AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

three words, eight letters ... ~ maxim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ness Glaswell
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : noémie
date d'inscription : 09/06/2014
nombre de messages : 5111
disponibilité rp : sebastian
avatar : lily james

MessageSujet: three words, eight letters ... ~ maxim Sam 31 Jan - 13:36

“ - Pourquoi rêver est-il important ?
- Parce que dans mes rêves, on est toujours ensemble ”
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Le bruit mélodieux de la réception d'un message retentit dans la pièce. Un râle d'agacement se fit entendre. Encore endormie et enveloppée dans une léthargie des plus reposantes, Ellie n'a pas envie d'être dérangée. C'est samedi, ce qui signifie grasse matinée. Et dieu qu'elle en a besoin en ce moment la française, de dormir, de se reposer, n'arrêter de cogiter dans tous les sens. D'arrêter de se remémorer l'enterrement de vie de jeune fille de Meleya et tout ce qui s'y est passé. Avec Maxim notamment. Ellie attrape un bout de sa couette et roule à l'autre bout du lit. Elle a du mal à émerger mais la curiosité de savoir le destinataire de son texto est trop forte pour arriver à se rendormir. Elle soupire et prend son téléphone. Esteban. Evidemment que c'est un message de son petit ami. Qui d'autre. Un petit sourire se dessine sur son visage, mais elle ne prend pas la peine de lui répondre. Ses iris détaillent le plafond de sa chambre, légèrement éclairé par la lumière du jour qui passe à travers les rideaux de sa chambre. Ellie est contente d'être avec lui, mais depuis quelques jours, elle n'est plus si heureuse que cela. Depuis qu'elle a appris qu'il avait embrassé Mackenzie – sa meilleure amie quelle drole d'ironie – au bal et qu'il était officiellement en faux couple avec Lola. Donc officieusement en couple avec elle. Si elle a tenté de faire croire à Esteban que tout allait bien, ce n'est pas tellement vrai. Parce que cette histoire ne lui convient pas. Ou du moins, ne lui convient plus. Ellie repousse sa couette très loin et se lève. Elle attrape un élastique, attache ses cheveux en une queue de cheval faite à la va vite et va prendre son petit déjeuner. Maxim n'est pas là. Il travaille ce matin, lui a-t-il indiqué sur un post it accroché au frigo. Les post it sont leur nouveau moyen de communication depuis quelques temps. Depuis leur retour d'Angleterre en fait. Ils ne font que se croiser. La journée Ellie est à l'université et la nuit Maxim enchaine les gardes. La française se persuade que cet éloignement n'a rien à voir avec leurs baisers – au pluriel – échangés lors de ce fameux enterrement de vie de jeune fille, mais plus le temps passe et plus son cœur se serre. Son Maxim lui manque et elle déplore que cet incartade commence à avoir raison de leur amitié si forte. Elle tente d'avaler quelques bouchées de sa tartine de beurre mais son estomac se noue. Elle n'a pas faim, trop occupée à penser à tout ce qui lui arrive en ce moment. Le pire c'est que d'habitude, elle parle de toutes ses angoisses à Maxim, son meilleur ami de toujours. Sa plus grande écoute. Mais il semble aux abonnés absents. Ellie range un coup la cuisine, ramasse un tee-shirt de Maxim qui traine dans le salon et lui pose sur son lit, dans sa chambre. Elle se pose un moment sur le rebord de son lit et laisse ses yeux divaguer à travers la pièce. Elle a si souvent dormi avec lui dans cette chambre. Elle en connait les moindres recoin. Son regard s'arrête sur un cadre qui abrite une photo d'eux. Tout sourire. Plein de complicité. Un soupir s'échappe de la commissure de ses lèvres. Peut-être est-il le temps d'aller lui parler se dit-elle. Il ne travaille pas cet après-midi et si elle allait le réceptionner à la fin de son service ? Bonne idée. Ellie court se préparer, réceptionne les clés de l'appartement et part direction l'hôpital en claquant la porte. Elle arrive devant l'hôpital et reconnaît immédiatement la silhouette de Maxim, visiblement en pleine conversation avec une très jolie blonde. Ellie s'avance un peu plus et reconnaît Alexie Lancaster. La femme de Maxim. Elle déglutit difficilement en voyant son meilleur ami rire aux éclats avec elle. Ce rire... Cela fait si longtemps qu'il ne lui a pas adressé. A seulement quelques mètres de lui, Ellie ne peut se résoudre à faire un pas de plus. Alors elle tourne brusquement les talons, prête à s'en aller. Espérant qu'il ne l'ait pas vu. Mais c'est trop tard. Sa voix la hèle. Il l'appelle et elle lui fait face. « Désolé je ne voulais pas te déranger en pleine conversation ». Elle pourrait feindre de venir rendre visite à Esteban, infirmier à l'hôpital, mais il ne travaille pas aujourd'hui. Son regard se pose sur Alexie qui s'éloigne en les laissant seuls. Jalouse la Ellie ? Elle sait qu'elle ne devrait pas mais c'est plus fort qu'elle. Surtout envers celle avec qui il s'est marié. Elle la déteste, tout simplement. Pourtant, elle se doute que se doit être une fille très gentille, elle ne la connait même pas. Mais elle n'a pas envie d'apprendre à la connaître. « En fait, je voulais savoir si tu voulais m'accompagner à la plage, pour une petite balade ». Que tous les deux. Loin d'ici. Elle espère qu'il va accepter et qu'il ne va pas lui sortir une excuse bidon pour l'évincer. Parce qu'elle a besoin de lui parler. Elle a besoin de lui, tout simplement. « Ca fait longtemps qu'on s'est pas retrouvés tous les deux.. ». Depuis ce fameux soir. Tu te rappelles Maxim, eut-elle envie d'ajouter. Mais ils vont avoir tout le temps d'en parler. S'il accepte de venir avec elle. « Pour discuter... » ajoute-t-elle. Entre autre. Et profiter d'un moment à deux. Pour rire. S'amuser. Comme ils avaient l'habitude de le faire. Et comme ils aimaient tant le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: three words, eight letters ... ~ maxim Mar 10 Fév - 21:08


Il n'est jamais trop tard pour découvrir le goût de certaines choses. Et vous verrez combien il est dur d'en être privé ensuite. .ellie et maxim

