AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

the better half of me. (w/nate)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: the better half of me. (w/nate) Dim 24 Mai - 23:59



" When we honestly ask ourselves which person in our lives mean the most to us, we often find that it is those who, instead of giving advice, solutions, or cures, have chosen rather to share our pain and touch our wounds with a warm and tender hand. The friend who can be silent with us in a moment of despair or confusion, who can stay with us in an hour of grief and bereavement, who can tolerate not knowing, not curing, not healing and face with us the reality of our powerlessness, that is a friend who cares. " (reed/nate)


Si quelqu'un avait un jour dit à Reed Chamberlain qu'elle se ferait passer la bague au doigt, elle aurait probablement éclaté d'un de ces rires moqueurs dont elle avait le secret. Parce qu'elle n'était pas faite ni pour les relations prolongées, ni pour les engagements sur le long-terme. C'était du moins ce qu'elle avait cru des années durant, jusqu'à rencontrer Ezra. La facilité déconcertante avec laquelle il était entré dans sa vie continuait de la surprendre, presque autant qu'elle en avait peur. La fin d'une ère d'errance, d'années passées à se chercher sans jamais vraiment se trouver, pour finalement devenir une jeune femme épanouie, posée, sur la route d'un succès colossal quoique dans l'ombre de stars qu'elle produisait. Alors, quand Ezra avait mis un genou à terre, dans un restaurant gastronomique de Los Angeles, et qu'il lui avait demandé le plus solennellement du monde de l'épouser, elle avait dit oui. Spontanément, sans la moindre hésitation, parce qu'il lui semblait que c'était la chose à faire, la chose la plus logique, la plus normale, la plus cohérente avec ce qu'elle pensait être devenue. Et pendant un temps, elle s'était accrochée à cet espoir fragile, pensant qu'elle s'était finalement débarrassée de ses vieux démons. Une vie de couple, banale mais rassurante, classique mais sereine. Ezra avait fini par devenir un repère dans un quotidien fait de voyages aux quatre coins des Etats-Unis, son foyer, auprès duquel elle n'était jamais mécontente de rentrer. Il avait fait de ses bras l'endroit où elle aimait retourner, se sachant complète en sa présence. Contrairement aux autres hommes qui avaient croisé son chemin, il l'apaisait, plutôt que de réveiller l'ouragan sommeillant en elle. Pourtant, au rythme des mois égrenant le long chemin jusqu'à leur mariage, Reed avait senti l'anxiété grandir en elle, quelque part entre son cœur et son estomac. S'éloigner de lui la faisait presque disparaître, tandis que rentrer chez eux la faisait repartir de plus belle. Au détour d'un projet, son passé avait fini par la rattraper sous la forme d'un fantôme encore douloureusement familier. Zadig était revenu dans sa vie, sans qu'elle ne pût rien faire pour l'empêcher, et les souvenirs avaient abondé dans son esprit confus. Zadig, la tempête menaçante, le fléau du passé revenu hanter son quotidien. Elle l'avait laissé entrer à nouveau dans sa vie, sans savoir qu'elle commettait une erreur colossale. Même l'esprit le plus borné qu'elle affichait devant lui n'avait pas tenu bon. Elle avait cédé. Deux fois. Deux petites fois, supposées ne rien vouloir dire. Alors, l'anxiété s'était transformée en culpabilité lorsqu'elle avait retrouvé les bras d'Ezra. Plus encore, lorsqu'elle se réjouissait de s'éloigner de leur appartement, et de retrouver Zadig, même pour des motifs professionnels. C'était précisément la raison pour laquelle le mariage lui avait toujours paru une notion ridicule, un vague bout de papier apportant plus de problèmes que de solutions, une tradition stupide auxquels les gens semblaient s'accrocher fermement, comme s'il pouvait leur permettre d'être heureux. Et puis la collaboration s'était – douloureusement – achevée, la laissant désemparée, honteuse, et en plein cas de conscience. Elle avait retrouvé son quotidien, s'y était rattachée, pour enfin se croire capable de traverser la longue nef menant à l'autel devant lequel elle scellerait définitivement son avenir. Plantée devant un miroir de pied, elle observa le reflet d'une femme qu'elle peinait à reconnaître. Cheveux relevés en un chignon serré, drapée d'une robe signée