AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

People are forged proud to themselves painful torment.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: People are forged proud to themselves painful torment. Sam 3 Jan - 0:03

They say, they want heaven they say, they want God I say, I got heaven well I say, I am God
Cora & Alexander

Assise devant lui, son regard brûlant dans ses yeux verts clairs, elle se demandait si son destin était d'être toujours sous le joug d'un homme plus âgé, plus fort, plus grand, plus puissant qu'elle. Est-ce que sa vie entière serait dédié à une vie de soumission ou bien retrouverait-elle un jour la liberté éphémère qu'elle avait connu lors de son année à New-York, des bribes de souvenirs flous et bien réels qui lui avait donné cette puissance pour s'occuper de son frère par la suite. Serait-elle assez forte pour tout faire, tout accomplir, réaliser son but ultime, son objectif de vie. Elle regardait le ciel en dehors, par la fenêtre du café, avec un regard pensant et sans doute très impoli envers l'homme qui lui faisait face. Alexander avait beau partagé son lit de nombreuses fois par le passé, elle n'avait aucuns sentiments pour lui. Pourtant, son attitude révoltée et son regard perçant pouvait tendre au contraire. Le voir en face d'elle, assis dans ses habits d'un luxe tape-à-l'oeil, la rendait fébrile, fragile. Elle se revoyait sous lui, son regard la transperçant comme personne, ses baisers et ses caresses. Elle se revoyait se tordre de plaisirs mais aussi hurler à la mort quand son attitude devenait trop révoltante, trop dominatrice. Elle voulait échapper à ses souvenirs là, mais son esprit lui redonnait envie qu'il la possède entièrement. Totalement. Cora n'était pas une fille ayant aligné un nombre incalculable de mecs. Ils se comptaient sur les doigts d'une main ceux qui ont eu le plaisir de la connaître dans des circonstances si particulières. Elle se réservait avant, tenant à être irréprochable. Mais depuis la mort de Ben, elle s'était laissée allée, allant un peu à droite et à gauche sans jamais passer à l'acte. Mais avec Alexander, elle s'était livrée, elle s'était donnée. Et il avait pris ce qu'il voulait avant de la laisser partir sans la retenir. Au Starbuck, son chocolat macchiato dans les mains, elle le regardait à demi, se demandant vraiment ce qu'il lui voulait. « Alors Alexander ? Après le mec qui veut me sauter, tu passes à celui qui veut me protéger ? » Cora ne supportait pas ce changement de situation et l'arrivée du jeune homme en face de son lieu de travail de nuit l'avait vraiment bousculée. flashback La nuit était tombée depuis longtemps sur San Francisco. Les clubbeurs se démenaient déjà sur la piste de danse avec hardiesse et une dose d'alcool dans le sang à faire pâlir les agents de polices. Elle travaillait parfois en tant que serveuse à l'absinthe bar ou au endup club, parfois même au lexington. Elle connaissait ces endroits y ayant été quand elle était jeune et avec Seth. Mais à présent, elle y travaillait, gagnait son beurre, se tuait à la tâche afin de finir ses fins de mois et d'aider son frère dans la mesure du possible. Cora travaillait comme jamais elle qui n'aimait pas ça et préférait se vautrer dans son lit sous sa couette avec un bon bol de céréale ou de glace à la pistache. Elle se disait qu'elle devrait encore vivre cette vie pour des années encore, à lutter pour la moindre économie, se refuser des petits plaisirs et se tuer au travail avant d'avoir la vie dont elle rêve, une vie où elle serait en harmonie avec son compte en banque. Les fêtard de la ville semblaient s'être donné rendez vous à l'absinthe bar, envahissant l'espace avec maladresse et brutalité. Cora ne supportait pas ça mais elle prenait sur elle bien qu'elle ait déjà crié sur plus d'une personne qui avait balancé son verre sur ses nouvelles chaussures. Chaussures qu'elle devrait aller donner au pressing et qui lui  couterait bien trop chère son goût. « Cora, ton service est terminée ma chérie, ça fait une heure que tu es en heure supplémentaire. » Son boss, Patrick, avait bien vu qu'elle n'en pouvait plus, qu'elle était au bord de la crise de nerfs. Son corps était déjà bien endoloris par les heures de danse quotidienne et sa tête bourdonnait douloureusement au son des basses et de la musique électronique qui