AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

how to get away with murder - pv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: how to get away with murder - pv Mer 22 Oct - 1:16


- Are you sleeping with anyone ?
The question was asked so casually
It took a second to process what he’s said.
I inhaled sharply
- Why is that any business of yours ?
- Relax sweatheart, that just a question
He looked at me and I saw what I’d seen the first time
Both of which had me taking an involuntary step back
Again. At least I didn’t fall this time



i'm sorry i can't hear you over the sound of me being awesome.
NEW YEAR'S EVE 2015 – Autrement dit pour Gale une nouvelle année qui s’annonce comme les précédentes. Rempli de bon temps et … uniquement de bon temps en faite. Entre ses sorties avec son acolyte de toujours et l’avancement de sa fuck list il doit bien avouer qu’il vit plutôt bien. Quoi qu’il en soit, pour lui les soirées du nouvel an annonce une grosse partie de saoulage intensif accompagné de partie de jambe en l’air sans restriction. Cette soirée et bien souvent le bon moment pour prendre son pied sans avoir trop d’effort à faire, les bonnes résolutions de ses demoiselles sont bien vite oubliées après deux ou trois verres de liquide cristallin diaboliquement aphrodisiaque. C’est presque trop facile. Devant son miroir il se dévisage, que dis-je il s’admire, affreusement élégant dans son costume Hugo Boss. Il le sait il ne va pas passer la soirée de sa vie, un bal à l’université pour le nouvel an tellement cliché mais limite obligatoire pour marquer le coup. Quoi qu’il en soit monsieur Hamilton prit soin de ne pas conduire ce soir, puisqu’il ne sait pas où mais surtout avec qui il va finir. Pourvu qu’il soit saoul, il ne prend aucun risque inutile. C’est en attachant ses derniers boutons de chemise qu’il descendit les marches de sa résidence en plein centre ville pour embarquer dans sa limousine. Ce soir le peuple de San Francisco est déchainé et Gale se promit d’en faire partie. Allouant au peuple de Berkeley son indifférence des grands jours, Gale revêt son air le plus impérieux. Lui qui s’attendait à passer une nuit de folie, le voilà seule dans cette grande salle et il s’ennui comme un rat crevé. Pas encore de Jace à l’horizon -sérieux qu’est-ce qu’il fou- Mais à la place une Babi qui à déjà un verre à la main, il a trouvé sa cible avec qui passer la soirée. Il se hâta à choisir lui aussi une boisson et alla à sa rencontre tel un prince rencontrant sa princesse de la soirée. « .Quel est l’abruti qui ose te laisser seule quand tu es aussi élégante. » lâcha-t-il pour annoncer son arriver. Elégante n’est pas tout à fait le premier mot qui lui était venu en tête mais bien trop vulgaire pour être comté à haute voix. Finalement passer la soirée avec Babi est un bon lot de consolation, avec elle, notre Gale est persuadé de s’amuser. Que ce soit pour rire du peuple ou bien simplement pour rire de leurs conneries -enfin surtout celles de Babi-. Le champagne commence à faire de l’effet il se sent révolter et