Manon Petrov-Versier, offerte par une Babi surexcitée en la sachant sur le point de convoler, elle était méconnaissable. Les bruits lui parvenaient de l'extérieur de la pièce, les discussions, les rires, les éclats de voix qui ponctuaient les prémices de sa grande journée. Elle inspira profondément, songea qu'elle aurait tué, littéralement, pour une cigarette, et déglutit péniblement. A quelques minutes seulement d'épouser Ezra, Reed se trouvait en proie à un sentiment étrange. Jude lui avait dit que c'était seulement la panique de la mariée, et elle avait hoché la tête pour ne pas se lancer dans une interminable discussion. Mais une part d'elle, et pas la plus infime, savait que ça n'était rien de tel (et sans doute cette issue aurait-elle été préférable), une pensée qu'elle réfuta d'emblée, chassant de son esprit les doutes que Zadig y avait implantés. Elle aimait Ezra. Peut-être pas passionnément, peut-être pas au point de se sentir vibrer chaque fois qu'elle le voyait, mais ça ne voulait rien dire, pas vrai ? Elle aimait simplement différemment, et les récents écarts étaient des erreurs à mettre sur le compte de la pression et de la nostalgie. Voilà. Pression et nostalgie. Rien de plus, rien de moins. Des coups frappés à la porte la firent sursauter et elle tourna la tête. « Entrez » fit-elle, avant de plisser les pans de sa robe. Nate apparut dans l'embrasure, et un sentiment familier de réconfort l'envahit instantanément. Il était venu. Cette seule pensée suffit à fendre ses lèvres rosées d'un sourire. « J'avais peur que tu sois revenu sur ta décision » confia-t-elle doucement. Non qu'elle aurait pu l'en blâmer. Des années d'une relation tendue, voire inexistante, avaient fini par mettre à mal une amitié vieille de plusieurs décennies. Non, elle n'était pas honnête. Son comportement avait écorné leur amitié, et les années avaient simplement défilé sans qu'elle ne fît rien pour réparer ses erreurs. Pourtant, la seule idée qu'il puisse ne pas être présent pour ce qui devait être le plus beau jour de sa vie l'avait hantée des semaines durant, jusqu'à ce qu'elle se décide à prendre son courage à deux mains pour aller le voir en Angleterre, sans prévenir, et lui demander s'il lui ferait l'honneur de venir à son mariage. Parce qu'il lui semblait inconcevable d'épouser Ezra sans la présence de celui qui l'avait vue grandir, qu'elle avait aimé d'un amour pur et innocent, auquel elle avait offert ce qu'il chérissait le plus au monde. Son ventre se serra à cette idée. Sa fille, dont elle savait si peu de choses, qu'elle n'avait pas vu ni souhaité voir grandir, jouerait les demoiselles d'honneur en disséminant des pétales de roses le long du chemin la menant à son futur mari. Surréaliste, songea-t-elle. Contrairement à ce qu'elle avait craint, et en dépit de rancoeur développée au fil des années, Nate avait accepté de s'y rendre, avec Arya, et avec Alexie. Si elle n'avait pas eu le cœur de faire le moindre commentaire, elle n'avait pu s'empêcher de sourire intérieurement en sachant qu'Alexie partageait sa vie. « Merci d'être là. Tu n'imagines pas à quel point c'est important pour moi de t'avoir auprès de moi aujourd'hui. » Ni combien elle regrettait de ne pas avoir fait ce pas plus tôt. Elle fixa à nouveau son reflet dans le miroir. Ses traits se peignirent d'une anxiété retrouvée. « Nate, j'ai peur d'être en train de faire une connerie » avoua-t-elle alors piteusement. « Et je ne sais pas à qui en parler, ou même si je devrais le faire, tout ce que je sais c'est que j'ai un poids sur la conscience et qu'il est en train de m'écraser et que j'ai besoin de conseils. » Il n'était pas la personne la plus appropriée pour se confier, pas après tant d'années de silence et d'amertume, mais étrangement, elle ne voyait pas de personne plus compétente que lui pour partager ses doutes. Après tout, elle l'avait aimé, un jour. Et il l'avait aimée, lui aussi. Ce seul fait lui conférait l'autorité naturelle pour devenir gardien d'un secret qui la dévorait un peu plus chaque jour, parce qu'il la connaissait. Mieux qu'elle ne se connaissait elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Adriel Eynsford-Baxter
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : julia.
date d'inscription : 20/02/2011
nombre de messages : 19702
avatar : francisco lachowski.