Besoin de s’occuper. Besoin d’oublier. Ces dernières semaines étaient plutôt compliquées pour Maxim. Depuis son retour de Londres, il était tourmenté par sa meilleure amie. Il était tourmenté par ce baiser qu’ils avaient secrètement échangé. Sans la moindre explication, sans le moindre commentaire, ils avaient également repris leurs petites habitudes. Maxim essayait de paraitre normal mais, ce normal était un bien grand mot. Car il n’arrivait pas à oublier. Il n’arrivait pas à passer au-dessus de ses souvenirs, de la délicatesse de ce geste, de la saveur de ses lèvres. Jamais, il ne l’aurait envisagé ou même imaginé. Ellie était à ses côtés depuis tant d'années. Elle était son pilier. Elle était son équilibre et jamais, il n’aurait voulu changer cela. Jamais, il n’aurait souhaité la voir autrement. Sauf que depuis cette nuit, depuis cet échange, elle hantait la moindre de ses pensées. Il n’arrivait pas à s’en défaire. Il n’arrivait pas à tourner cette page. Comme un goût d'inachevé, il repassait la scène en boucle dans sa tête. Au point qu'il en était devenu fou, qu'il enchainait les gardes à l'hôpital. Trouvant toujours une bonne excuse, Maxim trainait dans les couloirs. Il trouvait refuge dans ce boulot, dans ce métier. Dans un bloc, il arrivait à faire abstraction du reste. Près de Alexie, il essayait surtout en vain de se changer les idées. A la maison, tout lui rappelait Ellie, tout lui rappelait la magie de cet instant. Un souvenir qu'il regrettait et à la fois, qu'il chérissait. Il éprouvait quelques remords parce qu'il n'avait pas pu lui confier ce baiser. Celui qui aurait tout signifié et tout dévoilé. Puis, il s'en voulait parce que le prix a payé, était sans aucun doute le plus cher à son cœur. Ellie n'avait pas de prix et son amitié non plus. Situation compliquée. Tensions assurées. Maxim venait de se changer. Après plus de quarante-huit heures à se cacher, il décidait de s'évader. Il ne savait pas encore où, ni pour combien de temps. Néanmoins, le jeune homme s'apprêtait à quitter l'établissement lorsqu'il croisait sa plus fidèle collègue. Sourires et affection, les deux jeunes gens continuaient de se chercher en sachant pertinemment qu'ils n'étaient pas fait pour s'aimer. Ils n'étaient pas fait pour s'aimer de cet amour qui avait déjà fait coulé beaucoup d'encre, beaucoup trop de larmes. Il la saluait et l'encourageait pour cette garde qu'elle commençait à son tour. Lorsqu'une voix vient les interrompre et un regard vient le captiver. Ellie était là. Elle était venue. Pour la première fois, elle le retrouvait. Pour la première fois depuis son arrivée à Berkeley, elle le surprenait. Etonné, il ne pouvait pas se détacher de ses prunelles. Son sourire n'arrivait pas à disparaître, tout autant que les images qui lui revenait instantanément en mémoire. Est-ce qu'ils avaient joué gros ? Est-ce qu'ils arriveraient à passer au-dessus et à préserver tout ce qu'ils ont osé construire jusqu'ici ? Surtout quand Ellie lui annonçait la raison de sa venue. Allait-elle l'abattre sur la place publique ou l'aider à traverser et comprendre cette période particulière ? Sans la faire patienter davantage, il lui répondait : « Je partais justement. Il faut croire que c'est ton jour de chance. J'ai du temps à revendre.. » annonçait-il fidèle à l'homme qu'il avait toujours été à ses côtés. S'approchant de la jeune femme, Maxim continuait d'écouter ses paroles. Il essayait de garder confiance même lorsqu'elle évoquait une probable discussion. En effet, il devait en avoir une. Pour une fois, le jeune homme ne souhaitait pas partir défaitiste. Naturel, il lui attrapait la main et l'invitait à le suivre. Se détachant quelques secondes plus tard, de ce contact, Maxim arrêtait un taxi. Il ouvrait la porte pour laisser entrer Ellie. Le début du trajet se passait assez calmement. Le jeune homme essayait de l'interroger et de savoir de quelle manière elle se sentait. « Tu vas bien ? Tu n'avais rien de prévu de la journée ? » l'interrogeait-il éternellement intéressé. Cependant, Maxim ne pouvait pas s'empêcher de revenir sur un détail. « C'est vrai Esteban travaille aujourd'hui, je l'ai croisé. » Avec cette réflexion, le jeune homme laissait parler son côté égoïste, trop protecteur, trop jaloux. Il était jaloux de ce bonheur parce qu'il n'y croyait pas la moindre seconde. Et ce n'était pas parce qu'il l'avait embrassé qu'il s'en doutait.. Non, c'était parce qu'il la connaissait qu'il le ressentait. Quelque chose n'allait pas entre eux et il avait évité jusqu'ici de l'évoquer. Seulement, c'était plus fort que lui. Maxim savait qu'il ne méritait pas sa meilleure amie. Esteban n'était pas à la hauteur d'une femme comme Ellie. Qui le serait ? Il n'en avait pas la moindre idée. Mais cet amour, leur amour n'était pas solide. Tout le monde pouvait le ressentir. Déposant alors sa main sur son genou, il souhaitait lui rappeler. « Tu sais, si tu veux en parler, je suis toujours là. Rien ne change. Ce n'est pas parce que je ne tolère pas votre relation, que je me dois d'échapper à mon rôle d'ami. Meilleur ami. » prenait-il par plaisir de lui rappeler et cela en toute simplicité, en toute amitié. Voilà donc qu'ils étaient arrivés. Maxim payait la course au chauffeur et sortait le premier de ce véhicule. Un vent léger venait chatouiller le bout de son nez. Quelques rayons du soleil tenaient tout de même à sa manifester. Retrouvant les prunelles de sa belle, Maxim gardait ce sourire léger, ce sourire qui avait fait les beaux jours de leur relation, aujourd'hui et il y a de cela déjà quelques années. Sur cette plage, pour la première fois, ils essayaient de se retrouver, de se comprendre et d'avancer. Maxim le ressentait. Son cœur lui criait. Ses battements l'encourageait, parce qu'il l'aimait et il l'aimerait. Tous les jours de sa vie.. Sans la moindre exception. Peu importe ce qui les attendait au tournant.
Revenir en haut Aller en bas
Ness Glaswell
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : noémie
date d'inscription : 09/06/2014
nombre de messages : 5111
disponibilité rp : sebastian
avatar : lily james