plein d’énergie et ce n’est pas en admirant Babi que cela risque de calmer. Après de nombreux fou rire, les deux protagonistes se regardent sans se lâcher. Ils sont un peu fous et Gale n’a pas envie de terminer sa soirée aussi tristement. « .On y va. » Qu’il lui sort d’un ton des plus fermé. Gale agrippa rapidement la main de Babi et pressa le pas pour la faire sortir au plus vite. Comme si la salle était en feu et que leurs vies sont en danger. « .Où est-ce que tu m’emmènes Galou ? » Siffla une Babi légèrement éméchée. Pour une fois Gale ne fit aucun commentaire sur ce surnom insupportable qu’elle prenait soin à sortir dés qu’elle en a l’occasion. Gale et Babi furent stoppé dans leurs tentatives d’échappement par une jeune fille un peu excitée s’adressant à Babi. « .Babouuuuuu, Garret te cherche il faut que tu viennes !. » Il n’en fallut pas moins à Gale pour lever les yeux au ciel et arrêter directement la maxime de la jeune femme en face d’eux. « .On s’en fou de Garrett, qu’il aille voir celle à la féminité douteuse, la blonde là. » Incapable de sortir son prénom tant il ne lui porte aucun intérêt il reprit aussitôt. « .Le bas peuple ne se mélange pas avec la royauté. » Qu’il sort très modestement, décidément un Gale sous l’influence de l’alcool sort que des conneries. Comment Garret a pu préférer se taper ça alors qu’une Babi s’offrait pratiquement à lui. Il continue sa démarche en prenant d’éviter toute personne familière à Babi ou bien même à Gale, et ils se retrouvèrent très vite et enfin dans un lieu totalement vide où enfin il pourrait être plus tranquille. Il ne fallut pas longtemps pour que la princesse de la soirée pose ses lèvres celle de Gale. Il l’avait sentit, sa tirade contre Garrett avait eu le dons de satisfaire mademoiselle Pelizza Da Volpedo. Bien joué Hamilton, tu as gagné t’as soirée avec ses quelques mots. C’est un Gale satisfait qui se laissa entrainé dans la folie du moment par une Babi complétement hystérique par son héro de la soirée. Ils n’en sont pas à leur premier coup d’essai, donc aucune pression. Mais il est clair qu’il n’avait jamais envisagé de remettre le couvert. Non seulement pour Jace bien qu’il n’y verrait aucun inconvénient mais aussi parce que leur relation avait évolué dans le sens ou les deux étaient maintenant ami. Mais s’amuser avec Babi n’allait pas lui déplaire bien au contraire. Ce qui est plutôt étrange puisque Gale à normalement pour principe de ne jamais repasser une deuxième fois. Babi est différente, d’ailleurs elle seule peu prétendre à ne pas être inscrite dans son carnet de notation féminine. « .Je ne verrais plus cette bibliothèque comme un lieu d’éducation à présent sache le. » Qu’elle est forte cette Babi, maintenant à chaque fois qu’il aura envie d’aller étudier dans cette bibliothèque il se remémora le bon moment passé avec son amie. Enfin pour ce soir c’est friend with benefit. Lucky you princess you will spend the best night of your life.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: how to get away with murder - pv Jeu 23 Oct - 21:16



