AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

ça devait juste être un moment sympas △ Garrett & Olivia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: ça devait juste être un moment sympas △ Garrett & Olivia Sam 6 Déc - 0:52




   


Garrett & Olivia
ça devait juste être un moment sympas
« Je n’en peux plus ! Je veux juste rentrer chez moi, me faire une bonne soupe et me mettre sous la couette ! » J’ai passé une vraie matinée de m***e et je veux juste qu’elle se termine au plus vite. Normalement, les galères m’arrivent assez rarement, je suis quelqu’un d’assez chanceuse. Seulement, aujourd'hui, elles se sont pal mal enchaînées jusqu’à me rendre folle ! Ce matin, je me réveille avec un boucan insupportable autour de moi. Je ne comprenais pas pourquoi il y avait autant de bruit, surtout en pleine nuit. J’avais une longue journée devant moi et pas mal de choses à faire, si j’étais fatiguée par tout ça, j’allais leur faire payer très cher. Malheureusement pour moi, il était huit heure vingt-six, soit l’heure où je devais déjà être en cours en train de présenter mon exposé. Comment j’avais pu louper mon réveil ? Je le mets toujours au max pour pouvoir me réveiller directement. Je suis une vraie marmotte et en général rien ne me réveille. Je dois mettre la radio avec un son plus que fort pour pouvoir sortir de mon sommeil. Je n’ai pas cherché à comprendre pourquoi je n’avais pas entendu mon réveil, je devais me dépêcher pour aller en cours avant que celui-ci ne se termine. Je n’ai pas pris le temps de me doucher, je me suis revêtue de mon vieux sweat à capuche Hollister, du premier jean qui me passait sous la main, j’ai pris mes baskets Adidas, mon parka, je suis partie me brosser les dents en temps record –bonjour le brossage autant prendre un chewing-gum -, passé une lingette sur le visage, pris un élastique, me suis fait une couette, pris mon sac et je suis partie directement au pas de course à mon cours que se trouvait à l’autre bout de la fac. Je n’allais pas courir, j’allais sentir encore plus mauvais, non, j’ai piqué le skate d’un des garçons, et me suis dirigée en roulant dans le sud de la cité. C’est vrai que c’est plutôt absurde de me voir sur une planche à roulettes, mais là franchement, je me fichais de ce qu’on pouvait penser de moi. Je devais à tout pris me rendre à ce foutu cours et présenter mon exposé, sinon j’étais bonne pour repasser mon année, et franchement j’en ai pas vraiment envie. Et puis franchement, je n’étais pas maquillé, ni coiffé et pas vraiment habillé comme il fallait, bref me voir sur un skate n’était rien à côté de tout ça. Mais finalement le pire ne m’était pas encore arrivé. Je ne suis pas vraiment une grande professionnelle du skate, et je devais aller au plus vite. En roulant le plus vite possible, une des roues s'est malheureusement stoppée sous un caillou, me faisant tomber en même temps. Ma journée avait mal commencé et il fallait bien que ça continue sur ce chemin. Je suis tombée la tête la première malgré avoir essayé de me rattraper avec mes mains. J’ai tout simplement mérité d’avoir le nez en sang, quelques griffures sur le visage et mes paumes, un mal pas possible au poignet et bien entendu avoir déchiré mon jean. A part ça tout allait bien ! Malgré la douleur que je ressentais énormément, les étudiants qui m’avaient vu effectuer cette chute ne pouvaient pas s’empêcher de pouffer de rire. Franchement, j’avais qu’une envie, c’était de leur cracher au visage et leur faire subir le même sort ! « Ahah, mais c’est très drôle de voir quelqu’un tomber, mais bien sûr, c’est juste hilarant ! Imbéciles vah ! » Je n’avais pas le temps de m’occuper d’eux et puis surtout, je saignais pas mal du nez et le sang m’horripile au plus haut point. J’ai donc ramassé le skate, et mon sac puis j’ai repris ma course. Je marchais d’un pas rapide tout en pinçant le nez avec un mouchoir. Je ne préférais pas voir la tête que j’avais, franchement, je suis suicidaire aujourd’hui et si monsieur Kitori n’accepte pas mes excuses, je vais littéralement exploser sur place. J’avais du sang plein la main, j’avais la nausée rien qu’en voyant ça. Je n’arrêtais pas de me demander pourquoi tout cela m’arrivait, et pourquoi aujourd’hui l’une des journées les plus importantes de la journée. Je suis arrivé avec plus d’une heure de retard à mon cours. J’avais honte d’arriver aussi tard et encore plus avec cette tête-là. Avant d’ouvrir les portes, je m’étais enlevé le sang que j’avais sur le visage et essayé de me calmer. Tous les regards c’étaient rivés sur moi quand et des bruits ce sont fait entendre lors de mon entrée dans l’amphi. Je savais qu’ils ne parlaient pas du cours, mais je me fichais bien de ce qu’ils pouvaient dire. Pour une fois que j’étais dans une situation de faiblesse, ils allaient pouvoir en profiter. Bizarrement, mon professeur n’a pas refusé mes excuses et m’a même proposé de repousser la date de mon exposé. Je ne pense pas qu’il l’a fait parce qu’il m’aimait, je pense plutôt que c’est le fait que j’ai le nez violet, et éraflé, enfin bref que mon visage soit tout simplement pitoyable. Suite à cette victoire, je m’étais alors dirigée la tête haute vers ma place initiale. Les étudiants baissaient le regard quand je passais devant eux, trop bêtes, ils pouvaient baisser le regard mais je savais qu’ils étaient contents de voir une bêta dans cet état-là, et ce n’est pas mes amis qui allaient les contredire. Je m’étais alors assise, et pris ma trousse de secours qui se trouvait dans mon sac. Non ce n’est pas n’importe quelle trousse de secours, celle-ci fait pharmacie et trousse de maquillage. Je ne pouvais pas rester comme ça, fallait à tout pris que j’arrange cette horreur. J’avais tellement attendu la fin du cours que j’étais juste soulagé d’enfin quitter le site universitaire. J’avais reçu un message de mon chouchou me demandant si je voulais bien manger un bout avec à lui. Je n’avais pas vraiment envie de sortir, je rêvais tellement de me cacher sous mes draps, mais si c’était pour voir mon Garrett rien que pour moi, je ne pouvais pas refuser. Cela faisait un petit moment qu’on ne c'était pas retrouvé que tous les deux. J’étais tellement heureuse de pouvoir partager un moment rien qu’avec lui. On se voit souvent, ou l’on se croise, mais y a toujours quelqu’un avec nous. Cette fois, je ne vais pas monter sur une planche de skate, je vais prendre le bus, ça vaut mieux pour moi. « Diego ! Tiens ta planche, je t’expliquerai ça plus tard, mais merci de me l’avoir prêtée ! » « Quoi ? Mais je ne t’ai rien prêté ! Et il t’est arrivé quoi ? » « Oui, et c’est pour ça que je te remercie, n’en fais pas tout un plat ! Ne deviens pas désagréable avec moi, j’aurai très bien pu ne pas te la rendre ! » BIP BIP BIP, je crois que y en a un qui est en train de s’impatienter ! Faut mieux pas perdre de temps sinon je vais en entendre parler pendant dix ans. « Oui Choucou, je viens juste de finir mon cours, je pars ! Quoi ?... Mais non je ne traine pas, je suis en route, je te dis ! … Oui, j’arrive, à tout de suite! » C’est étrange, mais je ne suis pas certaine qu’il me croit.