MessageSujet: Re: three words, eight letters ... ~ maxim Jeu 12 Fév - 22:09

“ Hazel eyes, I was so color blind. We were just wasting time for my whole life.
We never crossed the line, only friends in my mind but now I realize ”
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Ellie se retrouve face à lui. Son Maxim. Et les battements de son cœur s'emballent. Inhabituellement. La jalousie de le voir discuter avec une autre fille se réveille et Ellie recule. Elle n'a pas la force de se confronter à Maxim. Ou du moins pas la force de se confronter aux sentiments qu'elle ressent et qu'elle ne devrait pas ressentir. Il n'est que son meilleur ami. Il n'a toujours été que cela. Alors elle ne comprends pas ce qu'il s'est passé. Ce qu'il se passe. Pourquoi se sont-ils embrassés durant l'enterrement de vie de jeune fille de Meleya ? Pourquoi se sont-ils autant rapprochés, à dormir à moitié nus dans le même lit ? A quel moment leur relation a-t-elle pris de virage ? Ellie est complètement perdue depuis quelques semaines. Elle devrait être la fille la plus heureuse, sortant avec un adorable petit ami. Mais la vérité en est tout autre. Elle n'est pas heureuse. Et Esteban a fait des erreurs lui aussi. Qu'Ellie a du mal à cautionner. Et puis il y a Maxim et son sourire ravageur. Qui hante un peu trop ses pensées. « Oui on peut parler de chance. Vu les moyens que tu mets en œuvre pour m'éviter » lâche-t-elle, un peu trop sincèrement. Elle n'a pas voulu lui faire de reproches mais c'est sorti tout seul. Parce qu'elle le pense au fond plus profond d'elle-même. Et puis surtout elle n'est pas stupide. Elle a bien remarqué que depuis qu'ils sont revenus de Londres Maxim n'a jamais autant enchainé les nuits de garde. D'habitude, il se garde au moins une soirée par semaine, qu'ils passent tous les deux, à manger chinois en regardant des films. Ou quelques fois ils se contentent juste de parler, encore et encore. Mais ce petit moment à deux a toujours été sacré. Jamais ils ne l'oubliaient ou ne le rataient. Il avait toujours été très précieux ce moment rien qu'à tous les deux. Jusqu'à Londres. Jusqu'à cette soirée. Jusqu'à que Maxim s'éloigne, petit à petit, laissant une Ellie complètement pantoise et impuissante à retenir son meilleur ami près d'elle. Le cœur lourd. Plein d'incompréhension et de chagrin. Tout ce qu'elle souhaite, c'est de ne pas le perdre. Parce que sans lui, elle est incapable de vivre, d'avancer. Il est sa plus grande force. Et sa grande faiblesse aussi. Maxim accepte de passer un moment avec sa colocataire, au plus grand soulagement d'Ellie. Ils s'engouffrent alors dans un taxi et si les premières minutes s'avèrent silencieuses, Maxim brise la glace. « Je comptais juste réviser aujourd'hui ». Et penser à toi aussi. A nous. Les révisions ne sont qu'un prétexte. Parce qu'elle n'a rien de prévu aujourd'hui. Rien du tout. Et pas envie de voir Esteban. Elle souhaite prendre du recul et réfléchir à tous ces sentiments qui se bousculent dans sa tête. Tous ces sentiments si paradoxaux. Qui la perturbent plus qu'ils ne le devraient. Ellie regarde un moment par la fenêtre du taxi avant que la main de Maxim posée sur son genou ne la ramène à lui. Elle lâche un soupir las et légèrement agacée par les paroles de son colocataire. « Ne dis pas que rien ne change Maxim. Ca fait depuis qu'on est rentrés de Londres que tu me prouves le contraire » réplique-t-elle, posant un regard désolé sur l'anglais. Parce qu'elle l'est, vraiment. Désolée. Désolée d'avoir débarqué dans sa vie. Désolée de l'aimer aussi fort. Désolée de ce qu'il s'est passé cette nuit-là, même si Ellie ne changerait le déroulement des événements pour rien au monde. Elle voudrait vraiment que rien ne change entre eux mais il faut bien qu'ils se rendent à l'évidence. Ce baiser les a changé. Il les a chamboulé, sans qu'ils soient en mesure de l'admettre et de l'accepter. Ils préfèrent se voiler la face, parce que c'est plus simple. Mais à agir ainsi, c'est leur amitié, leur lien si fort qu'ils mettent en péril. Et Ellie s'en rend compte. Le taxi arrive à la plage et ils descendent, commençant à faire quelques pas sur le sable fin. Ellie s'aggripe instinctivement au bras de Maxim et après un léger silence, elle lui pose cette question qui lui taraude l'esprit depuis quelques temps. « J'ai une question et sois honnête avec moi. Pourquoi tu penses qu'Esteban n'est pas quelqu'un qui est fait pour moi ? ». C'est sorti. Comme ça. Sans superflu. Parce qu'elle est curieuse de savoir ce qu'en pense réellement Maxim. Lui qui se montre si réticent voir dénigrant face à Esteban et à la relation qu'elle entretient avec lui. Elle a besoin de comprendre pourquoi est-ce que son meilleur ami se comporte ainsi et pourquoi n'est-il pas pleinement heureux pour elle. Le jugement de Maxim passera toujours avant ceux des autres pour Ellie. Il est la personne la plus importante dans sa vie. C'est de son avis qu'elle a le plus besoin. Et avec lequel elle avance. C'est lui et ça a toujours été lui. Depuis le début. « Tu verrais qui à sa place ? ». Ellie se stoppe et se met face à lui. Ses prunelles marronnées s'ancrent dans celles de Maxim. Et ne les lâchent plus. Elle veut savoir. Elle a besoin de sa réponse. Pour être sur. Qu'Esteban n'est pas le bon pour elle. Même si tous les deux le savent déjà. Sans l'admettre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: three words, eight letters ... ~ maxim Ven 13 Fév - 23:57


On naît en un jour. On meurt en un jour. On peut changer en un jour. Et l'on peut tomber amoureux en un jour. Tout peut arriver en un jour. .ellie et maxim