If this room was burning
I wouldn't even notice
'cause you've been taking up my mind
with your little white lies.
You say you're a good girl
but I know you would girl
cause you've been telling me all night
with your little white lies.

Babi Pelizza Da Volpedo et son amour démesuré pour les bals, son irrésistible envie que sa vie ne soit faite que de ce genre d’événements et ce sens de la démesure concernant sa robe. Qui dit bal de la nouvelle année, dit associer l’élégance avec la folie et quoi de mieux qu’une robe bustier de couleur champagne (remplie de strass et paillettes) signée Oscar de la Renta pour cette occasion. May you rest in peace. Babi elle est belleeeee, Babi elle pourrait  concurrencer une à une toutes les princesses de Disney et plus encore. Charmée par les lieux décorés pour l’événement, elle se plait à penser qu’elle pourrait rester enfermée dans ce monde féerique pour le restant de ses jours.  Naïve, la  petite Babi. «.Alors c’est donc ça la phrase d’approche de Gale Hamilton..» Naïve mais loin d’être dupe. Elle lui répond du tac au tac quand elle sent le loup s’approcher un peu trop près d’elle. Elle esquisse néanmoins un sourire lorsqu’elle l’entend prononcer le mot ‘élégante’, première fois dans toute l’histoire de sa vie que Gale avait du qualifier une demoiselle de la sorte. Et un point pour l’Hamilton.  «.C’est ton soir de chance, aujourd’hui je me sens plus festive et moins…» coincée du cul ? «.Oui, plus festive quoi.»  Autrement dit, je me laisse prendre au jeu et je ne pense pas aux conséquences qui peuvent en découler. De toute façon, elle est déjà trop éméchée pour penser à quoique ce soit et inutile de parler de bonnes résolutions pour 2015. Les trois seules qu’elle pourrait prendre (et qui ternissent son tableau parfait) : ne plus tomber amoureuse d’un Italien (ciao Miles), ni d’une rockstar (garrett, si tu l’entends) ou bien encore d’un malade (hello calouu). La Babi, c’est plutôt des mauvaises résolutions qu’elle devrait –essayer- de prendre et elle se laisse doucement tenter par le diable. Elle était la proie idéale qui n’allait pas tarder à être mangée par son prédateur, son Gale. Pour une fois, elle ne lève pas les yeux vers le ciel quand monsieur s’octroie le luxe de lui offrir des sous-entendus aussi gros que l’égo de Jace et remplace ses éternels soupirs par des insinuations (loin d’être aussi salasses que celles de Gale, évidemment). Elle fait la belle, joue de son regard, met ses atouts en valeur et le charme comme si c’était la première fois qu’ils se rencontraient. L’alcool lui monte à la tête mais elle s’en contre-fiche, elle sait comment va se terminer cette soirée et surtout, avec qui. Elle affiche un air satisfait lorsque Gale lui donne le signal ‘ allons faire des bêtises ‘ et se retient de le comparer à Christian Grey vu la manière dont il l’attrape et lui parle. Exciting. «.Où est-ce que tu m’emmènes Galou ?.»  qu’elle lui demande telle une fausse prude à la limite de l’innocence avant d’être stoppée dans sa lancée par l’une de ses meilleures amies. Garrett la cherche, ouh boy. Si elle avait été dans son état normal et sans Gale, elle aurait probablement accouru vers le Fitzgerald mais pas maintenant, pas aujourd’hui et monsieur Hamilton ne semblait pas d’accord. «.Ouhhh tou-ché.» un point la ‘féminité douteuse’. «.Et double tou-ché.» et deuxième point pour la royauté. «.They can’t sit with us.» qu’elle lance au passage parce que c’est un truc entre Galou et elle, qu’en prime ça se rapporte bien à la situation avant que son poignet ne soit empoissonné une seconde fois par l’Hamilton. Du calme, le futur de cette soirée était déjà tout tracé. Elle se laisse emporter dans la foule, guidée par Gale et ne cherche même pas à comprendre. Après tout, c’est LUI le pro dans ce genre de situations. Et finalement, ils atterrissent dans le lieu sacré qu’est la bibliothèque de l’université de Berkeley. «.Sache que c’est ma première fois dans une bibliothèque.» qu’elle lui confesse avant que les choses sérieuses ne commencent. Babi elle aime le romantisme, les pétales de rose, les mots doux. «.Et je suis honorée que tu ailles à l’encontre de tes principes pour moi.» Elle n’a même pas le temps de finir sa phrase qu’elle se retrouve plaquée contre l’une des étagères, ses lèvres scellées à celles de Gale. La première fois, ils avaient fait ça en ‘douceur’ alors que là, c’était plus … bestial. Ils s’embrassent plus fougueusement à chaque seconde qui passe et le désir ne cesse de s’accroître dans tout son corps. Si bien, qu’elle pose maladroitement son  I-Phone 6 (qu’elle garde toujours auprès d’elle) contre …. à vrai dire elle ne sait même pas quoi et trop envoutée par Gale, elle ne fait pas attention au verrouillage du téléphone. Libre enfin, elle passe ses mains tièdes sous la chemise de son amant et ne perd pas de temps pour la lui enlever. Mauvaise petite Babi. Ils se titillent, se cherchent, jouent, testent chacun les limites de l’autre sans pour autant aller plus loin dans leurs gestes.  «.Oh seigneur, NINAAA.» qu’elle hurle en repoussant Gale le plus possible de sa petite personne quand elle entend du bruit et aperçoit sa … Ninou. Oh, nooon. Se faire surprendre en pleine action par sa meilleure amie n’entrait pas dans sa liste de mauvaises résolutions à venir.  «.C’est le moment le plus embarrassant de ma vie.» honteuse, elle baisse sa tête (qui devait sûrement être rouge poivrote) et espère secrètement que Nina et l’inconnu? n’ont pas compris la scène qui s’était déroulée sous leurs yeux. C’est ça Babi, c’est ça.
  


