AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

We just don't feel the same today

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: We just don't feel the same today Dim 27 Avr - 18:52



    Il pleuvait. Nous étions vendredi après-midi et il pleuvait. Ici, en Irlande, ça n’avait rien de particulièrement excitant puisque les gens y étaient amèrement habitués. Oui, amèrement. Maria esquissa un petit sourire triste en repensant à l’évènement qu’était la tombée de la pluie à San Francisco, chez elle. Ils avaient quitté la Californie trois ans auparavant et même si les Etats-Unis lui manquaient parfois cruellement, Maria avait appris à vivre telle une citoyenne Irlandaise.  Evidemment son accent de la côte Est la trahissait cruellement mais elle s’en fichait, appréciant même les petits commentaires dont elle était parfois sujette quant à sa nationalité. Maria avait toujours été très fière de ses origines et son emménagement en Irlande n’allait certainement pas changer cela. Dieu non, jamais. Ambre – toujours persuadée de l’existence des leprechauns – était maintenant une petite fille de huit ans pleine de vie qui s’évertuait du mieux qu’elle pouvait à faire tourner ses deux parents en bourrique alors que son petit-frère Aaron se montrait bien plus sage et patient qu’elle. « Une chose qui changera avec l’âge. » Ne cessait de lui répéter Edward en pensant à ses deux premiers enfants qui commençaient à montrer les premiers signes de l’ingratitude adolescente. Seth et Jade restaient deux enfants extraordinaires et Maria les aimait comme s’ils étaient ses propres enfants et ils le lui rendaient bien – contrairement à leurs parents qui accusaient les coups jours après jours sans (trop) broncher. Edward avait finalement réalisé son rêve : ouvrir un pub. Bien-sûr, l’économie encore quelque peu instable du pays ne lui avait pas facilité la tâche mais il s’était battu pour y arriver et le voilà aujourd’hui qui était devenu gérant d’un pub nommé le O’Malley. Evidemment. Un nom que Maria avait finalement décidé de prendre une fois arrivée en Irlande d’ailleurs. Maria O’Berkeley était officiellement devenue Maria O’Malley quelques semaines après leur emménagement ici, à Dublin. Ils avaient cédé leurs deux cœurs à un petit cottage sur les collines, à quelques kilomètres de la capitale irlandaise, cela pour le bien des enfants dont le besoin d’espace – surtout avec les chiens – se faisait de plus en plus ressentir. Maria regarda sa montre. Déjà dix-huit heures, autant dire l’heure de retrouver sa petite famille au pub. Elle n’avait aucun mal à imaginer la scène. Seth et Jade joueraient les serveurs pendant qu’Ambre geindrait de ne pas pouvoir faire pareil alors que son petit frère serait en train de s’essayer à de nouveaux coloriages derrière le bar sans un bruit. Mon dieu cet enfant était parfait. Non pas que les autres ne le soient pas, ils étaient simplement plus…bruyants.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: We just don't feel the same today Dim 27 Avr - 21:24

We just don't feel the same today
Maria & Edward




L’Irlande. J’avais enfin retrouvé mon pays natal et ce n’était pas pour me déplaire une seule seconde. Bien évidemment, j’avais conscience que cette fois-ci, c’était Maria qui pouvait être victime du mal du pays. C’est la raison pour laquelle je tâchais de la rendre la plus heureuse possible et de faire en sorte qu’elle se sente ici comme chez elle. Pour ma part, cela avait changé beaucoup de choses. Pour tout avouer, certains grands traits de ma vie avaient changé depuis mon retour aux sources. Pour commencer, j’avais abandonné mon travail d’archéologue et de professeur d’Histoire à l’université. Le fait est que depuis mon séjour en Europe sur une fouille, là où j’avais été éloigné aussi bien de mes enfants que de Maria, j’avais compris que désormais, j’avais ce besoin indéfinissable de stabilité. Je ne voulais plus prendre le risque de passer plusieurs mois voir un an loin de ma famille. C’est de cette façon que j’avais décidé de réaliser l’un de mes rêves : ouvrir un pub. Cela peut paraître stupide pour beaucoup de personnes qui ne comprendront certainement jamais pourquoi j’avais fait une croix sur mes diplômes, mon expérience ainsi que mes facilités intellectuelles pour devenir gérant d’un bar. Je n’ai moi-même pas de réponse à cela. J’en avais toujours rêvé sans jamais oser franchir le pas. Aujourd’hui, je n’avais plus rien pour m’en empêcher : j’avais le soutien de ma famille, mes problèmes de santé s’amélioraient et… merde ! J’étais de retour en Irlande !