   
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d

"les couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jazz Redington
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : Fanny - starbucks crazy
date d'inscription : 31/08/2013
nombre de messages : 6233
disponibilité rp : open (cora ; kira)
avatar : julian morris

MessageSujet: Re: ça devait juste être un moment sympas △ Garrett & Olivia Mer 17 Déc - 0:59

Cette foutue réunion de rentrée a bien mis Garrett dans de sales draps. Il s'est retrouvé confronté à tous ses amis, à révéler sa maladie à tous et surtout à affronter leur colère. Parce que de la colère, ils en ont à revendre. Dany en est un des plus probants exemples. Leur engueulade a été magistrale, humiliante presque pour avoir été étalé publiquement à l'Université, et donc forcément dans les tabloïds américains qui se sont fait une joie de relayer l'information. L'accusant de lui avoir caché la vérité, d'avoir manqué à leur promesse d'être toujours honnête, de ne pas avoir été l'ami qu'il aurait du être, Dany lui en avait purement et simplement mis plein la gueule. Garrett l'avait particulièrement mal pris d'entendre la jeune femme lui parler ainsi. Elle n'avait pas compris, elle n'avait vu que par son intérêt, que de son côté. Elle n'avait pas cherché à comprendre Garrett, à écouter son point de vue. Et si une chose est certaine, la seule autre personne capable de réagir de la sorte - hormis Babi l'hystérique bien évidemment - c'était sa sœur. Leur lien est tellement fort, tellement unique que parfois, on pourrait penser qu'ils sont jumeaux, ou même âmes sœurs. Ca ne serait guère une surprise qu'ils le soient par ailleurs. Mais voilà, tout comme pour Dany, Garrett a pris la décision de cacher à sa sœur sa tumeur et donc la fausse alerte de son cancer. Il le sait, Olivia va crier, hurler, tempêter d'avoir été mise à l'écart et de ne pas avoir su que son petit frère était blessé. Olivia n'était pas présente à la réunion de rentrée et n'avait donc eu connaissance de la petite bombe qu'avait lancé la Seven Society au sujet de Garrett. Mais la réunion ayant eu lieu depuis quelques jours, nul doute qu'Olivia, fervente des potins et surtout sœur reconnue de Garrett auprès de tous, apprendra la nouvelle tôt ou tard. Aussi, pour prendre les devants, Garrett avait proposé à sa sœur d'aller prendre un café sur l'Ocean Avenue, où il en était sur, le cadre serait idyllique et permettrait d'éviter tout scandale. Du moins, Garrett l'espérait vraiment. Mais connaissant sa sœur, rien n'était moins sur, car un scandale pour elle n'est jamais bien loin. Sa sœur avait bien sur accepté l'invitation avec grand plaisir, et c'est ainsi que Garrett se trouve à Ocean Avenue, attendant patiemment sa sœur. Contrairement à d'habitude, l'oméga est en avance, installé au café, prêt à recevoir sa sœur. Son anxiété l'a forcé à arriver plus tôt que prévu, de sorte de pouvoir être capable de préparer le terrain et de s'entrainer à dire ce qu'il devait dire à sa sœur. Nul doute que la conversation risque de s'annoncer houleuse. Celle-ci est par ailleurs en retard. Non que ce soit une grande surprise, après tout, ces deux là ne sont pas frère et sœur pour rien. Mais voilà, ça ne fait qu'accroître l'anxiété du jeune homme. Alors évidemment, il appelle sa sœur et celle-ci le rassure, elle est en chemin. Il a du mal à y croire, mais il doit faire confiance à sa sœur après tout. Lunettes vissées sur le nez, Garrett espère bien ne pas avoir attiré trop l'attention sur l'endroit. Heureusement pour lui, ils sont en semaine et peu de gens semblent présent dans l'endroit, ce qui rassure Garrett. Et puis finalement, la jeune femme arrive, dans une tenue qu'il ne lui connait pas, un sweat, un jean, rien de bien sexy pour sa sœur qui pourtant, accorde un soin si particulier à son apparence. « Liv', tu m'expliques cette tenue immonde que tu portes? Depuis quand tu portes des