revenir en haut Aller en bas
 

diamonds are a girl's best friend (edison)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L.A Girl
» Smoke and diamonds
» Les Golden Girl
» [BASE DE DONNEES] She ra & Golden Girl
» A new born in the world of Mac addict :) it's a girl!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: corbeille rp-