AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

once upon a night i was wishing for a never ending.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: once upon a night i was wishing for a never ending. Dim 3 Mai - 20:09


San Francisco. Depuis combien de temps Kirby Blank n'y avait pas remis les pieds ? Bien trop longtemps à son goût et cela s'avérait bien vrai. La jeune femme y avait passé quelques jours, entre Noël et Nouvel An afin de combler ses enfants de cadeaux. Cependant, ce n'était pas la dernière fois qu'elle les avait vus, grand merci à la magie d'internet, mais cela ne remplaçait pas la véritable présence de ces deux boules d'énergie à ses côtés. Malgré tout, la blondinette savait qu'elle avait pris la meilleure décision pour Jane et Amoun, mais également pour elle. Il était impossible pour Kirby de combiner avec aisance vie de famille et études. Elle s'était trop rapidement coincée avec deux enfants qu'elle n'avait jamais réellement voulu. L'adoption du jeune Amoun n'avait pas été réfléchi et elle n'avait en rien prévu de tomber enceinte de la petite Jane, six années auparavant. Après la naissance de cette dernière, elle était tombée assez bas. Kirby avait presque tiré un trait sur ses études de médecine à l'université de Berkeley sous le poids de la pression qu'était sa nouvelle vie avec Noah et leurs enfants. La jeune femme avait toujours eu l'impression de ne pas s'en sentir, aussi bien avec son fils, mais plus encore avec sa fille, ce petit nourrisson qui demandait bien trop d'attention. Elle avait littéralement craqué, quelques mois après la naissance de sa fille et avait renoué avec d'anciens démons dont elle aurait mieux fait de rester éloignée. Mais tromper son compagnon avait été la pire décision qu'elle ait pu prendre. Noah ne l'avait en rien surprise avec son amant, dont le nom pourtant si familier ne sera jamais révélé, si bien que le secret aurait pu rester intact si les remords n'avaient pas commencé à la ronger. Son infidélité avouée, Kirby avait préféré mettre un terme à la relation qu'elle entretenait jusqu'à présent avec le médecin, lui confiant en même temps la garde des enfants. Elle ne pouvait pas s'occuper d'eux, encore moins les élever comme une mère devrait le faire, mais elle ne les abandonnait pas pour autant : elle se devait de les voir quand elle le voulait. Amoun restait son fils adoptif et Jane était sans aucun doute la meilleure chose qui lui était arrivée dans la vie. La jeune Blank avait mis un maximum de distance entre elle et son ancienne vie, allant jusqu'à poser ses bagages au cœur de Chicago où elle en vint plus sereinement à terminer ses études. Titulaire en neurochirurgie dans un hôpital de la ville depuis quelques mois maintenant, elle n'avait plus eu une seconde à elle, si bien que pouvoir rendre visite à ses enfants avait relevé d'une mission plus qu'impossible. Mais pour ce week-end, elle s'était accordée un break afin de profiter à nouveau de leur présence. Pendant tout le trajet en avion, Kirby s'était rongée les ongles, inquiète de voir à nouveau Noah. Même si elle se refusait d'en parler, tirer sur leur histoire avait été une épreuve plus que difficile et aujourd'hui encore, oublier ce qu'ils avaient vécu n'était pas dans ses cordes. Ils avaient eu des hauts et des bas, comme tous les couples, mais elle ne pouvait s'empêcher de repenser aux bons moments, plus encore lorsque le taxi dans lequel elle se trouvait l'emmenait tout droit jusqu'à la demeure familiale. Après l'atterrissage, elle n'avait fait qu'une brève halte à l'hôtel dans lequel elle allait dormir cette nuit afin d'y déposer ses affaires et avait immédiatement pris la décision de retrouver sans plus attendre les deux êtres qui tenaient malgré tout une grande place dans sa vie. Quelques billets donnés au chauffeur plus tard, et la jeune femme se retrouve plusieurs mètres à peine de cette demeure qui lui avait tant apporté. C'est avec un brin de nostalgie qu'elle approche de la porte d'entrée, sa main effleurant dans un premier temps le bois de la porte avec une infime douceur. Son doigt presse le bouton de la sonnette avant de dévier jusqu'à sa petite robe printanière, lissant quelques pans de cette dernière. Elle était anxieuse, et pas qu'un peu. Elle ne voulait pas que les choses dégénèrent encore avec celui qu'elle avait un jour tant aimé. C'est Jane qui vint à ouvrir la porte à la volée, au plus grand plaisir de Kirby dont le cœur loupa un battement. « Maman ! » Une seconde plus tard et la jeune fille se trouvait déjà dans les bras de sa mère, tout sourire aux lèvres alors qu'elle couvrait déjà la fillette de baisers. « Tu m'as manqué ma toute belle. Mais dis-moi, tu as encore grandi ?! » Et à une vitesse incroyable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: once upon a night i was wishing for a never ending. Dim 3 Mai - 21:49