Se retrouver à ses côtés, il l’avait envisagé. Même si Maxim agissait comme un parfait idiot, il n’en oubliait pas moins l’intelligence dont faisait preuve sa meilleure amie. Ils avaient toujours été doués pour cela, pour se comprendre sans devoir se parler. Alors quand Ellie confirmait cette réalité, le jeune homme souriait. Il n’était pas prêt pour se lancer dans ce genre de débat, se mentir à soi-même et essayer de la duper. C’était déjà trop tard pour l’envisager ou même le prévoir, elle le connaissait trop bien. Elle le connaissait depuis trop longtemps. Il ne pourrait pas tenir plus de cinq minutes. Il ne pourrait surtout pas lui mentir, tout en la regardant droit dans les yeux. La jeune femme comptait beaucoup trop pour se retrouver à ce niveau-là. Il la respectait et instinctivement répondait. « C’est pour mieux me faire désirer, vois-tu. » Avec humour, il prenait donc place dans ce taxi. Un silence certain venait le déranger. A tel point que le jeune homme n’hésitait pas à lancer un nouveau sujet. Le sujet auquel il songeait le plus, depuis ces dernières semaines. Esteban et Ellie. Rien que d’y songer d'ailleurs, lui donnait l'envie de crier. Il avait envie de lui crier qu’elle perdait son temps, qu’il ne la méritait pas et qu’ils ne devraient pas continuer dans ce cas. Cependant, Maxim essayait d’y aller doucement. Il ne voulait pas la blesser. Il ne voulait pas la juger. En même temps, on ne choisissait pas de qui on tombait amoureux. Il était bien placé pour le comprendre. Maxim était tombé amoureux de la cousine d’un homme à qui il avait ôté la vie. Il savait aussi que lorsqu’on essayait de séparer deux personnes qui s’aimaient, on renforçait leur relation. Chose à laquelle, il ne souhaitait pas participer. De cette manière, il essayait de lui rappeler que rien n’avait changé. Il essayait d’être celui qu’il avait toujours été et même avant ce baiser. Après ce touché qui avait tout dévasté. Encore à cet instant où il déposait sa main sur son genou, il en ressentait l’envie. Pourtant, Maxim savait pertinemment que ce n’était pas conseillé. Pour leur amitié, il devait se contrôler. Il ne pouvait pas sans cesse s’accrocher à ses lèvres et prétendre que ce n’était rien, que ça ne signifiait rien et qu’ils pouvaient vivre ainsi. Il ne pouvait pas être ignorant. Le jeune homme le savait et il se doutait des conséquences. Il savait que tout était déjà remis en cause. Il savait parce qu’il le ressentait. Ellie semblait contrariée et à la fois distante. Il ne pouvait pas l’exprimer, son cœur le ressentait uniquement. Elle n’était pas comme d’habitude et elle avait également tous les droits. Depuis des semaines, il l’évitait. Depuis cette nuit, il agissait comme n’importe qui. Il n’était plus réellement lui-même. Malgré toute la volonté du monde, il ne pouvait plus se protéger, il ne pouvait plus la préserver. « Tu marques un point, c’est vrai. Je suis coupable mais dans le fond, je reste le même. » décidait-il d’ajouter sans réellement la regarder, parce qu'il n’arrivait pas à se concentrer. En vérité, tout l’attirait davantage vers la jeune femme. Ses courbes. Ses lèvres. Son cœur. Son regard. Ce baiser qu’il n’arrivait pas à oublier. Jamais. Il pouvait secouer la tête autant de fois qu’il le fallait, ça ne changeait rien. Cette image, cette sensation de ne faire qu'un, tout en étant deux, était magnifique. Il n'avait jamais ressenti cela. Ce sentiment, il ne le connaissait pas sous cette facette. Certes, il avait été dévasté par sa romance passée avec Ruby et il l'était toujours. Mais, avec Ellie, c'était bien différent et tout l'était. Avec elle, il était prêt à soulever des montagnes, à surmonter n'importe quelle étape, supporter n'importe quel malheur. Il se sentait surtout prêt à tout. Et cette brise lui confirmait. Ce souffle léger qui balayait les cheveux de la jeune femme. Cette douceur qui lui manquait. Une émotion qui lui avait bien trop manquée par le passé. Maxim n'avait jamais su l'accepter mais, il en avait besoin. Il ne pouvait pas être tout le temps fort et réfléchi. Il ne pouvait pas tout calculer, ni tout gérer. La preuve, il était en train de tomber amoureux de sa meilleure amie. Et il était clair qu'il ne savait pas quoi faire, de quelle manière lui avouer, par quelle attitude lui en fait part. Si un jour, il aurait la force de le faire.. Maxim n'en avait pas la moindre idée. Du coup, il profitait de ce rendez-vous, de ce tête à tête qu'elle lui accordait. Et il l'écoutait. Il l'entendait cette question et se faisait un plaisir de lui expliquer pour la toute première fois. « Parce qu'il ne veut pas réellement tout ton bonheur. Si ça avait été le cas, il m'aurait dit pour l'incident. Je ne sais pas de quelle manière mais, il l'aurait fait parce qu'il aurait su que tu avais besoin de moi. Peu importe cette promesse idiote, il aurait également su se faire pardonner. Il aurait trouvé les bons mots. Simplement.. » annonçait-il les mains dans les poches et à la fois encore plus proche d'elle. Maxim avait arrêté d'écouter les battements de son cœur pour lui parler. Il avait essayé d'être son meilleur ami, comme il l'était depuis des années. Il avait essayé d'être lucide sans s'énerver à nouveau pour les histoires qu'ils avaient partagées. Alors qu'il pensait mettre fin à cet interrogatoire, Ellie revenait de plus belle. Elle ne lâchait pas la discussion. La jeune femme avait des questions et elle voulait des réponses. Il le comprenait en tombant dans ses prunelles, en voyant cet espoir. Celui qu'il sentait à l'intérieur de tout son être, ce sentiment que tout pourrait être plus facile s'il osait à son tour parler. Un bref silence se faisait à nouveau surprendre. Entre eux. Sur cette plage. A quelques mètres de l'océan. Maxim s'éloignait à nouveau. Il ne pouvait pas s'empêcher de sourire et aussitôt, il ne pouvait pas s'empêcher de lui dire. « Moi. confirmait-il un peu trop fort et trop certain que ça provoquait un écho autour d'eux. Et pourquoi pas. Je ne sais pas. Je deviens fou. Je suis peut-être incontrôlable. Je suis peut-être trop réservé et pas assez bavard. Mais, tu mérites quelqu'un comme moi. Un homme qui ferait toujours ce qu'il faut pour te voir sourire, pour te savoir en sécurité, pour te savoir toujours là où tu voudrais être.. Sans que tu doives nécessairement le demander. » Passant sa main dans sa chevelure, glissant sur sa nuque, pour venir à nouveau se loger dans l'une de ses poches. C'était son truc à lui. Maxim gérait ses émotions les plus fortes en les cachant. Ses mains dans ses poches, c'était sa manière de ne pas s'en approcher, de ne pas la serrer tellement fort contre lui. Pour éviter de s'accrocher à ses joues, à son cou, à ses lèvres. Puis finalement, à quoi bon.. Il était fou. Peut-être qu'il était fou d'elle. Autant la regarder une dernière fois, surtout si elle venait à s'éloigner, à lui confirmer que ce n'était pas partagé et que ce n'était peut-être pas ce qu'elle voulait. Ellie avait toutes les cartes en main. Elle pouvait lui confirmer que depuis toutes ces années, il continuait de se tromper, d'être aveuglé par sa propre personne, par ses propres intentions et ses principes bidons.
Revenir en haut Aller en bas
Ness Glaswell
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : noémie
date d'inscription : 09/06/2014
nombre de messages : 5111
disponibilité rp : sebastian
avatar : lily james

MessageSujet: Re: three words, eight letters ... ~ maxim Sam 14 Fév - 13:20

“ People that are meant to be together always find their way in the end. ”
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Elle ne veut pas que ce soit seulement dans le fond qu'il reste le même. Elle a besoin de lui, du vrai Maxim. Pas celui qui l'évite, l'ignore, l'abandonne.. C'est ce qu'elle ressent depuis le retour de Londres. Il l'abandonne, petit à petit, silence après silence. Et ça la rend triste. Voir désemparée. Son absence se fait sentir jour après jour à l'appartement et Ellie a du mal à errer entre ces murs sans Maxim à ses côtés. Il lui manque plus que tout, plus que n'importe qui. Et elle aimerait que tout redevienne comme avant. Qu'ils se parlent, se charrient, se bataillent ensemble. Elle voudrait qu'ils partagent à nouveau la complicité qui les a toujours habité. Il avait promis de ne jamais lâcher sa main. Et aujourd'hui, Ellie n'arriverait même pas à se raccrocher à la paume glissante de l'anglais. Ils s'éloignaient de plus en plus et le cœur d'Ellie se meurtrissait. Elle n'ajoute pas un mot le temps que le taxi se rende à la plage. Il n'y a rien à ajouter et la jeune femme préfère se terrer dans ses pensées. Et éviter de ne pas sauter sur Maxim dont l'effluve du parfum la chamboule totalement. Sur la plage, ils commencent à faire quelques pas avant de se stopper une première fois. Ellie a besoin de savoir ce que pense réellement Maxim sur son couple. Ou pseudo couple. Ou ancien couple. Bref elle ne sait plus définir sa relation avec Esteban. Si relation il y a encore. Ellie est totalement perdue. Perdue dans ses sentiments. Perdue dans sa vie. Ne sachant plus ce qu'elle souhaite réellement. Ou qui elle souhaite. Bien qu'une petite idée s'immisce de plus en plus chaque jour dans son esprit. Mais il est trop tôt pour l'accepter. Cette idée. « Je ne lui aurais jamais pardonné s'il te l'avait dit. C'était pas à lui de le faire. Ca aurait du être à moi ». Ellie n'ajoute rien parce qu'elle n'a pas envie de revenir sur ce sujet. Oui elle aurait du dire elle-même à Maxim pour son agression, peut-être que les choses auraient été différentes. Si elle lui avait dit, peut-être qu'elle n'aurait jamais partagé de secret avec Esteba, qu'ils ne seraient donc jamais rapprochés et n'auraient jamais été ensemble. Peut-être que Maxim et elle se seraient rapprochés depuis plus longtemps. Qu'ils n'auraient pas attendu d'être ivre d'alcool pour laisser parler leurs impulsions et leurs envies. Mais la réalité est tellement plus compliquée. Ils n'avaient pas prévu ça. Tout ce qu'il s'est passé à Londres. Ellie n'a pas imaginé tomber amoureuse de lui. Parce qu'il est son meilleur ami depuis si longtemps qu'elle n'a jamais osé penser à lui de cette façon. Et puis Maxim se met à parler et c'est l'explosion dans tout son corps. Elle a posé cette question pour qu'il lui réponde exactement ça. Lui. C'est de lui dont elle a besoin pour être heureuse. Et elle le sait. Mais elle voulait qu'il l'admette d'abord. Qu'il lui avoue. « Je pense à toi. Tout le temps. Moi aussi je deviens folle tu vois. Tu es dans chacune de mes pensées et ça me rend dingue. J'ai encore la saveur de tes lèvres sur les miennes. Je n'arrive pas à m'en débarrasser et j'en ai pas envie... » avoue-t-elle en se rapprochant de quelques pas vers Maxim, qui s'est isolé plus loin d'elle. Elle devient vraiment dingue. Dingue de lui. Et elle a tout essayé pour refrener ses sentiments. Elle a tout tenté pour arrêter de penser à lui et de ne pas écouter les battements de son cœur. Mais on dit souvent que l'amour est plus fort que tout.. « Esteban est quelqu'un de bien tu sais. Et ça aurait vraiment pu marcher entre nous s'il n'avait pas embrassé Mackenzie et s'il n'était pas en faux couple avec Lola. J'aurai pu vraiment tomber folle amoureuse de lui. Ca aurait été tellement plus simple Maxim. Plus simple pour nous ». Elle continue sur sa lancée en se rapprochant toujours un peu plus de son meilleur ami. Sans jamais le lâcher du regard. Sans jamais avoir envie de faire machine arrière. Elle a besoin de lâcher tout ce qu'elle a sur le cœur. Une bonne fois pour toutes. « Mais la vérité c'est que je ne supporte pas quand tu me parles d'autres filles. Je suis jalouse de cette Alexie avec qui tu es marié. A qui tu as dis oui Maxim. Et même si vous étiez ivre, tu lui as dis oui. L'alcool n'est pas une excuse. Regarde nous. On s'est embrassés à cause de l'alcool. Mais c'est pas pour ça que je n'en avais pas envie ». Leurs visages sont maintenant à quelques centimètres, voir millimètres l'un de l'autre. Elle ne le touche pas. Pas encore. Elle n'a pas fini son monologue. Elle n'a pas fini de tout lui dire. « Ca ne marchera jamais avec Esteban parce que la vérité, c'est que c'est toi ». Dont je suis entrain de tomber amoureuse. Elle n'ajoute pas ces mots mais il les a très bien entendus. Pas besoin de le dire pour savoir qu'il a compris son message. « C'est toi Maxim » ajoute-t-elle, histoire d'être certaine que son message soit clair. Son regard s'agrippe à ceux de son meilleur ami, elle tente de décrypter ce qu'il pense et ressent à ce moment là. Oh et puis merde. Elle cède  la tentation. Et ses lèvres s'accrochent à celles de Maxim. Tout d'abord tendrement, et puis plus passionnément.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Joyeuse Saint-Valentin aux deux plus beaux :mimi: :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: #6699cc Dim 15 Fév - 16:39