MessageSujet: Re: the better half of me. (w/nate) Mar 2 Juin - 17:23




“.So tell me darling do you wish we'd fall in love ? Yeah all the time, all the time. Time together is just never quite enough. When you and I are alone, I've never felt so at home. What will it take to make or break this hint of love ? We need time, only time. When we're apart whatever are you thinking of ? If this is what I call home, why does it feel so alone ?.”


« .C'est moins étrange que je l'imaginais. » commenta-t-il, digne au milieu d'un groupe qui le dévisageait, mais essayait de le faire avec discrétion. Alexie attachée à son bras, et Arya agrippant l'autre, Nate se contenta de passer entre les invités sans plus de cérémonie. « .Ça l'est un peu quand même. » Certes. Une sourire amusé fit son apparition sur sa bouche, et il accrocha un regard complice à celui d'Alexie qui, après quelques pas s'empressa de saluer sa famille de substitution, et donc celle de Reed. Nate, en retrait, mais pas moins courtois, se contenta de quelques poignées de mains, quelques sourires et, en de rares occasions, quelques embrassades. Ils avaient accepté sa relation avec Alexie depuis le temps, chacun à leur manière, certes et avec plus ou moins d'entrain. Mais ils l'avaient fait et c'est tout ce qui comptait à ses yeux. Arya s'en alla grassement saluer ses grands-parents maternels, toute excitée à l'idée de passer une journée entière à jouer avec son papy, pendant que Nate décida de se présenter au marié, qu'en fin de compte il ne connaissait que très peu. Ezra lui adressa un regard en biais, cherchant la réponse à la question fatidique '' Dois-je me méfier ? ''  sur les traits d'un Nate toujours en contrôle. Lui se contenta de lui adresser un sourire et de tendre une main très solennelle dans sa direction. Cérémonieux, comme toujours.  Finalement, le marié se détendit en réalisant qu'il se trouvait en face de quelqu'un qui n'avait aucun complot en tête, et surtout une belle alliance enfilée à l'annulaire gauche. Nate, incapable de blâmer sa méfiance, haussa les épaules et lui présenta à son tour, et de façon très brève, son épouse ainsi que sa fille. Il n'eut aucun mal à deviner, en contemplant Alexie, qu'ils auraient une tonne de choses à dire (voir critiquer) sur le futur époux à l'heure du toast, et que Arya, du haut de ses sept ans, ne comprenait pas bien l'ampleur de cette rencontre. La petite fille se contenta de lui dire bonjour, lui faire un bisou léger, et s'en aller voir si papy ne cachait pas des bonbons à la framboise dans ses poches, comme c'était fréquemment le cas. Les mains dans les poches, Nate décida d'offrir son bras à Alexie, et s'assura d'un regard que grand-père saurait occuper sa petite fille pendant qu'ils iraient visiter l'église. Il pénétra dans le lieu sacré et jeta un regard inquisiteur à l'ensemble de la pièce finement décorée pour l'occasion, se souvenant ainsi du jour de son propre mariage comme s'il s'était déroulé la veille. Un sourire nostalgique s'empara de ses lèvres, en accord parfait avec Alexie qui en profita pour resserrer son étreinte autour de son bras. Enfin, dans l'angle, Jude fit son apparition. « .Nathaniel, tu ne voudrais pas aller la voir ?. » Pardon . « .Moi ?. » balbutia-t-il péniblement, ce qui fit tout naturellement soupirer Jude. « .Oui, toi, s'il te plaît, vas-y. » Sans qu'il ait le temps de s'y opposer (quand bien même il le veuille, ce qui n'était pas le cas), il se retrouva devant une porte. Une porte blanche, ornée d'enluminures et d'une poignée dorée. En d'autres circonstances, dans une autre vie, quelqu'un lui aurait probablement claqué la porte au nez en décrétant qu'il était de mauvais augure que le mari voit sa future femme dans sa robe avant la cérémonie. L'idée lui arracha un sourire nostalgique, qu'il conserva en poussant la porte, découvrant ainsi une Reed beaucoup plus ravissante