passait dans les enceintes. Déposant son plateau au comptoirs, vide de liquide mais plein de verres à shooters, elle se rendit dans les vestiaires avec un sourire de soulagement. Elle était debout depuis à présent de longues heures et n'en pouvait plus. Heureusement qu'elle n'avait pas cours le lendemain et ne pensait qu'à s'entraîner car elle n'aurait pas pu assumer de nouveaux ce rythme deux jours à la suite. Enlevant son t-shirt imbibé d'alcool et son short noir puant la cigarette, elle se passa de l'eau sur le corps, essayant de se rafraichir au maximum avant de rentrer chez elle. Elle n'était pas loin mais l'idée de faire le trajet dans cet état la rendait malade. Sa tenue de la journée, un simple débardeur blanc avec un cardigan rouge profond et un jean bleu tout ce qu'il y a de plus banale, et son portable sur elle, elle prit son sac d'une main et sortit dans le froid californien afin de rentrer chez elle. Son corps avait envie d'un lit bien douillet afin de la réconforter d'avoir passer un jour de plus sans pensée à une vie bien révolue qu'elle avait vécu. New York était loin derrière elle, et elle voulait le croire encore. Alexander Astoria était sortit de sa vie depuis bien longtemps, lointain souvenir d'une vie de débauche qu'elle avait vécu dans la grosse pomme. La rue était déserte, fait inhabituel vu qu'elle sortait là où les fumeurs étaient normalement. Mais personne. Elle continua à descendre les escaliers, bien décidé à ne pas se laisser intimidé par la noirceur de la nuit quand des pas venant de derrière la surprit. Deux hommes avec des joints à la main, ayant sans doute une bonne dose de THC dans le sang et de l'alcool coulant dans leurs veines en feu. Cora resta de marbre, elle continua sa route comme si de rien n'était. Bornée et impétueuse. Le rire étrange des deux hommes ne l'alarma pas plus que ça, habituée. Mais la main poisseuse de l'un d'eux la rendit nerveuse quand elle s'abattit sur son épaule. « Et, enlève ta main de là. » Elle n'était pas timide la Cora. Elle criait, hurlait quand il le fallait, bien décidé à ne pas se laisser faire dans un monde où la femme se rabaissait elle même par des préjugés et des images préconçues. Retirant elle même la main de l'inconnu sur son épaule, elle le fusilla du regard, effrayée comme jamais devant le danger qui se tenait en face d'elle. Cora la jouait dure, elle pouvait adopter une attitude complètement fausse car aussi perçant que se voulait son regard, il était aussi emplis de peur. Le bourdonnement d'une voiture venant vers eux la fit sursauter. Une belle voiture, sans doute excessivement chère et appartenant à un personne qu'elle avait souhaiter ne jamais revoir. Astoria. Les deux hommes qui voulaient s'en prendre à Cora partirent, pas convaincu de s'en prendre à une fille qui avait l'homme le plus riche de la ville contre eux. « Mais qu'est-ce que tu fous là Astoria ? » Elle était éberluée, complètement hébété devant le spectacle du new yorkais venant à sa rescousse. Ce n'avait jamais été ça entre eux, pas de relation, pas de protection, juste du physique pur et dur, rien d'autre. Alors voir le jeune homme devant elle dans toute sa puissance, lui si obnubilé par ses chats et si peu intéressé par le monde de la nuit version clubbeurs, la rendait fébrile, peureuse de la suite. Car si il y avait une chose qu'elle avait apprise après cette année à New York, c'est que l'Astoria ne se déplace jamais pour rien. fin flashback Revenant à la réalité, n'ayant plus qu'un café froid dans sa main, Cora regardait Alexander avec ce regard. Ce regard emplis de question et de réponses sans fondements. L'avait-il suivit depuis New York ? Que faisait-il à San Francisco ? Avait-il fait faillite ? Mais qu'elle était cette intervention divine qui avait mis le jeune homme sur sa route une nouvelle fois.


1er rp pour Alexandeeeer :plop:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: People are forged proud to themselves painful torment. Ven 20 Mar - 23:49

:out:
Revenir en haut Aller en bas

People are forged proud to themselves painful torment.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» The Vocal People 2010
» Little people Fisher Price
» Les Village People
» [Opérations diverses] Sauvetage des boat-people
» Emission media people 7 décembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-