robe de babi :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nina Fitzmartin
there's no place like berkeley
avatar
prénom, pseudo : julia
date d'inscription : 15/06/2013
nombre de messages : 6103
avatar : florrie arnold

MessageSujet: Re: how to get away with murder - pv Sam 25 Oct - 20:15




 
“Step one : discredit the witnesses
Step two : introduce a new suspect
Steph three: bury the evidence
We throw so much information at the jury
that they walk into the deliberation room
with one overwhelming feeling-doubt

And that's how you get away with murder.”


'' Piétine pas la traîne, Nina.'' ''Ces chaussure auront ma mort.'' ''Une veste n'aurait pas été superflue.''. Occupée à essayer de marcher droit, et surtout de la façon la plus digne possible en dépit de son mal de pieds grandissant, et de sa robe à la traîne imposante, Nina se présenta au bal supposé célébrer la nouvelle année de façon bien timide. Rasant les murs comme si sa vie en dépendait, pensant naïvement pouvoir passer inaperçue dans une superbe robe de bal Elie Saab turquoise qui lui allait si bien qu'on aurait pu la croire faite pour elle et seulement pour elle. L'exercice '' Robe + talons '' s'avéra pour elle d'autant plus difficile sachant qu'elle se contentait de porter des jeans et des petites chaussures simples dans son quotidien, et qu'il s'agissait bien de la première fois, en 24 ans d'existence, qu'elle daignait enfin porter une robe, une vraie. Pourtant son inexpérience n'altéra en rien sa grâce, et souligna même plus encore l'élégance de ses gestes, ainsi que la finesse de ses traits. Et c'est donc bien sûr de façon élégante qu'elle manqua de se gaufrer lamentablement en tentant de se glisser entre deux couples dansant langoureusement. Heureusement pour elle, c'est un Andréa beaucoup plus agile qu'elle et toujours étrangement sur ses talons qui la rattrapa au vol, avant qu'elle ne se ridiculise devant toute l'Université venue s'entasser dans une salle de balle.   « .Merci. » De toute évidence, elle ne réalise pas encore très bien qui est son sauveur et ne le découvre qu'en dardant un regard inquisiteur sur lui. Andréa de Beauclaire, celui qui n'abandonne jamais. Après un épisode tumultueux et pour le moins mémorable (ce même si elle refuse obstinément de l'admettre) aux pieds d'une grande roue, et plusieurs rendez-vous qu'elle refuse de considérer comme tel, Andréa de Beauclaire se retrouve encore dans son sillon. « .Mais t'es partout, ma parole, espèce de freak. » qu'elle grogne, guidée par ses réflexes d'auto-défense. Qui plus est, Andréa demeurait omniprésent dans son paysage. Peut-être était-ce une technique pour la charmer, ou bien seulement le hasard. Mais il était là, tous le temps, tous les jours et encore ce soir. Et il porte un costume qui lui va à ravir, dégage une odeur particulièrement délicieuse ( comme toujours, bien qu'elle le ne relevait vraisemblablement que maintenant ), et arbore un sourire… charmant. Et ce combo criant de perfection suffit à lui faire ravaler son aigreur. « .Pardon. » c'est juste que dernièrement, j'ai l'impression de te bouffer à toutes les sauces, toute la journée et j'ai horreur de ça, manque-t-elle ajouter. Elle pousse un soupir, et s'apprête à lui demander comment il trouve sa robe, si elle n'est pas too much ou trop décolletée au niveau de la cuisse (parce qu'elle l'est, surtout