que ce qu'il pouvait imaginer. « .Bonjour, belle inconnue. » ronronna-t-il, pénétrant dans la pièce et renfermant la porte derrière lui sans détacher son regard appréciateur d'elle une seule seconde. « .Tu es époustouflante. » Ravissante, n'aurait pas rendu justice à l'image qu'elle lui envoyait d'elle, et qui resterait à jamais gravé en lui. Tout comme les adjectifs '' belle '', ''magnifique '' ou encore '' sublime ''. Il possédait un très large vocabulaire et pouvait bien se passer des classiques. Elle était époustouflante, point. Comme pour illustrer, il poussa un soupir béat. On avait l'habitude de lui dans son costume, mais Reed dans une robe de cette envergure ? Jamais. Se dressait devant lui un tableau dont il essaya de mémoriser la moindre parcelle afin de s'en rappeler à jamais. À cours de mots, il s'avança dans sa direction et déposa un baiser furtif sur sa joue. « .Je l'ai fait, deux ou trois fois. » avoua-t-il, peut-être trop franc, mais assez malin pour joindre un sourire à cette révélation et ainsi l'adoucir. Du moins, il avait longuement hésité à emmener Arya avec lui et s'était tenu prêt à changer d'avis à la dernière minute en prévenant sa petite sœur qu'elle aurait peut-être la lourde tâche de s'occuper de sa nièce quelques jours. Quant à Alexie, elle s'était greffée au voyage par envie, non pas par contrainte. Nate lui avait laissé le choix de se raviser, là aussi jusqu'à la dernière minute. Sa présence à lui n'a jamais été discutée, du moment où Reed lui avait tendu son invitation jusqu'à cet instant présent. Lui n'avait pas hésité. Il l'avait fait pour Arya, et le petit rôle qu'elle tenait dans la cérémonie, mais à quoi bon. Il était fatigué par des années de batailles et n'avait surtout pas le cœur de refuser la présence de sa fille à sa mère biologique. « .Je n'aurais raté ça pour rien au monde, sois en assurée. » répondit-il, toujours souriant. « .C'est ton mariage après tout. Qui l'eut cru. » Qu'elle puisse un jour se marier ? Personne. Du moins, beaucoup s'était imaginé que si elle devait se marier, elle le ferait avec lui, non ? Nate était du genre mariage et le revendiquait, tous le monde le savait. Si leur relation n'avait pas été un échec cuisant, il aurait joué de ses charmes pour qu'elle accepte de l'épouser. Qu'elle ait accepté la demande d'Ezra demeurait un mystère en revanche. Pour lui, comme pour d'autres, mais soit. Se tenant droit derrière elle qui était assise, contemplant lui aussi son propre reflet dans le miroir, Nate fronça les sourcils. « .L'anxiété de la mariée, je suppose. » Oh oui, à ce stade-là il ne pouvait que le supposer. « .Stéréotype, je sais, mais pour le coup je n'ai rien de mieux en magasin. » ajouta-t-il, en haussant les épaules. Il comprenait qu'elle puisse avoir peur, le mariage était la plus grande, la plus sacrée des institutions. Du moins elle l'était pour lui, et beaucoup moins pour le reste de la société qui se mariait et divorçait à vive allure.  L'engagement se devait de durer au moins pour une éternité à ses yeux et connaissant Reed, il n'eut aucun mal à deviner que cette histoire d'engagement pouvait la rebuter. Lui n'avait pas hésité un seul instant, ni avant, ni pendant, et certainement pas après, et se demanda du coup si Alexie l'avait fait de son côté. Probablement pas, mais qui sait. Mais Nate et Reed n'étaient pas fait du même moule, ne vivaient pas pour les mêmes idéaux, ni dans la même société. Le temps avait fait leur œuvre sur eux, mais malgré le fait qu'ils soient passé dans l'âge adulte, ils n'en restaient pas moins complètement différent. Compréhensif, comme il le faisait si bien, Nate se contenta de déposer ses mains d'une tiédeur réconfortante sur ses épaules.   « .Comme tu le sais, je ne suis pas un expert en la matière et je pense très sincèrement que pour l’intérêt général, mais surtout le tien, tu devrais te passer de mes conseils. » Si tant est qu'il puisse en avoir, des conseils. Un ricanement s'échappa de sa bouche. Reed mieux que quiconque savait combien sa vie sentimentale avait pu être chaotique, pour en avoir fait les frais. Il pouvait être un garçon adorable, un petit ami dévoué, et un époux exemplaire, son passé sentimental lui conférait l'interdiction formelle de dispenser des conseils. Toutefois, il trouva admirable le fait qu'ils puissent maintenant en sourire ensemble. « .Quel genre de poids sur la conscience ?. » questionna-t-il finalement. « .Il a l'air très bien, ce Ezra. » Pour le peu qu'il l'avait côtoyé oui, il avait l'air d'être un homme tout ce qu'il a de plus raisonné, de plus classique. Probablement qu'il ferait un excellent époux. Un qui saurait rester humble, aimant, et présent pour sa famille malgré les affres du temps et de la vie.  Et puis surtout, il avait accueilli Nate, la petite fille qui l'accompagnait et toute leur histoire avec Reed, la bouche fardée d'un grand sourire. Ce que d'autres n'auraient pas fait compte tenu du caractère inédit de l'histoire. Il avait l'air d'accepter bien des choses, et de vraiment vouloir partager la vie de Reed. Mais lui connaissait cette dernière et savait combien Reed pouvait être … particulière. Et pour quelqu'un de particulier, il fallait quelqu'un de particulier. Non pas un classique à la Nate, comme Ezra semblait l'être.

" 18 000 :plop:"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the better half of me. (w/nate) Sam 13 Juin - 13:59

Son cœur se serra à l'idée de tout ce qu'ils avaient partagé ensemble. Tant d'années, passées l'un à côté de l'autre, pour en arriver à cette journée à la saveur particulière de nostalgie. Si les choses avaient évolué différemment entre eux, c'était peut-être lui qu'elle aurait rejoint à l'autel, lui qu'elle aurait épousé, lui avec lequel elle aurait accepté de partager le reste de sa vie, jusqu'à ce que la mort les sépare. L'arrivée de Nate dans la pièce avait ravivé un flot d'émotions trop longtemps contenues, depuis le terme définitif qu'ils avaient mis à leur relation après une année passée à Berkeley. L'année de trop, probablement, celle à laquelle ils ne s'étaient pas préparés et qui avait fini par avoir raison d'eux. De toute évidence, l'amitié – et l'amour – qu'ils avaient partagé si longtemps n'était pas assez solide pour survivre aux embûches semées sur leur chemin. Mais Reed avait appris à ne pas nourrir de regrets, à ne jamais regarder en arrière pour assaillir son esprit d'une culpabilité malvenue. Alors, aurait-elle changé quelque chose si elle avait pu revenir dans le passé ? Si elle avait pu annuler la nuit passée ensemble qui leur avait offert la seule chose que deux êtres pouvaient aimer plus qu'eux-mêmes, aurait-elle été plus heureuse ? L'aurait-elle encore aimé ? Les années n'auraient-elles pas fini par les séparer, inévitablement ? C'était peut-être ça, leur destin, probablement qu'ils n'étaient pas faits pour être ensemble à l'origine, en dépit de tous les efforts d'adolescents qu'ils avaient mis à croire le contraire. Parce qu'elle le savait, Reed. Ce qu'elle avait pu ressentir pour lui à une époque, qui lui valait encore le titre de premier amour, n'aurait jamais de commune mesure avec ce que Zadig avait pu lui faire vivre. Ou même Ezra, Ezra pour lequel son cœur était censé battre, Ezra, le premier auquel elle avait offert sa main, avec hésitation, certes, mais quand même. Le temps avait pansé toutes les plaies, même les plus profondes, même l'idée qu'il lui prenne Arya (quand bien même l'avait-elle demandé), même l'idée qu'il puisse aimer celle que Reed avait un jour considéré comme sa sœur. A Nate, elle aurait toujours tout pardonné. Parce que c'était ainsi, entre eux. Ce lien intangible mais si puissant qui les liait l'un à l'autre excusait tout, comprenait tout, pardonnait tout. Sa