You're the light, you're the night. You're the color of my blood. You're the cure, you're the pain. You're the only thing i wanna touch. Never knew that it could mean so much, so much. So love me like you do, love me like you do. .ellie et maxim
( ♫ )

Faux pas sur faux pas, c'était ce qu'il était en train d'accumuler aux côtés de sa meilleure amie. Maxim en avait conscience mais, il était trop tard pour revenir sur ce passé, sur ces dernières semaines. Il le savait et c'était pour cela également qu'il agissait naturellement. Aujourd'hui, sur cette plage, il était prêt à tout lui dire. Le jeune homme était surtout prêt à y voir plus clair, à comprendre ses intentions. Tout en sachant que cela ne serait pas facile à gérer et que tout le monde ne pouvait pas être préservé. D'ailleurs, la première cible de Maxim était sans aucun doute le petit ami d'Ellie. Il ne pouvait pas le rater. Il ne pouvait pas passer au-dessus de ce détail et de cette romance à laquelle, il ne croyait guère. Maxim savait que cet avis n'était que personnel. Néanmoins, il tenait toujours à lui confier. Pas parce qu'il était égoiste et qu'il souhaitait la garder pour lui uniquement. Non, parce qu'il l'aimait plus que personne, parce qu'il l'aimait au point de lui dire toutes les vérités et même celles qui n'étaient pas bonnes à entendre. Il n'était pas fait pour elle. Elle n'était pas faite pour lui. C'était ainsi, c'était tout et c'était ce qu'il lui disait d'une certaine manière. En plongeant ses prunelles dans celles de la jeune femme, Maxim réalisait qu'il l'aimait un peu plus. Chaque jour qu'il passait, ses sentiments envers elle, évoluaient. Il ne comprenait pas pourquoi, ni comment. Néanmoins, il le ressentait. Du bout de ses doigts jusqu'aux profondeurs de ses veines. Il le ressentait et il essayait en vain de les gérer, de les canaliser. « Si tu pouvais déjà cesser de le protéger.. Oui, tu aurais dû me le dire. Oui, c'était à toi de le faire mais, parfois il faut admettre aussi que d'autres possibilités existent et qu'elles sont là, quand nous même nous n'y arrivons pas.. » ajoutait-il étonnamment et très calmement, très sincèrement. Cette phrase pouvait aussi avoir un double sens pour le jeune homme. Elle pouvait évoquer sa relation avec Esteban, tout comme elle pouvait évoquer la situation dans laquelle ils étaient. Maxim n'avait pas le courage de lui dire très clairement qu'il ne pensait qu'à leur baiser, qu'il était hanté par ce merveilleux souvenir et qu'il était prêt à tout pour se le remémorer dans ce présent. Il en profitait donc pour répondre à sa question de la manière la plus simple et directe qui soit. Lui. Maxim pensait qu'il était la personne dont elle avait besoin. Ellie avait besoin d'un homme comme son meilleur ami. Un homme comme il l'évoquait en quelques mots à peine.. Alors quand la jeune femme à son tour, lui faisait part de ses émotions, de cette sensation, de ce baiser. Un léger sourire venait prendre possession de ses lèvres. Un sourire qui disparaissait lorsqu'elle revenait vers lui et le forçait à la regarder. Il devait la regarder quand elle lui parlait de cet instant, quand elle lui parlait d'eux. Difficilement, Maxim arrivait donc à la fixer. Il en éprouvait des difficultés parce qu'il n'avait qu'une envie.. Il souhaitait la faire taire à l'aide de tous ces baisers qu'ils pourraient encore partager. « Je t'en prie.. Ne te compare pas aux autres. Ellie, tu n'es pas une autre. Et même si nous n'étions pas dans notre état le plus sobre, je ne souhaitais en rien te blesser, t'aligner au même niveau que toutes ces femmes. Tu es Ellie. Tu es.. » Elle était sa meilleure amie. Sauf qu'à cet instant précis, il n'avait pas envie de lui dire. Maxim essayait de gérer tout ce qu'elle venait de lui confier, comme cela en cinq minutes à peine. La jeune femme continuait toujours de se livrer. Elle continuait tellement que les mots lui manquaient. Maxim ne savait plus quoi dire pour la rassurer mais, également pour essayer de comprendre ce qui était entrain de leur arriver.. Jusqu'à ce vent, jusqu'à cette fin qui semblait sonner comme une fatalité. Jusqu'à ses derniers mots. Jusqu'à cette distance qu'elle balayait et ce baiser qu'elle lui accordait. D'un seul coup, sans le moindre signe, juste une fraction de seconde et ses lèvres étaient scellées aux siennes. D'un seul coup, comme ça, Maxim était figé et à la fois transporté. Il décidait donc de prolonger ce touché. Ses mains venaient se déposer de part et d'autre de sa nuque. Il la sentait contre lui. Il se laissait chavirer sans se tracasser. Sa peau. Son parfum. Le goût de ses lèvres. Il aimait tout. Il aimait tout chez Ellie, au point certainement d'en devenir fou. Réalisant soudainement cette possibilité, Maxim venait à se détacher. Son front contre celui d'Ellie, il essayait de retrouver ses esprits. Il essayait mais, il n'y parvenait guère. « J'ai peur de te perdre et tu sais que je ne le supporterai pas. Tu sais que j'en crèverai. » confirmait-il dans un souffle, avant que tout reparte aussi vite. Les battements de son cœur. Le frisson qui terrorisait tout son être. Il la regardait et aussitôt, il en voulait encore. Il souhaitait plus de baiser, plus de ces instants. Alors porté par la peur que celui pourrait être encore le dernier, Maxim revenait sceller ses lèvres à celles de Ellie. Sans lui demander son avis, il l'attirait davantage vers lui. Ils ne faisaient qu'un et il en profitait. A travers cet acte, il lui prouvait surtout qu'elle n'était pas comme toutes les autres. Ellie n'était pas toutes ces femmes qui avaient croisé sa route. Elle était bien plus. Et c'était aussi peut-être pour cela qu'il sentait ce baiser si particulier, si différent de tous ceux qu'il avait échangés par le passé. Il arrivait à le décortiquer, à le décrypter, dans chaque souffle, avec chacune de ses saveurs. Une douceur. Une confirmation. De l'affection. De l'abandon. Ils lâchaient prise. Ils en oubliaient le reste. Ils ne pensaient plus à ce qu'était hier et à ce que serait demain. Maxim n'était même plus sur cette plage. Il était bien loin, projeté dans une dimension qu'il n'avait jamais envisagée, dans cette possibilité que leur amitié n'avait pas toutes ses limites. « Je t'.. Je tiens à toi, Ellie. Et plus sérieusement, je ne sais pas ce qu'il nous arrive. J'en ai encore envie, aujourd'hui, toute la nuit et toutes les autres. » affirmait-il cette fois-ci, en essayant de retrouver plus sérieusement ses esprits. C'était également à cet instant précis qu'une goutte venait chatouiller le bout de son nez. Le ciel semblait ainsi se couvrir et Maxim était loin de s'en tracasser. Loin d'avoir peur de cette pluie qui allait abattre sur eux d'une seconde à l'autre. Loin de craindre la colère du ciel. Car sa plus grande faiblesse était face à lui. Il venait de l'embrasser. Il venait de lui confirmer et il était prêt à l'assumer d'une façon bien particulière. Rêvant de ses souvenirs qu'ils avaient, de cette nuit à Londres dont tous les détails lui manquaient..
Revenir en haut Aller en bas
Ness Glaswell
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : noémie
date d'inscription : 09/06/2014
nombre de messages : 5111
disponibilité rp : sebastian
avatar : lily james