pour elle), avant que son téléphone ne la coupe. « .Oui Babi, je suis arrivée et oui, j'ai mis une robe et… Babi ? Tu m'entends ? . » répond-t-elle spontanément, après avoir constaté que '' Babi Pelizza da Volpedo '' s'affichait en appel entrant. Seulement elle n'entendit rien de plus que du brouhaha, des soupirs (omg), et une conversation trop saccadée pour qu'elle puisse la saisir correctement, mais assez pour l'inquiéter. « .Je … dois partir à sa recherche. Si tu veux bien m'excuser. » En même temps, c'est pas comme si elle lui laisse beaucoup le choix, puisqu'elle s'en est déjà allée, téléphone en main. Comme s'il allait lui servir de GPS vers Babi, alors que pas du tout, elle laisse la communication l'aiguiller vers plusieurs endroits avant de remarquer qu'Andréa la suivait. « .Euh, c'était pas une invitation à venir, juste au cas où. » commente-t-elle, comme si ça pouvait être suffisant pour le décourager. Comme si… Finalement postée devant la bibliothèque, elle a l'impression que les bruits dans son téléphone colle avec le petit tintamarre derrière la porte, et n'hésite donc pas à l'ouvrir. « .Pardon, pardon, pardon !. » se met-elle à hurler à l'unisson avec Babi, tout en se couvrant les yeux et en se retournant vers Andréa, posté derrière elle. La misère c'est de tomber sur sa meilleure amie en train, ou presque, de faire l'amour à l'arrache dans une bibliothèque. « .J'ai rien vu, je le jure !. » C'est pas vrai. Elle est convaincue d'avoir vu la fesse droite de son amant, et sait d'avance qu'elle ne pourra jamais se séparer de cette image. « .Moi j'ai cru qu'il t'arrivait quelque chose ! Avec ces bruits au téléphone… je comprends mieux. » En fait, il lui arrivait vraiment quelque chose… juste rien de grave. Du coup, incapable de regarder le duo se rhabiller, elle se contente d'offrir à Andréa son contact le plus intime depuis… forever, en fourrant son visage et ses mains dans le creux de son épaule. « .C'est bon ? Y a moyen de se retourner ? . » Je vais pas voir un sein ou l'autre partie de son derrière en jetant un regard ? Veut-elle signifier. Seulement, elle un mouvement suspect, et une voix qu'elle ne connaît pas les interpelle. Un threesome ? Oh no... « .Vous êtes immondes. » Le fille commente-t-elle. Et quand Nina se retourne, elle tombe sur une fille aux longs cheveux blonds, squelettique à un point où ses pommettes ressortent tellement, et où ses yeux ont l'air tellement enfoncés, que ça lui donne le vertige. Automatiquement frappée par cette apparition fantomatique, et pour le moins inattendue, elle lâche un petit cri de terreur et saute limite dans les bras d'Andréa. « .Pardon, j'ai cru qu'elle était morte, mais vivante. Et transparente. » like a ghost, tellement qu'elle est maigre, pâle et moche. « .T'es perdue ? T'es là depuis longtemps ?. » quémande-t-elle, une fois rassérénée. « .Assez longtemps pour dire que c'est moche de tromper son fiancé avec son meilleur ami. » lâche la fille, tout en plantant un regard aiguisé sur le duo Babi/Sexy butt-cheek. C'est moche d'espionner les gens en train de copuler, pourtant personne ne lui en tient rigueur… du moins pas elle, et probablement pas Andréa non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: how to get away with murder - pv Dim 26 Oct - 19:16

" It's a dirty little secret. And dirty little secrets always come out. "