sweat-shirt comme celui là ? » Qu'il rigole tout en étant criant de vérité. Entre eux, pas de chichis, ni de faux semblants, seulement une vérité étourdissante. Autant dire qu'il n'y va pas par quatre chemins lorsqu'il demande des comptes à sa meilleure amie pour cette tenue. Il prends sa sœur dans ses bras et dépose un baiser sur sa chevelure blonde. Il la laisse s'installer et appelle une serveuse, laissant sa sœur commander ce qu'elle désire avoir. Garrett se moque de combien il pourrait dépenser pour sa sœur. Sans compter qu'il le ferait. Et il le fait par ailleurs. C'est lui qui lui paye l'intégralité de ses études - tout comme à Mackenzie, égalité oblige -, autant dire qu'il se moque de combien il pourra dépenser pour sa sœur. S'il pouvait lui offrir la lune, Garrett le ferait, sans hésiter. « Comment se passe les cours ? J'ai à peine l'occasion de te voir en ce moment … C'est de la folie ! »[/b] qu'il lui demande, intéressé par sa sœur et son avenir. Un jour, sa sœur deviendra un grand chef, étoilé qui plus est, et Garrett lui offrira le restaurant de ses rêves, c'est une certitude. « D'ailleurs, j'espère que tu as pris l'habitude de ne pas te déplacer seule, mais toujours avec quelqu'un ? Il est hors de question que l'on t'attaque, que tu sois l'une des victimes de cette putain de société, hein ? »[/b] Il espère que son message a été suffisamment clair et fort. Mais le blablatage c'est bien beau, mais ça ne permet pas d'entrer dans le vif du sujet.  Aussi, il comprend qu'il est temps de passer le cap et de dévoiler son secret - qui n'ne est plus vraiment un -  à sa sœur bien aimée. « En parlant de cette société, dis moi, tu n'étais pas à la réunion de rentrée, celle qui a fait intégré les nouveaux venues dans les confréries? Enfin non, j'imagine que non, sinon, on en aurait déjà parlé. »[/b] Bien sur que non elle n'y était pas, sinon il y a belle lurette qu'Olivia serait venue le voir et aurait cherché à avoir une explication. Non, la jeune femme n'était pas présente, ce qui ne facilite pas la tâche de Garrett et de révéler ce secret.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ça devait juste être un moment sympas △ Garrett & Olivia Mar 13 Jan - 14:24




   


Garrett & Olivia
ça devait juste être un moment sympas
J'avais opté pour prendre le bus, je me suis dit que ça serait certainement la plus simple des solutions. Bon, c'est surtout que je n'ai pas du tout confiance aux chauffeurs de taxi –j'ai l'impression que ce sont des escrocs, j'en suis même certaine. Après, le bus possède plusieurs gros points noirs, du genre qu'on ne peut pas louper. Je suis quelqu'un d'assez maniaque sur la propreté, et franchement les transports en commun ... bah ... y a pas plus ragoutant : un vrai nid à saloperies. Je ne m'assoie jamais, je préfère rester debout. Un jour, j'ai vu un petit se faire pipi dessus alors qu'il était assis sur l'un de ses sièges –je ne suis pas certaine que ça a été réellement nettoyé. Si après ça vous n'êtes pas écœuré, je ne peux pas faire grand-chose pour vous. Ainsi, je préfère rester debout, et me tenir à la barrière qui se trouve à côté des portes de sortie. Bien évidemment, je ne tiens pas la barrière comme ça à main nue, je prends toujours soin d'avoir plusieurs paquets de mouchoirs dans mon sac. Dans ce cas, je me tiens avec un mouchoir à la main. Comme ça mes vêtements restent ''propres'' et je n'ai aucun contact physique avec quoi que ce soit qui soit remploi de bactéries en tous genre. Bon, il est vrai que l'on me regarde souvent avec un drôle de regard : elle est folle cette fille ! Non, je ne suis pas folle, je suis seulement consciente que la planète est remplie de personnes qui foutent leurs mains partout et qu'ils sont juste dégoutants au point de ne jamais se laver les mains dans la journée. Je tiens à préciser que de seulement passer les mains sous l'eau ne lave pas les mains, ça les mouille, c'est tout ce que ça fait.