MessageSujet: Re: three words, eight letters ... ~ maxim Lun 16 Fév - 22:05

“ Un peu nerveuse comme une débutante qui sait que son brushing est raté.
Un peu nerveuse comme au seuil d'une histoire d'amour. ”
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Ils se mettent à parler d'Esteban et le cœur d'Ellie se serre. Il est censé être son petit ami depuis plusieurs mois et pourtant elle ne s'est jamais sentie éloignée de lui. Un fossé de plus en plus grand se dessine entre eux et Ellie ne peut rien faire pour le reboucher. Pire encore, elle n'en a pas très envie. Elle a bien d'autres préoccupations qu'Esteban en ce moment. Depuis Londres, tout a changé. Entre eux, entre Maxim et elle, dans sa tête, dans son cœur. Tout est devenu si compliqué. En si peu de temps. « Il peut exister des possibilités qui nous effraient .. ». Des possibilités que l'on aurait jamais pu envisager. Que l'on ne pouvait pas envisager. Parce qu'elles sont trop dangereuses, mettant trop de choses en jeu. Comme une amitié, un lien qui unit deux personnes et qu'il ne faut pas détruire. Sous aucuns prétextes. Même pas celui des sentiments. Ellie le sent, une nouvelle ère s'inscrit entre Maxim et elle. Un nouveau tournant dans leur relation qui les effraie tous les deux, les paralyse, les fustige sur place. Ellie n'ose pas imaginer Maxim dans un autre rôle que celui du meilleur ami. Ils se sont toujours vu ainsi et même s'ils ont toujours su qu'un lien des plus forts les unirait pour toujours, ils se s'étaient jamais imaginés que cela puisse se transformer en un amour véritable un jour. Du moins Ellie n'avait jamais osé le voir de cette manière là. « Je suis quoi ? Dis le moi Maxim, parce que même moi je n'arrive plus à définir notre relation ... ». Elle s'agrippe à ses prunelles avec autant de ferveur qu'elle peut en offrir. Elle ne sait plus ce qu'ils sont l'un pour l'autre depuis Londres. Elle pensait naïvement que cette nuit ne changerait rien entre eux, comme le lui avait promis Maxim dans l'avion du retour. Mais plus les jours passaient et plus un silence pesant s'étaient installés entre eux. Petit à petit. Journée après journée. Nuit après nuit. Elle qui était certaine que leur amitié ne serait jamais entravé par quoi que ce soit voyait la réalité la rattraper. Maxim l'évitait. Beaucoup trop. Et son cœur dégringolait dans ses chaussures à chaque fois qu'elle pensait à lui. Il lui manquait. Terriblement. C'est pourquoi Ellie chérissait ce moment passé avec lui à la plage. Elle retrouvait son Maxim, rien que pour elle. Et dans un élan de sincérité, Ellie se mit à embrasser Maxim. Comme ça. Guidée par ses sentiments, par le moment. Ses lèvres scellées à celles de son meilleur ami, des papillons dans le ventre se mirent à s'agiter. Des frissons parcoururent son échine au contact des mains du jeune homme posées sur son cou. Ellie profite profite pleinement de ce moment, sans en perdre une seconde. Sa main droite passe dans les cheveux de Maxim lorsqu'il accole son front au sien. « Il n'y a pas de raisons que tu me perdes je t'assure. Mais pour être honnête, moi aussi j'ai peur. » avoue-t-elle, sans lâcher Maxim. Elle a l'impression que si elle le lâche, le perd juste un peu, alors elle le perd pour toujours. Et cette option n'est pas envisageable. Parce qu'elle aussi elle ne creverait de vivre sans lui. C'est lui qui l'a ramassé à la petite cuillère après son accident d'avion, lorsqu'elle s'était réfugiée à Londres pour oublier le bourreau de son cœur, Roman Da Russo. C'était Maxim qui l'avait bercé des nuits durant, recueillant chacune de ses perles salées. C'était lui qui lui avait redonné le goût de vivre et de sourire. Sans lui, elle n'était rien. Rien du tout. Maxim l'embrasse à nouveau. Ses bras s'accrochent au cou de l'anglais. Elle ne veut plus qu'il arrête. Elle a besoin du goût de ses lèvres. Elle ne peut plus s'en passer. Ca ne la dérangerait pas que ses lèvres soient collées à celle du jeune homme pour le restant de ses jours. « Encore heureux que tu tiennes à moi » le charrie-t-elle, caressant la joue de Maxim, un sourire sur le visage. Ils se sont déjà dis qu'ils s'aimaient. Un million de fois. Mais à ce moment-là, ils s'aimaient d'amitié. Alors ce n'était pas difficile de les dire ces deux mots. Sauf que cette fois-ci, il a buté. Maxim n'a pas pu les dire. Parce qu'ils ont une autre saveur. Plus profonde. Plus importante. Ils s'aiment d'amour. Mais ne sont pas capable de se l'avouer pour le moment. Plus tard peut-être. Quand ils seront assez grand pour s'aimer. Pour s'aimer vraiment. « Je n'ai plus envie que tu me lâches. J'ai envie de rester dans tes bras pour toujours » confie-t-elle, se blottissant dans au creux de l'étreinte rassurante de son meilleur ami. Elle ne sait pas ce qui va advenir d'eux. Ni dans quelle direction ils vont. Mais du temps qu'ils y vont ensemble, tous les deux, c'est tout ce qui l'importe. Et puis pour l'instant, seul compte ce moment-là. Qu'ils garderont gravé à vie dans leur mémoire. Sans jamais le partager. Il restera leur secret à eux. La première fois qu'ils se sont embrassés. Pour de vrai. « On va être trempés ! » s'esclaffe-t-elle, hilare. Le visage pointant vers le ciel, Ellie ferme les yeux au contact des gouttes de pluie sur ses joues rosées. La pluie commence à tomber à flot mais Ellie s'en fiche. Elle se met à rire, encore plus fort. L'eau de pluie lui chatouille le nez. Elle recule de quelques pas, prenant de l'élan, avant de se mettre à courir et de sauter dans les bras de Maxim. Ses jambes encerclent la taille du jeune homme, et elle enfoui son visage dans son cou. Il pleut mais ils sont heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: #6699cc Mar 17 Fév - 22:19