Le bal de fin d'année, autrement dit l'occasion parfaite pour célébrer comme il se doit le dernier jour de 2014. Une année riche en... riche en rien du tout, en vérité. Les relations avec son frère n'ont pas évolué d'un pouce, et Zara quant à elle... et bien Zara reste parfaitement fidèle à elle-même. Sa vie chez les Omegas ressemble à une soirée permanente, et Andrea se demande encore comme son foie parvient à tenir le choc avec tous les litres d'alcool avalés depuis le début de l'année. Et le bal, c'est également l'occasion d'enfiler son plus précieux costume Armani, taillé sur mesure, un luxe que M. De Beauclaire ne s'offre que rarement – il n'est pas ici pour jouer les gosses de riche pourris gâtés, pas comme Jeremiah... - mais dont il a décidé de profiter ce soir. Hey, quitte à fêter la nouvelle année, autant le faire correctement habillé... et surtout en bonne compagnie. Même si Nina, sa partenaire désignée pour le bal, n'a pas l'air particulièrement enchanté de le retrouver. Rien de surprenant, et surtout rien susceptible d'entacher la légendaire bonne humeur de l'Omega. Elle va tirer la tronche pendant quelques minutes et lui se montrera toujours aussi incroyablement patient et déterminé à lui arracher au moins un sourire. C'est que Nina ne se laisse pas facilement apprivoiser. C'est sans doute ce qu'il préfère chez elle, et ce qui l'irrite tout autant. On aurait pu penser qu'après l'épisode de la grande roue et quelques rendez-vous ici et là, certains fruits de la coïncidence, d'autres soigneusement préparés par Andrea, elle aurait fini par se montrer légèrement plus... participative. Mais il n'en est rien, il n'a le droit qu'à une grimace lorsqu'il a pourtant la délicatesse de lui empêcher de se vautrer lamentablement à peine entrée dans la salle richement décorée pour l'occasion. Son commentaire grinçant arrache un sourire à Andrea, pas particulièrement bouleversé par son peu d'enthousiasme. En vérité, il est surtout très, très occupé à la dévorer du regard, jolie comme un cœur dans une magnifique robe turquoise. Très Frozen de sa part – quant à savoir si c'était volontaire ou non... « Tu pourrais te montrer aimable, je viens de te sauver d'une entorse de la cheville et donc de sauver ton début d'année. » Mais s'il maugrée, il est en vérité très heureux de se retrouver avec Nina – d'accord, il le concède, il se pourrait qu'il ait potentiellement fait en sorte de se retrouver avec elle. D'accord, oui, c'est vrai, il a triché, mais qui pourrait l'en blâmer, elle est tellement mignonne, même quand elle tire la gueule... - et pour sa part, l'année 2015 ne pourrait mieux commencer. Pauvre, naïf Andrea, qui n'imagine pas une seconde dans quoi il s'embarque... « Vois les choses sous un autre angle : tu aurais pu tomber sur un cavalier dégénéré tentant de te tripoter toutes les cinq secondes » lui répond-il, en haussant les épaules. Nina qui craint tellement de voir les gens ne serait-ce que la toucher, condamnée à passer la soirée à esquiver les tentatives d'un pauvre blaireau de poser ses sales pattes sur elle. Non, autant le dire, elle a touché le gros lot en ayant le droit à Andrea De Beauclaire. « Moi au moins, tu me connais. » Pas tant que ça, finalement. Elle ne savait de lui que ce qu'il avait bien voulu lui dire de sa vie, et