“Once upon a night i was wishing for a never ending.”

« Elle arrive bientôt ! elle arrive bientôt ! » Depuis ce matin, Jane ne cessait de crier à qui veut l’entendre que sa mère n’allait pas tarder à arriver, Amoun sur ses talons. « Jane, pour la énième fois, arrête de courir partout, tu vas finir par tomber, et Amoun, c’est valable pour toi aussi. » m’exclamai-je sans lever les yeux du poisson que j’étais en train de hacher pour le déjeuner de midi. Bien que ma relation avait Kirby s’était brusquement interrompue, il n’y avait aucune raison pour que subsiste entre nous de la rancœur. Et pourtant, je n’arrivais à oublier ce qui s’était passé. Ce qu’elle m’avait annoncé le jour où nous nous sommes séparés. Et autant dire que de le ressasser m’empêchait d’être aussi heureux que l’étaient mes enfants à l’idée de la revoir. Depuis tout ce temps, nous avions chacun de notre côté fait ce qu’il fallait pour éviter de se croiser. Elle a déménagé à Chicago, et je ne l’avais pas retenu. D’ailleurs, les seuls coups de fil étaient pour nous avertir mutuellement de venir chercher les enfants. Sans plus. Je ne la questionnais jamais sur sa vie privée, ni professionnelle, ne cherchais pas à savoir si elle se portait bien, était heureuse ou avait adopté un chien. En y songeant deux semaines plus tôt, lorsque nous avions convenu de nous revoir, je m’étais rendu compte de la puérilité dont je faisais preuve, alors même que je n’avais eu auparavant la rancune tenace. Au fil des minutes, j’avais pris la décision de prendre sur moi, et de me montrer plus adulte et moins amer. Ce pourquoi, j’avais accepté qu’elle vienne nous rendre visite ce weekend.

Etant donné que j’avais déménagé entre temps, pour éviter à l’époque de me rappeler de chaque pièce dans laquelle nous avions été heureux ou en pleine dispute, ne serait-ce que pour recommencer à zéro, j’avais vendu notre ancienne maison et m’avait acheté celle-ci, moins rustique mais bien plus spacieuse. Les enfants grandissent, ils ont besoin de plus en plus d’espace pour se défouler. La résidence se situait au sommet d’une longue route recouverte par de nombreux arbres verts. L’ensemble du domaine, pas aussi grand qu’il en avait l’air de loin, équivalait à un hectare environ, et avait été privatisé afin que les enfants puissent avoir la liberté de bouger, de fabriquer des cabanes dans les arbres, bref de se dépenser sans craindre d’être interrompus par je ne sais quel étranger. La résidence s’étendait sur deux étages. Si le premier accueillait le salon, la cuisine, la salle à manger et une salle de bain, le second donnait accès aux quatre chambres, à mon bureau ainsi qu’à une salle de bain supplémentaire. Il y avait également un balcon qui jouxtait la chambre de Jane et Amoun et qui offrait une vue spectaculaire sur la baie de San Francisco. Le jardin était la partie la plus vaste de la propriété. Sur la terrasse, une grande table en bois et une dizaine de chaises servait aux repas de famille. Trônait au centre une piscine de profondeur moyenne, que les enfants avaient fini par réussir à me faire bâtir après un an de supplications. Il y avait également une balançoire à l’ombre d’un chêne, ainsi que leur cabane qui se construisait peu à peu par les divers objets « secrets » qu’ils ramenaient chaque jour à l’intérieur.