Après quelques minutes de bus, je sors enfin de ce transport rempli de monde. J'avais rendez-vous avec Garrett à Ocean Avenue, autant dire que ce n'est pas le petit rendez-vous. Cela fait déjà quelques jours que je n'ai pas vu Garrett, et il me tarde d'enfin le revoir. Petit on ne se séparait que très rarement, ou si l'on ne se voyait pas pendant X temps –comme quand il était en Angleterre- on s'envoie pas mal de messages et l'on essaye de se voir au maximum sur Skype. C'est assez étrange de se dire que l'on se voit alors que des kilomètres et des kilomètres nous séparent. J'avais véritablement l'impression qu'il était là en chair et en os sous mes yeux que rien nous séparait. Il nous manquait seulement le contact physique. Je rêvais souvent de le prendre dans mes bras et de le serrer très fort contre moi. De le couvrir de bisous, et de lui ébouriffer ses cheveux –qu'est ce qu'il déteste ça.

Marchant le long de l'avenue, je vois enfin celui qui me manque quotidiennement. Il est debout le regard à l'affut derrière ses grosses lunettes de soleil, qui au passage ne lui vont pas si bien que ça. Ça lui donne un air de bad boy, ce qui est assez comique. Je sais qu'il est assez difficile de passer inaperçu quand on est en présence d'une ''célébrité'' et par moment, j'aimerai juste qu'il n'y ait personne entre nous. Toute souriante, je m'approche d'un pas plus rapide, « Liv', tu m'expliques cette tenue immonde que tu portes? Depuis quand tu portes des sweat-shirt comme celui là ? » De quoi il parle ? Pendant quelques instants, j'avais oublié dans quel état je me trouvais. Habitué a me voir jour après jour dans des tenues choisies avec goût, ça n'étonne pas vraiment qu'il soit très surpris de me voir habillé comme cela. Croyez-moi, j'aimerai bien me changer, j'ai l'impression que je suis une dépressive et que je ne vais jamais me remettre de mon chagrin. Habituellement, je porte ce sweat le soir quand j'ai vraiment froid, et que je suis tranquillement assise dans un bon gros fauteuil en train de regarder un film. Je déteste être habillée comme ça dans la journée, j'ai l'impression d'être un gros sac. En plus de cela, j'ai le nez tout égratigné. Autant dire que je ressemble à un sans-abri. Heureusement pour moi que j'ai eu le temps de cacher un peu tout se désastre. Le maquillage est le meilleur ami des filles. « Heu ... j'ai eu quelques petits problèmes ce matin, et toi s'est quoi ces lunettes. Etre nous ça te donne une mauvaise allure. Viens donc que je te fasse un câlin. » Je suis fière de la relation que j'ai avec Garou –joli petit surnom qu'il a eu droit dès sa naissance, pourquoi je ne m'en souviens plus vraiment. On peut se taquiner sans que l'un ne se vexe, ce qui n'est pas vraiment le cas avec Mackenzie et Jake –avec eux vaut mieux faire attention à ce que l'on veut dire. Il se met alors se met alors à rigoler, pas rancunier de ce que je lui ai dit. Après tout il n'y a rien de méchant, je lui faisais juste part de ce que je pensais. Je lui adresse mon plus beau sourire, et viens me blottir contre lui. Je sens ses bras se refermer autour de moi, comme pour me protéger de tout le monde qui nous entoure. Ma tête posée sur son cœur, j'entends son rythme cardiaque, ce qui me convient que ce n'est pas un rêve, mais bien la réalité. Je sens ses lèvres se déposer tendrement sur mon crâne, baisant ainsi ma longue chevelure dorée. Il me relâche doucement et m'invite à prendre place sur une chaise au niveau de la terrasse. Je regarde autour au tour de moi et remarque qu'il n'y a pas grand monde aujourd'hui. On va peut-être pouvoir être tranquille cette fois-ci. Il appelle une serveuse et s'installe en face de moi. Une jeune brune vient alors à nous et demande ce que l'on désire. Je ne sais pas vraiment ce que je vais