Ouvrir un pub n’avait pas été chose aisée. Mais je m’étais battu. J’ai travaillé pas loin de dix à douze heures par jour afin de ne pas me voir crouler sous les difficultés financières. Pendant ce temps, je n’avais pas beaucoup eu l’occasion de profiter de ma famille mais cela en avait valu le coup. Aujourd’hui, je pouvais souffler même si je gardais un emploi du temps important. Seulement, j’avais enfin pu me permettre d’engager des employés afin de prendre le relais. Mon pub se situait à quelques minutes du Trinity College. Autant avouer qu’une grande partie de la clientèle restait de jeunes étudiants ce qui, dans le fond, ne me dépaysait pas trop. A côté de cela, je fidélisais tous types de personnes – comme des touristes ou des travailleurs venant entre collègues, en mettant un point d’honneur à garder une bonne image de mon établissement. C'est-à-dire que les personnes saouls au point de tituber ou ramper par terre, je les mets dehors – après avoir appelé un taxi, je ne suis pas sans cœur non plus. D’ailleurs, je confisque les clefs de voiture en soirée et m’alimente souvent en alcotests. Une conduite responsable qui donnait de la renommée à mon pub. En somme, j’étais fier de ce que j’avais accompli.

- Ed’, dis à tes mômes d’arrêter de courir partout, c’est déjà la deuxième bière que je renverse à cause d’eux.

Lui, c’est Derek. Un ami d’enfance. Nous avons toujours été liés comme les doigts de la main, jusqu’à ce que je quitte l’Irlande. Aujourd’hui, il m’aide à gérer ce pub avec une grande importance. Disons qu’il est mon bras droit. Je plisse des yeux en observant mes enfants. Oui, les quatre sont ici. N’importe où, on trouverait choquant de voir des gamins dans un pub. En Irlande, c’est presque monnaie courante. Et puis, tant que ce n’est pas un établissement malfamé, tout va bien ! Et s’ils sont tous ici, c’est pour une raison simple : il est davantage aisé pour moi d’aller les chercher à la sortie de l’école alors que Maria finit parfois plus tard. Contrairement à elle, je peux m’absenter le temps de les ramener. Elle, non. Je les garde donc en fin d’après midi, le temps que Miss O’Malley arrive. Et clairement, ce n’est pas tous les jours facile.

- Seth ! Jade ! Le premier que je vois à nouveau courir, vous savez votre console ? Et bien, elle passe par la fenêtre !

Les jumeaux se stoppent net avec de gros yeux et prennent un air boudeur.

- Genre, tu ferais ça.

Je tourne la tête vers Derek en arquant un sourcil.

- Je l’ai déjà fait avec leur sorte de gameboy. Crois-moi, ça les a refroidis.

Je repasse derrière le bar en jetant un coup d’œil à Aaron. Ce gosse est définitivement trop calme. Etrange. Disons que c’est le seul de mes enfants génétiques qui n’a pas hérité de mon hyperactivité. Oui bon, d’accord, je ne vais pas m’en plaindre. Je dépose un baiser sur sa tempe jusqu’à entendre Ambre s’exclamer. Je relève la tête, Maria vient d’arriver. Là, un large sourire se dessine sur mes lèvres. Derek lui fait déjà la bise lorsque je m’approche d’elle. Ma main glisse dans le creux de son dos tout en venant sceller mes lèvres aux siennes. Non, il ne se passe pas un jour sans que mes sentiments pour elle augmentent. Finalement je viens chuchoter à son oreille :

- J’ai une idée, on abandonne les enfants sur le bord d’une autoroute et on part loin… très loin… Oui bon, d’accord. Je veux bien qu’on prenne Aaron parce que c’est le seul qu’on n’entend pas.