La sonnette d’entrée retentit, alors que je viens de placer le plat principal au four. Jane se précipite aussitôt sur la porte d’entrée, suivie de près par son frère. De mon côté, oubliant mon tablier à fleurs attaché à ma taille, je prends une ultime inspiration avant de les rejoindre, un tantinet nerveux. « Elle a pris deux centimètres depuis la dernière fois que tu l’as vu. » Esquissant un sourire, je passe une main affectueuse dans les boucles blondes de ma fille, avant de saluer sa mère. « Bonjour Kirby. Tu as fait bon voyage ? » Est-ce que je devais lui faire la bise ou…j’avoue qu’après tant de temps passé sans se voir, je n'étais pas sûr de savoir quelle attitude adopter.


∞everleigh
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: once upon a night i was wishing for a never ending. Sam 11 Juil - 22:13


Jane se trouvait actuellement entre les mains de Kirby qui ne pouvait s’empêcher de l’enlacer, quitte à l’étouffer, et à la couvrir de baisers sur tout le visage. Alors qu’elle reposait la demoiselle à terre pour venir enlacer Amoun tout contre elle, la voix familière, mais qui semblait alors si lointaine, de Noah résonna à son oreille, lui faisant lever la tête et interrompre un câlin avec son fils adoptif. « Un peu plus et tu seras aussi grande que ton frère. », lança la neurochirurgienne à l’encontre de sa fille tout en affichant un fin sourire. Kirby détacha enfin son regard de sa petite Jane pour le poser finalement sur Noah. Son cœur tambourinait à toute allure contre sa poitrine, créant une douleur presque insupportable au moment même où son regard croisa celui de son ancien compagnon. « Bonjour… Oui, tout était parfait. Et je suis bien heureuse de revenir un peu en ville. » Elle ne savait pas si elle devait contourner Amoun pour s’approcher de Noah, mais après, que ferait-elle ? L’enlacer ? Trop familier, et la bise ne lui semblait pas trop envisageable. Pas plus qu’une poignée de main, ils n’étaient pas des inconnus l’un pour l’autre. Kirby abandonna donc toutes initiatives et préféra adresser un simple sourire à l’homme qui lui faisait face. Le tablier à fleurs qu’il portait provoqua un pincement au fond de sa poitrine. Ce tablier avait été sujet à de nombreuses conversations. Elle avait eu comme projet de le brûler, ou tout du moins, l’idée avait été celle de Kenzo, ou elle avait encore demandé à Noah de ne porter que cet ustensile afin de pimenter une soirée entre amoureux avant l’arrivée des enfants dans leurs vies. Nostalgique du passé, la jeune femme préféra reporter son attention sur Amoun qu’elle tenait toujours contre elle. « Et toi, alors, tu es presque aussi grand et fort que les super-héros. Dis-moi que tu penseras encore à ta mère quand tu iras sauver le monde. » Kirby déposa un baiser sur le front du jeune garçon avant de passer le bout de son index sur le nez de ce dernier. Le relâchant enfin, c’est à peine si elle osa poser à nouveau les yeux sur le maître des lieux. Ô combien embarrassée, c’est presque si elle pouvait sentir la panique monter en flèche en elle. Cette situation lui glissait vraiment entre les doigts, plus encore qu’elle n’aurait pu l’imaginer. « Bon, et si vous allez ouvrir les cadeaux que je vous ai apportés ? » Kirby ouvrit son sac à main et sortit un premier paquet qu’elle donna à Jane, puis un second qui tomba entre les mains d’Amoun, lequel empoigna finalement la main de la neurochirurgienne afin de l’attirer dans la maison. Mais à peine avait-elle fait un pas à l’intérieur qu’elle se stoppa net afin de forcer le jeune garçon à la lâcher. « Va l’ouvrir avec ta sœur, mon grand. », insista Kirby, bien que dans le fond, elle aurait grandement préféré le suivre. Elle ne voulait pas vraiment se retrouver seule en la compagnie de Noah, mais elle se devait de briser la glace et de ne pas détruire cette journée en famille… où ce qu’il en restait. Mais clairement, la jeune femme avait cette lourde impression de ne pas être à sa place en ce nouveau lieu qui n’était nul autre que le cocon familial que Noah s’était offert pour lui et les enfants. Elle n’y avait pas sa place, pas même temporairement. Pas après tout ce qu’elle lui avait fait subir. « Visiblement, peu importe l’endroit où tu te trouves, les odeurs seront toujours alléchantes. Comment tu vas ? » Passer du coq à l’âne d’une certaine manière, mais trop de souvenirs submergés l’esprit de la blondinette. Tous ces petits plats concoctés avec amour qu’elle avait dégusté. Tous ces moments passés à deux dans la cuisine où Kirby se laissait porter par l’être aimé qui posait ses mains sur les siennes afin de l’aider dans ses moindres gestes… Un passé qu’elle ne pourrait jamais oublier, même si elle le voulait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: once upon a night i was wishing for a never ending. Dim 2 Aoû - 23:45