prendre. D'un œil rapide, je liste les plats et tombe net sur ce que j'aime par-dessus tout : les moules. Je pose la carte, et regarde mon frère avec de grands yeux. Ça ne va pas lui plaire, mais j'en raffole. Je vois dans son regard qu'il me demande tout sauf ça, mais je ne peux pas y résister, ça fait tellement longtemps que je n'en ai pas mangé. Je me tourne alors vers la serveuse, lui tendant la carte et lui dit doucement que je désire des moules marinières avec des frites. Je me frotte alors les mains et commence à faire mon regard malicieux pendant que Garrett commande à son tour. Je bave déjà de ce que je vais manger. « Comment se passe les cours ? J'ai à peine l'occasion de te voir en ce moment ... C'est de la folie ! » Je n'avais pas vraiment envie de parler de moi, je suis bien trop pressé de savoir comment se porte mon petit frère chéri. Je parle à mon sujet à longueur de journée, il est tant que l'on parle de quelqu'un d'autre. « Très bien, très bien, mais parlons de toi. J'en ai marre de m'entre parler à longueur de journée. Et oui, je viens bien que tu ne prends pas le temps de venir voir ta sœur chérie, et crois moi un jour, tu vas me le payer. Ô oui. » Je lui lance ce faux regard noir, pour lui montrer que je lui pardonne et lui tapote la main. Jamais je ne lui en voudrais, j'ai bien essayé, mais je n'y arrive pas. Pourtant, je suis forte pour ce qui est de bouder des heures et des heures, mais avec lui ça ne prend pas, j'aime même tout bonnement laissé tomber l'affaire. Je reprends mon sérieux, « Comment tu vas ? Tu m'as manqué, faut vraiment que tu arrêtes de disparaitre comme ça de la circulation. Un jour, on va croire que quelqu'un t'a tué, et là ... bah je devrais étriper tout le monde. » C'est plus fort que moi, je ne peux pas rester sérieusement deux minutes quand je le retrouve. Sans lui, je ne suis pas certaine d'être qui je suis aujourd'hui, non, je devrais dire que je suis certaine que je ne serais pas cette personne actuelle. Il a tant fait pour moi, que jamais je ne pourrai le remercier. C'est grâce à lui que je suis là aux USA, que j'ai eu assez de forces par le passé. Je lui dois tant de choses, que je pense qu'il y a un livre entier de remerciement qui l'attend « D'ailleurs, j'espère que tu as pris l'habitude de ne pas te déplacer seule, mais toujours avec quelqu'un ? Il est hors de question que l'on t'attaque, que tu sois l'une des victimes de cette putain de société, hein ? » Je lui lance un regard acquisiteur, mais c'est vrai que ça ne serait pas déplaisant d'avoir un garde du corps à mes côtés. Par contre, je pense que je m'en lasserai très vite. Je déteste avoir quelqu'un sur mon dos h 24, et en plus de ça je pense que ça ne plairait pas vraiment aux garçons et là ma kot serait de zéro –merci mais non merci. « En parlant de cette société, dis moi, tu n'étais pas à la réunion de rentrée, celle qui a fait intégrer les nouveaux venues dans les confréries? Enfin non, j'imagine que non, sinon, on en aurait déjà parlé. » Par chance, il changea vite de sujet ce qui m'évita de devoir me justifier de mon choix. « Hm non ... j'en avais pas vraiment l'envie, bien que j'ai dit ne pas en avoir le temps. Pourquoi, qu'est-ce qui a été dit ? » Je ne suis pas certaine de comprendre de ce que Garrett est en train de me parler. En général on ne parle jamais de ça, ce n'est même pas considéré comme étant un sujet important. Et surtout pourquoi me dit-il on en aurait déjà parlé. Ce n'est qu'une petite réunion de présentation, rien de véritablement important. Je n'aime pas trop la tournure que ça et je sens que la situation est en train de déraper. Je prends mon regard sérieux et le regardes droit dans les yeux tout en lui enlevant ses lunettes. « Garrett, pourquoi tu me parles de ça ? »