de son passé, c'est-à-dire très peu. Andrea n'était pas désireux de lui raconter ses exploits parisiens, ou les longs mois passés dans une cellule pour une accusation fallacieuse destinée à lui pourrir la vie. S'il avait du lui raconter qu'on l'avait condamné pour viol, nul doute qu'elle ne se serait pas attardée plus de dix secondes en sa présence. Nina l'ignore, trop occupée qu'elle est à répondre à un appel de Babi Pelizza Da Volpedo, dont il sait seulement qu'elle se trouve être la meilleure amie. Un statut privilégié sur lequel Andrea médite : peut-être faudrait-il être dans ses bonnes grâces, histoire qu'elle plaide sa cause auprès de Nina... En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, elle s'éloigne de lui, prête à partir à la recherche de ladite Pelizza Da Volpedo, sans doute heureuse d'avoir trouvé une échappatoire à ce bal et à son cavalier. Mais ce serait bien mal connaître Andrea que de penser une seule seconde qu'il ne l'accompagnera pas. A défaut d'une danse, lui veut bien la suivre dans ses pérégrinations. Sans compter que vu la robe et les talons qu'elle porte ce soir, mieux vaudrait quelqu'un pour la rattraper, un rôle qu'il est prêt à remplir très galamment. « Moi, te suivre ? Non, il se trouve que je vais seulement dans... la même direction que toi. Ah... le destin... » fait-il, sourire rêveur – et un rien moqueur – aux lèvres. Nina ne proteste pas plus longtemps, saisissant sans doute le potentiel sauveteur de la damoiselle en détresse de son partenaire. Elle le mène droit jusqu'à la bibliothèque. Première vision : celle qu'il suppose être Babi en pleine... occupation... avec un autre type. Toutes les deux se mettent à crier – et lui faire perdre au passage une large portion de son audition – et Nina se retourne vers lui pour masquer la vision d'horreur qui s'offre à elle. Andrea hausse un sourcil surpris, détourne le regard pour leur offrir encore un semblant de pudeur, mais ne peut empêcher un sourire espiègle. S'il avait su qu'il suffisait qu'elle tombe sur sa meilleure amie en train de se taper un type dans une bibliothèque pour se jeter dans ses bras... « Bon, de toute évidence elle n'est pas en danger de mort immédiat... » constate-t-il, réprimant un fou rire. « Mais oui Nina, c'est bon, tu peux te retourner, ils sont rhabillés » qu'il ajoute, déjà prêt à repartir profiter du bal. L'arrivée d'une fille sortie de nulle part, ignoblement cadavérique, lui vaut de se retrouver à nouveau avec Nina dans les bras. Il lui tapote maladroitement le dos, pas particulièrement à l'aise, tout en dévisageant la nouvelle. « Non, non, je crois qu'elle est bien humaine... » Mais il ne pourrait pas l'affirmer, cela dit. Celle-ci se met à dénigrer avec véhémence les deux bienheureux, et il assiste à la scène d'une façon complètement détachée, avec l'horrible sentiment de n'avoir absolument rien à faire là. Il n'est pas venu pour un règlement de compte qui ne le concerne en rien, étant donné qu'il ne connaît pas les protagonistes. « Oh boy... on se croirait dans une telenovela » commente-t-il dans un soupir. Mais Nina ne fait pas mine de partir, aussi reste-t-il à sa place. « Me manque plus que le popcorn... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: how to get away with murder - pv Lun 24 Nov - 22:00