Code by AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: We just don't feel the same today Dim 27 Avr - 21:57


    Quand Maria arriva finalement au pub après avoir quitté son bureau, elle fut surprise du chaos qui régnait dans l’établissement. Les enfants n’étaient évidemment pas étrangers à tout cela ; pire encore, ils en étaient les principaux responsables. Embrassant les enfants sur la tête, Maria fit également la bise à Derek qui était, au fil du temps, devenu un ami même pour elle. Edward et lui se connaissaient depuis très longtemps donc Maria n’avait eu aucun mal à lui accorder sa confiance. Pui, Maria termina sa course dans les bras de son mari, entourant le cou de l’homme avec ses bras tout en riant. « Je suis quasiment certaine que même ici, c’est interdit. » Murmura-t-elle à son oreille avant d’embrasser ses lèvres encore une fois pour ensuite le laisser vaquer à ses occupations qu’étaient celles d’un gérant de pub. Maria passa également derrière le bar et prit Aaron dans ses bras. « Salut mon ange, tu as passé une bonne journée ? » Le petit fit oui de la tête avant d’embrasser bruyamment la joue de sa maman. L’amour que cet enfant portait à sa mère était indescriptible. Il lui expliqua qu’il avait fait du calcul et apprit à écrire les lettres de l’alphabet. Il allait sur ses quatre ans et malgré son calme, il avait clairement hérité de l’intelligence de son père. « Je suis fière de toi. » Lui susurra-t-elle à l’oreille avant de sentir quelqu’un tirer sur son tailleur noir. Maria se retourna et vit sa fille lui faire des yeux de cocker. « Qu’est-ce qui se passe ma puce ? » Lui demanda-t-elle tout en se mettant à sa hauteur – bien qu’Ambre grandisse trop vite à son goût et qu’elle et Edward n’aient déjà aucun mal à deviner qu’elle risquait de faire tourner bon nombre de têtes lorsqu’elle en aurait l’âge. Edward avait même été jusqu’à dire à sa compagne qu’il songeait à l’enfermer dans sa chambre jusqu’à ses trente ans. « Est-ce qu’on peut rentrer à la maison plus tôt aujourd’hui ? » Maria et Edward avaient bien conscience que le rythme de vie qui était maintenant le leur ne plaisait pas tout le temps aux enfants – en particulier aux deux plus jeunes, bien qu’Aaron n’aient jamais vraiment rien dit du haut de ses bientôt quatre ans. « Bien-sûr ma puce. » Qu’était-elle censée répondre d’autre ? Non ? Comme si elle en était seulement capable. Avec le temps, Maria devenait de plus en plus flexible avec ses enfants ce qu’elle ne voyait pas d’un bon œil.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: We just don't feel the same today Lun 5 Mai - 21:21

We just don't feel the same today
Maria & Edward



Du coin de l’œil, j’observais Aaron dans les bras de Maria. Si je suis particulièrement proche de mon dernier fils, entre sa mère et lui, c’est une véritable histoire d’amour. Ils sont inséparables. Et, bien évidemment, le voir déposer un baiser bruyant sur sa joue représente pour moi une scène particulièrement attendrissante. Je ne me lasserais jamais de tout ceci. D’ailleurs, pouvais-je désormais rêver plus ? J’étais de retour en Irlande, avec Maria et les enfants. J’avais ouvert mon pub comme je l’avais toujours souhaité. En somme, j’étais aux anges. Ces changements semblaient parfaitement convenir à ma famille, même si je me doutais qu’une partie d’eux devait regretter cette ancienne vie avec tous ces repères. Un sentiment qui devait se dissiper au fil des mois et des années, d’ailleurs.

Je retournais à mes occupations, dans une atmosphère un peu plus calme depuis que Maria était arrivée dans la mesure où elle pouvait davantage gérer les enfants que moi. Après un moment, je posais mon regard sur Ambre qui demandait désormais à sa mère s’ils pouvaient rentrer plus tôt à la maison ce soir. Je peux être occupé, mais on ne pourra jamais me reprocher de fermer les yeux sur les ressentis de mes enfants. Ainsi, lorsque l’un d’eux ne semble pas aller bien, je fais mon possible pour l’écouter et trouver une solution. Je passais donc à côté de Maria, non sans glisser ma main dans son dos, jusqu’à la chute de ses reins. Finalement j’utilisais ma force pour attraper la fillette, la lancer en l’air et la rattraper afin de finalement la garder dans mes bras. Cela lui arracha d’ailleurs un rire malgré elle.

- Qu’est-ce qu’il y a mon ange ? Pourquoi tu veux rentrer plus tôt à la maison ?

Si je savais que parfois, le rythme n’était pas très apprécié, davantage par Ambre, je ressentais le besoin qu’elle l’exprime clairement. Ne serait-ce que pour elle. En effet, la fillette a toujours cette manie de ne pas vouloir dire les choses, de seulement montrer que quelque chose ne va pas, à moins que l’on doive le deviner. Elle devait prendre l’habitude de mettre des mots sur ses sentiments et si je devais la forcer à le faire, je n’hésitais pas une seule seconde.