présence ici la rassurait. Elle n'aurait su expliquer pourquoi, ou comment, après tant de temps loin de l'autre, mais elle avait senti que ne pas l'avoir auprès d'elle pour un moment si spécial aurait été une erreur monumentale, sans même parler de la présence de sa fille pour jouer les demoiselles d'honneur. Reed s'était habituée à être l'ombre dans la vie d'Arya, cette mère dont elle ne savait que peu de choses, peut-être rien selon ce que Nate avait pu lui dire, cette mère méprisable qui l'avait abandonnée dès la naissance parce qu'elle ne se sentait pas prête pour le rôle de toute une vie face auquel elle ne pourrait jamais reculer. C'était peut-être le seul et unique regret qu'elle avait : ne pas avoir pris la pleine mesure de tout ce qu'Arya aurait pu lui apporter. Mais si ça n'avait pas été pour ce choix, Reed ne se serait pas trouvée là, vêtue d'une robe de mariée dans laquelle elle se sentait ridicule, prête à épouser un homme qui, sur le papier, avait tout de l'homme idéal, pour n'importe quelle femme normalement constituée. Quelqu'un de tendre, quelqu'un de prévenant, patient, compréhensif, qui lui avait laissé le temps de s'ouvrir à lui, de l'aimer, peut-être pas comme lui, peut-être pas autant que lui, mais qui lui avait donné la possibilité de construire quelque chose à deux. Le compliment de Nate lui arracha un sourire. Epoustouflante, commentait-il. « Merci » se contenta-t-elle de répondre doucement. Elle fit de nouveau face au reflet qui lui renvoyait l'image d'une femme qu'elle ne reconnaissait pas, et dont elle aurait juré qu'il ne s'agissait pas d'elle-même. L'anxiété la gagna à nouveau, et même le franc-parler de Nate ne suffit pas à lui changer les idées. Ce dont elle aurait pu être blessée, en temps normal, glissa d'une oreille à l'autre sans même atteindre son cerveau. De toute façon, comment aurait-elle pu ne pas comprendre qu'il ait hésité à venir ? Elle-même aurait hésité, et n'aurait peut-être pas été assez mature et raisonnable pour venir, si la situation avait été inversée, preuve là encore que Nate avait toujours été le meilleur des deux. « Oui, qui l'eût cru... » répéta-t-elle, presque incrédule. Reed se mariant n'avait rien de crédible, et pourtant... « Il faut croire que beaucoup de choses ont changé, y compris pour moi. » Et qu'elle avait enfin atteint cet âge de raison auquel elle pensait ne jamais parvenir. Nate aussi avança la théorie de l'anxiété de la mariée pour justifier de son état de nervosité extrême. Mais ce n'était pas cela, elle le savait, elle le sentait. Ce doute qui glissait le long de ses veines, remontait depuis son cœur jusqu'à son cerveau, pour redescendre dans son estomac soudain lourd, dessinant des nœuds puis les serrant jusqu'à la faire se sentir mal, presque malade. Il ne serait venu à l'esprit de personne de douter à ce point de faire la bonne chose, aucune future mariée ne pouvait possiblement ressentir la même chose qu'elle à cet instant précis. L'ombre de Zadig planant au-dessus d'elle finissait par l'étouffer et l'assaillir d'une culpabilité qu'elle ne ressentait pourtant que rarement. « Non, ce n'est pas ça, je le sais » le détrompa-t-elle rapidement. L'anxiété d'une mariée ne l'empêchait en rien de ressentir une pointe d'impatience à l'idée de convoler. Elle, en revanche, avait la douloureuse sensation que marcher jusqu'à l'autel ne ferait en rien taire ses doutes. Ce n'était pas de lui, ni de leur couple dont elle doutait, mais d'elle, seulement d'elle, et ces doutes-là étaient bien plus difficiles à ignorer. Il lui sembla ridicule de chercher à se confier à Nate et pourtant, probablement parce qu'ils se connaissaient depuis si longtemps, elle n'aurait su trouver personne plus qualifiée que lui. Et cela, même s'il disait ne pas être la bonne personne pour la conseiller. Il n'aurait pu avoir plus tort à ce sujet. Lui seul connaissait