Tout est sombre.. C'est bien plus que ce tu peux prendre. Mais tu attires un rayon de soleil, qui brille.. Qui brille sur ton visage. Tu es dans mes veines et je ne peux pas t'en sortir. .ellie et maxim
( ♫ )

Il crevait de peur, tourmenté par cette évidence, ce sentiment et un tas d'autre. Maxim était comme figé. Il était là et il se sentait si loin. Loin de tout cela, de tous ses émotions qu'elle ravivait, qu'elle entretenait sans même en avoir conscience.. Ne serait ce qu'une seule fraction de seconde. Ellie comptait beaucoup trop pour lui. Il le ressentait lorsqu'elle essayait de s'expliquer, lorsqu'elle essayait de trouver la force qui lui manquait très clairement. La jeune femme faisait preuve du plus grand des courages, en perçant l’abcès, en souhaitant construire un pont au-dessus de ce fossé qu'ils avaient finalement creusé sans même le réaliser. Ellie avait surtout cette conviction dans le regard. Il le voyait. Il la reconnaissait. Et c'était aussi pour ça qu'elle avait été sa plus fidèle alliée au cours de ses dernières années. Elle le comprenait uniquement en un battement de cœur, en un clignement de paupière. A ses côtés, Maxim était l'homme le plus vulnérable du monde. Il l'était surtout davantage depuis cet interdit qu'ils avaient franchi, ce baiser qu'ils avaient partagé du bout des lèvres.. Si innocents, si jeunes, ils prenaient tous les risques. Ils franchissaient des limites qui n'étaient pas connues lorsqu'on parlait d'une amitié. Ils risquaient gros. Il risquait surtout de la perdre et dans ce genre de situation, Maxim ne savait que dire. Les mots lui manquaient. D'habitude, il était doué pour discuter. Il réfléchissait toujours et les réponses qu'il accordait, étaient sans aucun doute très bien construites. Sauf qu'à cet instant, aucun son ne parvenait à être formulé. Rien de concret. Rien qu'elle ne méritait. Alors, au lieu de dire des mots qu'il ne pensait pas ou qui n'avaient pas assez de poids, Maxim restait silencieux. Il restait là et il l'écoutait. Il l'écoutait craignant que tout ceci, rime à leur fin. Bon dieu, qu'il se pardonnerait pas. Bon dieu, qu'il s'en voudrait. Se laissant crever dans un coin du monde, Maxim ne pourrait pas le supporter. Et même lorsqu'elle lui posait cette question, lorsqu'elle lui demandait un mot, une manière de la qualifier, il ne trouvait rien. Il ne trouvait rien jusqu'à retrouver la saveur de ses lèvres. Un nouveau baiser. Le premier. Le plus vrai. Le plus révélateur. Le plus fort. Celui qui relançait les battements de ce cœur presque oublié, cet organe qu'il avait longtemps abandonné. Retrouvant ses prunelles, retrouvant leur complicité même si elle semblait évoluer, voir totalement changer. Maxim décidait à ce moment précis de reprendre la parole, de ne pas la laisser dans l'éternelle attente. Il ne voulait pas l'égarer. Cependant, cela lui semblait bien compliqué, réalisant évidemment qu'il ne pouvait plus l'épargner. Et que d'une manière ou d'une autre, ils étaient tous les deux coupables. Coupable d'avoir baissé leurs gardes et d'avoir craqué face aux charmes de l'autre, de cette autre moitié qu'on a tous au minimum, une fois envisagée. « Tu es magnifique. » déclarait-il simplement comme réponse à cette peur qu'elle exprimait. Balayant d'un revers de la main, cette mèche qui venait lui troubler la vue, sur le visage tellement parfait d'Ellie. Maxim la regardait à nouveau. Il n'arrivait pas à s'en détacher et se laissait une nouvelle fois emporté. Pris par le torrent de ses sentiments, il venait à nouveau s'accrocher à ces baisers. Il décidait de sceller ses lèvres aux siennes. Il voulait qu'elle soit surtout sienne. Une seconde. Une minute. Une heure. Une nuit. Une vie. Il cherchait simplement à profiter de cette proximité, sans se demander si tout cela allait durer. Il ne souhaitait surtout pas gaspiller la moindre miette de ce bonheur qui semblait tellement leur appartenir. Comme s'ils avaient toujours su qu'ils étaient fait pour être ensemble, sans oser se l'avouer. Comme si ce baiser n'était que le commencement d'une longue histoire, dont ils ne connaissaient guère le dénouement. Comme si la vie se traçait devant eux et qu'ils n'avaient plus qu'à mettre un pied devant l'autre. Maxim respirait par ce baiser, par cette chaleur qu'elle lui communiquait et cette étreinte qu'il appréciait. Cette main qu'elle venait poser avec la plus grande des délicatesses sur sa joue. Ce frisson qu'elle faisait naitre et cet homme qu'elle rendait fière. « Je ne compte pas te lâcher. Jamais.. Peu importe ce qu'il peut nous arriver. Je serai éternellement là, d'une manière ou d'une autre. Je serai à tes côtés. Je te le promets. Et cela même si tu commences à me détester.. » avouait-il tout en la tenant contre lui. Tout en sentant sa meilleure amie se détacher et laissant tomber ses prunelles instinctivement dans les siennes. La pluie semblait arriver et Ellie ne ratait pas l'opportunité de lui faire remarquer. C'est vrai que si proche du paradis, Maxim en avait même oublier le reste, le monde, la vie, tout ce qu'il y avait autour d'eux, parce qu'il n'avait d'yeux que pour elle, que pour cet instant qu'ils partageaient. La tenant donc contre lui, le jeune homme n'hésitait plus. Quitte à être trempé, autant l'être jusqu'au bout.. Avançant vers l'océan, Maxim souriait. Il avait à nouveau cet air totalement innocent. Cet air dont elle connaissait l'origine, de ce garçon qui avait dû grandir trop vite, qui avait du avancer sans le moindre repère, sans son père. « J'espère que tu ne m'en voudras pas pour cela.. » ajoutait-il toujours aussi heureux, aussi parfait. Accélérant le pas, tout en la tenant contre lui, Maxim se jetait dans l'océan. Il n'était pas comme ça. Il n'était pas fou. Il n'était pas inconscient, mesurant à chaque moment les risques d'une situation. Mais, pour le coup, ils avaient pris tous les dangers. Ils s'étaient embrassés une fois, puis une seconde. Ils s'étaient parlé sans vraiment tout se dévoiler. Ils s'étaient laissé vivre et il avait envie de continuer.. De vivre à ses côtés, le meilleur et le pire. Voilà donc que leurs corps disparaissaient dans l'immensité de l'océan. La force des vagues venaient les bousculer et Maxim venait à s'en détacher. Ou presque, tenant Ellie, du bout des doigts, il avait pris le soin de s'attacher à elle d'une manière ou d'une autre. Dans cette vie. Dans cet océan. Dans leurs tourments. Et au fond, il le savait. Il l'aimait. Il l'aimait de beaucoup de façon, espérant en secret qu'il finirait par trouver la bonne. Celle qui lui permettrait d'être toujours à ses côtés, en l'épargnant, en la préservant. Cependant, les méandres de son cœur étaient sombres et bien compliqués. Il était un homme qui n'arrivait plus à conjuguer ce grand verbe, ce grand sentiment qui pouvait changer une vie. Il espérait qu'elle lui laisserait donc du temps pour apprendre, qu'elle lui laisserait le temps qu'il faudrait pour l'aimer comme elle le méritait.. Une finalité qui réchauffait déjà chaque partie de son être mais, qui lui semblait si loin. Pourtant, si proche de son autre moitié, de son Ellie.
Revenir en haut Aller en bas
Ness Glaswell
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : noémie
date d'inscription : 09/06/2014
nombre de messages : 5111
disponibilité rp : sebastian
avatar : lily james