   
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d

"les couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jazz Redington
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : Fanny - starbucks crazy
date d'inscription : 31/08/2013
nombre de messages : 6233
disponibilité rp : open (cora ; kira)
avatar : julian morris

MessageSujet: Re: ça devait juste être un moment sympas △ Garrett & Olivia Lun 26 Jan - 21:05

4 000 messages pour la soeur préférée de Garrett :mimi: :plop:

Sa sœur est l'incarnation parfaite de la femme prenant un temps fou, un temps incalculable pour se préparer chaque jour. L'apparence est pour elle une des choses les plus importantes qui soient, et ça a toujours été le cas. Même lorsque elle était enceinte et qu'elle devait cacher sa grossesse aux yeux de tous, Olivia avait un sens aigu de la mode. Même avec une tunique large, la jeune femme était capable d'être incroyablement jolie et à la pointe de la mode. Autant dire que la voir débarquer dans une tenue aussi banale et casual qu'un sweet-shirt est la chose la plus surprenante qui soit. Alors forcément il demande à la jeune femme ce qu'il en est pour comprendre ce changement. « Quels petits problèmes ? Et les lunettes de soleil c'est parce que je voulais être tranquille un après midi sans avoir un tas de groupies me tournant autour. Tu me connais, un peu de tranquillité n'a jamais tué qui que ce soit. » Il pose un baiser sur sa joue avant de rappeler le serveur pour prendre commande. Son café à ses lèvres, il écoute sa sœur lui répondre et attendre gentiment sa commande. Et puis bien sur, il prend de ses nouvelles, à savoir comment se passe ses cours. Ils ont beau vivre ensemble depuis qu'elle est arrivée à San Francisco, ces derniers temps, Garrett n'a guère eu l'occasion de croiser sa sœur, ou même son autre sœur Mackenzie. Entre les différents rendez-vous liés à sa musique, les cours qui lui prennent plus de temps que prévu, les nombreuses fêtes auxquelles il se rend régulièrement, et bien sur ses amis qui lui prennent un temps fou. Et puis bien sur, il y a Babi, la jeune femme qu'il cherche désespérément à attirer dans ses filets, parce qu'il pense qu'elle est la femme de sa vie. Stupide idée, stupide façon de voir, sachant que la jeune femme est fiancée à un autre, un connard de delta. « Oh tu sais rien de bien neuf sur moi. Une vie à cent à l'heure, je n'ai même plus le temps de te voir à la maison lorsque je rentre le soir. Mais des fois c'est toi qui est absente aussi je te ferai remarquer ! Je pourrais me fâcher moi aussi ! Et je vais très bien, ne t'inquiètes donc pas pour moi ! Mais toi, tu ne m'as rien dit, comment tu vas? » Il doit bien y avoir quelque chose dans la vie de la jeune femme qui se passe, pour qu'elle cherche toujours à dévier la conversation sur lui. Ou bien, elle est au courant pour la réunion, pour la tumeur, ce si gros secret qu'il lui a caché. Ce serait une possibilité, et c'est pour quoi il décide de mettre les pieds dans le plat et de savoir si la jeune femme était à la réunion. Peut-être que si elle lui dit la vérité à ce sujet, Garrett saura qu'elle est au courant et il pourra donc tout lui avouer. C'est une idée stupide, incohérente mais avec toutes ces histoires, il n'arrive pas à choisir ce qui serait le plus logique. La jeune femme ne répond pas à sa première question, ce qui signifie fortement qu'elle se balade seule dans les rues de San Francisco ou du moins de l'Université, sans avoir le moindre soutien de la part de quelqu'un. Hum, il n'aime pas trop ça, cela ne le rassure guère et lui donne l'intime conviction qu'en un clin d'œil il pourrait arriver quelque chose à sa sœur, qu'on pourrait la lui retirer en un rien. Clairement, Garrett n'est pas rassuré et nul doute qu'il va être très explicite avec la prunelle de ses yeux. « Tu n'as pas vu toutes les conneries qu'ils ont faites, toutes les menaces qu'ils ont proférées ! Ils ont attaqué Leyna sur scène… Leyna, l'australienne, ton amie, mon premier amour ! Ils l'ont tasés, sans s'inquiéter un seul instant des conséquences ! Alors promets moi que tu sortiras toujours avec quelqu'un, surtout sur le campus ! Ne reste jamais seule, même si c'est avec Jake. Tu sais qu'en dépit de notre différence, il ne laissera jamais quoi que ce soit t'arriver. » Même si c'est la guerre depuis leur enfance, même si les choses ont été loin d'être simple depuis toujours, une chose est sure, jamais Jake ne laisserait quoi que ce soit arriver à ses frères et sœurs, jamais il ne pourrait se pardonner quelque chose de la sorte. Et ça, Garrett le sait parfaitement parce qu'il n'en pense pas moins. Lorsque Jake s'était retrouvé dans la rue à Londres, sans un sous en poche et que Garrett l'avait trouvé ainsi, il lui avait fait un gros chèque, pour l'aider à se relever et à redresser la barre. Bien sur, la condition était qu'ils ne reparlent jamais de cette aide et que jamais ils ne le mentionnent à Mackenzie, Olivia ou même leurs parents. Personne n'est au courant hormis les deux frères, et une chose est sure, cela restera ainsi pendant encore très longtemps. Alors oui, l'oméga est certain que son frère protégera sa sœur, si besoin. Mais bien sur, ce n'est pas vraiment le sujet de la conversation. Ce n'est pas vraiment le but de toutes ces retrouvailles. L'annonce de sa tumeur a été révélé et l'oblige à mettre sa sœur dans la confidence afin d'éviter qu'elle ne l'apprenne n'importe comment. C'est un sujet délicat, qu'il ne sait pas vraiment comment aborder mais il décide de se lancer, à pied joint. « En fait, si je te parle de ça, c'est parce que lors de cette réunion, plein de secrets ont été révélé sur les membres de Berkeley. Des trucs cools et moins cools. Babi est fiancée par exemple … T'imagines le choc… » Te dégonfle pas Garrett, balance la sauce et dis lui le secret. « Enfin bref, y'a un de mes secrets qui a été révélé… Le seul dont tu ne sais rien, que je t'ai toujours caché. Je sais que tu vas m'en vouloir de ne t'avoir rien dit mais c'était un truc tellement anodin, tellement bénin qui s'est résolu tellement facilement que je ne voyais pas l'intérêt de le mentionner. » Accouche Garrett, arrête de tourner autour du pot. Il ne devrait pas avoir peur de dire les choses à sa sœur. Mais lorsqu'il voit l'expérience qu'il a eu avec Dany, qui l'a très mal pris et qui l'a engueulé et giflé devant tout le monde, Garrett a tous les droits d'avoir peur de la réaction de sa sœur. « En fait, il y a quelques années, j'ai fait un malaise alors que j'étais avec Jules. Elle m'a forcé à aller chez un médecin et on a découvert que j'avais une tumeur aux poumons. J'ai subi une petite opération et on m'a retiré la tumeur qui était bénigne. En soit, ce n'était pas quelque chose de bien grave mais comme ça a explosé aux yeux de tous, je pensais qu'il serait bien que tu l'apprennes par moi et par personne d'autre. » Bon clairement, il s'attend à se prendre une nouvelle claque pour cette nouvelle. C'est donc pour se préparer qu'il retire ses ray-bans, afin d'éviter qu'elles atterrissent dans le caniveau.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ça devait juste être un moment sympas △ Garrett & Olivia Dim 1 Fév - 0:27

Hiiihiii quel grand honneur!  coeurboum




   