“Once upon a night i was wishing for a never ending.”

J’étais heureux de revoir Kirby, qu’on ne s’y trompe pas. Mais…c’était étrange. Comme si on ne s’était jamais quittés au fond, alors qu’un gouffre nous séparait aujourd’hui de notre vie d’avant. Je ne savais même pas si je devais lui faire la bise, lui serrer la main, lui faire coucou d’un mouvement de tête. Et pour les enfants, ce devait encore plus dur. Nous les avions eu peu de temps en couple, et ils étaient encore trop jeunes pour comprendre. Quoiqu’il en soit, Kirby venait de décider pour nous deux. Lui rendant son sourire, j’apprécie la vision de la voir embrasser nos enfants l’un après l’autre, caressant la tête de mon aînée lorsqu’elle découvre le cadeau qui lui est destiné par sa mère. Faisant un pas de côté pour ne pas me faire piétiner par les enfants qui s’empressent d’entrer pour déballer leurs surprises, je ressens et vois aussitôt la gêne de Kirby qui refuse de suivre Amoun à l’intérieur de la maison. Quoi de plus normal après tout. « Tu entres ? On sera plus à l'aise pour parler à l'intérieur. » l’invitai-je alors en ouvrant un bras pour lui laisser le passage, refermant après quoi la porte derrière nous. Je mime un nouveau sourire lorsqu’elle me complimente sur ma cuisine, comme elle avait l’habitude de le faire par le passé, et l’invite à s’installer dans le canapé, auprès des petits, pendant que je me dirigeais vers la cuisine pour y ramener sur un plateau boissons et parts de gâteaux tout juste sortis du four. « Je vais bien, merci. Le travail au cabinet est difficile par moments avec certains patients, mais moins épuisant que lorsque je travaillais à l’hôpital. Enfin tu sais ce que c’est. Maintenant, j’ai plus de temps pour moi et à consacrer aux enfants. Et toi alors, qu’est-ce que tu racontes ? »


∞everleigh


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: once upon a night i was wishing for a never ending. Lun 17 Aoû - 18:22