Je tournais un instant la tête vers Maria afin de planter mon regard dans le sien. Tout simplement, j’attendais d’elle qu’elle pousse également Ambre à se confier si elle décidait de se braquer. Finalement mes lèvres se déposèrent sur la joue de fillette et le bout de mon nez effleura le sien dans ce qu’on appelle communément un bisou d’esquimaux. Et pourtant, ça, ça ne l’empêchait pas de sourire.



Code by AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: We just don't feel the same today Jeu 8 Mai - 12:56


      Maria ne put réprimer un sourire en coin lorsqu'elle vit Edward prendre Ambre dans ses bras en lui demandant ce qui n'allait pas. La relation entre ces deux-là avaient beaucoup changé au cours de ces dernières années. Il leur avait fallu un long moment avant de pouvoir s'entendre comme un père et sa fille. Bien des crises avaient eu lieu, bon nombre de coups à la porte de la part d'Edward avait été entendu et pourtant, aujourd'hui les voilà qui se regardaient avec tendresse et amour réciproque.

    Ambre renifla un petit peu et regarda son père avec des petits yeux tristes. « Parce que je m'ennuie, papa. » Ambre avoua en se mordillant le bout du petit doigt. « Je veux aller jouer à la maison, pas ici. » Finit-elle par dire, croisant le regard de sa mère qui se mordillait la lèvre inférieure. Depuis quand Ambre se sentait-elle ainsi ? Pourquoi ne leur en avait-elle pas parlé avant ? Maria se rapprocha d'Edward et Ambre, passant une main dans les cheveux coiffés de la petite avec tendresse. « Que veux-tu faire à la maison ma puce ? » Lui demanda-t-elle avec un petit sourire en espérant ainsi qu'Ambre parvienne enfin à se détendre un peu. « Je ne sais pas, mais je veux rentrer à la maison. » Maria fronça les sourcils mais acquiesça quoiqu'il en soit. « Très bien ma chérie, il n'y a aucun problème. »

    Il était hors de question qu'ils forcent Ambre ou l'un des autres enfants à rester au pub s'ils désiraient rentrer chez eux. Après tout, là-bas il y avait le jardin et les chiens. Ici...des gens venus pour se détendre et boire un verre, des gens dont l'âge paraissait improbable pour les petits. Non, ce n'était définitivement pas un endroit pour des enfants - aussi matures puissent-ils être. « Va chercher tes affaire, ma puce. » Maria regarda sa petite fille courir pour aller chercher ses affaires puis reporta son regard sur son époux. « On aurait dû se douter que ça finirait par arriver. » Elle caressa la joue de son homme avec douceur. Il piquait un peu mais ce n'était pas désagréable.  

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: We just don't feel the same today Lun 19 Mai - 10:31

We just don't feel the same today
Maria & Edward




J’eus l’impression de me prendre une gifle en plein visage lorsqu’Ambre m’expliqua qu’elle s’ennuyait ici et que même si elle ne savait pas encore quoi faire en rentrant à la maison, ça serait toujours mieux que rester là. Tiens, mange. Les enfants et leur manque de tact, j’adore. Je me mordillais la lèvre inférieure, gêné. Finalement, je hochais la tête en plantant mon regard dans celui de la fillette.

- Très bien, ta mère va te ramener. Va chercher tes affaires, trésor.

Je me redressais en la voyant s’éloigner. Pris dans mes pensées, j’en sortis au moment où je sentis la main de Maria venir caresser ma joue drue. Là, je tournais la tête dans sa direction et mes yeux bleus se posèrent dans les siens. On voyait clairement sur mon visage que je culpabilisais au même titre que j’étais déçu. Comme la plupart du temps, je faisais fausse route concernant ma famille. Je prenais des décisions en temps que chef, celles que je jugeais bonnes pour tous et oui, le plus souvent, je tapais à côté. Je croisais mes bras contre ma poitrine, les lèvres pincées et les sourcils froncés. J’avais détourné le regard quelques instants avant d’observer de nouveau ma femme.

- Et qu’est-ce que je suis censé faire ? Tu penses que c’était une mauvaise idée tout ça ? Déménager à Dublin, et tout abandonner pour un rêve de gosse ?