Reed de cette façon si particulière, si intime. Il connaissait les tréfonds de son esprit aussi bien que ses attentes d'une relation, il connaissait la Reed femme, autant qu'il avait connu l'enfant, puis l'adolescente. « Arrête, tu ne t'en es pas sorti si mal, finalement » commenta-t-elle avec une pointe d'amusement. Pas comme elle l'aurait pensé, certes, mais définitivement pas si mal, quand bien même avait-elle encore du mal à se faire à l'idée du couple qu'il formait avec Alexie. Elle poussa un soupir, avant de se dévoiler. « Le genre de poids qui te donne l'impression d'être une fille monstrueuse et définitivement pas digne d'épouser un homme aussi parfait. » Pour la première fois, elle réalisa les nombreux points communs qui liaient Nate et Ezra, et aurait pu s'en amuser si ce constat ne l'avait pas fait se sentir encore plus mal. Visiblement, Reed avait un genre bien défini en matière d'hommes, dont la seule exception était aussi la plus ardente et la plus déstabilisante. Zadig ne leur ressemblait en rien, ce qui ne fit que renforcer sa culpabilité et ses doutes. « Il faut que je reprenne depuis le départ. » Pour lui donner le contexte mais aussi, sans doute, pour éviter qu'il la juge – ce qu'il n'aurait probablement pas fait, dans tous les cas. « Il y a quelques mois, j'ai obtenu un deal avec un hôtel-casino de Las Vegas, pour monter une série de concerts avec l'un de mes chanteurs. J'ai accepté sur le moment, pour découvrir qu'il s'agissait du Bellagio, tenu par... Zadig. » Elle marqua une brève pause pour se rappeler de tous les éléments. « Au début, j'étais peu encline à bosser avec lui, tu devines pourquoi, et puis on a réussi à trouver un terrain d'entente décent. On a beaucoup travaillé, mais je suppose que ça a fini par raviver... quelque chose, entre nous. Il savait que j'étais fiancée, je savais qu'il l'était également – à Mackenzie Fitzgerald, je ne sais pas si tu vois qui c'est ? Elle était à Berkeley en même temps que nous. Bref, on a commencé à travailler de plus en plus tard, à passer de plus en plus de temps ensemble et... je ne sais pas pourquoi ou comment c'est arrivé, mais on a couché ensemble. Deux fois. » Elle acheva, penaude et profondément mal à l'aise. « J'ai trompé Ezra deux fois, et je n'ai pas été capable de lui dire. Chaque fois que je le regarde, je repense à ce que j'ai fait, et combien je n'ai pas regretté sur le coup. Ca me semblait normal, presque naturel, de coucher avec Zadig et d'occulter complètement le fait que ni lui ni moi n'étions disponibles. Et le pire de l'histoire, c'est que si ça ne s'était pas mal terminé la seconde fois, s'il ne m'avait pas repoussée, j'aurais probablement quitté Ezra pour lui. Quelle genre de future mariée envisage de quitter son fiancé à quelques semaines de son mariage et, pire, ne revient que parce que l'amant n'a finalement plus voulu d'elle ? » Elle posa un regard anxieux sur Nate, appréhendant sa réaction. « Et maintenant je suis là, dans ma robe de mariée, prête à aller épouser quelqu'un que je n'ai pas eu de scrupule à tromper. Ce n'est pas juste, pour lui. Lui, il a tous ces sentiments pour moi, et moi je le remercie en le trompant avec mon ex, rien que d'y penser, je me dégoûte. Comment je pourrais le regarder en face toute ma vie en sachant que j'ai failli ne pas atteindre ce stade avec lui ? » Sa voix se brisa soudain, et elle baissa la tête, honteuse.


(9000 :plop:)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the better half of me. (w/nate) Ven 19 Fév - 4:37

:out:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: the better half of me. (w/nate)

Revenir en haut Aller en bas

the better half of me. (w/nate)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Half Baked vs Goldmine
» FAP couleur or
» Julie
» MAC Ruffian
» petit shopping du 24/01/13 au MAC PRO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-