Sa main court sur le cuir du canapé sur lequel elle vient de prendre place, un fin sourire venant à embellir son visage alors qu’elle regarde ses deux enfants découvrir les cadeaux qui se cachent sous les papiers cadeaux. Kirby regrette de ne pas voir ses deux trésors grandir jour après jour, mais elle sait qu’elle l’a fait pour leur bien, tout du moins, au début. Aujourd’hui, il se peut que la jeune femme doute quant à une décision, peut-être, prise trop hâtivement. Mais malheureusement, elle ne pouvait revenir sur ses erreurs passées et devait aller de l’avant pour outrepasser une douleur qui refusait de la quitter. Son regard dérive naturellement en entendant les propos de Noah. Du temps pour lui et pour les enfants, tout ce qu’elle n’avait pas aujourd’hui et tout ce qu’elle aurait voulu avoir hier. « J’ai été promu titulaire en début d’année à l’hôpital, ce n’est pas le travail qui manque ces derniers temps et si tout se passe bien, dans un avenir plus ou moins proche, il se pourrait que je gravisse encore les échelons. En fait, j’ai la tête tellement plongée dans le travail que c’est à peine si j’ai un peu de temps pour moi. » A l’opposé, l’un et l’autre, cela arrivait à Kirby de se demander si son ancien compagnon et elle arrivait toujours à se comprendre. Avant, elle aurait pu lire entre les lignes, mais aujourd’hui, déchiffrait Noah relevé d’un défi clairement voué à l’échec. Amoun et Jane se trouvaient à présent avec leurs nouveaux jouets entre les mains, si bien que le premier arborait un imposant pistolet à eau. « Tu connais les règles. Tu as seulement le droit de l’avoir si tu promets de ne jamais l’utiliser à l’intérieur de la maison. » Elle ne voulait pas entendre les remontrances de Noah parce qu’elle avait offert à leur fils un objet qui lui servirait à saccager la maison, mais la blondinette était emprunt au doute quant au fait que le jeune garçon pourrait très bien viser les vitres extérieures. Quant à Jane, armée d’une imposante peluche licorne, elle rejoignit sa mère, insistant pour s’installer sur ses genoux, obtenant au passage un baiser sur sa petite joue. « Tu sais que je t’aime, toi ? », murmura la neurochirurgienne à sa fille, fermant un instant les yeux alors que ses lèvres avaient plongé dans la crinière blonde et bouclée de Jane. Un dernier sourire l’encontre de la demoiselle et le regard de Kirby tomba à nouveau sur Noah. « Au fait, je suis allée voir tes parents il y a quelques semaines. J’ai profité de quelques jours de repos pour faire un tour en Europe et j’ai fait un petit crochet par chez eux. Enfin, j’ai surtout vu ton père. Ta mère ayant préféré se cloîtrer à l’étage jusqu’à mon départ. » Si la blondinette avait essayé de garder contact avec son ancienne belle-famille, Catherine Clives lui avait littéralement fermé la porte au nez. Les deux femmes n’avaient jamais pu vraiment s’entendre et aujourd’hui, les tensions entre elles étaient à leur maximum, tout le contraire de son mari qui avait quand même pris son temps afin de prendre des nouvelles de Kirby. La discussion qu’ils avaient eue n’avait guère traîné en longueur, sentant au plus profond d’elle qu’elle n’était plus la bienvenue chez les époux Clives. Et elle pouvait les comprendre. Aussi bien qu’elle pouvait comprendre la souffrance qu’elle avait à l’époque causé à l’homme qu’elle considérera comme toujours comme étant l’homme de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: once upon a night i was wishing for a never ending. Ven 19 Fév - 4:37

:out:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: once upon a night i was wishing for a never ending.

Revenir en haut Aller en bas

once upon a night i was wishing for a never ending.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le pigment Moonlight Night
» couches Sweet-Night
» One night stand
» sweet night
» Déception fard Nars "Silent night"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-