J’avais besoin de réponse. De réponses sincères même si je n’étais visiblement pas prêt à les entendre. Mes yeux firent la navette entre chacun de mes enfants. Aaron ne donnait pas trop son point de vue. A partir du moment qu’il avait de l’occupation, il restait dans son coin à jouer tout seul. Seth et Jade, eux, semblaient se plaire ici même si ce point de vue changera certainement d’ici quelques années lorsqu’ils seront adolescents. Et Ambre, elle, semblait insatisfaite de la situation. Quant à Maria ? Je ne savais plus exactement ce qu’elle pensait de tout ceci. Les Etats-Unis lui manquaient et je pense sincèrement qu’elle m’avait suivi davantage par amour que par envie.

- Laisse tomber, on en discutera plus tard. Ramène les enfants à la maison s’il te plaît, ce n’est pas une place pour eux ici.

Je tentais un sourire avant de me diriger vers Aaron. Je le prenais dans mes bras et réunissaient ses affaires. Allez, tout le monde rentre ! Et quand tout le petit monde fut réuni aux côtés de Maria, j’étais déjà derrière le comptoir. Je leur adressais un clin d’œil et un sourire. Juste assez crédible pour que des gosses y croient.


Code by AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: We just don't feel the same today Lun 19 Mai - 11:17



      Maria fronça les sourcils tout en croisant les bras contre sa poitrine. Elle n’en revenait pas. Edward était vexé. Elle ne put réprimer un petit sourire amusé tout en s’appuyant contre le bar. Il se prenait définitivement bien trop la tête pour des choses qui n’en valaient pas la peine. Et elle comptait d’ailleurs bien lui faire remarquer pour qu’il évite de se tracasser comme il le faisait subitement.

    - Tu sais ce que je crois ? Je crois que tu te montes la tête, O’Malley.

    Elle vint embrasser ses lèvres avec tendresse, essayant ainsi de le rassurer aussi bien qu’elle le pouvait. Après tout, il ne s’agissait que d’une enfant qui s’ennuyait au bar de son père un vendredi en fin d’après-midi. Il n’y avait vraiment pas de quoi s’inquiéter. Quel gosse ne s’ennuierait pas dans ces cas-là ? Edward se montait la tête pour quelque chose de parfaitement anodin. Riant un peu, elle le regarda avec l’un de ses fameux regards attendris.

    - Tu cherches des problèmes là où il n’y en a pas, Ed. Murmura-t-elle en se rapprochant de lui, tout en glissant ses bras autour de la taille de l’homme. Ce ne sont que des enfants, évidemment qu’ils s’ennuient. Et ce n’est que le début.

    Lui attribuant un rapide clin d’œil, Maria se servit un verre de jus d’orange avant de voir leur petite fille débouler vers eux avec son sac à dos ainsi que son manteau qu’elle avait mis sur elle comme si c’était une cape. Amusée, Maria esquissa un petit sourire en coin puis observa ensuite son époux qui semblait véritablement décontenancé par la situation actuelle.

    - Ed… Commença-t-elle, dorénavant quelque peu gênée que la situation ait pris de telles proportions sans aucune raison. Tout va bien, arrête de t’angoisser comme ça s’il te plait.
     

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: We just don't feel the same today Mer 11 Juin - 7:42

We just don't feel the same today
Maria & Edward




Il fallu que Maria me rappelle à l’ordre pour que je comprenne qu’une fois de plus, j’envenimais moi-même la situation avec un pessimiste trop important. Le fait est que l’hyperactivité conduit également à voir un sentiment multiplié par dix. De cette façon, je me prends effectivement très vite la tête au point de chercher des problèmes là où il n’y en a définitivement pas. J’ai toujours eu du mal à comprendre que la vie n’est pas tous les jours rose. J’ai souvent l’impression qu’il suffit qu’une personne se soit simplement levée du mauvais pied pour que je pense que c’est tout un projet qui est mauvais. Heureusement, Maria était là pour me faire redescendre sur terre et m’apporter un recul que je n’avais pas avec autant d’aisance. Je fermais un instant les yeux en sentant ses lèvres se presser avec douceur contre les miennes. Finalement, ses bras enroulèrent ma taille. Une douce présence qui me rassurait en quelques secondes à peine.

- Tu sais bien que je m’angoisse vite. Surtout quand il s’agit des enfants ou bien de toi.