MessageSujet: Re: three words, eight letters ... ~ maxim Mer 11 Mar - 16:44

“ Le temps s'est accéléré d'un coup, et c'est tout mon futur qui bascule.
Les envies, les projets, les souvenirs ”
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Le temps s'est figé. Suspendu dans l'air. Comme à chaque fois qu'ils se retrouvent tous les deux. Seulement tous les deux. Le monde peut s'écrouler qu'ils ne s'en rendraient pas compte. Lorsque Ellie et Maxim sont face à face, il n'y a plus rien qui existe. Et c'est ce qu'elle aime tant dans cette relation avec son meilleur ami. Il est toujours là pour elle et surtout il sait l'écouter comme personne. Rien ne peut interrompre les moments qui les lient. Ils sont précieux et n'appartiennent qu'à eux. Et surtout ils sont toujours disponibles l'un pour l'autre. Que ce soit de jour, comme de nuit. Jamais Maxim n'a répondu absent lorsqu'Ellie a eu besoin de lui. Il a toujours été là, pour les coups durs comme pour les moments heureux. Il est le seul à la connaître aussi bien et à savoir quoi dire ou comment agir pour apaiser ses maux. Depuis qu'ils se sont trouvés, il est devenu sa famille. Celle qu'elle a choisi et qu'elle aime par-dessus tout. Ils savent qu'ils ne peuvent compter que l'un sur l'autre et que ça sera sans doute toujours ainsi. Mais Ellie n'aurait souhaité autre meilleur ami que son Maxim. « Arrête de dire des bêtises ». Ses jouent piquent un fard. Ellie, elle n'est pas très à l'aise avec les compliments. Généralement elle les balaie d'un revers nonchalant de la main. Elle n'a pas une haute estime d'elle-même et a toujours été persuadée qu'elle n'était pas belle, qu'elle ne valait rien. Le dénigrement de sa mère à son égard a eu raison de son assurance. Elle a fini par croire tout ce qu'on lui disait. Tu es trop grosse, tes cheveux sont trop secs, tu n'es pas assez intelligente, tu fais tout mal, pourquoi tu t'es habillée comme ça, arrête de faire la gamine. Elle a pris trop au sérieux tous ces dires et elle en a perdu beaucoup de son humour et de sa joie de vivre. Parce qu'on a beau de se forger une carapace du tonnerre, se prendre de telles remontrances à longueur de journée, ça fragilise l'égo et la confiance en soi. Et Ellie, elle n'en a pas. De confiance en elle. Elle est persuadée qu'elle ne vaut rien, qu'elle vaut tripette. Alors évidemment qu'elle ne peut pas entendre de la bouche de Maxim de tels compliments. C'est trop pour elle. Et puis surtout elle se dit qu'il ne lui dit cela que pour la gratifier, lui faire plaisir, sans réellement penser de tels mots. Et plutôt que de s'arrêter sur cela, elle préfère se réfugier dans l'étau de ses bras. Plus réconfortants, plus cajoleurs. Elle voudrait que ce moment s'éternise, qu'ils restent ainsi pour toujours. A ne plus décoller leurs lèvres, à vivre dans les bras l'un de l'autre. Mais comme tout rêve, la réalité finira toujours par refaire surface. A leur plus grand damn. « Pourquoi je te détesterait Maxim ? Ce n'est pas d'actualité et ça ne le sera jamais ». Quelle idée saugrenue se dit-elle, bien qu'elle perçoive dans ces mots les peurs de son meilleur ami. L'amour peut briser la plus belle des amitiés c'est un fait. Et tous les deux savent qu'ils ne peuvent pas vivre l'un sans l'autre. Alors que deviendront-ils si la haine se mélange à l'amour et que cela les éloigne ? Mieux ne vaut-il pas conserver une belle amitié, quitte à vivre avec quelques regrets ? C'est la question que se pose Ellie. Et Maxim aussi. Elle peut le lire dans ses yeux. Et puis surtout elle le connait. « Maxim !! » s'écrie-t-elle, ses jambes entourant le buste de son meilleur ami. Ses bras s'agrippent autour de son cou lorsque ce dernier les emmène dans l'eau. Elle tente de ne pas se décrocher de lui histoire de l'emmener autant que possible avec elle dans l'eau. Quitte à être complètement trempés, autant qu'ils le soient tous les deux teh ! « Si cette nuit je meurs d'une pneumonie, tu auras ma mort sur la conscience ! » grogne-t-elle, en lui envoyant des giclées de l'eau dans le visage. Elle laisse ensuite échapper un rire innocent. Ils font attraper une bonne crève, ça c'est certain, mais Ellie n'échangerait ce moment passé avec Maxim pour rien au monde. C'est tout eux ça. L'innocence et la spontanéité de se jeter dans l'eau en plein hiver, se fichant des conséquences pré-requis. Ils sont jeunes, ils profitent, c'est aussi simple que cela. Ils auront tout le temps d'être sérieux plus tard. « Ca m'avait manqué. Ces moments avec toi » confie-t-elle à Maxim, un petit sourire sur les lèvres. Elle se rapproche doucement de lui, jusqu'à poser ses mains sur les épaules du jeune homme. Son visage à quelques millimètres du sien...et puis plouf !!!! Ellie appuie de toutes ses forces sur les épaules de Maxim jusqu'à le couler entièrement. « Un point partout ». Hilare, elle s'éloigne de son meilleur ami qui va se venger. Elle en est totalement consciente. Et ça l'a fait encore plus rire. Deux gamins.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: three words, eight letters ... ~ maxim

Revenir en haut Aller en bas

three words, eight letters ... ~ maxim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» with the words of a love song . ? (lysander&lullaby)
» Lettre de remerciement aux parents
» ? Comment procéder ?
» letters from the sky (sara)
» Un déjeuner chez Maxim's ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-