i'm sorry i can't hear you over the sound of me being awesome.
Encore une soirée qui avait mal commencé pour Gale mais qui allait contre toute attente se terminer en beauté. Ce n’est pas le premier round pour Gale et Babi et au fond il espérait que ce ne soit pas le dernier. Il est clair qu’en temps normal s’occuper d’une jeune fille dans un lieu public n’aurait pas dérangé le delta, mais là il s’agit quand même de Babi. Un peu d’intimité ne serait pas de refus, et surtout pour l’epsilon qui a sa réputation de jeune fille prude à tenir. Voilà pourquoi Gale avait jugé que la bibliothèque serait un lieu parfait pour ce soir. Un endroit public certes, mais qui serait certainement vide en ce jour et en cette heure. Gale à ses lèvres et surtout ses mains qui se baladent partout où elles le peuvent sur Babi. Il se retrouve très vite dévêtu et il n’hésite pas à remonter du mieux qu’il peut la longue robe de sa cavalière du moment. Il souffle et il râle en venant presque à s’énerver à la vue de cette robe immense. Gale n’avait qu’une envie, la déchirer pourvue que cela aille plus vite, mais s’il fait ça il n’aurait plus les faveurs de la Babi à coup sur. Après quelques secondes ses mains purent enfin se frayer un chemin sur la taille de Babi, qu’il entraina encore plus prés de lui. Presque collé, tout bascula en moins de deux secondes. Babi recula de quelques mètres quand il entendit une voix. Tournant la tête d’un air très décontracté, il ne s’alarma pas quand il aperçue Nina et son compagnon. -oups- pensa-t-il en récupérant sa chemise à terre presque au pied de Nina. En se relevant il n’hésita pas à glisser un sourire charmeur a la petite blonde qui est d’une élégance à couper le souffle. Etrangement Gale n’avait rien à dire, lui était plutôt très amusé de cette situation. D’ailleurs pas besoin de dire quoi que ce soit, le simple sourire dessiné sur son visage le fait comprendre. Air conquérant il se retourne quand il entend un autre voix inconnu. Le chevalier servant de madame Pelizza Da Volpedo n’hésite pas à plaquer sa main contre l’estomac de cette dernière pour qu’elle reste en arrière tandis que lui approche le fantôme. « .Est-ce que cela pose un problème à quelqu’un ici que deux personnes s’amusent ensemble après une soirée arrosé ?. » Gale tourna la tête l’air détendu, attendant une quelconque réaction de la part de la compagnie derrière lui. « .De toute évidence ça ne pose pas de problème à l’assistance. Ca ne devrait pas t’en poser non plus. » Gale fier comme un coq dans sa basse cour n ‘hésite pas à tourner le dos à la fille encore inconnu avant que celle ci ne reprenne parole. « .Gale Hamilton, à ta place je ne ferais pas le fier. Je pourrais te causer beaucoup d’ennuie si tu ne me traite pas de façon correcte. » C’est un Gale amusé qui se retourne de nouveau vers l’inconnu. « .J’ai hâte d’en savoir plus. » Quoi que, enfaite pas tant que ça, mais il ne va certainement pas se faire ridiculiser par une fausse blonde prête à n’importe quoi pour qu’on lui accorde ne serait-ce qu’un petit peu d’importance. « Tu crois que je ne sais pas que tu notes toutes tes conquêtes ?. » Et donc ? Ce n’est un secret pour personne, il ne s’en est jamais caché. Cette fois çi il en est sur, elle n’a rien de bien méchant à balancer, il va donc pouvoir s’amuser un peu avec elle. « .Oh quel scoop, il suffisait de demander si tu voulais en faire partie, il m’arrive parfois de faire dans la charité. » Gale s’approcha un peu plus d’un air enjôleur pour calmer la jeune femme qui elle commençait lentement à hausser le ton. « . Tu crois que je ne sais pas ce qu’il s’est passé à Harvard avec ton copain ?. » D’accord, cette fois il ne rigole plus. Des traits plus durs se dessinent peu à peu sur son visage habituellement angélique. Gale peut accepter beaucoup, mais jamais lorsqu’il s’agit de lourd secret concernant son meilleur ami. Secret qui pourrait créer beaucoup de problème si celui ci est découvert par n’importe qui ici. « .Ferme là. » Ordonna-t-il de façon très agressive en poussant la jeune fille en arrière. C’est certainement un Gale inconnu aux yeux de Babi qui se trouvait là. Lui qui habituellement est plutôt cool. La blonde au sourire satisfait ce tourna vers l’assistance avant de reprendre. « . Ne vous en faite pas, je vous connais aussi et je suis presque sur d’avoir un petit quelques chose sur vous dans un coin de ma tête. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: how to get away with murder - pv Ven 20 Mar - 23:59

:out:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: how to get away with murder - pv

Revenir en haut Aller en bas

how to get away with murder - pv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Bloody murder we will scream, Merlin will set you up to tear me open [TERMINE]
» [Anime] Black Butler
» (m/libre) au choix ? how to get away with murder
» MURDER HOUSE ? jeu, prison, cluedo, enquête (avis)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-