En effet, je ne me prenais pas autant la tête en temps normal. D’ailleurs, en dehors de ma famille, je menais ma petite vie avec calme et aisance. Mais quand quelque chose touchait à Maria ou bien aux enfants, je me braquais au point de remettre en cause le rôle de chef de tribu que je prenais trop à cœur, à sans cesse vouloir les rendre heureux. Ambre venait de revenir vers nous, avec ses affaires, prête à partir. Je me tournais donc vers ma femme, venant lui offrir un baiser pour finalement effleurer le bout de son nez avec le mien.

- Mais d’accord, j’arrête de me prendre la tête. Maintenant file. J’essaie de ne pas rentrer trop tard.

Je mimais un « Je t’aime » avec les lèvres, sans le son, tandis que je les observais tous partir. Un bref sourire se dessina sur mes lèvres. Maria a toujours eu le don pour savoir me canaliser et Dieu sait que ce n’est pas chose aisée. Finalement je retournais au travail pour assurer toute la soirée avec Derek. Vers onze heures, je l’abandonnais afin de rentrer. Nous partagions les fermetures afin de permettre à l’autre de rentrer plus tôt chez lui. Je savais que je pouvais lui laisser les commandes, il saura gérer, comme toujours.

Il me fallu trente minutes de route pour arriver jusqu’à notre maison. A cette heure-ci, les enfants dormaient déjà, si bien que j’entrais en minimisant les bruits. En revanche, je ne savais pas encore si Maria était couchée ou bien si elle était encore occupée à faire je ne sais trop quoi. Je déposais donc mes clefs dans l’entrée et retirais ma veste.


Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: We just don't feel the same today Ven 13 Juin - 21:13


     Maria ne pouvait s’empêcher de sourire en entendant les craintes de son mari vis-à-vis d’elle-même ou de leurs enfants. C’était l’un des côtés d’Edward qu’elle avait toujours particulièrement aimé et pourtant, parfois il n’y avait rien de tel pour l’agacer. Heureusement pour tout le monde, ce soir Maria était d’humeur joyeuse – l’annonce du week-end y était certainement pour beaucoup à ce sujet – et tout ce que la brunette désirait était de faire en sorte que son époux se sente à l’aise. Son travail lui demandait parfois plus de temps que lorsqu’il était enseignant-chercheur et même si elle l’avait accepté, Maria devait reconnaitre d’une petite crainte la prenait par-ci par-là de temps à autre à ce sujet. Il rentrait la plupart du temps tard, n’assistant plus au coucher des enfants qui ne cessaient de le réclamer – bien qu’elle ne lui en ait jamais rien dit pour ne pas l’inquiéter outre mesure. Même leur intimité en avait pris un coup et ça, Maria ne pouvait pas le nier – en particulier lors de ces longues soirées qu’elle devait passer seule devant la télévision, son esprit divaguant parfois sans problème sur une possible surprise de la part de son mari qui arriverait d’un seul coup chez eux et la surprendrait pour une nuit rien qu’à eux. Mais ça évidemment…ce n’était qu’un rêve, une illusion. Non pas qu’elle se plaignait de la vie qu’ils menaient aujourd’hui, loin de là, mais il était vrai que parfois, de temps à autre, Maria aurait apprécié avoir un peu plus de temps pour elle et son mariage.

    C’est sur les coups de onze heures du soir que Maria cru entendre un bruit de clef s’entrechoquant dans la serrure. Elle-même encore devant la télévision, un verre de vin rouge sur la table basse, elle se leva pour aller accueillir son mari.

    - Je suis surprise qu’il t’ait laissé rentrer si tôt un vendredi soir.

    Chuchota-t-elle, un sourire amusé au coin des lèvres, s’attendant à une quelconque réaction de la part d’Edward. Il savait parfaitement qu’elle adorait le taquiner.

    - On croirait presque qu’il s’inquiète de ta vie conjugale.

    Un clin d’œil plus tard, Maria était en train d’éteindre la télévision et de terminer son verre de rouge avant d’aller le déposer dans l’évier de la cuisine.
     

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: We just don't feel the same today

Revenir en haut Aller en bas

We just don't feel the same today

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» ~ i feel like my life is flashing by and all i can do is watch and cry
» Ma collection de vernis OPI...
» MAC Temperature Rising Collection - Mai 2013
» Quelle est votre routine ?
» today it's the KARINA's ANNIVERSARY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the great escape :: flood and trash :: corbeille rp-