Garrett & Olivia
ça devait juste être un moment sympas
J’ai tellement honte de me présenter dans une tenue pareille, une vraie souillon, j’ai l’impression d’être un sac à patate rempli de terre qui sort tout droit de l’arrière-cuisine. J’aurai mis un gros sac poubelle noir sur le dos ça aurait été du pareil au même. Je vois bien que Garou est plus qu’étonné de me voir ainsi. Je l’ai été moi-même quand j’ai vu mon reflet, à la limite de faire une crise cardiaque. Le physique, c’est ce qui me définit complètement, c’est ce à quoi on m’associe. Je pourrais tout aussi bien faire styliste, ou coach en mode, je ne mettrais pas longtemps à me faire un nom dans ce milieu qui reste tout même très sélecte. Mais je ne vois pas en faire mon métier, c’est un plaisir –un très grand pour ne pas mentir-, une passion qui restera simplement une activité très prenante dans mon planning. Ce n’est pas comme la cuisine. La cuisine, j’aime ça, c’est toute ma vie. J’ai même l’impression que je passe le plus clair de mon temps dans la cuisine, et surtout, je crois que je suis une de ces rares personnes qui aime faire les courses pour acheter des produits frais –je ne suis pas folle, je ne vais pas dépenser des sous pour des produits déjà tout faits et bourrés de produits chimiques. À dire vrai, je vis de la cuisine, certains vivent de la musique, de l’écrit, moi au contraire, je vis de ça. Beaucoup pensent que c’est quelque chose d’assez incertain et d’assez oser, mais c’est tout à fait ce que je cherche : la prise du danger. C’est peut-être un défi, mais c’est ce qui rend la chose aussi intéressante.

« Rien de bien grave, une panne de réveil, non plus exactement mon réveil n’a pas sonné alors que j’avais un exposé à faire. Ne t’en fais pas, mon professeur à tout à fait compris la situation, et il l’a déplacé. » Garrett ne me raconte pas vraiment des choses nouvelles, je m’en rends compte qu’on ne se voit jamais, alors qu’on est sous le même toi. Des fois, j’ai même l’impression que des océans nous séparent, alors qu’au final, on est bel et bien sur la même terre et surtout au même endroit. On a juste des emplois du temps totalement différents qui ne nous permettent pas de pouvoir nous voir régulièrement. Mais, malgré tout, on se laisse de petites attentions que ce soit sur la porte du frigo, sur le bar de la cuisine, dans la salle de bains, ou sur la porte des toilettes. C’est tout un tas de petites choses qui font que même si on ne se voit pas des masses, on a l’impression d’être là quotidiennement présent pour la personne. Il disait que lui aussi, il pouvait se fâcher de mes absences, mais il ne peut rien contre moi. Je fais non d’un signe de tête, tout en faisant une tête à croquer. Lui me fâcher ? Mais où va le monde ?! Il a aussi remarqué que j’avais détourné la conversation directement et seulement sur lui. Je n’avais pas vraiment envie de parler de moi, mais c’est vrai que des choses me chagrinaient un peu. J’avais appris tant de choses, vécu tant de moments forts et épuisants à la fois, que je ne savais plus vraiment quoi dire. J’avais revu Jorden, alors qu’on ne s’était pas croisé, et même tout simplement pas adressé la parole depuis oula très très longtemps ; j’ai aussi appris que mon meilleur ami avait un lourd passé, quelque chose d’insoutenable ; puis surtout, j’avais été prise à part par Phil pour parler du passé alors qu’encore une fois, je tentais de lui échapper. C’était beaucoup de choses à partager, mais je n’en avais pas envie. Je sais que si j’avoue à Garrett que celui qui m’a mise enceinte se trouve dans la même université que nous, il allait se mettre dans une rage immense. Je ne veux pas qu’il se mette dans des états pareils, Phil n’en vaut même pas la peine, c’est un con qui ne mérite même pas qu’on lui porte de l’intérêt. « Hm je suis un peu surchargée niveau travail à cause des exams, ce qui fait que je dors très peu. Mais tout va bien tant que je ne lâche pas prise. » J’avais dit la vérité sans m’attarder sur les choses alentours et les détails.

Garou, c'est mon petit frère, mais pourtant, il agit comme si c'était lui l'ainé de la famille. C'est lui qui prend soin de toute la famille, que ce soit Mack, Jake ou moi. Normalement, ça devrait être moi qui devrais prendre soin de tout ce petit monde, mais les rôles se sont inversés, non pas que je m'en plaigne. Il a toujours pris soin de moi, mais plus on grandit et plus il me protège. Ça ne m'étonnerait pas qu'un jour, je finisse derrière une bulle qui me protège de toutes bactéries et de toutes personnes nuisibles à ma santé tant corporelle que mentale. Il n'est pas du tout content que je me ballade seule, mais je m'en contre-fiche. Je suis libre d'agir à ma guise, et je ne suis pas fan à l'idée que quelqu'un suive tous mes faits et gestes. « Gar, je ne vais pas me trimbaler avec quelqu'un sur le dos h vingt-quatre. » J'avais oublié cette affaire, Leyna. Je ne sais pas vraiment ce qui s'est passé, mais que la pauvre a mis du temps à s'en remettre. Mais je vois bien que ça le chagrine beaucoup, et qu'il se fait un sang d'encre pour moi. C'est vraiment touchant, je n'ai pas envie qu'il s'en fasse, mais je tiens aussi à mes principes. « Des choses affreuses arrivent tout le temps, mais on ne va pas pour autant s'interdire de vivre ou de se cacher derrière de gros bras. Mais je te promets de toujours faire attention, et d'avoir un brave homme avec moi quand je sors la nuit. Ne t'en fais pas pour moi, tout va bien se passer. Je suis trop casse pied pour que l'on vienne s'en prendre à moi. » Mettre une touche d'humour, c'est aussi un moyen de le rassurer et de lui montrer que seul lui s'inquiète de la situation. Je lui adresse au passage un petit clin d'œil. Je ne veux pas qu'il prenne peur, les choses se passent bien, et puis qui a envie de s'en prendre à une fille comme moi. Je suis une vraie casse pied, il faut l'avouer. Je suis cette fille qui ne se laisse pas faire, et qui ne tient pas sa langue en place. Bon après, il est vrai que ce n'est pas ma personnalité qui fait que personne ne va m'attaquer un de ces jours. Non, c'est surtout le fait que je connaisse pas mal de monde, dont de grands et forts hommes. Là, on se dit « elle, je ne vais lui chercher des noises ». Il évoque aussi le fait que Jake, mon autre frère, sera toujours là pour me défendre. Je n'en doute pas une seule fois. Malgré tout ce qui nous sépare, je sais qu'il sera toujours là pour me défendre si quelque chose de grave m'arrivait. J'en ferai autant pour lui, de même pour Mack.

Finalement, il revient sur cette réunion dont je n'avais même pas pris la peine d'assister. Il devait s'être passé tout un tas de choses assez importantes pour qu'il veuille prendre la peine de m'en parler. J'avais entendu quelques échos, mais pour moi, c'était juste pour faire parler les gens, histoire de les occuper pour un certain temps. « Oui ... j'en ai étendu parlé. J'espérais que c'était une blague ... » J'en avais entendu parler pendant plusieurs semaines, et j'ai toujours cru que c'était une blague. Je ne peux pas croire que c'est du sérieux tout ça. Ça m'a fait beaucoup de peine vis-à-vis de Gar qui a toujours des sentiments pour elle. Attends ... attends ... de quoi il parle ? Un secret qu'il ne m'a jamais avoué ? C'est quoi cette histoire ? Je croyais qu'entre nous, il n'y avait pas de chichi ! Garde ton calme Olivia, il va t'expliquer ça, et trouver une bonne raison à cette omission, et elle a intérêt d'être juste méga bonne. Que ce soit anodin ou pas, il devait m'en parler. Je ne dis pas un mot, préférant ne pas le couper dans son élancer. J'ai le regard sévère, les mains jointes, et mon pied-droit qui fait des à-coups. Je n'arrive pas à croire qu'il m'est caché quelque chose. Il déballe alors avec difficulté le secret qui n'était plus un secret pour la plupart de monde. J'imagine que je suis l'une de ces rares personnes qui n'était jusque-là pas encore au courant. Puis mon visage se décomposa. Mon regard devint livide et ma bouche s'entre-ouvra. « QUOI ?! » Je suis en colère, et en même temps sous le choc. Je suis sur le cul, y a pas d'autres termes. Comment a-t-il pu me cacher quelque chose d'aussi important ? Je me fiche que ce soit bénin ou pas, il n'a pas à me cacher des choses pareilles. On ne sait jamais, la vie imprévisible. Finalement, mon impulsivité l'emporta, je me lève, lui claque le dessus de la tête et lui donne coup de poing dans l'épaule espérant que ce dernier coup lui a fait mal. « Comment as-tu pu me cacher une chose pareille ?! Gar, ce n'est pas un petit secret de rien du tout, c'est capital ! Et puis il aurait manqué plus que ça, que je l'apprenne par quelqu'un d'autre. Je n'en reviens pas que tu ne mets rien dit. » Je sens que je respire fort, que la colère se mélange à la tristesse. Je me mets alors à masser ma main droite. J'avais frappé assez fort, et je commence enfin à sentir la douleur monter. Je le regarde droit dans les yeux, il doit comprendre qu'il a eu plus que tort de m'avoir caché ça. Il avait subi une opération, c'est du sérieux. Tout le monde sait que les opérations peuvent mal tourner, non pas que je sois pessimiste, mais les choses peuvent vite mal tourner. « Mais à quoi tu pensais ? Faut vraiment être inconscient ! Tu me déçois énormément Garrett. » Je lui en voulais beaucoup de ne pas m'avoir appelé pour m'en parler, pour me dire qu'il était malade, mais que je ne devais pas m'en faire, que tout allait bien se passer. J'aurai paniqué, j'aurai pris le premier vol, certes, mais au moins j'aurai été présente. » Je lui en voulais beaucoup de ne pas m'avoir appelé pour m'en parler, pour me dire qu'il était malade, mais que je ne devais pas m'en faire, que tout allait bien se passer.


   
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d

"les couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ça devait juste être un moment sympas △ Garrett & Olivia Ven 20 Mar - 23:46

:out:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ça devait juste être un moment sympas △ Garrett & Olivia

Revenir en haut Aller en bas

ça devait juste être un moment sympas △ Garrett & Olivia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Doux moment...
» Ma tite collection (pour le moment les vernis, maj bientot) Edit : réf
» Le juste [...] ne craindra pas de mauvaise nouvelle. — Ps. 112:6, 7.
» juste un chti plaisir...
» Juste un petit coucou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-